TEST : LUNAR KNIGHTS / NINTENDO DS

Publié le par Keneda'

LUNAR KNIGHTS

Editeur : Konami
Developpeur : Studio Kojima
Année : 2007



Après les expérimentaux Boktai I et II sur GBA, les studios Kojima nous reviennent avec un action RPG empreint de vampirisme bon enfant. Classique en apparence, ce jeu recelle quelques bonnes idées, hélas pas toujours bien exploitées.


Il n'est ici plus question de jouer avec la lumière du soleil, contrairement aux premiers opus (un comble quand on connait les problèmes de lisibilité d'un écran GBA !), nous avons affaire à un A-RPG des plus classiques. Vous y incarnez des chasseurs de vampires qui doivent mettre fin à une conspiration machiavélique.



Passons rapidement sur le scénario et attardons-nous tout d'abord sur l'aspect visuel. On est alors partagé entre le très bon en ce qui concerne les magnifiques cinématiques façon dessin-animé, et le médiocre pour la réalisation du jeu en lui-même : un brin feignante, avec une 3D isométrique qui n'est pas vraiment du plus bel effet.

En ce qui concerne le gameplay, la prise en main est rapide : un bouton pour frapper, un pour parer. Si les possibilités de combos sont inexistantes, il est cependant possible d'associer son arme avec un « esprit » (appelé ici ténerrien), afin d'en tirer un pouvoir élémental. Cependant leur utilisation est limitée et se fait sous contrôle d'une jauge, rechargeable quand il fait jour ou quand il fait nuit, cela dépend du personnage choisi. Si cela paraît être une bonne idée au départ, ce mécanisme peut parfois révéler quelques lourdeurs lorsque le temps ne correspond pas au pouvoir qu'il faut enclencher à un moment précis (pour débloquer une porte par exemple).

Hormis cela, la progression est des plus classiques et l'on pourra voyager entre les donjons sur la carte du monde. Ces derniers, monotones et sans surprises, deviennent vite pénible car les combats n'ont rien d'exaltant non plus !



Ce qui fait également l'originalité de ce soft, c'est l'insertion de passages « shoot'em up », histoire de varier les plaisirs ? Hélas, si le principe semble bon et si la réalisation est cette fois à la hauteur, on déchante vite fait car ces phases ne sont jouables qu'au stylet. On ne peut donc pas bouger et tirer en même temps, une hérésie pour tout fan de shoot qui se respecte !


« De bonnes idées sur le papier, de nombreuses lourdeurs en pratique », voilà qui résumerait bien ce soft. A réserver aux accros de rpg que la monotonie ne rebutte pas.

SUPPOS : 2/6

Publié dans TESTS

Commenter cet article

snif 13/02/2009 00:38

Tiens, encore un test de merde !

"Passons rapidement sur le scénario" Au contraire, attardons-nous sur le scénario. ça nous permettra de voir si tu as fait le jeu. Le scénario est justement l'une des forces de ce titre, en plus de son gameplay et de sa musique.

"On ne peut donc pas bouger et tirer en même temps, une hérésie pour tout fan de shoot qui se respecte !"
Il vaut mieux éviter ce genre de propos risible quand on est un noob.

Et n'oublie pas de parler de boktai III, ça fera un peu moins amateur.