TEST : TINGLE / Nintendo DS

Publié le par Dr Floyd

(もぎたてチンクルのばら色ルッピーランド, Mogitate Chinkuru no Barairo Ruppirando)
Titre français : Tout nouveau tout beau Tingle voit la vie en rose à Rubis Land

Editeur : Nintendo
Développeur : Vanpool
Support : Nintendo DS
Sortie :
2 septembre 2006 (Japon), septembre 2007 (Etats-Unis), 14 septembre 2007 (Europe)


C’est avec Majora’s Mask qu’est apparu un nouveau personnage dans l’univers de Zelda : un certain Tingle. Petit bonhomme de 35 ans toujours célibataire (puceau va !), il rêvait de devenir une fée, était tout de vert vétu (slip rouge par-dessus) et suspendu à un ballon. Si vous avez réussi à le supporter pendant le jeu (il vous vendait des cartes), à tenir devant son cri de joie (Kooloo-Limpah !!!), c’est tant mieux car vous alliez le revoir souvent. Vous désespérerez de le revoir à vendre des cartes dans Oracle of Age. Vous serez affligé de le revoir avec ses frères cette fois dans The Wind Waker et vous aurez envie de l’étrangler vu le tarif qu’il demande pour décrypter des cartes. Il apparait lui et ses frères dans The Minish Cap. Il continue ses tribulations dans Four Swords Adventure pour vous piquer vos trésors. A la fin, vous pensez l’avoir évité dans Twilight Princess, que nenni ! Le personnage de Purlo qui vous fera jouer au jeu de l’étoile sous le chapiteau de la Citadelle d’Hyrule est inspiré d’une version réaliste de Tingle. (dixit Eiji Aonuma).

Bref, devant l’immense popularité du personnage, Nintendo comprend que vous en redemandez et décide que Tingle aura droit à son propre jeu sur DS.




Pour l’histoire c’est très simple, pas de quoi casser trois pattes à un canard : A la source près de chez lui, un homme vivant seul est contacté par Pépé Rubis, grand expert en Rubis. Il vous parle d’un monde merveilleux : Rubis Land, pays où tous vos rêves deviennent réalités (entendez par là : nourriture, farniente et filles à gogo). Notre ami souhaitant atteindre ce paradis, Pépé Rubis lui explique qu’il devra partir à la recherche des rubis et les offrir en offrandes à la source. Pour cela, il lui fait revêtir l’habit vert de Tingle pour devenir le grand chasseur de rubis.

Le jeu fonctionne en gros comme un Zelda like : vous alternez des phases d’exploration et de donjon. Concernant la prise en main, elle est simplissime, la croix directionnelle pour diriger Tingle et le stylet avec l’écran tactile pour toutes les actions et interactions (ce système peut fonctionner en inversé pour les gauchers). Les combats sont vraiment particuliers, vous entrez au contact d’un ennemi et vous l’entrainez dans "un nuage de combat" façon vieux cartoons. Au plus le combat est long et l’adversaire est fort, plus vous perdrez de précieux rubis. Le personnage de Tingle étant assez faible, vous serez amené à engager un compagnon.

Les rubis, revenons en, beaucoup savent qu’ils servent de monnaie dans la série Zelda (Rupee en anglais). Et dans ce jeu finalement, le plus important, c’est devinez quoi : l’argent, le fric, le blé, le cash, les pépètes, la monnaie, le flouse, la thune, les espèces, le liquide… La vénalité vous guidera tout le long de ce jeu. Car ici pas de barre de vie, c’est quand vous vous retrouvez à sec que c’est Game Over. Tout se monnaie, tout se marchande. Vous voulez un renseignement, il faut avancer la monnaie. Vous voulez saluer un personnage pour qu’il ouvre son magasin, c’est avec des espèces. Vous souhaitez connaitre une recette, allonger les rubis. Pour entrer dans un donjon, cela se fait à coup de monnaie. Vous devrez trouver le bon prix pour un compagnon. Certaines énigmes dans les donjons sont payantes, etc… Mais cela marche bien sur dans les deux sens, vous sauvez quelqu’un, il saura comment vous remercier. Vous vendrez au prix fort le résultat de vos recettes et certains objets trouvés. Mais surtout chaque boss vaincu vous rapportera une somme conséquente.



Lorsque vous acheter un objet ou négociez une somme pour être récompensé, la difficulté sera de trouver "le juste prix" car si vous sous évaluez le prix d’un objet ou surestimez une récompense, le vendeur gardera le montant que vous avez proposé sans rien donner ou vous ne recevrez pas de récompense. Gérez bien vos rubis car vous devrez les offrir à la source. Celle ci s’avérera être une tour que vous ferez monter à coup de rubis. Chaque hauteur atteinte permettra d’atteindre un nouveau territoire représenté par une île. Le monde de ce jeu est en fait un grand archipel. Le système s’avère à la longue assez contraignant, si vous négociez mal, vous perdrez beaucoup de Rubis en peu de temps. Le jeu ne possède qu’un seul point de sauvegarde (dans la maison de Tingle) et la tour doit être nourrie régulièrement sous peine de la voir redescendre. Bref, vous avez perpétuellement la pression surtout que vous jouez avec votre "énergie".

Graphiquement, le jeu est en 2D classique vue du dessus. Rien de transcendant à signaler et au vue de la finesse et de l’aspect des décors, on peut dire sans se tromper que la référence la plus proche est The Minish Cap. Mais avec un côté un peu plus déjanté car bien entendu le ton du jeu se veut décalé (et pas toujours du meilleur gout). Les musiques de leur côté restent discrètes. Vous croiserez de nombreux personnages loufoques : votre assistante sexy, le garde à l’épouse fragile, Tarjean (le papy de la Jungle)… Mention spéciale aux réparateurs de ponts (ceux qui y ont joué comprendront). Tingle est un personnage issu de Zelda mais les références à cet univers sont rares : l’arbre Mojo, la musique d’ouverture des coffres, quelques mélodies et des détails ici ou là, c’est tout.

tingle-DS-03.jpg

Pour parler de la durée de vie, vous passerez un peu de temps dessus mais finalement les donjons ne sont pas très nombreux, sont assez simples et plutôt linéaire (comparé à Zelda). Bien sûr, il y a des à côtés : des recettes à découvrir, des objets rubis à collectionner, des objets divers et varié à trouver (et surtout à revendre). Mais bon la principale difficulté est de les trouver ensuite c’est simple.


Conclusion :

Ce "Tingle RPG" est un titre vraiment particulier, d’abord proposé pour un public japonais. Le fait de le voir débarquer en Europe tient un peu du miracle si l’on peut dire. Il en résulte un petit jeu sympa mais pas très ambitieux qui ne laissera pas indifférent ceux qui s’y essayeront, ne serait ce que pour son univers.


SUPPOS : 3,5/6
Testé par Jayetbobfr




Publié dans TESTS

Commenter cet article