TEST : RESIDENT EVIL 5 / PS3

Publié le par Shion

RESIDENT EVIL 5

DEVELOPPEUR : CAPCOM
EDITEUR : CAPCOM
SUPPORT : PS3/XBox 360 (testé sur PS3 version japonaise)
SORTIE : 13 mars 2009 (Japon), 05 mars 2009 (USA, EUROPE).



Quatre ans après le fabuleux quatrième opus d'une de ses séries phares, Capcom nous sort un des jeux les plus attendus en 2009. Resident Evil 5 a déjà beaucoup fait parlé de lui, en bien et en mal, on a notamment eu droit à une polémique du fait que le jeu se passait en Afrique et que les ennemis étaient très (trop?) réalistes. Pour les joueurs, l'idée de l'ajout d'une partenaire contrôlée par l'IA en mode solo inquiète beaucoup. Alors, ce Resident Evil est-il le hit qu'on est en droit d'attendre?


Cette fois-ci, le héros n'est plus Leon S Kennedy, mais bel et bien Chris Redfield. Ce dernier fait partie du BSAA (Bioterrorism Security Assessment Alliance) et se rend en Afrique pour mener une enquête concernant les virus de l'ex-Umbrella qui seraient en la possession de personnes mal intentionnées. Après avoir traversé la savane, notre ex-membre des STARS arrive dans une ville où il fait connaissance avec son contact, Sheva Alomar, sa collègue africaine, elle aussi issue du BSAA. Commence alors l'aventure...

Le début du jeu est plutôt basique. On doit se déplacer dans une rue pour atteindre une boucherie où nous attend un informateur qui doit nous remettre des armes. Une fois, les armes à feux en main, on se retrouve livrés à nous-mêmes et le cauchemar peut commencer. En se déplaçant dans une ruelle, des cris proviennent d'une maison, évidemment, le seul moyen de progresser est d'entrer à l'intérieur de la bâtisse où une surprise nous attend. C'est l'élément déclencheur du jeu. Une fois sorti dans les ruelles de derrière, les Majinis (l'équivalent des Ganados dans le quatrième opus, à savoir les gens infectés par les Plagas, sortes de parasites s'attaquant au système nerveux et "zombifiant" leurs hôtes) arrivent à foison, il faut alors se réfugier et on arrive à la scène de la démo où il faut subir un siège comme dans Resident Evil 4. Voilà pour le début de l'aventure.


Le mode mercenaire et ses combos. Comme dans l'épisode précédent, on pourra incarner plusieurs persos différents.

Au niveau de l'esthétique, rien à dire, le jeu est magnifique, les effets de lumière et les modélisations des personnages sont réussis. Les décors sont impressionnants, bref concernant les graphismes, le jeu est une réussite. Les scènes cinématiques sont également somptueuses, on a l'impression d'être dans un film. Il y en a beaucoup (non, on ne tombe pas dans le syndrome MGS4), elles sont passables via une pression sur le bouton select, ce qui est plutôt pas mal quand on recommence le jeu. Les musiques qui rythment l'aventure collent bien au jeu, avec des mélodies rythmées pendant les phases d'action et quelques sons plutôt inquiétants pendant les quelques temps morts voulus pour faire monter l'adrénaline chez le joueur.

Passons maintenant au gros morceau, à savoir le gameplay. C'est du Resident Evil tout craché. Bon nombre d'entre vous qui se sont essayé à la démo ou qui ont parcouru les forums sur le net, savent qu'il est impossible de se déplacer en tirant, contrairement à un Dead Space, par exemple. Cela peut se montrer très handicapant, car bon nombre de fois, on souhaiterait tirer en reculant afin d'éviter les assauts répétés des ennemis. Dans les premiers RE, ce type de gameplay collait parfaitement au jeu. Dans cet épisode, on reconnaîtra que le joueur se retrouve dès le début dans une situation inconfortable, surtout lors de la scène de l'assaut, puisque les ennemis arrivent de tous les côtés, il faut donc tirer vite, se retourner (BAS CARRE) et shooter tous ceux qui essaient de vous surprendre par derrière. Inutile de dire qu'un temps d'adaptation est nécessaire, puisqu'une fois le flingue en main, le joystick analogique droit ne sert plus à rien, c'est avec le gauche (celui qui sert aux déplacements en temps normal) qu'il faudra viser. En fonction de la partie de l'ennemi visée, plusieurs possibilités sont offertes au joueur. Une balle dans la jambe de l'ennemi, permet de déclencher, à condition de s'approcher de ce dernier, un uppercut. Dans la tête, il aura droit à un bon crochet signé Redfield, etc. On peut également écrasé le corps endolori d'un ennemi à terre.

