TEST : THE LEGEND OF ZELDA PHANTOM HOURGLASS / DS

Publié le par Jayetbobfr

The Legend of Zelda Phantom Hourglass
(ゼルダの伝説 夢幻の砂時計 - Zelda no Densetsu : Mugen no Sunadokei)

Éditeur : Nintendo

Développeur : Nintendo EAD
Support : Nintendo DS
Sortie :

Japon : 23 juin 007
États-Unis : 1er octobre 2007
Europe : 19 octobre 2007



Twilight Princess aura marqué une forme de renoncement. En effet, lors de la première vidéo du jeu à l’E3 2004, la saga Zelda semblait revenir en arrière par rapport au grand bouleversement qu’a été The Wind Waker. Twilight Princess tirait en effet un trait sur ses graphismes en Cel shading et ses voyages en bateau sur un immense océan. Même si il en avait séduit certain, le pari du changement radicale en avait déboussolé plus d’un.
Eiji Aonuma semblait avoir abandonné l’air marin mais en fait, il n’en était rien ! L’arrivée de la DS va lui permettre de faire perdurer cet univers à part dans la saga.

Continuons notre voyage :

Phantom Hourglass continue exactement là où The Wind Waker s’est arrêté. Les événements passés sont ainsi relatés sous forme de dessins comme pour son prédécesseur. Après cette aventure, Link et Tetra décident de partir à bord du bateau pirate. Ils sont à la conquête du vaste océan et pour découvrir de nouvelles terres. Au cours de leurs pérégrinations, ils croiseront le chemin d’un vaisseau fantômes. Contre l’avis de tous, Tetra décide de l’explorer mais y est prise au piège. Link tente de la sauver mais en vain et se retrouve échoué inconscient sur une plage. Réveillé par une fée nommée Ciela, il va chercher par tous les moyens à retrouver ce bateau fantôme qui sévit régulièrement dans les parages et est responsable de plusieurs enlèvements déjà.

Juste un doigt …un stylet :

En effet, le point important sur ce nouveau Zelda, c’est qu’il se joue intégralement au stylet. C’est un peu déroutant au début pour les purs et durs de la croix directionnelle. Link va bouger selon la position du stylet par rapport à lui. Ce système n’est pas nouveau, on a déjà pu s’y essayer sur Final Fantasy III. Le déplacement ne semble pas poser de problème surtout que même si l’environnement est entièrement en 3D, on demeure constamment en vue du dessus (sauf quelques rares exceptions). Il en résulte que le gameplay est pensé comme un jeu 2D. Mais laissons les graphismes pour plus tard et revenons sur l’usage du stylet. Pour le maniement de l’épée, il suffira de pointer l’ennemi pour le pourfendre si vous êtes assez prêt de lui. Sinon tracez un trait partant de Link et allant vers la direction d’attaque souhaitée. Un cercle autour de lui entrainera la fameuse attaque tornade. En bref, l’attaque se fait avec une extrême précision même si certains auront du mal à exécuter la roulade.



Hormis votre épée, les autres objets de votre équipement que vous allez acquérir au fur et à mesure s’adaptent au stylet. On peut trouver au passage le nombre d’objets limité par rapport autres opus. Bref, vous désignerez votre cible avec l’arc, tracez la trajectoire du boomerang et des missiles sur l’écran… Dans tout les cas, il faut s’adapter et vous appréciez la précision que cela offre ensuite.
Au passage, vous résoudrez certaines énigmes en traçant des dessins et en utilisant le micro (honte publique garantie au passage !)
Vous accédez à vos armes et aux menus (cartes et options) toujours au stylet. Les touches ne sont normalement jamais utilisées sauf 2 exceptions : L et R offrent un raccourci pour l’arme sélectionnée et la croix directionnelle pour la carte des lieux.

