Athanor 2, l'aventure continue !

Publié le par Dr Floyd

Si vous êtes un vieux barbu de Gamopat vous connaissez forcement Athanor, le jeu d'aventure graphique et textuel de notre patient fou Atlantis, pour Oric et Amstrad CPC.

Et bien ce diable de Atlantis n'a pas chaumé depuis ! Athanor est en fait une trilogie et le second opus est en cours de développement toujours sur Oric et Amstrad CPC ! Screenshots "work in progress" :

Version Amstrad (colorée) et version Oric (n&b)Version Amstrad (colorée) et version Oric (n&b)

Version Amstrad (colorée) et version Oric (n&b)

Comme vous le voyez les graphismes ont évolué et sont vraiment exceptionnels. A noter que le jeu est aussi prévu sur Atari ST et Amiga avec cette fois ci un interface à la souris pour remplacer l'analyseur syntaxique ! Votre vieux docteur barbu va suivre ce projet de très près !

[Le topic officiel sur le forum]

Star Mazzer, un mélange osé de point'n click et de shoot'em up !

Publié le par Dr Floyd

Star Mazzer, un mélange osé de point'n click et de shoot'em up !

En voilà un projet rétro excitant sur Kickstarter signé Imagos Softworks ! Starr Mazer se veut être un mélange de jeu d'aventure Point'n Click et de shoot'em up rétro ! Original non !? Le tout semble magnifique en gros pixels, et sans compter une équipe de musicos de folie : avec la participation de Jake Kaufman (Shovel Knight) et Manami Matsumae la compositrice de Mega Man ! Excusez du peu !!!!

Sublime visuellement ! Ca nous fait penser aussitôt aux point'n clicks des années 90 sur PC !

Sublime visuellement ! Ca nous fait penser aussitôt aux point'n clicks des années 90 sur PC !

La partie shoot'em up semble également être au top niveau, nous faisant penser quant à elle à un shoot Neo Geo !

La partie shoot'em up semble également être au top niveau, nous faisant penser quant à elle à un shoot Neo Geo !

Ca respire la réussite façon Shovel Knight ce projet ! Bordel de gros pixel poilu ! Prévu sur PC et Mac pour $15... si la campagne Kickstarter va au bout ($160000), mais je n'en doute pas un instant. A suivre de près !

Tout sur Ghosts'N Zombies, sa suite, et Youki !

Publié le par Dr Floyd

Tout sur Ghosts'N Zombies, sa suite, et Youki !

Voici une nouvelle émission exceptionnelle de Michel Louvet (Bfg sur Gamopat) qui nous teste du Coleco avec Ghosts'N Zombies, le fameux jeu homebrew de JP Méola (Youki sur le forum)... hélas introuvable car produit en très peu d'exemplaires !

Mais grosse surprise ! Knight'N More, le "remake HD" est en cours de développement, et notre Bfg préféré nous fait découvrir ensuite en exclusivité la version bêta ! Et puis on apprend beaucoup de choses sur Youki dans cette vidéo... c'est très très intéressant ;)

[TEST] Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre / PC

Publié le par CornedBeer

Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre
Support :
PC
Existe également sur Android, iOS, PS3, PS4, XBox 360 et XBox One
Développeur : Ubisoft Montpellier
Éditeur : Ubisoft
Année : 2014

[TEST] Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre / PC

1914, suite à l'assassinat de l'archiduc Franz Ferdinand à Sarajevo, l'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie dans une Europe sous tension. Par le jeu des alliances, la guerre se propage dans toute l'Europe, puis dans le monde entier. 2014, Ubisoft honore à sa manière le centenaire de la Première Guerre Mondiale.

Karl, un des protagonistes du jeu

Karl, un des protagonistes du jeu

Au service de la Patrie
Karl est un jeune Allemand qui travaille dans une ferme dans la campagne de Saint-Mihiel, dans le nord-est de la France. Il vit avec Marie, sa femme, son fils nouveau-né et son beau-père Émile.
Alors qu'ils passent des jours paisibles, la guerre est déclarée entre l'Allemagne et la France.
Karl est expulsé par les autorités vers l'Allemagne, contraint à laisser derrière lui épouse et enfant.
Émile, quant à lui, est appelé à rejoindre l'armée française, le prédestinant à combattre les troupes ennemies, dans lesquelles se trouve son gendre.