Après quelques minutes de frustration nécessaires pour s'habituer au gameplay, le jeu devient néanmoins fun et les diverses possibilités proposées pour exploser les majinis, à savoir le corps à corps ou encore l'interaction avec le décor (je shoote dans un bidon d'essence pour brûler tout ce petit monde ou dans une bonbonne de gaz pour m'offrir un feu d'artifice de chair) contribuent au plaisir du joueur. La possibilité également de se cacher derrière des murs ou des caisses, vers la fin du jeu pour faire face à des ennemis armés jusqu'aux dents, apporte pas mal de fun au gameplay. A noter également un stage de shoot sans déplacement derrière une mitrailleuse qui sort d'un Resident Evil ordinaire mais qui est loin de déplaire.



La grosse nouveauté de ce Resident Evil est la partenaire. Si effectivement, on avait déjà ce système dans RE 0 (repris en partie ici à savoir l'entraide pour atteindre des endroits inaccessibles), dans RE5 il est plus abouti. En effet, il est impossible de changer de personnage au cours de la partie. Donc on joue Chris et l'IA s'occupe de Sheva. Elle est très gentille, elle peut vous passer des munitions quand vous êtes dans le besoin, vous soigner quand ça va mal, prendre des initiatives ou vous guider quand vous êtes perdu. Elle peut même mélanger les herbes pour rendre leurs vertus régénératrices plus puissantes grâce à son BTS de botaniste. A part cela, ça reste assez aléatoire, il faut savoir que la demoiselle a des hauts et des bas, elle est capable de rater des cibles, suivre Chris alors qu'on souhaiterait qu'elle attire l'attention d'un boss parce que le point faible de ce dernier est situé dans son dos, rester à côté d'un ennemi capable de tuer d'un coup. Quand Sheva meurt, la partie s'achève et le joueur est frustré, car la sanction n'est pas dûe aux performances du joueur.

De ce fait, on en vient à maudire ce système de coopération beaucoup plus abouti dans Army of Two par exemple, où on peut demander à son partenaire de faire une multitude d'actions ou d'adopter moult comportement. Dans RE5, on ne peut que lui dire de venir près de nous ou l'appeler à l'aide. En effet, lorsque l'un des persos est attaqué par un ennemi et qu'il ne peut plus s'en sortir, il a la possibilité d'appeler son partenaire à la rescousse. Si vous êtes dans le pétrin, une simple pression sur le bouton "rond" et Sheva arrive pour balancer un gros coup de pied dans l'ennemi qui libère son emprise sous le choc de l'attaque. Si c'est votre équipier, il vous faudra alors aller la secourir en appuyant sur le bouton action une fois assez proche de l'ennemi ou de la partenaire. Afin de ne pas rendre les choses trop difficiles, les potions de guérison peuvent rendre de l'énergie aux deux persos en même temps.

Si le mode coopération n'est pas une mauvaise idée en soi, on aura surtout tendance à en retenir les défauts, de ce fait, on évitera de donner à sa partenaire trop de munitions, car elle aime tirer sans compter ou de potions, car elle a tendance à vite les utiliser sans forcément attendre le boss. Il vous arrivera aussi de vous énerver car elle sera un peu trop souvent dans vos pattes et parfois même, elle vous gênera en plein gunfight en se mettant devant vous. On a également la possibilité de la configurer en soutien, dans ce cas-là, elle usera et abusera des herbes pour vous soigner à la moindre blessure, ou alors, pour les plus téméraires, il est possible de la rendre plus offensive, et là, elle ramassera toutes les munitions sous votre nez. Bref, pour tout cela, on préfèrera la coopération en ligne.

