L'effet Siré, ou la descente aux enfers de Jeuxvideo.com

Publié le par Dr Floyd

L'effet Siré, ou la descente aux enfers de Jeuxvideo.com

En septembre dernier je vous faisais part de mes "craintes" de voir Jeuxvideo.com s'écrouler suite au rachat du site par le "fameux" Cédric Siré (ici). Jeuxvideo.com on aime ou on aime pas, mais ça restait une bonne base de données française vidéoludique.

Le Siré est un investisseur fou qui rachète tous les sites internet français qui marchent fort (sans rien y connaitre) pour en faire des arbres de Noël publicitaires (le nouveau Allo-ciné devenu impraticable c'est lui aussi !). Le type qui dans l'interview (réalisé par Jeuxvideo.com !) avoue ne rien y connaitre en jeux vidéo, et pire, il ne connait même pas l'adresse Web de son site ! L'interview gag !

Et bien mes doutes sont plus que confirmés quand on voit les stats de fréquentation du célèbre site de jeux vidéo :

Les statistiques de Alexa.com

Les statistiques de Alexa.com

Bref, le site qui était stabilisé depuis des années autour de la 800ème place des sites les plus fréquentés au monde a dégringolé de 400 places ! Et depuis quand ? Depuis fin septembre comme par hasard... C'est l'effet Siré !

Un site devenu totalement indigeste au surf, désormais bordélique, et rempli d'agressions publicitaires en tous genres... Sans compter des tests de plus en plus ridicules, avec des notes avantageuses pour toutes les grosses productions (18/20 à l'immonde Watch Dogs, les grands copains de chez Ubisoft n'est ce pas). Sur le forum de Gamopat tout le monde désormais unanime : c'est devenu imbuvable et beaucoup n'y vont plus.

Mais bon le Cédric en a rien à Siré, il se fait du pognon. Il a même racheté Overblog, et je suis plutôt bien placé pour vous dire que c'est devenu totalement daubesque également... au risque de me faire virer ;) Mais c'est un bon test pour savoir si la liberté d'expression existe avec ce groupe médiatique ? J'ai d'ailleurs viré toutes leurs publicités indigestes du blog de Gamopat, quitte à ce qu'il ne rapporte absolument rien ! Le blog tourne sans aucune pub, et tant mieux ;)

Publié dans EDITO

Dragon Quest Heroes confirmé sur PS4 chez les fromages qui puent

Publié le par Dr Floyd

Dragon Quest Heroes confirmé sur PS4 chez les fromages qui puent

Et hop c'est aujourd'hui que sort au Japon Dragon Quest Heroes (PS3, PS4) pour non plus un classique jeu de rôle de la série Dragon Quest mais un Action-RPG à la sauce Dynasty Warriors (ou Hyrule Warriors sur Wii U). Pour info le jeu a récolté un très sympa 35/40 dans Famitsu.

C'est développé par Omega Force/Koei Tecmo. Et Square Enix me souffle dans l'oreillette qu'ils distribueront le jeu en Europe courant 2015, mais sur PS4 uniquement. A suivre !

Pour votre culture vidéoludique, un dossier Gamopat sur la génèse de la saga Dragon Quest :
http://gamopat.com/2014/04/retrogaming-dragon-quest-iii-game-boy-color.html

Publié dans NEWS

[RETROGAMING] Top Gear Overdrive / Nintendo 64

Publié le par Bigfootmanu

Top Gear Overdrive
Support : Nintendo 64
Autres supports : Exclu N64
Développeur : Snowblind Studios
Editeur : Kemco
Année : 1998

[RETROGAMING] Top Gear Overdrive / Nintendo 64

Top Gear Overdrive est un jeu de course orienté arcade jouable de 1 à 4 joueurs. C'est le "successeur" ou plutôt le frère bâtard de Top Gear Rally sorti un an plus tôt et qui avait reçu des critiques globalement très positive. Top Gear Overdrive n'est cependant pas développé par la même équipe et donne une impression bien différente de son frère aîné qui se voulait pseudo-réaliste. Le studio Snowblind a ensuite poursuivi la série avec le troisième frère nommé Top Gear Hyperbike, exclue N64 également, sortie en 2000.

Pour parler rapidement de l'éditeur Kemco, il vous dira peut-être quelque chose si vous êtes un fan de NES comme je le suis également. La société a ainsi participé en tant qu'éditeur ou développeur à des jeux comme Shadowgate, North & South, Déjà Vu, Rescue. Quelques jeux SNES voient aussi apparaître le nom Kemco comme Prehistorik Man ou Brutal : Paws of Furry. Sur N64, le "palmarès" est mitigé sans être catastrophique avec Shadowgate 64, Charlie Blast's Territory et Twisted Edge Snowboarding. Au final, une boîte qui a alterné le vraiment sympa (Prehistorik Man sur SNES ou Shadowgate NES) et le pathétique (Knife Edge sur N64).

