[RETROGAMING] NIGHTMARE BUSTERS / SNES

Publié le par Shion

NIGHTMARE BUSTERS
Développeur :
Arcade Zone
Editeur : Nichibutsu
Support : Super Nintendo
Année : Initialement prévu pour 1995, mais...
(existe également sur téléphone mobile)

Nightmare Busters est un nom qui ne doit pas vous dire grand-chose, sauf peut-être pour ceux qui suivent l'actualité des jeux vidéo de manière très assidue. Et pour cause, ce jeu qui était prévu sur Super Nintendo en 1995 n'aura jamais vu le jour, car réalisé un peu tardivement (la Super Nes étant à cette époque en fin de vie), mais également de la faute de ceux qui étaient en charge de vendre le jeu pour avoir refusé quelques offres comme celle de Océan. Bref, ce qui nous intéresse maintenant, c’est de savoir si nous sommes passés à côté d'un grand jeu. 



Nightmare Busters est un jeu qui mélange plate-forme et shooting, à l'image d'un Contra ou encore d'un Super Turrican (deux jeux qui ont su marquer la Super Nes de leur empreinte).
On contrôle Flynn et Floyd, deux lutins situés entre le Leprechaun et le Chapelier Fou de Lewis Caroll dans le livre « Alice au Pays des Merveilles ». Ils ont pour but de chasser les cauchemars des rêves des enfants. En effet depuis peu un certains nombres d’êtres maléfiques, tels des trolls ou encore des gnomes, ont décidé de hanter le sommeil de nos chères petites têtes blondes. Pour accomplir cette noble cause, 5 niveaux bourrés d’action et d’obstacles en tout genre les attendent. Mais attention, ils n’auront pas l’éternité devant eux et chaque zone sera chronométrée. Le jeu est donc dans un style très « arcade » où le but est simple : massacrer tous les êtres hostiles en travers de notre passage. Pas de retours en arrière possibles, pas d’objets à rechercher pour avancer, il faut juste progresser de manière très linéaire jusqu’à la fin du niveau.


Il faudra faire face à de nombreux pièges...

Pour ce faire, Flynn et Floyd disposent d’un bon panel de mouvements. Ils peuvent attaquer en lançant des cartes qui pourront ensuite être remplacées par d’autres projectiles plus puissants ramassés ça et là tout au long de l’aventure. Les magies sont également de la partie, en nombre limité, mais qui pourront également croître en récupérant des items disséminés un peu partout. Il y en a trois sortes : le tourbillon, l’explosion et une énorme sphère qui parcourt tout l’écran. A noter que ces magies se révèlent redoutables, particulièrement contre les boss. A part cela, nos héros au grand chapeau peuvent s’accrocher aux plates-formes, effectuer une glissade à la manière de Megaman ou encore « dasher » pour traverser les pièges ou faire très mal aux ennemis qui ont eu la mauvaise idée de leur barrer la route. Cependant, il faudra trouver le temps de remplir la jauge pour se concentrer et pouvoir libérer le dash, ce qui n’est pas toujours évident, dans le feu de l’action. La possibilité de tirer vers le haut et le bas se révèlent salvatrices en de nombreuses occasions et toute la palette de mouvements de nos personnages est fortement mise à contribution.


L'impressionnant Storm Bringer!!!

Les graphismes sont absolument magnifiques, les capacités du support sont très bien exploitées. On n’a pas souvent vu mieux sur 16 bits. Le personnage et les ennemis sont très bien animés et le jeu est fluide : tout va à 200 à l'heure.

Les niveaux sont assez variés, allant du village au terrible repaire du dernier boss, en passant par la forêt, etc. Chaque niveau possède ses propres pièges pour freiner la progression : chutes de pierres, pics, etc. Différentes sortes d’ennemis sont également présents, des gros démons "bourrins" qui balancent des tonneaux ou des flammes, des ennemis assez imprévisibles qui sautent quand on ne s’y attend pas ou encore des demi-boss qui demandent une certaine technique pour en venir à bout, à l’image des vrais boss de fins de niveaux.