C’est pas l’homme qui prend la mer…

La progression et son déroulement se font en digne héritier de The Wind Waker. Peu après le début du jeu, vous parvenez à trouver un moyen de transport auprès du "courageux" Linebeck. Grâce à son bateau, vous pourrez parcourir l’océan et aller d’île en île. Les fans remarqueront immédiatement la taille plus réduite des "eaux" à explorer, surtout quand on pense à l’océan immense de The Wind Waker. D’autres feront la remarque que les voyages deviennent moins monotones. La contemplation fait place à une plus grande efficacité. La carte réduite à 4 grandes zones, vous tracez au stylet votre trajet sur celle-ci et en avant ! A vous d’éviter les obstacles : récifs, ennemis volants divers et variés et autres animaux marins. Vos parcours seront courts mais toujours mouvementés. On ne s’ennuie pas, croyez moi, le canon de votre bateau servira souvent.



Zelda, c’est bien sur une alternance entre explorations et donjons. Pour la progression, on repense tout de suite à la façon dont se déroule un donjon d’un Zelda 2D. Vous enchainez les énigmes et les combats. On avance assez rapidement et les donjons s’avèrent assez facile. Par contre, les boss s’avèrent coriaces, c’est surprenant. Ici il n’y a plus de carte du donjon ni de boussoles dans des coffres, les vieux habitués seront ici à nouveaux surpris. Si vous êtes un cancre et que vous avez une mémoire de poisson rouge, sachez que vous pouvez noter toute sorte de chose sur la carte, le plus souvent la solution à une énigme. Vous pouvez mettre des notes sur toutes les cartes du jeu : Repères sur la mer, nouvelles îles à trouver… C’est l’antisèche du joueur à proprement parler. (Petite astuce : vos notes sur les cartes restent même si vous n’avez pas sauvegarder !)

Dans cette routine, il y aura un donjon central que vous devrez refaire après chaque boss : Le temple du roi des mers. Il est indispensable d’y retourner pour trouver l’information donnant accès au donjon suivant. Il est un peu particulier dans le sens où celui-ci aspire votre énergie hormis sur des zones protégées. Seule parade, le fameux sablier du temps qui vous protégera de ces effets mais sa protection ne sera active tant que le sable s’y écoule. Vous êtes limité dans le temps pendant votre exploration. Vous devrez évitez les spectres qui vous assommeront et vous ferons perdre du temps dans le sablier. Sans compter les pièges vicieux qu’il faut prévoir. Vous gagnerez du sable supplémentaire à chaque boss vaincu et des armes nouvellement acquises pour vous enfoncez un peu plus profondément dans le temple. Cela semble un peu monotone de redémarrer depuis le début à chaque exploration mais le défi ici consistera à trouver des raccourcis avec vos nouveaux objets et à économiser au maximum votre sable.

Et à côté de tout ça, qu’est ce qu’on fait ? Et bien, on recherche les quarts de cœur se disent les fans ! Et bien encore non ! En cherchant bien, vous gagnerez des réceptacles de cœur (entiers donc !) et du sable supplémentaire. À travers divers mini jeux, vous trouverez de nombreuses pièces pour personnaliser votre bateau et elles sont nombreuses. Petit plus pour les coffres submergés indiqués par des cartes au trésor : leur récupération se fait à l’aide d’un mini jeu. Autre détail : vous pouvez revendre certains objets ou les échanger avec d’autres joueurs en ligne.

Cel shading un jour, cel shading toujours !

J’en parlais plus haut : si la façon de jouer ressemble à un jeu en 2D, la réalisation, elle, est bien en 3D. On peut émettre des doutes sur des graphismes et une réalisation qui doivent hériter d’un jeu Gamecube. Mais là rien à dire, votre DS crache littéralement ses poumons. La meilleur 3D que l’on puisse trouver avec encore Final Fantasy III. C’est encore plus réussi si on prend en compte les graphismes en cel shading. L’astuce ici bien sur, c’est que tout se passe sur un seul écran (l’autre affichant la carte), économisant ainsi les ressources de la console. Les textures simplifiées du cel shading donnent un aspect propre et net. Il suffit de voir la surface de l’eau lors des voyages en bateau pour se souvenir de celle de l’opus Gamecube.

Mais les graphismes ne sont rien s’ils ne servent pas une bonne ambiance. Toujours dans la même optique, l’esprit reste enfantin mais l’humour et le loufoque sont décuplés. On rencontre des peuples bizarres, on se vante, on ironise et ce pauvre Link en verra des vertes et des pas murs.
Musicalement, on retrouve beaucoup de morceaux issus des opus précédents et surtout The Wind Waker. Mais le plus souvent, ils sont retravaillés avec toujours cet esprit d’aventure (La musique sur l’océan en est un parfait exemple).

