[Test] Fatecraft : La saga des thérians / Web

Publié le par YAD

FATECRAFT: LA SAGA DES THERIANS
Support : Browser Game (Il demande l'installation de Silverlight au préalable)
http://www.fatecraft.com
Développeurs : Studio Virtys / Fatecraft
Genre : MMO / stratégie-aventure RPG asynchrone.
Sortie officielle : Juin 2013

[Test] Fatecraft : La saga des thérians / Web

Voici un petit test un peu à part concernant un jeu auquel je joue depuis maintenant plus d'un an. N'étant pas joueur de MMO ni de browser game, c'est après beaucoup d'hésitations que j'ai décidé de m'y aventurer. Mais si j'y suis encore, vous vous doutez que je l'ai plutôt apprécié.

Perdu(e) sur un nouveau continent

Après avoir choisi une discipline de prédilection et passé le court tutoriel, vous poursuivez votre route vers de nouvelles contrées. Une terre en cours de colonisation où vous accosterez (Fauconia) et une région plus sauvage au nord à laquelle il sera possible d'accéder plus tard sous certaines conditions (le Lanfar). Un monde ouvert fantasy, coloré et sauvage, que les colons dont vous faites parti cherchent à découvrir et exploiter.

La carte globale est déjà disponible. Seuls deux continents sont pour l'instant explorables / exploitables. Ce qui donne de quoi s'occuper un certain temps ceci-dit, vu la richesse du jeu et le fait que ces deux continents évoluent régulièrement depuis le départ. Un petit port de fortune dans le continent sauvage du lanfar est devenu une ville portuaire prospère depuis quelque mois, par exemple.
Vous êtes accueilli chaleureusement au port de Fiergrue, début de vos aventures sur ce nouveau monde. Et là se pose la question : que faire maintenant ?

[Test] Fatecraft : La saga des thérians / Web

La ressource "temps"

Fatecraft est un jeu asynchrone, c'est à dire qu'il continue à vivre même lorsque le joueur n'est pas devant l'écran.
Donc il sera possible de jouer en temps réel. Discuter avec les personnes notables de chaque ville, se déplacer, acheter, vendre, accepter des quêtes, parcourir les donjons et effectuer des actions de courte durée entre autre.
Et il sera également possible de planifier des actions de longue durée ou un multitude d'actions de courte durée comme débiter du bois, forger des bouclier, dresser un animal, tanner du cuir et... dormir. Le tout s'effectuera même si vous n'êtes pas devant l'écran à ce moment.
C'est un jeu assez modulable de ce point de vue. Il y'a de quoi s'occuper et adapter le jeu à son temps libre.

[Test] Fatecraft : La saga des thérians / Web

Le joueur dispose d'une barre d’énergie complète qui lui permet d'effectuer 7 heures de travail. Une fois ces 7 heures consommées, il faudra l'envoyer dormir afin qu'il reconstitue son énergie et puisse se remettre à la tâche de nouveau. Le tout pouvant être planifié à l'avance.

Après avoir visité les quelques lieux disponibles en début de jeu, accepté des quêtes, discuté avec le gens et avoir dépensé les 3 pauvres piécettes que vous aviez dans votre porte-feuille, il est l'heure d'aller manger (IRL). Pas question que votre héros reste planté dans une ruelle de Fauconia à regarder les mouches. Donc ....

C'est parti pour la grande aventure

Après avoir visité les villes disponibles en début de jeu, vous sentez qu'il en reste encore bien d'autres à découvrir. La carte regorge de nombreux lieux, mais reste vierge tant que vous ne les aurez pas localisés. Il est donc possible d'explorer aléatoirement, tout comme il est possible de s'orienter à l'aide des indications autochtones.

Une exploration demande 10 min et il est possible de les enchaîner en les plaçant en file de tâche. Peut-être que vous trouverez l'étal d'un marchand d'objets rares. Peut-être que vous trouverez la tour mal famée dont on vous parlait à Fauconia. Peut-être que vous ne trouverez rien parce que vous êtes trop mauvais en exploration, et que vu les ennemis qui y rodent, ce n'est pas plus mal pour votre santé.
L'exploration du continent se déroule donc de régions en régions, en fonction de ses compétences d'exploration et de terrain, ainsi que des quêtes acceptées ou terminées. Elle ne se fait donc pas d'un bloc au début, mais au fur et à mesure de votre évolution dans le jeu.