[RETROGAMING] Top Gear Overdrive / Nintendo 64

Après avoir lancé le jeu vous arrivez sur un menu assez succinct (voir photo ci-dessous). Honnêtement ça donne pas tellement envie donc on passe vite. Attardons-nous principalement sur le mode championnat. Vous commencez par choisir votre voiture, au départ clairement le choix n'est pas très étendu (deux voitures, oui deux, et encore la première est une Beetle...), il va vous falloir gagner du cash pour débloquer les suivantes. Au niveau de la customisation, vous avez la possibilité de choisir la couleur de votre bolide. Ouais... on prend, c'est déjà ça...

Après avoir choisi votre voiture, c'est parti pour le championnat. Le jeu se scinde en six saisons que vous devez réussir successivement. Clairement le nombre de courses n'est pas faramineux avec seulement cinq circuits disponibles auxquels se rajoute une course cachée. Mais bon cette faiblesse est rattrapée par la diversité des environnements : pluie, neige, nuit, miroir... Vous n'allez pas vous ennuyer et en plus au final les courses sont plutôt bien conçues au niveau de leurs tracés. Après le point positif est que vous finirez par les connaître plutôt bien après quelques saisons et vous serez ravis de mieux anticiper certains virages ou raccourcis assez piégeux. Nid à time scoring et rejouabilité ? Oui en théorie... sauf que non... vous verrez par la suite pourquoi.

[RETROGAMING] Top Gear Overdrive / Nintendo 64

Vous démarrez chaque course sur la ligne de départ en douzième position, vos concurrents se positionnant devant vous sur environ le premier tiers du circuit. Graphiquement c'est plutôt réussi, en tout cas rien n'agresse particulièrement l'oeil. Certains détails sont amusants si vous avez le temps de profiter du spectacle, à vous par exemple de trouver un mammouth gelé ou un squelette de T-Rex au gré de vos pérégrinations.

Certains endroits dans les courses sont endommageables (des barrières notamment) ce qui ajoute une légère note positive et amène de nouvelles possibilités de raccourcis.
D'ailleurs, ces derniers sont omniprésents dans toutes les courses. Vous pourrez ainsi créer d'importantes différences par rapport à vos adversaires. Attention quand même, arrivé à un certain niveau de difficulté, les voitures contrôlées par l'IA peuvent prendre certains raccourcis par eux-mêmes ou profitent parfois de certains passages que vous aurez ouvert... Il faudra donc non seulement connaître ces passages mais aussi être efficace en les parcourant ! Point positif là encore au niveau de l'immersion et de la gestion de la difficulté.

Au final en fonction de votre position sur la ligne d'arrivée vous gagnerez du cash à dépenser plus tard pour soit améliorer votre véhicule, soit en acheter une plus performante. Vous pouvez aussi acheter des nitros supplémentaires entre deux courses.

Sans doute ma course préférée, petit tour en ville (enfin surtout sur la rocade)

Sans doute ma course préférée, petit tour en ville (enfin surtout sur la rocade)

Dans toutes les courses vous pourrez passer sous des "feux de signalisation". Lorsque le feu est vert et que vous passez dessous, vous remportez soit un nitro supplémentaire, soit du cash en bonus. A noter que le cash remporté gonfle au fur et à mesure des tours. Il est clair que dans les premières saisons vous viserez ces "points de passage" pour améliorer de façon non négligeable vos revenus.

A la fin de chaque course vous passez en effet par "l'auto-shop" où vous pouvez améliorer les caractéristiques de votre bolide (maniabilité, accélération, etc). Et si votre compte est assez garni, alors à vous la voiture plus évoluée. Ok ce système n'est pas particulièrement original mais il influe positivement sur la gestion de la difficulté. La progression est ainsi bien calibrée, ni trop facile, ni trop ardue.

Un autre point particulier sans être très original est la variété des conditions de courses. Celles-ci changent visuellement même si cela ne se ressent pas de façon trop forte sur la façon de jouer. On va dire que c'est visuellement réussi et que ça influe moyennement sur la façon de jouer.

Non mon écran n'est pas crade... il pleut c'est tout

Non mon écran n'est pas crade... il pleut c'est tout

Les graphismes sont plutôt réussis selon moi, il est cependant à noter que l'expansion pak rajoute un boost positif non négligeable. Pour le coup il est vraiment utile pour améliorer l'image sans altérer pour autant la fluidité.