Émile participera à un entraînement avant de rejoindre le front

Émile participera à un entraînement avant de rejoindre le front

La trame de départ nous informe sur le choix d'Ubisoft Montpellier pour mettre en scène la Grande Guerre : montrer le quotidien des soldats, l'horreur des tranchées, et ce du point de vue de chaque camp. Ici pas de stratégie militaire, pas de bons et de méchants, juste des hommes contraints par une situation absurde d'aller attaquer leur pays voisin.
Pas de parti pris dans cette guerre, si ce n'est celui du peuple, de tous les peuples, qui souhaitent que la guerre se finisse au plus tôt.
En effet, Soldats Inconnus nous conte l'histoire d'Émile et de Karl, bientôt emmêlée à celles de Freddie, mystérieux Noir-Américain engagé aux côtés de la France et de l'Angleterre bien avant l'entrée en guerre des États-Unis, et Anna, jeune Belge étudiante en médecine à Paris partant retrouver son père en Belgique. Au cours de l'aventure, les différents protagonistes seront jouables, avec, bien entendu, leurs spécificités.
On rencontrera lors des différents niveaux des soldats de toutes nations, notamment des Anglais, des Canadiens ou même des Indiens.

Freddie, au cœur du désastre

Freddie, au cœur du désastre

Une 2D magnifiée
Le jeu est réalisée à partir du moteur Ubi Art Framework, déjà vu à l’œuvre dans Rayman Origins et Rayman Legends, autres jeux d'Ubisoft Montpellier.
Le moteur montre encore une fois dans Soldats Inconnus qu'il reste un très bon outil pour la réalisation des jeux en 2D.
Mais le charme du jeu vient avant tout de la direction artistique, du design des personnages, et de la beauté des décors, sublimés par une multitude de plans en parallaxe.
Dès le début du jeu, on est sous le charme de la campagne française, et malgré la tristesse des décors des niveaux dans les tranchées, les arrière-plans (et les avant-plans !) restent détaillés, fournis et très bien animés.
On soulignera le coup de crayon donné aux personnages, avec une patte typique des bandes dessinées franco-belges.

Anna se balade dans des rues de Paris de toute beauté

Anna se balade dans des rues de Paris de toute beauté

Et si on soufflait dans l'biniou ?
Concernant les musiques du jeu, il n'y a là aussi, rien à redire. Toutes les musiques collent aux différentes ambiances du jeu, qu'il s'agisse de moments mélancoliques (la musique de l'écran titre est par exemple fabuleuse), ou des roulements de caisse claire lors des marches d'infanterie.
De même lorsqu'il s'agit de moments plus festifs, comme cet air de guinguette dans un camp français, ou les chants des soldats allemands en permission.
Le charme du jeu est bonifié par son doublage : les personnages baragouinent plus qu'ils ne parlent vraiment, laissant entendre quelques mots audibles parmi les onomatopées, toujours en référence avec les indications qui apparaissent dans les bulles au-dessus de leur tête, dans une esthétique très BD. Ainsi on entendra un "rogneugneu souffler dans l'biniou" lorsqu'un officier donnera l'ordre de jouer de la trompette, dessinée dans une bulle.
Il s'agit d'un effet comique du jeu, lié à la gestuelle des personnages, rendant les différentes situations plus supportable.
Une dernière chose concernant la partie audio : la voix du narrateur, qui nous raconte les péripéties des protagonistes entre chaque niveau, est très réussie, et se prête beaucoup à l'ambiance du jeu.

Souff' dans l'biniou, didjeu !

Souff' dans l'biniou, didjeu !

Un gameplay hybride
L'aventure Soldats Inconnus se décline en plusieurs phases de gameplay. On retiendra bien entendu le côté énigme, héritier des point'n'click ancestraux, où il faudra pousser un levier pour accéder à une nouvelle plate-forme, par exemple.
Il faudra cependant faire face à d'autres types de situation, comme éviter des obus qui tombent sur notre chemin, ou ces passages d'infiltration où il faudra rester derrière un buisson en attendant que le garde se retourne.
Il est à noter qu'une touche de frappe est à disposition, beaucoup plus souvent utilisée pour déblayer un passage encombré que pour assommer un soldat par derrière. De même, des projectiles sont à disposition. Après avoir ramasser un objet avec le bouton d'action, il est possible de l'envoyer en appuyant sur une gâchette : la trajectoire s'affichera alors en pointillé, à vous de bouger le stick afin d'envoyer la brique, la bouteille de rouge ou bien la grenade à l'endroit où vous le souhaitez, en validant par le bouton d'action.
À propos de l'inventaire, le personnage jouable ne pourra porter qu'un seul objet à la fois, qui apparaîtra alors à sa ceinture. Les énigmes vis-à-vis des objets à ramasser sont donc plutôt simples, nous évitant de rester bloqué très longtemps.
Des niveaux où vous serez au volant d'un bolide à quatre roues sont également de la partie. Il s'agira en général d'éviter les obstacles en zigzagant sur la chaussée dans des courses-poursuites endiablées. Vous rencontrerez d'autres façons de jouer au cours du jeu, certaines relevant du mini-jeu.

