TEST : SONIC UNLEASHED / XBOX 360

Publié le par Benepito

Editeur : Sega
Développeur : Sega
Année de sortie : 2008
Support : Xbox 360
Genre : Action - Plateforme
Existe également sur PS3



Après un départ raté sur Xbox 360, Sonic nous revient dans un nouvel épisode plein de belles promesses. Oublions donc les déboires du passé, et repartons sur de bonnes bases. Faisons abstraction du fiasco de son arrivée sur nextgen et également de…ses épisodes sur Dreamcast. En effet, pour ne pas tomber dans le piège de la comparaison avec un Sonic Adventure merveilleux, nous allons faire semblant que Sonic n’a jamais existé sur la dernière console de Sega, et que Sonic Unleashed est le premier jeu mettant en scène le hérisson dans un univers tout en 3D.

C’est parti !
Entrée en matière avec une superbe cinématique mettant en scène Sonic attaqué par une horde de robots envoyés par le Dr. Eggman. C’est à pleine vitesse qu’il esquive leurs projectiles tout en faisant exploser quelques robots au passage. Arrivé dans le labo du Dr. Eggman, celui-ci se met à genoux et implore Sonic de ne rien lui faire, de lui donner une seconde chance. Et oui, Dr. Eggman veut faire pénitence. Vous y croyez vous ? Sonic semble sceptique jusqu’à que le qu’il s’empare d’un interrupteur et appui sur un bouton qui aura pour effet d’entourer Sonic de stèles métalliques. Ces stèles vont entourer Sonic d’un champ magnétique qui le transformera en hérisson féroce, velu, aux crocs pointus et aux griffes acérés. Suite à une énorme explosion, Sonic fait une chute vertigineuse et une fois à terre, il fait connaissance avec une espèce de gremlin volant couleur cassis, répondant au nom de Chip. Cet animal ne sert strictement à rien si ce n’est pour nous éclairer lors des didacticiels de gameplay.


La séquence d'intro est superbe.

Le jour et la nuit
Sonic, inquiet de son état de hérisson-garou, voit le soleil se lever. Et là, surprise : il redevient le Sonic normal, dénué de ses poils et de ses griffes. On commence à comprendre : Sonic sera « Sonic » le jour, « Sonic-garou » la nuit, et chaque phase de la journée qu’elle soit éclairée ou non-éclairée aura son propre type de gameplay, idée qui peut être plaisante si elle se voit bien exploitée.

Le jour, Sonic sera donc le hérisson rapide que tout le monde connaît. En revanche, la nuit, il sera aussi féroce qu’une bête sauvage, il perdra sa rapidité mais sera affublé de nouvelles aptitudes tel que des bras qu’il pourra étendre ou encore des nouveaux coups lors des phases de beat them all, dont certains nous rappellerons un certains Street of Rage.

En début de partie, un court laps de temps nous emmènera explorer le premier niveau du jeu. Il s’agit donc d’un niveau de jour que Sonic devra traverser à toute vitesse, qui servira de prétexte pour nous apprendre comment utiliser le pad. Le principe reste simple : un bouton pour le saut, un bouton pour aller directement vers certains éléments du niveau (par exemple après un saut pour rebondir sur un ennemi ou sur un bumper) et qui vous servira aussi de boost si vous récoltez des pièces, un bouton pour glisser et les 2 gâchettes pour faire des pas chassés.

Niveau graphismes, c’est vraiment joli. Ce n’est pas extraordinairement magnifique, mais c’est beau. Les textures sont fines, les décors colorés, pas de scintillement sur les polygones. Le tout va à toute allure sans aucune baisse de framerate. La maniabilité du hérisson est bonne mais perfectible, surtout quand on veut se positionner sur une plateforme avec précision. En effet, dès le départ, Sonic accélère trop vite. Nous avons donc là un Sonic plein de promesses, on retrouve un plaisir de jouer, on retrouve…Sonic dans tout ce qu’on peut lui espérer de mieux. Espérons que ça dure.


Les environnements de jour sont vraiment beaux.

Déception...
Malheureusement, la joie sera de courte durée. En effet, une fois transformé en bête féroce, votre déception sera à la hauteur de votre espérance qui vous a envahie lors de la traversée du premier niveau. Tails a été capturé et vous devez le retrouver. Vous allez donc questionner les gens de la ville. La première ville est minuscule : une rue et quelques culs de sac. On en a donc vite fait le tour, et pour couronner le tout, les PNJ sont d’une mocheté étonnante et les dialogues d’une nullité affligeante. On se sent berné mais on ne désespère pas. On rentre donc dans le premier niveau de nuit. Sonic peut donc courir à 4 pattes à la manière d’un chien ou déambuler tranquillement.

Les ennemis sont nombreux et quand ils dépassent la dizaine et que vous tapez dans le tas, les ralentissements sont de mises. Au fur et à mesure de ce premier niveau, vous apprendrez donc les nouvelles aptitudes de Sonic-garou, aptitudes que vous pouvez faire monter de niveau à la manière d’un RPG, en récoltant les losanges jaunes que font tomber vos ennemis.