Le mode en ligne est impeccable, on peut rejoindre une partie en cours ou alors créer soi-même sa partie. Quelqu'un est capable à tout instant de nous rejoindre lors de la campagne solo, à condition de ne pas verrouiller cette dernière. Pas de lag, du moins au Japon, le système de barres montrant le débit de la connection est présent comme dans Street Fighter IV. La coopération en ligne ne se limite pas seulement au mode histoire, on peut également en jouir dans la section mercnaire, bien connue des adeptes de RE4. Il faut tuer le plus de zombies possibles dans le temps imparti qu'il est possible de rallonger en trouvant des sabliers. Cela permet de se faire rapidement des points pour acheter des bonus. A noter que ce mode ne peut se débloquer qu'une fois le jeu finit une première fois.

L'ambiance de cet opus est très bien rendue, mais les fans des premiers épisodes regretteront peut-être son orientation. RE5 n'est pas flippant. De temps en temps l'adrénaline monte car on sait qu'on va tomber sur des ennemis coriaces, mais on a davantage à faire à un jeu d'action qu'à un survival. Les ennemis sont très nombreux, il y a des trésors à trouver dans les niveaux, ainsi que des emblèmes BSAA à flinguer afin de débloquer des bonus. Le jeu est chapitré et chaque fin de chapitre donne un rang de D à S, en fonction du nombre de vies perdues, du temps que l'on a mis pour finir le niveau, du nombre d'ennemis abattus, de la précision des tirs, etc. En fonction du rang, on reçoit un certain nombre de points qui permettent de d'acheter des bonus divers et variés (nouveaux costumes, figurines, munitions illimitées pour une arme, etc) qui seront débloqués en remplissant certaines conditions. A part cela, le déroulement de la partie est très linéaire, il faut suivre les couloirs pour arriver au but.


L'affichage de la carte en haut à droite (touche R2) pourra donner un bon coup de main.

Et c'est là qu'intervient le scénario, pour ceux qui s'attendaient à une histoire en béton, il y aura de la déception dans l'air. Si au début, l'idée de faire un RE en Afrique n'est plutôt pas mal, en effet, dans le Code Veronica, ce continent et le virus Progenitor avaient été évoqués, les motivations des différents persos, en particulier du grand méchant, collent mal à l'histoire et à la saga. Il n'en devient qu'un énième cinglé de plus, qui a finalement le même but que pas mal de méchants d'animes et de jeux vidéos. Bref, rien d'original et c'est fort dommage.

Autre grosse différence, cette fois-ci avec l'épisode 4, le vendeur d'arme n'est plus. Ici, on accumule de l'argent au cours des chapitres, afin de pouvoir acheter des nouveaux objets et armes à la fin de ces derniers ou avant de reprendre une partie. Dans l'inventaire, on a en tout 18 espaces : 9 pour Chris et autant pour Sheva. Il faudra donc bien choisir quoi prendre au début de chaque chapitre, sans bourré l'inventaire, sinon on sera incapable de ramasser les nouvelles armes. Ajoutez à cela, qu'il vaut mieux éviter de donner trop de munitions et de potions à Sheva, et on se retrouve avec un inventaire totalement déséquilibré où on essaie en permanence de l'arranger en cours de partie, parce qu'on trouve une nouvelle arme, etc. Bien sûr, on a la possibilité de demander ou d'échanger des items avec sa partenaire, mais il faut qu'elle soit près de nous, rentrer dans le menu, faire la manip adéquat et attendre qu'elle nous passe l'objet. Ce n'est pas toujours évident, surtout en plein combat.