Nos compagnons vont parcourir des kilomètres

Nos compagnons vont parcourir des kilomètres

Une facilité à toute épreuve
Soyons clair, Soldats Inconnus est un jeu facile. Tout d'abord, les énigmes ne sont jamais très compliquées. On ne sera rarement bloqué plus de cinq minutes pour pouvoir continuer l'aventure. De plus, un système d'aide apparaît lorsque vous tournez en rond, vous proposant d'avoir un indice en appuyant sur le bouton select (ou back).
D'autre part, lorsqu'il s'agit d'un passage orienté action ou infiltration, un échec vous ramènera à un check-point qui n'est jamais loin.
Non, l'objectif du jeu n'est pas de vous faire suer, monsieur le gamer, il s'agit de vous accompagner tout au long de cette histoire, afin d'en voir la conclusion.
Il reste pour les plus téméraires d'entre vous des items à trouver dans le décor, tels que des lettres, des pièces de monnaies ou des plaques d'identification. Vous avez raté un de ces objets collectables dans un niveau ? Pas de panique, vous avez accès à la liste des niveaux déjà finis à partir du menu principal. Certains items étant compliqués à déceler, un second run n'est pas négligeable pour tous les dénicher.

Des énigmes sont disséminées tout au long de l'aventure

Des énigmes sont disséminées tout au long de l'aventure

Dog save us !
Lors de l'aventure, un personnage que je n'ai pas encore mentionné, et ce à juste titre, puisque je lui dédie un paragraphe entier, viendra vous épauler. Il s'agit de Walt, un berger allemand affilié au corps médical.
Walt vous accompagnera dans différents niveaux, que vous contrôliez n'importe lequel des personnages jouables.
Il sera possible de lui donner des ordres. En appuyant sur une gâchette, son écran d'action s'affichera, vous proposant d'appuyer sur une touche d'action en fonction des interactions qui lui sont possibles à l'écran.
Un outil se trouve derrière ce passage exigu ? Walt peut aller le chercher. Il faut activer ce levier pour bouger la plate-forme sur laquelle vous êtes ? Walt peut s'en occuper.
L'utilisation du chien permet l'accès à des énigmes plus compliquées. Tout d'abord, parce que Walt peut également porter un objet dans sa gueule, augmentant ainsi le nombre d'objets que vous pouvez emmener avec vous. Mais aussi parce qu'il a accès à des zones que votre personnage ne pourra atteindre, soit grâce à sa petite taille, soit parce qu'il n'est pas considéré comme dangereux par les soldats ennemis, vous permettant d'aller chercher des objets ou effectuer des actions au nez et à la barbe de ceux-ci.
À cela s'ajoute le fait que Walt ne puisse pas monter ou descendre les échelles. Il lui est souvent possible d'emprunter un chemin parallèle pour vous rejoindre, mais parfois il faudra trouver un moyen de le faire venir à vous pour continuer l'aventure à deux.

Vous pourrez utiliser Walt via un menu dédié pour aller chercher des objets hors de portée

Vous pourrez utiliser Walt via un menu dédié pour aller chercher des objets hors de portée

Mémoires de la Grande Guerre
Un dernier aspect de Soldats Inconnus, conçu en partenariat avec le site internet Mission Centenaire 14-18 et la série télé Apocalypse La 1ere Guerre Mondiale, est la présence d'anecdotes, de véritables faits accessibles via un bouton dédié. Sous la forme d'un résumé, toujours en relation avec le niveau que vous parcourrez, ces anecdotes sont un moyen d'en connaître un peu plus sur le quotidien des soldats et des évènements importants de la guerre.
À ceci s'ajoute les descriptions des items que l'on peut ramasser au cours des niveaux. Oui, le but caché de Soldats inconnus est aussi de nous en apprendre plus sur la Première Guerre Mondiale, souvent délaissée dans le jeu vidéo et dans les œuvres de fiction en général au profit de la Seconde Guerre Mondiale, bien plus traumatisante dans ses excès.
Les différents personnages seront donc témoins d'évènements importants ayant réellement eu lieu dans la zone de guerre franco-allemande, qu'il s'agisse de la bataille d'Ypres en Belgique ou des bombardements sur Reims. Un procédé intelligent pour faire le lien entre la fiction du jeu et la réalité historique.