Les ennuyeuses phases de nuit...

Passer l’ennui de la première phase de nuit, Sonic reprend ses couleurs de jour et là, vous espérez que les phases de nuits se feront rares vu les crises de nerfs et l’impression de gâchis d’un titre au fort potentiel que ce premier contact avec la nuit vous aura laissé.
Malheureusement, vous allez plus valdinguer la nuit que le jour et l’aventure commence sincèrement à s’essouffler au même rythme que vous perdez votre patience. Pour prendre un exemple, une phase de nuit m’a pris 22 minutes pour la finir. 22 minutes, il y a de quoi être écœuré, d’autant plus que la traversée est ennuyeuse à mourir et que les caméras, par-dessus le marché, vous prennent la tête par leur désir d’agir comme bon leur semble.

Au fur et à mesure du jeu, vous visiterez (via le une map symbolisée par le globe terrestre éclaté par l’explosion provoquée par le Dr. Eggman) plusieurs endroits, tous aussi minuscules les uns que les autres, et qui vous serviront d’entrée dans les nouveaux tableaux. De plus, quelques phases au gameplay différents viendront rythmer vos parties, à savoir une balade en avion avec votre ami Tails où vous devez buter du robot et autres choses du genre. Les boss sont également dans la plus pure tradition Sonic, ce qui nous fait quand même un énorme plaisir vu les phases de nuits que nous sommes obligés de nous farcir pour goûter à nouveau aux plaisirs des phases de jour.


Enfin bref, vous l’avez compris, ce Sonic c’est le jour et la nuit, tant au niveau phases de jeux que dans leurs appréciations respectives. On retrouve dans les phases de jour, le come-back du Sonic lors de ces jours de gloire, le plaisir à traverser les niveaux à toute vitesse est immense. On se dit donc qu’on va quand même se taper les phases de nuit juste pour pouvoir faire les phases de jour, mais des fois c’est pas facile, à moins de jouer avec sa cafetière à côté pour rester réveiller.
On reste avec l’impression que ce Sonic aurait pu être extraordinaire si les phases de nuit n’avaient pas été un ratage complet, et on a envie de prendre un billet d’avion pour le Japon juste histoire mettre une raclée à celui qui a flingué ce Sonic en proposant à Sega une idée aussi mauvaise.


Suppos : 2/6

Publié dans TESTS

Commenter cet article

tib 29/12/2008 12:55

lol comparer le jeu à TP, faut vraiment allé le chercher celui-là...
Pour le coup ça mérite un bon gros LOOOOL

-_-'

mimix 29/12/2008 06:55

lol, en même temps c'est pas TP qui a inventé le concept ...

ta pute 29/12/2008 02:57

si le transformation en loup c'est du tp

mimix 28/12/2008 09:54

y'a quand même rien de ressemblant avec TP...

TP 28/12/2008 07:43

Et voilà quand on essaie d'imiter zelda TP

mimix 26/12/2008 22:36

les phases de jour de ce sonic sont vraiment impressionantes, le level design échap au syndrome "rester appuyé vers l'avant" y'a vraiement tout pleins de ptits passages et des réflexes à avoir. ce sonic aurait pu être excellent si il avait alterné ce genre de phases avec des phases plus plate forme comme les excellents sonic adventure sur dreamcast. mais comme l'a dit le test, les phases loup garou sont tellement du gachi que ça sabote le jeu ! bon sang sega comment as tu pu laisser faire ça à un jeu pourtant bien parti ...
comble de l'arnaque, la démon du psn ne montre que le meilleur en occultant la phase garou :P
sega doit être conscient de son erreur :D

tib 26/12/2008 17:45

fabionizuka>> les deux opus de Sonic sur DS sont digne des épisodes Megadrive. Idem pour les 3 opus GBA, je les conseil vivement, c'est un pur bonheur que de jouer à ces bons Sonic 2D.

fabionizuka 26/12/2008 17:35

ils devraient plutot refaire un vrai sonic 2D avec des graphismes léchers (comme a su le faire nintendo avce "new SUPER MARIO BROS" sur DS), là ca vaudrait le coup!

mais sonic en 3D, ca n'intéresse personne...

sonic_the_hotdog 26/12/2008 13:03

Pour apprécier le gameplay de sonic faut juste avoir plus de 2 de QI. Dommage que SEGA rate tous les épisode depuis la mort de la DC, en fait c'est pareil avec tous leurs jeux j'ai l'impression...

DBZ3 26/12/2008 11:59

sonic = gameplay de merde comme toujours depuis ses debuts

kubs 26/12/2008 10:17

Ouais en effet, dur de jouer a contre coeur pour voir le jour ( ah mais non c'est une métaphore de la vie en fait)

Sinon est-ce que les phases de jour échappent au syndrome "je reste appuyé sur le bouton et je regarde sonic courir"?