ACHETER D'OCCASION TUE !

Publié le par Elodiebo

Les jeux d’occasion, tous les Gamopats en achètent. Mais apparemment, nous menons une pratique honteuse. Bou, les vilains ! Et ça c’est David Braben qui le dit. Vous savez le créateur d’Elite ! Non, pas l’agence de mannequins, le jeu ! Pour lui, les jeux d’occasion nuisent complètement aux jeux neufs. Ah, c’est pas nouveau ça…



Braben s’exprime suite à l’annonce faite par le groupe commercial anglais HMV, qui va désormais accepter de vendre et d’acheter des jeux d’occasion. Braben dénonce les joueurs qui ramènent leur jeux dans les boutiques pour se les faire reprendre une fois finis. Mais il dénonce aussi les boutiques. Pour lui, c’est dégradant de payer un jeu plein pot et se retrouver avec un jeu déjà utilisé. Oui, c’est sur que dans ce cas là, on a l’impression de se faire un peu enfler…

Et c’est l’occasion pour notre brave créateur d’embrayer sur le futur du jeu vidéo.
Lui, il verrait bien un système de location, comme dans l’industrie cinématographique. Avec deux versions de jeu. Une pour une utilisation personnelle, qu’on ne peut pas revendre. Et une autre, spécialement faite pour la location. Il propose aussi de récompenser les joueurs qui posséderaient des jeux originaux, pour les encourager à acheter des jeux neufs en boutique. L’idée serait d’offrir certaines prestations (patches, mises à jour), en échange de la preuve d’achat du jeu neuf.

Pour Braben, si l’industrie vidéoludique n’adopte pas certains changements, nous nous dirigerons alors vers les jeux uniquement en téléchargement et online.

Il est gentil notre cher Braben. Mais les locations des jeux seraient difficile à mettre en place aujourd’hui dans le monde entier en même temps. D’ailleurs, un « not for resale » sur une galette n’a jamais empêché de la revendre sous le manteau (ou c’est pas bien ce que je dis là).
Et la disparition des supports est en marche forcée…

Bref, si l’on adopte la vision de Braben, ce ne sont pas que les joueurs qui achètent ou revendent d’occasion qui sont les méchants. Ce sont aussi les boutiques qui le permettent qui le sont. Et les 3 géants du secteur vidéoludique aussi, avec leurs consoles virtuelles. Mais ça, Braben ne le dit pas…

Publié dans EDITO

Commenter cet article

roundou 04/11/2008 13:57

Tiens une idée pour se connard :

A quand les jeux a 30€ neuf ? ( du genre FABLE 2, Gers of war 2, metal gear 4 )

JDFOPSA 02/11/2008 20:05

Bien ta life elodie ?

RecK 02/11/2008 12:08

Raminagrobis +1 !
waltari +1
D'ailleurs ce que vous dites et complémentaire.
Pour une fois que je lis des post intelligent ici !
Mais, en tout cas, j'ai bien peur que les grosse Major ne se remettent jamais en question ...

Raminagrobis 01/11/2008 14:08

D'où l'idée qu'en baissant les prix on pourrait acheter plus de disques et tout le monde s'y retrouverait. Les maisons de disques récupèreraient sur le volume écoulés les rabais qu'elles concèderaient sur chaque disque.

Quant aux éditeurs de jeux vidéos ils doivent aussi tenir compte du fait que c'est un loisir parmi une myriade d'autres et que les budgets moyens n'ont pas augmenté proportionnellement, avec donc là aussi des arbitrages à effectuer pour le consommateur et l'envie de payer le moins cher possible en se tournant alors vers l'achat d'occasion.

waltari 01/11/2008 12:52

faut pas oublié que l'offre est très superieur a la demande!le public ne suit pas!on ne peut pas tout avoir.
le marché du divertissement est exponentiel.N'importe qui peut sortir un cd.
le fan de metal par exemple se contentait de maiden priest et metallica,aujourd'hui y a tellement de putains de groupe qu'on ne sait plus où se donner de la tete.
quand on etait tout seul genre beattles et rolling stones à l'epoque on vendait par millions!
quand on est un millier de clones de "beattles",on peut pas vendre autant!
apres tout est question de qualité et de marketing.
il n'y a que le coca cola et le nutella qui resterons immortelles!

Raminagrobis 01/11/2008 12:31

A 70 euros le jeu sur 360 et PS3, pas étonnant que le marché de l'occase soit florissant.

Ça me fait penser au marché du disque où les majors s'étonnent que de moins en moins de monde achètent leurs albums à 15 euros.

Le plus grave c'est que dans ces deux marchés, à aucun moment les éditeurs ne remettent en cause leurs politiques tarifaires et finissent par accuser les autres (la vente d'occasion, le téléchargement, etc) de plomber leur business.
Si l'on achète plus ce n'est évidemment pas parce que c'est trop cher...

Je dis qu'en continuant comme ça ils n'ont pas fini de se plaindre.

waltari 01/11/2008 12:24

il y a eu des changements dans le XI ,genre une boutique dans un coin derue avec 2 entrées,qui se trouve scindée en 2 boutiques differentes!
une de jeu et l'autre pour reparations et ventes d'accessoires.
je me demande s'il y a pas eu un menage de fait.
en tout cas,certaines boutiques sont liées;c'est un peu une mafia!

Choderlos 01/11/2008 12:05

Dans quelles boutiques du XIeme il a lieu ce trafic de jeux volés?

waltari 01/11/2008 11:14

à noté que certaines boutiques de paris dans le 11 eme revendent des jeux neuf en occaz!
je m'explique:une des provenance des jeux vient d'un vigil d'une grande enseigne de super marché qui arrive avec son sac à dos contenant plein de jeux "tombés du camion"!
les commercants les achetent pour des clopinettes et se font de super marges et du fric au dos de tout le monde!
si les editeurs veulent contrer le marché de l'occaz,ils n'on qu'à mettre leurs jeux en budget economique ou platinum si leurs chiffre de ventes chutent drastiquement!