De quoi se faire une petite culture sur la Première Guerre Mondiale

De quoi se faire une petite culture sur la Première Guerre Mondiale

Uinstall, Uplay
Point noir à ce portrait extrêmement positif du jeu dressé dans les lignes précédentes, Soldats Inconnus nécessite l'installation sur PC de Uplay, la plate-forme en ligne d'Ubisoft, ainsi que la création d'un compte associé.
En ces temps de piratages et d'attaques contre les servers de jeu vidéo, on se serait passé d'inscrire nos coordonnées personnelles sur une nouvelle plate-forme, en plus de celle déjà utilisée (Steam, PSN, Xbox Live ...).
L'augmentation des bases de données d'utilisateurs est clairement la nouvelle obsession des éditeurs de jeu vidéo.
Quelques bugs ont été détecté lors du test du jeu. Un arrêt du jeu brutale, ou des contrôles qui ne répondent plus. Rien de grave cependant, les check-points étant nombreux, on retrouve rapidement la partie là où on l'avait laissé.

Entre chaque niveau, le narrateur nous conte le parcours des protagonistes

Entre chaque niveau, le narrateur nous conte le parcours des protagonistes

Élu Suppo d'or 2014 dans la catégorie Démat' par les membres de la communauté Gamopat, gage de qualité s'il en est, Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre vous propose de suivre l'histoire de différents protagonistes lors de la Première Guerre Mondiale.
Par son esthétique originale, sa narration soignée, décrivant des scènes tragiques avec une certaine douceur mais sans rendre comique les situations horribles, et par son côté instructif très bien intégré à l'histoire, Soldats Inconnus est une réussite.
Une réussite d'avoir su dépeindre la Première Guerre Mondiale de cette façon, et d'avoir su proposer une galerie de personnages toutes victimes des affres de la guerre, et qui n'hésitent pas à aider le soldat ennemi blessé, dans une mouvance très humaniste, au delà du "bien contre le mal".

 
SUPPOS : 5,5/6

Publié dans TESTS

Papy Commando fait de la résistance sur Megadrive !

Publié le par Dr Floyd

Papy Commando fait de la résistance sur Megadrive !

On se souvient tous de Papy Commando, sous-titré Who Dares Wins III, le Commando-like PC de notre patient fou Vetea ! Entièrement programmé en basic QB64 le jeu !!

Et bien sachez que notre programmeur frappadingue s'est lancé un défi fou : adapter son jeu sur Sega Megadrive... en le programmant également en basic !!! Cette fois ci il utilise le basic BasiEgaXorz dédié à cette console.

Il nous en parle sur le forum dans le topic officiel !

[RANDOM] That's Galactic Dancing !

Publié le

[RANDOM] That's Galactic Dancing !

Héritier d'une longue généalogie de jeux cultes, Galaga 88 (sorti en 1987) revisite le genre avec éclat, 9 ans après la sortie de Space invaders et 6 ans après la sortie de Galaga, sans en dénaturer l'esprit.

[Lire la suite...]

[FORUM] Le syndrome 8bit d'excitation génitale persistante

Publié le

[FORUM] Le syndrome 8bit d'excitation génitale persistante

Le syndrome 8bit d'excitation génitale persistante est une maladie vidéoludique grave. Malgré le remède découvert fin 1983 par le Doc avec l'aide de E.T. l'extraterrestre il y a encore en 2015 des patients qui en souffrent, sachez-le. Il faut aider ces malades à oublier leurs Atari 2600, Intellivision, Colecovision ou autre Vectrex... Vous souffrez vous aussi de cette maladie ? Vous êtes guéri et voulez apporter votre aide ? Venez en discuter sur notre forum.