[Test] Fatecraft : La saga des thérians / Web

Go go go ..... donjooooon

Équipé d'un bâton de bois et d'une armure de fortune, rien ne vous fait peur. Après avoir bien dîné, direction le premier donjon venu. Et ça va bastonner sec.
Les déplacement(s) en donjon se déroule(nt) case par case, avec la possibilité d'effectuer une action particulière si vos compétences le permettent. Chacun de ces déplacements peut être interrompu par des combats aléatoires.

[Test] Fatecraft : La saga des thérians / Web

L'écran de combat s'affiche alors et propose un système au tour par tour assez classique, qui sera peut-être un peu remanié à l'avenir. Classique ne signifie pas inintéressant puisqu'il propose un certain nombre de subtilités en ce qui concerne la gestion des attaques / défenses et les possibilités de faire progresser les compagnons en combat.
Chaque combattant pourra au choix attaquer, défendre un autre compagnon et amortir les dégâts ou rester inactif. Il existe 3 types d'attaque (contondant / perforant / tranchant) ainsi que les 3 types de défense associés.

A la fin du combat, les ennemis lâchent un butin aléatoire : or, armes et armures, ressources, potions, substances ...
De nombreux boss sont disponibles, pour les combattants un peu aguerris. Il est possible d'aller leur rendre visite en espérant obtenir une ressource rare. Ou tout simplement rester en vie.

Si vos compétences de combats sont trop limitées, il sera possible de s'améliorer en affrontant d'autres joueurs à l'arène de Fauconia.

Je suis un artisan avant tout

L'exploration et le combat c'est bien, mais pourquoi se démener à trouver de nouveaux lieux ? Il y a déjà le coin idéal pour exercer votre métier de prédilection. Un marchand qui vend des recettes, un autre qui vend les ressources nécessaires pour les réaliser et votre savoir faire personnel pour créer l'objet de vos rêves. Bon, ça sera simpliste au début, mais il faut bien commencer.

Le joueur sélectionne une discipline avant de démarrer le jeu, entre bois, métal, confection, pierre, flore et faune. Chacune de ces disciplines comprend 3 métiers liés entre eux (par exemple, le bois comprend : coupe, charpenterie et ébénisterie). A ces six disciplines s'ajoutent la recherche, la science et la sociabilité.
Il est tout à fait possible de choisir des métiers et disciplines désirés en cours de jeu ou alors de se concentrer principalement sur une poignée de spécialités.

Créer un objet demande des ressources, du temps et de l'énergie ainsi qu'un certain niveau de compétence. Les temps de création s'étalent de 20 mn à 1H pour fabriquer un objet en moyenne. De 1mn30 à plus de 7 heures en prenant les extrêmes.
Les ressources seront déduites de votre sac et les objets crées y seront déposés en fin de tâche. A noter que la gestion du sac est purement manuelle, ce qui est un régal pour les méticuleux et parfois un enfer pour les bordéliques.

[Test] Fatecraft : La saga des thérians / Web

Si les premières créations demandent des ressources facile à obtenir, ainsi qu'un niveau de compétence assez faible, ça va devenir bien plus complexe par la suite.
Créer un objet nécessite souvent des ressources issues d'un autre corps de métier. Donc il faudra souvent négocier avec les autres joueurs pour vous en procurer. Soit parce que vous ne maîtrisez pas les métiers nécessaires, soit parce que d'autres le font tout simplement de manière bien plus efficace.

J'ai chassé 1256 lièvres, mais mon personnage n'évolue plus et je ne peux toujours pas chasser la biche. Pourquoi ?

On arrive au cœur du système d'évolution de Fatecraft. Un système bien ficelé, mais pas évident à appréhender. Effectuer une tâche d'un certain niveau vous fera évoluer jusqu'à 5 niveau maximum au delà. Par exemple, effectuer une tâche de niveau 10 en coupe amènera à terme votre personnage à un maximum de 15 en coupe et 15 en bois

Cependant votre compétence dans ce métier n'est pas égal au niveau de votre personnage, mais à la moyenne (pondéré) de différents éléments :

[Test] Fatecraft : La saga des thérians / Web

- Votre niveau personnage évidemment.
- Votre outil. Probablement le moyen le plus simple de gagner des points quand on débute.
- Le bonus de lieu. Plus ou moins élevé selon les lieux découverts et "optimisable" en créant son propre atelier.
- Les compagnons compétents dans le métier concerné. Ils évolueront en travaillant avec vous, jusqu’à une certaine limite. Et il sera aussi possible de les laisser en tache passive pour récolter des ressources.
- Le bonus magique. Qui s'ajoute à tout ça, à l'aide de bijoux ou de potions.