Les musiques, très agréables, collent très bien avec les différents décors et ajoutent un plus indéniable quant à l’ambiance du jeu. Elles ont également l’avantage d’être assez légères pour ne pas prendre la tête du joueur. Les bruitages sont de bonne facture, même si le cri que pousse les héros quand ils se font toucher aurait gagné à être un peu plus rauque pour davantage coller à l'esprit du jeu.

La maniabilité est très intuitive et répond au poil. Cela tombe bien, parce qu’il en faut des réflexes aiguisés pour venir à bout de l’aventure qui est assez difficile. Difficile certes, mais pas impossible. Disons que tout va très vite et qu’il faut agir de la même manière si on ne veut pas perdre rapidement les deux capsules rouges qui symbolisent la barre de vie.

La durée de vie du jeu est donc très bonne, car en plus du mode 1 joueur classique avec trois niveaux de difficulté qui demandera pour le coup une certaine adaptation, vous pouvez également faire le jeu avec un ami et, comme la plupart des jeux de ce genre, à deux c’est encore mieux !



Pour ce qui est des défauts, j’avoue avoir eu du mal à en trouver, mais histoire d’être objectif, je soulignerai le fait que de temps à autre, après avoir nettoyé un endroit, l’écran met du temps avant de bouger et passer à la suite. On reste donc pendant une poignée de secondes à attendre que ce dernier bascule vers la suite ou que le symbole « go ! » apparaisse pour poursuivre notre périple. Ce n’est pas vraiment gênant surtout lorsque l’on est habitué aux temps de chargement sur nos dernières consoles.

On peut aussi déplorer le fait que seulement 5 niveaux sont présents dans le jeu, mais ce problème est surtout dû au stockage limité à 1 Mo. Néanmoins, ils sont assez variés et l’impression désagréable de monotonie présente dans certains jeux du même style ne se fait pas ressentir ici, ce qui est une excellente chose !


Comment passer dans cette fournaise?

SCENARIO: Sans casser des briques puisqu’il tient en une ligne (des farfadets qui chassent des êtres maléfiques hantant les rêves des enfants), il est suffisant pour donner de la crédibilité au soft. A noter aussi que le choix des protagonistes et des ennemis renforcent cet univers basé sur les cauchemars, sans en faire quelque chose de trop horrible.

GRAPHISMES: Très beaux visuels et le jeu est très fluide, comme je le disais plus haut, ça va vite, et parfois même trop vite.

MUSIQUES: Les musiques sont excellentes et collent parfaitement à l’ambiance. Les bruitages quant à eux sont de très bonnes factures, même s’il nous a été donnés de voir mieux sur Snes.

JOUABILITE:
Parfaite : ça répond au doigt et à l’œil.

DUREE DE VIE: Très bonne. Il faut déjà le finir en solo et le niveau de difficulté rendra le challenge intense. A deux, c’est du pur plaisir, à faire et à refaire.

Nightmare Busters est un jeu qui aurait pu satisfaire notre expérience de joueur sur Super Nintendo tels les illustres Contra ou encore Turtles in Time (j’en passe et des meilleurs). Il fait parti tout simplement du genre de jeux qui a fait le succès de cette machine à l’époque. Tout y est : le fun à deux, l’univers, le challenge… Inutile de dire qu’avec ce soft, Arcade Zone, boîte quasiment inconnue du grand public, a su faire un jeu intéressant et prenant. Il aura fallu un malheureux concours de circonstances pour tout gâcher et laisser cette pépite dans l’ombre.

SUPPOS : 5,5/6

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

STEVE 28/09/2008

Pour l'avoir testé en solo, je suis ok pour les graphismes, la jouabilité et musiques, mais je trouve qu'on est tout de même loin d'une pépite, c'est très basique et répétitif, dans le genre de jeux à deux contra faisait 100 fois mieu !
Pas une daube mais pas un hit non plus, il aurait tout de même mérité de sortir et aurait trouvé facilement sa place sur snes.

DBZ3 28/09/2008

c'est peut etre le fait qu'il n'est jamais sorti qui crée le mythe ?

Zurg AHAH 24/10/2010



je l'ai testé en émulation c'est vraiment un bon jeu, même si assez répétitif, mais c'est le lot de tous les jeux rétro