RETROGAMING : DONKEY KONG COUNTRY / SNES

Publié le par Elodiebo

Année : 1994
Développeur : Rareware
Plateforme : Super Nintendo




1994, une année cruciale dans le monde du jeu vidéo, le début de l’ère 3D. Tout le monde attend les consoles nouvelle génération de l’époque : la Playstation, la Saturn et la Nintendo 64. Mais Nintendo va frapper un grand coup, avec la sortie de vrais hits sur la Super Nintendo en quête de renouveau. Donkey Kong Country en fait évidemment partie.

Donkey Kong, c’est qui celui-là ? Ah oui, le méchant balourd qui avait enlevé Pauline, la dulcinée de Jumpman (Mario pour les intimes) et qui l’avait maintenue prisonnière tout en haut d’échelles… Et oui, Donkey Kong était un peu tombé dans les oubliettes dans les années 90 ! C’était pour ressurgir au meilleur de sa forme dans un jeu de plates-formes. Au meilleur de sa forme c’est vite dit, car dans Donkey Kong Country, c’est plutôt un vieillard râleur de première, fier de ses exploits, qui cède donc sa place à l’un de ses descendants.

Dès l’écran d’introduction, les plus nostalgiques d’entre nous reconnaîtrons les premières notes du thème musical de la version arcade, pour nous mettre rapidement dans l’ambiance fun du jeu. Mais c’est surtout une claque que l’on se prend : on sait de suite que l’on a affaire à un jeu de grande qualité graphique.

C’est vrai, Rare avait mis le paquet pour Donkey Kong Country, en associant un gameplay en deux dimensions avec des graphismes en 3D. Mais comment c’est possible docteur ? Très simple : le développeur s’est servi des ordinateurs utilisés pour le film Jurassic Park, les Silicon Graphics. Rare savait se la péter à l’époque…

En effet, on traverse divers niveaux tels que la jungle, la mer, la montagne, l’usine, les cimes d’arbres, les grottes, les mines et les ruines. Résultat : des graphismes riches et variés, une animation sans faille, un vrai plaisir des yeux.


Et hop je file la nuit tombe !!!

Le jeu est beau, d’accord, mais le reste est-il au moins à la hauteur ? Dans l’ensemble oui, sauf le scénario. Là, on peut dire que les concepteurs de Rare ne se sont pas trop foulés. Tout part du vol d’un stock de bananes par les sbires de King K. Rool, qu’il va falloir poursuivre et combattre pour récupérer son bien. Comme le dit si bien le vieux Donkey : « Tu parles d’une idée pour un jeu » !

Mais le Gamopat ne va pas s’arrêter à ça. Non, le Gamopat va plus loin et découvre un jeu de plates-formes dans toute sa splendeur. Avec un gameplay bien pensé : deux personnages sont jouables, le lourdaud Donkey Kong et le frêle Diddy, avec des caractéristiques particulières. On peut les jouer chacun leur tour n’importe quand dans la partie, et donc utiliser pleinement leur capacités : faire le gros bourrin avec Donkey en dégommant en un seul coup les ennemis, ou utiliser l’agilité de Diddy pour sauter plus loin et plus haut que son compère. Chacun possède son attaque spéciale : roulée pour Donkey et en roue pour Diddy.

Toute la famille Kong vit sur l’île de Donkey Kong Country et ses membres sont là pour nous aider. Candy nous accueille à la moitié de chacun des six mondes pour sauvegarder notre progression. Funky, un vrai surfeur, propose le tonneau Jumbo Jet pour passer d’un monde à l’autre. Enfin, Cranky Kong, le vieux héros des jeux vidéo, est surtout là pour démotiver ses troupes, râler tout le temps, tout en distillant ses indices au compte-gouttes.

A cela s’ajoutent d’autres personnages jouables que les Kong peuvent chevaucher à l’occasion. Ils sont au nombre de quatre avec Rambi le rhinocéros pour charger, Winky la grenouille pour atteindre certaines plates-formes, Expresso l’autruche pour courir vite et planer, et surtout Enguarde l’espadon pour éliminer les ennemis dans les niveaux sous-marins. Qui aurait pu imaginer un gorille ou un chimpanzé chevaucher de tels animaux ? Rare l’a osé ! Et le pire c’est que cela ne surprend personne…


Attention de ne pas tourner le dos, heu la queue au requin !!!

Rare nous offre un vrai jeu de plates-formes, sympa et dynamique, comme on en fait plus de nos jours. Avec des ravins à traverser, des abeilles à éviter, des tonneaux à maîtriser. Ces tonneaux justement parlons-en ! On en rencontre de différents types tout au long du jeu. Et on va pouvoir s’en donner à cœur joie en les balançant contre les ennemis. Les tonneaux de TNT permettent de faire sauter les murs, tandis que les barils en acier, invincibles, dégomment tout sur leur passage, avec les Kong en équilibre dessus ! Beaucoup de niveaux s’articulent aussi autour des tonneaux canons qui éjectent nos primates automatiquement ou à la demande.

Afin de ne pas trop agacer le Gamopat - car le Gamopat s’énerve beaucoup à ce jeu – le premier impact avec un ennemi n’est pas mortel et éliminatoire. Non, si on se fait toucher par un ennemi, on perd juste le Kong avec lequel on était en train de jouer, et il est remplacé par son compère, sachant qu’on peut le récupérer quelques mètres plus loin dans un tonneau DK. Bon évidemment, le hardcore gamer ne se fait jamais toucher, ou au pire, il garde toujours un ses deux Kong en vie. Il n’a aussi aucunement besoin des tonneaux de sauvegarde étoilés qui marquent chaque moitié de niveau… Mais surtout le vrai hardcore gamer finit le jeu à 101%.