Il parait que c’est meilleur à plusieurs…

À l’aventure classique en solo, cet opus inclus un mode multi et en ligne ! Une première dans la série. Vous décidez de jouer en réseau local, contre un adversaire de votre continent ou du reste du monde. Bien sûr, il y a toujours votre liste d’amis.



Le jeu consiste à jouer à cache-cache à un contre un dans un petit jeu repris du parcours du temple du roi des Mers. Vous incarnez tour à tour Link qui doit récupérer des fragments de Force pour les déposer dans son camp puis les spectres : au nombre de 3, ils doivent stopper Link dans sa quête. Vous et votre adversaire échangez de rôles sur 3 tours. Celui qui a rassemblé le plus de fragments est victorieux. Comme pour le donjon en solo, certaines zones protègent Link des spectres mais peut aussi s’aider de bonus répartis sur le niveau. Les spectres sont dirigés au stylet en traçant leur parcours sur la carte. Ce petit jeu du chat et de la souris est avant tout tactique, il faudra bien placer vos spectres et réfléchir à son parcours quand on incarne Link.

Durée de vie et Conclusion :

Il y a suffisamment à faire sur la partie solo : 8 donjons et les nombreuses quêtes secondaires. Il faut prendre en compte que la progression se fait très rapidement étant donné la facilité des donjons. Une durée de vie déjà bonne auquel il faut adjoindre le mode multi qui pourra maintenir votre intérêt pendant des heures.

En conclusion, les nostalgiques de The Wind Waker retrouveront leur univers fétiches mais avec une recette rendue moins contemplative mais plus efficace. Le jeu reste dans la continuité de la saga en revoyant en même temps ses mécanismes (le gameplay au stylet aide beaucoup). Que dire de plus finalement sinon que nous avons encore à faire à un grand Zelda.


SUPPOS : 5/6
Testé par jayetbobfr
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg








drhfloyd.jpgL'AVIS DU DOC 3/6
Peut-être le meilleur opus de la série Zelda... mais cela reste du Zelda : scenario digne de Oui-Oui sur Piwi-TV, aventure linéaire et énigmes d'un autre temps : clef, porte, clef, porte, interrupteur, porte, clef...  Le jeu devient très rapidement répétitif et lassant. Cependant le jeu exploite très bien la Nintendo DS et le stylet. A réserver aux fans de la série... et aux collectionneurs bien sûr !

Publié dans TESTS

Commenter cet article

Pyramid Roug 30/10/2010 18:49



Mais qu'est ce qui lui reproche à Zelda, ce connaud de Doc ?



Yoga 13/02/2010 19:57


Pour moi c'est Link Awakening et Twilight princess^^


Anc 13/02/2010 19:30


je comprend ton dénigrement, personellement, c'est surtoiut le fait de réutiliser le même donjon encore et encore qui m'a vraiment semblé louche...

quant a spirit tracks... c'est une blague, les donjon sont même pas thématisé et se ressemble tous (carré, trois piéces...) dans le temple de l'eau (magnifique en éxtérieur (ou sous l'eau quoi...))
il n'y a pas la moindre enigme avec de l'eau !! Et c'est pas ce pseudo boss pieuvre piteux qui reléve le niveau !

Et c'est qu'un exemple...

perso, Spirit tracks est une daube à mes yeux, un trés trés mauvais zelda, et un jeu trés passable... mais je comprend la réticence à l'ambiance maritime bien que je ne la partage pas !

Wind waker est juste un des meilleurs jeux de tout les temps pour moi ^^


Yoga 13/02/2010 18:15


Ben heu c'est juste que je préfère l'ambiance de ST, voila tout^^
Ce qui fait de PH un mauvais Zelda(mais il reste bon quand même hein), c'est le temple du roi de mers.
Je ne supporte pas ce chronometre qui défile et qui te bouffe ta vie si jamais t'es pas asser rapide...
Sans ce défaut, ce Zelda aurait sans doute été excellent.
C'est  le même genre de chose avec Majora's Mask, le système de trois jours m'énerve au plus haut point(ne parle même de la musique qui ralentis le temps car elle ralentis pas grand chose)
Ne pas pouvoir
Pour moi un Zelda c'est avant tout le droit de visité ce qui bon te semble, et de prendre tout le temps qu tu désire(sans avoir constement un chrono derrière ton cu).


