CAVEMAN de TOMY

Publié le par Fred


Si ce sont les Game & watch et Tabletops de chez Nintendo qui ont marqué les joueurs et les collectionneurs, il ne faut pas oublier que dans cette prestigieuse lignée il existe d’autres constructeurs de jeux électroniques, tel TOMY qui sort en 1983 un jeu qui n’a rien à envier aux ténors du genre : CAVEMAN !

L’APPAREIL :

caveman-01.jpg

Présentons tout d’abord la bête : un bon gros design bien taillé à la serpette (façon tronches des héros de Sergio Leone ?), un design en vogue à l’époque et qui passait pour futuriste.

L’appareil est très costaud avec du plastique de qualité, bien dur, propre à ces années qui ne connaissaient pas le « plastoc » qui a envahit les produits actuels. D’ailleurs malgré son âge le boîtier n’a pas de rayures malgré sa provenance du fond d’un sac de jouets en brocante !

L’écran est magnifique par son overlay collé sur le plastique transparent de l’écran : une bonne vieille police de caractère « old-school », un bluffant « micro computer game » (un monstre de puissance digne d’un Cell de PS3 sans doute !!), un « dinamic multi screen » (oui avec un « i » à dynamic !) faisant pâlir les cartes graphiques ATI next-gen et surtout la mention « LSI-CPU » (c’est quoi ça ?) qui confirme que c’est du sérieux sous le capot !
… Ouais bon disons qu’à l’époque l’esbrouffe et les annonces fantaisistes sur les capacités des machines étaient déjà de mise pour inciter le consommateur à acheter !

A noter que sous le plexiglas de l’écran se trouve une loupe en plastique permettant d’agrandir artificiellement la taille de l’affichage.

caveman-02.jpg

Les commandes sont bien sûr simplissimes : un joystick à deux positions pour aller sois à l’avant sois à l’arrière et un bouton d’action pour lancer la hache ou prendre l’œuf (la dépose de ce dernier dans la hutte est automatique quand on atteints le petit autel devant).

Outre l’obligatoire commutateur de mise sous tension du « tabletop », un bouton de choix de difficulté est présent : « ama» ou « pro», mais on y reviendra plus tard car c’est un bouton magique !

Bon, reste à dégotter 4 bonnes grosses piles R14 d’1,5 volts pour permettre à la fée électricité d’opérer sa magie…et c’est partit !!


LE JEU :

Le joueur prends en main un petit bonhomme des cavernes qui doit subtiliser les œufs d’un dinosaure et les entreposer dans sa hutte. Il faut en entreposer huit pour passer au niveau supérieur de difficulté.





Mais bien sûr ce n’est pas chose aisé car notre Cro-Magnon doit faire face à plusieures embûches :

-tout d’abord le dinosaure lui-même qui loin de se laisser prendre le fruit de ses entrailles le défends farouchement en crachant du feu sur le malheureux qui tente de les lui subtiliser

caveman-04.jpg

-des ptérodactyles qui se font une joie de fondre sur les œufs mis de côté par le héros et si on ne se dépêche pas assez, tout ce qui a été engrangé fini par disparaître !

caveman-05.jpg

-un volcan se mets en route dès que le niveau de difficulté monte et il faut éviter également d’innombrables jets de pierres enflammées tout du long de la distance qui sépare la hutte du dinosaure.



-si on mets trop de temps à récolter un œuf, il éclot et donne naissance à un bébé dino qui se barre ! Et on est quitte à attendre la prochaine ponte !

-le temps de ramasser l’œuf prends une bonne seconde et demi, bref le temps en décalé pour que le dino se réveille et vous crame tel une saucisse, et ce sans plus de formalités !

Pour arriver à s’en sortir, notre adepte du body rouge n’est heureusement pas désarmé ! Il a en sa possession une hache qui lui permet d’assommer le mastodonte et également abattre ces maudits volatiles cleptomanes !



C’est d’ailleurs là que le jeu devient absolument génial : on peut choisir le niveau de difficulté « amateur » ou « pro » et là ça déménage car la hache qui jusqu’ici réapparaissait dans les petites mains poilues de l’Homme des Cavernes… se retrouve au pied de sa hutte !

Il devient alors une gageure d’assommer le mastodonte, ramasser l’œuf (hop, c’est lourd !) avant qu’il n’ai éclot, éviter les retombées volcaniques, déposer l’œuf, ramasser la hache pour aller buter les ptérodactyles avant qu’il n’aient le temps d’aller à votre hutte, retourner chercher la hache et recommencer jusqu’à atteindre les huits œufs du niveau supérieur ! OUF !

C’est ultra-addictif, très très arcade et comme pour tous les jeux de ce type mettent les nerfs et le sens du timing à rude épreuve !


VERDICT :

Graphismes : Etrangement bien colorés pour un tabletop, le perso se paie le luxe d’avoir deux couleurs : un « body » rouge (super couleur pour un peau de mammouth !) et une magnifique euh… peau verte ! Les ennemis (dino, volatiles) étant bleu et les crachats volcaniques rouges, l’œil du joueur ne confonds rien des éléments à l’écran ! Du tout bon ! On regrette l’abscence de fonds, même stylisé, si ce n’est le volcan lui-même.
5/6 suppos


Gameplay : Comme dis plus haut, absolument redoutable dans l’action frénétique qui s’emballe très vite, surtout en mode « pro ». Le joystick réponds à la perfection, tout comme le bouton de tir, sans temps de latence, c’est très appréciable ! Tout repose sur les réflexes du joueur sans que ce dernier ait à réfléchir à ses commandes. Il peut se concentrer sur le timing pour passer les niveaux de difficultés et même augmenter son score de façon intelligente : 10 points pour un « dragon » (dixit l’overlay), 30 pour
le « dinosaur » et 50 pour chaque « egg » mis en sécurité ! Un vrai jeu de scoring !
6/6 suppos


Musiques et sons : Au démarrage une sympathique petite mélodie, une autre au moment du lancement du jeu. Basique mais le processeur sonore est mélodieux à l’oreille et le haut-parleur ne crache pas, c’est très agréable. Les bruitages sont simplistes mais efficaces !
5/6 suppos


Intérêt : Basé sur des actions simples et répétitives comme tous les jeux de cette époque, ce jeu a pour lui de proposer plusieurs obstacles à gérer (météores volcaniques, feu du dragon, butage de ptérodactyles) au sein d’une même action consistant à aller de sa hutte au dinosaure. Et c’est franchement corsé de tout faire, surtout en retournant chercher son arme à chaque fois ! Absolument génial et addictif comme jamais !
6/6 suppos


INTERET GLOBAL :
5,5 suppos une machine sur le dessus du panier du genre ! Il manque juste un petit fond coloré supplémentaire pour parfaire la note d'un jeu ultra-jouissif ! Digne d'un jeu G&W Nintendo !

suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans JEUX ELECTRONIQUES

Commenter cet article

connardman 13/11/2007 11:38

J'ai retrouvé le mien il y a deux semaines lors d'un déménagement.Quel bonheur quand j'ai entendu la mélodie de démarrage.C'est toujours aussi bon.^^

Choderlos 29/10/2007 21:43

Snifff... que de souvenirs. Mais je trouvais le jeu bien dur à l'époque et je me cantonais aux premiers niveaux. J'étais fasciné par le rendu des couleurs, je me demandais pourquoi on avait toujours les mêmes couleurs au mêmes endroits.