Oui, vous avez bien compris, pas besoin de me regarder avec vos grands yeux effarés. Enfin plutôt avec vos petits yeux, fatigués d’être constamment rivés sur un écran. Le jeu comporte en effet 33 niveaux, 67 salles bonus et le combat final contre King K. Rool. Ce sont bien sûr ces bonus qui sont les plus difficiles à repérer, cachés derrière un mur à enfoncer, accessibles via un tonneau canon, ou autre… Et qu’y a-t-il dedans ? Des défis à relever pour collecter des bananes (100=1 vie), gagner des vies supplémentaires, ou récupérer une des quatre lettres KONG qui une fois rassemblées dans chaque niveau donnent … une vie également !

Oups ça glisse. D’abord la lettre puis le tonneau, c’est plus sûr !!!

Et l’ambiance musicale dans tout ça ? Des musiques qui collent bien aux niveaux, très « jungle », ou alors reposantes pour les mondes aquatiques. Bref, c’est du tout bon ! Et rajoutez à cela des bruitages précis et soignés, vous obtenez un mélange détonnant.


Ce jeu serait-il donc parfait ? Des graphismes somptueux, un gameplay simple et efficace, une bonne durée de vie, une ambiance adéquate… What else ? Pour moi, la perfection a été atteinte avec Donkey Kong Country 2, mais ce premier opus se rapproche tellement de l’idéal !


SUPPOS : 5,5 / 6

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

citylab 26/04/2008

personnellement je n'aime pas ce jeu. Ce n'est pas à propos de ce donkey que miyamoto avait dis qu'il fallait faire un beau jeu au gameplay pourris pour que cela se vende?

Seb25 26/04/2008

En effet c'est ce qu'il a dit mais Miyamoto s'est repris par la suite et s'est excusé de ce commentaire d'après ce que j'ai lu, en fait je pense surtout qu'il était frustré de la décision du président de Nintendo de l'époque de vouloir confier le développement de Donkey Kong snes à un studio britannique : Rareware et ca se comprend très bien, c'est quand meme un personnage qu'il a lui meme créé et qui lui a permis de se faire une énorme réputation dans le milieu du jeu video vu le succes du 1er Donkey Kong en arcade. C'est un peu comme si on lui arrachait des mains sa propre création, pas facile à accepter quand on sait ce que Donkey représente pour Miyamoto, ses premiers pas chez Nintendo.

Mais bon, il était sans doute préférable pour les dirigeants de Nintendo que Miyamoto se concentre à fond sur le développement de l'excellent Yoshi's island qui sortira un an après et qui a quand meme nécessité 4 ans de développement.

Donc je pense que cette déclaration est intervenue sous le coup d'une certaine rancoeur par rapport à Rare qui lui a volé la vedette.

Sinon que dire sur Donkey ? Génial tout simplement.

pit59 26/04/2008

ya aussi le fait que myamoto voulait un jeu avec des graphismes 2d, c'est pour ca qu'il a fait la gueule ensuite
enfin bref un grand hit mais terriblement inferieur au 2, a tous les niveaux...

jehuty 26/04/2008

J'étais sensé l'avoir à noël l'année de sa sortie,mais j'y ai tellement joué en cachette que lorsque je l'ai eu le matin de noël je l'avais déjà terminé^^

Seb25 26/04/2008

à 101% ?

C'est vrai qu'il est court mais tellement bon, je ne sais pas vous mais je préfère un jeu court ou je ne m'ennuierai pas une seconde qu'un jeu long et chiant. Après le 2 corrige ce défaut mais j'ai été moins impressionné techniquement (en meme temps difficile de surclasser le 1er niveau graph) à part le niveau de la ruche magnifique.

Dreamers 26/04/2008

Sniff, je me rappellerais toujours des premières notes du premier donkey kong, le fait de pouvoir joué à 2 en coopération, c'était vraiment sympa.

Et puis un Donkey Kong numéro 2 énormissime qui reste parmis mes meilleurs souvenirs vidéoludique, mais ca j'espere qu'un nouveau test le démontrera.

krusty 28/04/2008

Quelle surprise le jour où j'ai allumée ma console après y avoir inseré cette cartouche. Magnifique et vraiment sympa à jouer. Perso je trouve qu'il y'a même certaine nouvelles consoles qui n'arrivent même pas à faire ce qu'une snes pouvait faire y'a 20 ans avec un jeu pareil.
C'est par hasard que ma snes est encore en fonction avec de temps en temps SMario World, DK Country, Yoshi's Island et le "je-m'en-lasse-pas" Parodius

Et encore je ne connais le second épisode de DK Country qui, à vous lire, à l'air encore bien meilleur.

krusty 28/04/2008

chuis faché avec les "pas" moi ...

Ecrire "C'est PAS par hasard ..." et "je ne connais PAS le ..." aurait été bien mieux

justAplayer 03/05/2008

A la fin du jeu, Cranky se vante de finir le jeu en moins d'une heure et avec une seule vie. Je me suis toujours demandé si c'était possible et si quelqu'un l'avait déjà fait.

Sinon ce jeu est clairement magnifique, j'ai toujours plaisir à le ressortir pour le finir une fois de plus.

JeanMcRaoul 03/05/2008

Apparemment faisable en 44 minutes, video a l'appui :

http://speeddemosarchive.com/dkc.html

O_o 31/05/2008

Si y a une série de jeux au snes qui a une programmation assez "spéciale" , c'est bien la série Kong Country ;)
Le Snes exploité au maximum,mais scénario bien trop enfantin!

Donkey 28/10/2012

Le reboot "Donkey Kong Country returns" sur Wii vaut aussi le détour, et arrive presque à la cheville de la version SNES.