Faire évoluer son personnage pour créer des objets de qualité supérieure est donc un remue-méninge permanent. Le jeu est très riche de ce point de vue et l'évolution du personnage très bien dosée.

Quelques infos supplémentaires

- Les développeurs : Il s'agit de deux studios québécois qui se sont unis afin de créer un jeu conforme à leur expérience de rôlistes et de joueurs de MMO. Un travail en amont de 3 ans a été fait avant de lancer la bêta en avril 2012.
http://www.fatecraft.com/about/

- Multijoueur et Pvp : Le pvp est prévu à terme, mais n'est pas en jeu actuellement. Il est cependant possible d'affronter d'autres joueurs en combat à l'arène de Fauconia, pour la gloire et pour faire évoluer ses stats de combat. Pour l'instant, c'est surtout un jeu coopératif, basé sur les rapports commerciaux avec les autres joueurs (par échange direct, marché ou missive).

- La communauté : Elle oscille entre les 25-35 ans d'après l'expérience que j'ai sur le jeu. Même si on trouve des joueurs plus jeunes et d'autres (beaucoup) plus âgés. Elle est assez conviviale et aiguille les jeunes joueurs pour éviter les génocides inutiles de lapidés.
C'est pour l'instant une communauté uniquement francophone, française, belge et québécoise principalement. Ces derniers étant plus présents qu'à l'accoutumée, logiquement vu l'origine du jeu.
A noter qu'une version anglophone est sur les rails.

- La personnalisation du héros : La trame principale est commune à tous les joueurs, même si il est possible d'avancer au cours des quêtes de différentes façons selon ses compétences de combat ou de métier.
Par contre, chaque joueur organise sa vie comme il l'entend. Construire des ateliers pour optimiser les compétences de métier. Des auberges pour recruter des compagnons de meilleur niveau. Des bâtiments d'enseignement pour améliorer ses compagnons. Des carrières et mines pour récolter les ressources souterraines ou de surface. Et bien d'autres choses.

- Le financement du jeu : le jeu est un free to play qui propose une boutique virtuelle. La monnaie de cette boutique est l'écu et peut s'acheter par transaction ou auprès d'autres joueurs qui en vendent.
Rien qui ne déséquilibre le jeu, encore qu'avoir la clef du royaume passé un certain temps de jeu est quand même bien agréable.

Petite conclusion
 

Fatecraft n'est clairement pas un jeu qui joue sur l'action à tout va et le rythme effréné, mais est au contraire un jeu posé qui demande de prendre le temps de la réflexion. Un jeu un peu hybride entre aventure, RPG et stratégie. S'il est facile de se perdre au début, il faut bien prendre le temps de tout lire en jeu et de s'aider des différents supports qui existent en dehors. Ce que permet aisément un browser game. C'est donc le jeu idéal pour ceux qui aiment créer un héros de toute pièce, sur le long terme, grâce à la richesse des possibilités offertes. C'est aussi un jeu où le commerce et les échanges ont la part belle.

Une note finale de 5,5/6 pour celui qui apprécient le genre.

Publié dans TESTS

Commenter cet article

YAD 05/01/2014 21:51

La version anglophone est prévue. Les développeurs travaillent pas mal dessus depuis quelques temps, mais je ne peut pas trop dire pour quand sera la date de sortie.

Sinon les guildes sont apparues depuis que j'ai rédigé le test. Et ca donne de quoi faire.

gazza8 05/01/2014 15:15

Merci pour ce test qui tombe bien, car je me pose la question de m'investir vraiment (pour la première fois) dans un MMORPG. L'idéal serait une communauté anglophone (pour améliorer mon anglais), cependant ses aspects full browser et free to play l'emportent :-)

Cathedrale 05/01/2014 01:52

oouh, je ne connaissais pas. Et ton test me donne bigrement envie!!