Au niveau du son, les bruitages sont corrects et plutôt typés arcade. Un des points positif réside plutôt dans la musique selon moi. On reste en effet dans l'ambiance globale du jeu avec une bande son uniquement composée de rock style années 90. Clairement on aime ou pas, d'après moi ça colle avec l'esprit du jeu : caisses rapides, décors plutôt naturels, jeu vif...

Au niveau de la liste des voitures disponibles au final, on alterne des choix logiques et des voitures plus "surprenantes". Sérieux je n'avais pas prévu de me farcir plus de la moitié d'une saison avec un Hummer. Et là je ne parle pas des quatre voitures qu'il est possible de débloquer. Là on atteint vraiment le délire bien con et sympathique !

Jouable à quatre en écran splité (digression : la personne de chez Nintendo ayant décidé de mettre du multi-local à quatre sur la N64 a une place réservée au paradis c'est certain, merci qui que vous soyez), le jeu est plutôt agréable à plusieurs car non cheaté mais restant plutôt équilibré. Vous vous tirerez donc la bourre dans une bonne ambiance, vous foutant de la gueule de celui qui aura raté son virage pour finir en flammes.

Sérieux... Une saucisse-car ?

Sérieux... Une saucisse-car ?

La jouabilité est le gros point fort du jeu selon moi. Les commandes sont simples, la prise en main immédiate et tout répond bien. Arcade style. Bien sûr la réaction de la route est différente selon le circuit et vous aurez à gérer les dérapages dès que votre voiture sera capable d'atteindre une certaine vitesse.

Au niveau des commandes on a ainsi :
- A : accélérer
- B : freiner
- Changer vue avec un des boutons C (oui je ne me souviens plus lequel et j'ai la flemme d'aller chercher la notice)
- Z : utiliser un nitro

Au final au niveau du gameplay c'est quasi-génial : rapide, vif, plutôt précis mais... mais... il y a un mais... En effet, quand vous arrivez à la dernière saison, que votre bourse est bien pleine et que vous possédez donc la voiture la plus rapide boostée de tous les bonus possibles, quand vous foncez à 300 km/h de moyenne en éraflant vos belles portières à chaque virage en espérant ne pas exploser contre un poteau, alors là le jeu devient quasi-injouable... et ceci pour deux raisons :

1) Vous allez TROP vite. L'objectif n'est plus vraiment de piloter mais essayer d'alterner accélérations et freinages tout en ricochant sur les rambardes et les glissières en espérant ne pas exploser. Certains me diront que ça colle avec le style arcade du jeu et je ne leur donnerai pas forcément tort. Mais...

2) Ca va vraiment TROP vite, même pour le jeu lui même (!!!) qui commence alors à péter les plombs. Les bugs en haute vitesse sont omniprésents. Et vas-y que je me fonds dans un mur, que je passe à travers le sol pour faire un saut de l'ange (de la mort), que je perds la moitié droite de ma voiture dans les limbes, bref, que la matière en tant que telle n'existe plus !

Bande de fayots...

Bande de fayots...

Les bugs c'est pas cool. No comment. LE point noir du jeu. Franchement c'est tellement dommage ! J'aurais adoré vous dire que ce jeu était le parfait jeu de course arcade jouable en multi sur votre console chérie. Et bien oui... mais en partie seulement... Franchement les développeurs, oui vous chez Snowblind qui lisez mon test (mode mégalo on), vous êtes vraiment une bande d'éjaculateurs précoces. Finissez le boulot bordel de m****. Voici quelques exemples (horripilants) :

I believe I can fly...

I believe I can fly...

Le point positif avec le prix actuel des manettes de N64 c'est que je ne les jette plus quand il m'arrive ce genre de choses. Improve your self-control.

Le point positif avec le prix actuel des manettes de N64 c'est que je ne les jette plus quand il m'arrive ce genre de choses. Improve your self-control.

Top Gear Overdrive est un bon jeu de course, vraiment agréable et il aurait été vraiment très bon si les bugs ne se multipliaient pas autant à partir d'une certaine vitesse et/ou d'un certain niveau de jeu. Donc au final, Top Gear Overdrive est top (lolilol) sur les quatre cinquièmes de sa durée en solo et devient horripilant dès lors que notre véhicule devient vraiment trop rapide. Vraiment rageant... Il reste néanmoins un jeu agréable et fun à plusieurs lorsqu'on évite les voitures passant de 0 à 300 km/h en moins de 3 secondes. En gros ça aurait pu être un hit, et c'est juste un jeu qu'on ressort de temps en temps pour une petite session.

