[DOSSIER] LES JEUX VIDEO ET LA CRISE VOL. 1

Publié le par Keneda & Elodiebo

Le jeu video et la crise vol. 1

Inflation et pouvoir d'achat


La crise, la crise. On vous en parle tous les jours à la TV, dans les journaux, à la radio. Et en même temps, on n’arrête pas de lire que Nintendo, Microsoft et Sony (enfin surtout Nintendo) battent des records en termes de profits. Comment la crise peut-elle s’immiscer dans le monde spécifique des jeux vidéo ? Ceci est le premier dossier d’une série d’articles portant un regard sur les jeux vidéo et la santé financière (ma foi plus que florissante) de ce milieu.


Alors, le risque d’inflation générale existe-t-il vraiment ?

Vous avez certainement entendu parler des différents plans de sauvetages lancés par les Etats du monde entier. Ces plans vont coûter beaucoup aux Etats qui vont être obligés de lourdement s’endetter (il n’y pas que les Etats d’ailleurs).

La tentation va alors être grande pour les Etats de laisser courir voir d’encourager une certaine inflation. En effet, l’inflation permet de transférer du revenu, du créancier au débiteur. Les revenus de l’endetté augmentent alors que sa dette se déprécie.


"Putain Mick, t'as vraiment déconné..."

Bref, au delà de la théorie, on peut supposer que la banque fédérale américaine n’y serait pas aussi opposée, surtout dans le pays le plus endetté au monde. Cependant l’économie ricaine se basant sur la consommation (ce qui a fait dire à McKain il y a quelques semaines que les fondamentaux de l’économie américaine sont bons) et même si la consommation peut être en partie compensée par un recours massif au crédit par les particuliers, l’inflation ne devrait pas être favorisée de façon durable. Du côté de chez nous, en Europe, l’inflation aura beaucoup de mal à se mettre en place, du fait de la politique sévère de lutte contre l’inflation de la Banque centrale européenne. A priori, rien d’alarmant…

Mais si jamais l’inflation arrive et s’installe, peut-elle toucher le monde des jeux vidéo ?
L’inflation, dans le domaine de la culture et des loisirs a traditionnellement été toujours moins marquée que dans d’autres secteurs qui y sont bien plus sensibles (Energie, transport).
Il y aura certes une inflation générale mais elle devrait être limitée concernant le domaine des jeux vidéos. On verrait mal en effet un Street Fighter IV à 100€ ou une PS3 à 600€. Ah non, çà, çà a déjà été fait… Et la plupart des constructeurs sont plutôt sur une politique de baisse de prix, les hardwares datant de plus d’un an.

Cependant l’inflation, la hausse du chômage et la baisse du pouvoir d’achat vont conduire les gens à effectuer des arbitrages, c'est-à-dire à être sélectifs dans leur consommation. Les secteurs privilégiés seront toujours l’énergie, l’alimentation et les transports, au détriment du loisir culturel et en particulier du High tech. Les gadgets à la DSi ou à la sauce Mac Book représentent alors un véritable superflu…

Cela paraît une évidence, mais il faut s’en méfier. En effet quelque soit le niveau de vie dans les pays les plus riches, on consomme toujours du loisir. En effet en France chez les 10 % de ménages les plus riches en France la part des loisirs et de la culture dans les revenus est de 14,6 % alors qu’elle reste tout de même à 7,5% chez les ménages les plus pauvres. Compte tenu de la différence de revenu, la variation de la part des loisirs n’est pas si énorme et cela peut laisser penser que même en période de crise et de récession, la consommation de loisirs et de produits culturels, et donc à fortiori de jeux vidéo, restera à un niveau correct.

On peut alors imaginer que le système D et autres astuces des radins vont refaire surface. Bientôt, on retrouvera les mères de famille en train de sillonner les brocantes à 5h du matin à la recherche de la bonne affaire sur DS. Les Gamopats ont là du souci à se faire…



Keneda & Elodiebo

Publié dans FOCUS

Commenter cet article

emmanuelchain 24/10/2008 20:00

Euh, il me semble que l'inflation ne se traduit pas obligatoirement par une baisse du pouvoir d'achat si les salaires sont indexés sur l'inflation. L'inflation soutient même la consommation: étant donné qu'avec celle-ci l'argent ne vaut plus rien les épargnants sont forcés d'utiliser leur bas de laines pour consommer.
De même la baisse des prix si je me souviens bien ne garantit pas une augmentation du pouvoir d'achat : les japonais qui ont subi 10 ans de déflation pourrait bien vous le dire, ils ont une baisse concomittante à la fois de leur salaire et des prix.
Ce qui pourrait nuir au pouvoir d'achat du gamopat c'est ce qu'on appelle la stagflation c'est à dire augmentation des prix et croissance faible. Enfin l'inflation ne sera sans doute pas le danger qui menacera le gamopat, la baisse massive des prix des matières premières en cours devrait nous éviter cet écueilà court terme

Smux 24/10/2008 14:57

On peut alors imaginer que le système D et autres astuces des radins vont refaire surface. Bientôt, on retrouvera les mères de famille en train de sillonner les brocantes à 5h du matin à la recherche de la bonne affaire sur DS.

Mouais vous oubliez que tout le monde n'as pas la chance de s'acheter des j.v au prix forts de plus que souvent ces j.v n'en valent pas la peine la meilleur façon d'éviter la crise dans le j.v c'est de créer des jeux fun et originaux au lieu de prendre le co... le client pur une vache à lait.

Alex 24/10/2008 11:52

j'ai rien compris mais bel article !

Cervantes 24/10/2008 07:55

On se croirait dans Capital ! Chapeau.

Super dossier (j'espere que Jeuxvideo.com va pas voir çà car ils vont rien comprendre)