> Le forum des fans de Videopac, Atari 2600, Intellivision, Colecovision, Vectrex

Publié dans FORUM

[RETROGAMING] Shadow of the Beast / Commodore 64

Publié le par Iral

Shadow Of The Beast
Support : Commodore 64

Existe également sur Amigan Atari ST, Amstrad CPC, MegaDrive, Super Nintendo, Lynx...
Développeur : DMA Design
Editeur : OCEAN
Année : 1991

[RETROGAMING] Shadow of the Beast / Commodore 64

Shadow Of The Beast, tout le monde connaît, je ne vais pas m'attarder sur l'historique. Enfin, tout le monde connaît, mais moi je n'y avais jamais joué, quel que soit le support. Bien sur, je connaissais les visuels de la version Amiga, lesquels je trouvais bien hallucinant à l'époque, au sens propre d'ailleurs, tant l'univers développé, mi heroic-fantasy, mi cyber-punk, mi Giger mi Jérôme Bosch, me paraissait troublé et attirant. Un peu déprimant aussi, mais d'une manière quasi poétique.

[RETROGAMING] Shadow of the Beast / Commodore 64

Bon ok visuellement ce n'est pas la version Amiga, ça c'est sur. Même sur Master System (que j'ai testé après, je vous raconte ça plus bas) c'est vraiment plus joli. C'est un peu de la bouillie de pixels, mais ça reste tout de même potable. En fait c'est même carrément bien quand ça bouge. Les scrollings différentiels sont bien là (contrairement à la version PC Engine CD, mais patience je vous dis, je vous raconte ça après), le personnage est extrêmement réactif, et surtout la musique est énorme ! Le thème mythique est repris, avec le charme du chip son du C64. Mes potes en rêvent encore. Franchement arrêtez de me lire et aller écouter sur youtube, c'est monstrueux, je vous jure.

Allez, en avant pour de nouvelles aventures. Je fonce, benoîtement, à droite. Et là, je souffre. Des mains géantes sortent de terre pour m'agripper, des yeux flottent dans les airs, des dragons me lâchent des bombes, un mini Cthulhu m'écrabouille.

[RETROGAMING] Shadow of the Beast / Commodore 64[RETROGAMING] Shadow of the Beast / Commodore 64

J'arrive face à un puits, où l'on m'invite à entrer. Je descends. Je descends. Je descends. Longtemps. Finalement, je me retrouve devant un porte fermée. Je remonte. Longtemps. Ambiance. J'ai du me planter quelque part, mais ça ne me choque pas, au contraire je trouve ça génial. C'est tout ce que j'aime dans les vieux jeux micro, ce côté cryptique, quand action et aventure étaient indissociables. Je reprends donc ma route pour arriver à la porte d'un château.

[RETROGAMING] Shadow of the Beast / Commodore 64

J'y pénètre, forcement. Et bah c'est tout noir. Bon, bon, me dis-je j'ai encore loupé quelque chose. Je ressors et là sur la droite, que vois-je : une torche ! Eureka !

[RETROGAMING] Shadow of the Beast / Commodore 64

Je suis un peu enfant parfois, mais je suis super content d’avoir trouvé ça tout seul. Car oui la torche nous permet d'y voir dans le château. La preuve :

[RETROGAMING] Shadow of the Beast / Commodore 64

Bon je vous passe quand même les milliards de morts avant d'en arriver là. C'est quand même super hardcore, c'est vraiment pas un jeu de fillette. Mais on progresse quand même à chaque fois. Bref, château donc. J’enchaîne les salles, évite mille pièges, tue des dizaines d'ennemis, meurt, meurt, meurt. Et finalement je tombe sur ça :

[RETROGAMING] Shadow of the Beast / Commodore 64

Ouaip. Évidemment, je ne peux rien contre lui, mes coups de poings ne le blessent pas, game-over. Rage, pleurs, rires de mes amis. Bon, je ne vois vraiment pas ce que j'ai raté. Je discute avec mes potes et là, la lueur. Et si, et si il fallait aller à gauche au début ? C'est quand même vachement aventure non ? C'est pas Sonic quoi.

Bah oui c'est bien ça. Et là je suppose que les vieux barbus rient aux éclats en me traitant de Noob. A raison j'admets. A gauche donc, ça ne peut faire que du bien, surtout en ce moment. J'arrive devant un arbre avec une porte.

[RETROGAMING] Shadow of the Beast / Commodore 64

Je débouche ensuite sur une caverne, elle aussi peuplée de monstres et de pièges en tout genre. Mais c'est largement plus facile qu'avant !

[RETROGAMING] Shadow of the Beast / Commodore 64[RETROGAMING] Shadow of the Beast / Commodore 64

Je trouve une clé, je récolte un power-up en explosant la boule d'une gargouille (oui, c'est mature comme jeu.) je trouve une autre clé. Je ne sais pas à quoi elles servent mais ce n'est pas grave, je progresse ! Et là paf, re-boss. Un chaise électrique mouvante avec des dents, une espèce de statue de pâques dégénérée ?