Anc 13/02/2010 17:31


O_o

SPIRIT TRACKS? MIEU QUE PHANTOM HOURGLASS ?

oulaaaaaaaaaaa !

Alors, déja, phantom hourglass est pas térrible, mais alors spirit tracks...
faut pas pousser mémé dans les orties !!

c'est juste le pire de toute la saga, et un jeu trés moyen en plus de ça...
j'attend tes arguyments avec grande impatiente ^^


Yoga 13/02/2010 14:37


Un bon Zelda, hormis l'idée débile du temps du dieu des mers.
Quelle connerie ce truc, avec 25 fois les même étages, un chrono qui défile aussi vite que le vent...
Heureusement que ST rattrape le coup.


Musimon 21/11/2008 11:02

J'ai un jugement assez sévère également pour cet opus. Si le gameplay est très accrocheur, et la carte interactive géniale, je reproche à Nintendo d'avoir du mal à gérer une certaine continuité dans la durée, trop de changement de rythme!

zedlezebre 09/11/2007 22:33

Hey Joyetbobfr ! Excellent test mais la prochaine fois évite de mettre la solution d'une énigme en illustration ;)

goldangel 05/11/2007 23:49

regarder moi je suis Surement goldangel c'est écrit dans mon nom... demain je suis le doc et après demain je suis rondou

jayetbobfr 05/11/2007 18:31

Merci Goldangel, ton compliment m'émeut au plus au point.

naontek 05/11/2007 18:22

Un excellent jeu, mais forcement, le support (portable) nécessite certains rythmes de jeu, mais je le place au niveau de son grand frère (wind waker) et à côté de majora's mask dans ma préférence.Une note : voilà un test objectif, beaucoup plus que celui de Metroïd Prime 3 qui sent bon la polémique pour lancer du troll.

PAC 05/11/2007 17:17

Objectivement, on peut toujours reprocher à ce ZELDA quelques inssignifiants défauts (qui varient suivant la perception de chacun...), cependant il faut bien admettre qu'aucun Action RPG DS ou même PSP ne lui arrive à la cheville. Seul ces illustres predecessurs lui sont supérieurs...

DAH! (goldangel) 05/11/2007 17:03

Admirez le test écris pas le fanboy officiel de zelda du forum...bon c'est pour quand l'objectivité...

elysion74 05/11/2007 15:58

Je viens malheureusement de l'acheter, et je suis pour l'instant très déçu ... le maniement au stylet est très saoulant, et bonjour les crampes ! le style naïf des précédents zelda gameboy tels que "link's awakening" (chef d'oeuvre celui là) et dans une moindre mesure "the minish cap" fait place à un style plutot niais ! je ne retrouve pas non plus les musiques épiques des précédents épisodes...Les mécanismes de jeu n'évoluent plus, bref on tourne en rond !Miyamoto arrête le saké et met toi à bosser !Bref la série des zelda sent le rance dorénavant.

X1080 05/11/2007 14:26

encore un site pro-nintendo ! Ca devient n'importe quoi ici !(j'imite les gogos du test de Metroid Prime...)

XBMC 05/11/2007 13:33

Un très bon jeu à la hauteur de la DS, plus "casual" dans le gameplay que ses glorieux ancètres, sylet style oblige et c'est là qu'il innove, mais du zelda reste du zelda, et c'est bien ce qu'on j'en attends après tout.

tikoya 05/11/2007 13:24

Oulala ce jeu me donne trop envie !Je crois que je vais craquer !Bon test, donnant envie d'y jouer mais parlant aussi des défauts du jeu

kiko 05/11/2007 13:14

Ce jeu est une merveille......bourrée d'innovations!

DBZ3 05/11/2007 11:55

bah c'est du Zelda...  peu d'innovation.

Maxime 05/11/2007 11:50

Ce jeu mérite 6/6, pourquoi 5 il est parfait !

jimbo182 05/11/2007 11:22

Heureusement que ce n'est pas le doc qui a testé le jeu il l'aurait massacré. Sinon tres bon test.