SUPPOS : 4/6

[RANDOM] Les Fous du Volant / Dreamcast

Publié le

[RANDOM] Les Fous du Volant / Dreamcast

Satanas et Diabolo, Pénélope Jolie Coeur, Pierre de Beau Fixe... aaahhh les fous du volants ! J'ai toujours adoré ce dessin animé de Hanna-Barbera. Aussi, quand j'ai vu qu'un jeu reprenait cette licence sur ma Dreamcast préférée, je me suis jeté dessus.

[Lire la suite...]

Steve Bristow, une légende méconnue du jeu vidéo nous quitte

Publié le par Dr Floyd / Fofo.Rider

Steve Bristow, une légende méconnue du jeu vidéo nous quitte

J'avoue que je ne le connaissais pas mais un patient de Gamopat vient de me faire suivre un article du Monde qui annonce la mort de Steve Bristow, un acteur méconnu mais essentiel de l'histoire du jeu vidéo.

Il a créé le mode deux joueurs de la première borne d'arcade commerciale Computer Space (1971), a créé le jeu d'arcade Tank (1974), a participé à la conception de l'Atari 2600, a bossé sur Breakout avec Steve Wozniak et Nolan Bushnell... mais a aussi participé au choix de refuser Nintendo comme partenaire de Atari ! Vous imaginez les conséquences... Une décision qui a totalement bouleversé l'histoire du jeu vidéo ! C'est l'effet papillon !

Un choix qu'il dit avoir regretté (tu m'étonnes !). Il restera chez Atari jusqu'en 1984 avant de poursuivre sa carrière comme ingénieur dans d'autres secteurs.

Publié dans NEWS

Yeah ! Yeah ! Fuck & Destroy sur PS4 et XOne One ?

Publié le par Dr Floyd

Yeah ! Yeah ! Fuck & Destroy sur PS4 et XOne One ?

Sortez les packs de bière !!!! Selon Kotakuku Guitar Hero pourrait bientôt faire son grand retour chez Activision dans une version "plus réaliste". Il serait même présenté à l'E3 2015 sur PS4 et XOne. Une rumeur d'autant plus crédible que le porte-parole de Actipognon ne dément pas vraiment l'information.

Publié dans NEWS

SEGA c'est moins fort que toi, selon l'ex big boss US...

Publié le par Dr Floyd

SEGA c'est moins fort que toi, selon l'ex big boss US...

Marque mythique du jeu vidéo, SEGA est aujourd'hui au fond du trou. Interrogé par GamesIndustry, Tom Kalinske, qui a dirigé SEGA of America jusqu'en 1996, enfonce le clou et balance sur la maison mère au Japon :

Sega a sûrement pris de mauvaises décisions pendant 20 ans

Et selon lui l'une des erreurs principales de SEGA aura été de ne pas s'associer avec Sony pour créer une console commune :

L'une des principales raisons pour lesquelles j'ai quitté Sega est que nous avions eu l'opportunité de travailler avec Sony, quand Olaf Olafsson, Mickey Schulhof et moi-même nous sommes mis d'accord sur le fait que nous allions créer une plate-forme, partager les coûts de développement, partager les pertes probables pendant 2 ans, mais ensuite engranger tous les bénéfices que nous pourrions tirer du software sur cette plate-forme.

Il est clair que SEGA n'a fait que des conneries après la Megadrive, alors qu'ils étaient réellement au sommet. Nous n'allons pas en reparler à nouveau, la liste des boulettes et aberrations commerciales est si longue ! Et cette dernière phrase du Tom résume bien tout ce gâchis monstrueux :

Il faut vraiment en faire des conneries pour réussir à tuer une marque aussi forte

Publié dans NEWS

Infernax, l'enfer 8bit

Publié le par Dr Floyd

Infernax, l'enfer 8bit

Et hop, un nouveau (faux) projet Kickstarter avec infernax, un jeu de plateforme-aventure 2D bien rétro façon Nes, dans le pur style Castlevania.

Faux projet ? Oui car le jeu est fini et l'objectif de la campagne est fixé à 10$ canadiens... Autant dire que c'est totalement absurde ! Quel est le but de la manoeuvre dans ce cas ? Se faire avant tout de la pub. J'ai l'impression qu'actuellement Kickstarter est de plus en plus détourné de cette manière.

Cela dit le jeu semble très sympa. Espérons le retrouver un jour sur une plateforme de téléchargement, sur console si possible.