[RETROGAMING] Shadow of the Beast / Commodore 64

Pas le temps de trop chercher à comprendre, je l'arrose copieusement, je m'acharne et, à un triste et funeste moment, elle m'effleure et je meurs. Boum, re-game-over. Et là je stoppe, Non pas de dégoût, mais parce que c'était quand même bien intense tout ça.

Cette première partie fut pour moi une excellent expérience. Le jeu est jouable et s'il est impitoyable, il permet tout de même de bien progresser, et ce assez rapidement.

Une ambiance particulière se dégage en tout cas de cette cartouche, c'est vraiment étrange et prenant. La preuve en est que cette partie fut effectuée avec deux de mes amis. Ils regardaient. Se taisaient. Riaient quand je mourrais. Et surtout les commentaires « Putain énorme la musique ! C'est pas super beau, mais niveau direction artistique, ça claque ! »

Après j'ai dit « bon on va boire un coup » ? Et eux de me répondre : « Attends tu l'as pas sur Master ? ». Et ce fut reparti. Mais pas longtemps. C'est plus joli sur Master, mais la musique n'y est plus. On a joué 5 minutes. Après on a enchaîné sur la version PC engine CD. Musique remixée et pas de scrollings différentiels ! On a joué 15 minutes.

Et vous savez comment on a fini ? En regardant un walkthrough complet de la version Amiga. Oui, je vous jure, et mes potes c'est pas forcement des fondus de jeux vidéos.

Cette version C64 est excellente et, toutes proportions gardées, rend hommage à la version Amiga. Elle respecte l'atmosphère si particulière de ce jeu, et c'est là le plus important. Un petit bémol cependant concernant la difficulté. Rendez-vous compte, pour nous détourner du bar, il en fallait quand même !

SUPPOS : 4,5/6

Windaube 10, la meilleure bouse de Microsoft ?

Publié le par Dr Floyd

Windaube 10, la meilleure bouse de Microsoft ?

Bah voilà c'est fait les kéké de chez Microsoft ont présenté hier leur nouvelle version de Windows, la 10, la 9 ayant été aspirée par un trou noir (l'astronaute Cooper enquête à ce sujet)

Windaube 10, la meilleure bouse de Microsoft ?

La main sur le coeur, Microsoft offre cette nouvelle version aux possesseurs de Windows 8, 8.1 et Windows Phone 8.1. Si vous êtes encore sous DOS 3.3 n'espérez aucun geste, les enfoirés. Un OS on va dire "all-in-one" car dédié aux PC, tablettes et smartphones.

Alors quoi de 9 en matière de fonctionnalités et gadgets inutiles ?

- un mode Continuum pour détecter automatiquement si il y a un clavier ou pas (pour nous mettre automatique en mode tuiles ou pas).
- un vrai menu démarrer (vous savez le menu qui sert à éteindre le PC) en 2 colonnes, avec à droite les fam... fumeuses tuiles, une sorte de fusion entre Windows 7 et 8.1 en fait,

Windaube 10, la meilleure bouse de Microsoft ?

- un accès rapide aux paramètres (comme le WIFI),
- Task View pour créer des bureaux virtuels, un truc de kéké,
- un centre de notification (les messages chiants de android vous connaissez déjà !),
- un assistant vocal Cortana, toujours pour copier sur les smartphones, pour ceux qui aiment avoir l'air con à causer à de l'électronique,
- un explorateur Windows a priori amélioré (on ne pouvait faire pire de toute façon),
- un panneau de config plus complet,
- un nouveau navigateur nommé Spartan ! Adieu Internet Explorer ????
- un Windows Store compatible à la fois PC, tablettes et smartphone,
- OneDrive, l'outil de stockage en ligne, renforcé,
- quelques nouvelles applications ou applications améliorées.... en espérant que le surpuissant PAINT soit toujours là... hum...
- des liens avec la Xbox One, la fameuse console qui cartonne... avec par exemple la possibilité de jouer aux jeux XOne via streaming... les connectés à 1mega apprécieront.

Bon j'arrête là, je pense avoir cité l'essentiel. Je retourne sur Mac OS. Non plus sérieusement, tout cela va dans la bonne direction : le regroupement PC/Tablette/Smartphone, le Windows Store unifié, le bureau qui mixte Windows 7 et 8.1... Ca me donnerait presque envie d'acheter un nouveau PC en 2015, mon 386DX40 commençant à ramer un peu.

Publié dans GEEK, UNE