LA Wii FRAGUE L'ARCADE AU JAPON ?

Publié le par Jayetbobfr

Tout bon vieux Gamopat se souvient de cette époque où il passait des heures dans les salles d'arcade devant une borne à claquer tout son argent de poche du mois ! Ce souvenir est aujourd'hui loin et les salles d'arcades se font de plus en plus rare maintenant, y compris au Japon qui est pourtant le pays où l'arcade demeurait le plus vivace.

arcade-japon.jpg

En effet, devant la baisse significative de la fréquentation, Namco Bandai a décidé d'en fermer entre 50 à 60 (environ 20% de ses salles) et Sega Sammy n'y va pas avec le dos de cuillière avec 100 salles qui mettent la clée sous la porte ! Yuji Machida, porte parole chez Namco, point du doigt un coupable tout désigné : la Wii. Selon lui, les gens retrouve des types de jeux qu'on ne pouvait pas avoir autrement qu'en arcade avant :

"A lot of the types of games that people played at an arcade can now be done at home"

Cela grâce à la Wiimote et maintenant le Balance Board. Certains me diront que c'est facile comme excuse, on accusait déjà la Wii de faire diminuer l'audimat des chaines de télé au Japon. La Wii bientôt responsable de la violence à l'école avec Super Smash Bros Brawl ? Toutefois, Machida avance une autre raison : les hausses du prix du pétrole. Gné ? Toujours d'après lui, à cause du prix de l'essence, les familles se rendent de moins en moins dans les centres commerciaux, lieux où se trouvent les salles d'arcades.

La fin d'une époque...

Publié dans NEWS

Commenter cet article

Yoga 13/02/2008 16:09

Dommage.

(titou ta gueule)

Titou 10/02/2008 02:46

Peut-être aussi que les gens ont envie de sortir et de foutre leur argent ailleurs que dans leur saloperie de machines.Ouais je suis ethnocentriste, m'énèrve ces bridés (non ça c'est raciste, vous le couperez au montage !)^^ 

olivic 08/02/2008 20:19

Quelle belle excuse de Namco Bandai de blâmer la Wii. Surtout qu'ils ont fait de gros bénéfice et ont augmenté leur capital. Où comment trouver une excuse bidon pour faire encore plus de bénéfice.