Le gameplay et la partenaire donnent du crédit à la difficulté du jeu. Même si en général, ça se passe bien, certains passages sont à se tirer les cheveux. On ne va pas non plus oublier les QTE (Quick Time Event) qui sont omniprésents dans ce jeu. Ça finit par saouler. A certains moments, on a l'impression que l'on peut faire une action grâce à un QTE, mais en fait, ce dernier nous mène à une mort certaine. Bref, dans RE5, il y a des fakes QTE, la scène se lance, vous appuyez sur les boutons au bon timing et vous mourrez. Il fallait faire autre chose et ce n'est pas toujours clair, donc seule l'expérience (comprendre ici: quelques game over) pourra aider. Les boss à QTE sont nombreux, ne serait-ce que pour esquiver les attaques. Et oui, c'est la parade de Capcom à ceux qui critiqueront le fait de ne pas pouvoir se déplacer en tirant pour éviter les attaques. Il y a les QTE!!!

Enfin, la durée de vie du jeu est assez longue. Pour une simple partie, il faut compter une quinzaine d'heures (je parle pour ceux qui se fichent du rang et qui veulent profiter pleinement du jeu en fouillant les moindres recoins). Après avoir fini le jeu une première fois, les new games plus font leur apparition, on peut recommencer une partie avec l'inventaire de la partie précédente inchangé, dans un niveau de difficulté différent (ce qui n'avait malheureusement pas été le cas dans Dead Space). De plus, il y a pas mal de choses à débloquer dans les bonus et les fans de trophées/succès y trouveront leur compte (tirer dans la tête d'un Majini en plein saut en fera galérer plus d'un).



SCENARIO/AMBIANCE : Si l'histoire part bien, après quelques bonnes révélations, la trame chute brusquement dans du recyclage de seconde zone. Un gros manque d'originalité et la mise en pièce d'un personnage charismatique sont au programme, pour un final peu éblouissant et qui laissera le joueur sur sa faim. L'ambiance quant à elle, est plutôt bonne, on a le droit à une ville inquiétante ou encore à une aventure digne d'Indiana Jones (les amateurs pourront apprécier, les vrais fans de RE auront plus de mal). Par contre, le mot « peur » est à bannir, le jeu est trop orienté action pour effrayer.

REALISATION : Superbe! Capcom nous montre qu'il sait développer sur Current Gen, même si on n'en doutait pas vraiment. Le jeu est visuellement très impressionnant.

MUSIQUE : Bonnes, elles ponctuent les divers passages du jeu et collent très bien à l'ambiance.

MANIABILITE : Elle se montre un poil trop rigide. Ne pas pouvoir se déplacer en tirant se révèle très handicapant au début, mais aussi contre certains boss. C'est à double tranchant, car ça ajoute aussi du piment au jeu. A noter également des efforts pour varier le gameplay dans certains niveaux qui donnent un peu plus de consistance au jeu.

DIFFICULTE : Meme sans être très difficile, certains passages sont quand-même atroces (merci Sheva).

DUREE DE VIE : Très bonne. La possibilité de refaire le jeu en gardant tout ce que l'on avait pris auparavant ou encore le mode mercenaire, voire la coopération en ligne rallonge considérablement l'intérêt.


Capcom a voulu apporter du changement sans trop prendre de risques. Seulement voilà, le mode partenaire en solo ou encore le gameplay un peu trop rigide gâchent un peu la fête. Les fans de RE4 apprécieront sans doute ce nouvel épisode, en passant outre ces défauts. Pour les fans de la première heure, ce cinquième opus n'a de RE que le nom. En y jouant, on a l'impression de faire un Uncharted avec sa chasse au trésor ou encore son temple caché au fond d'une grotte. Le mode online quant à lui est excellent, pour peu que l'on s'entende bien avec son partenaire. Bref, même si on peut être déçu par ce titre, il faut reconnaîtrequ'il demeure un bon jeu, à défaut d'être le gros hit que tout le monde était en droit d'attendre.

SUPPOS : 4/6

Publié dans TESTS

Commenter cet article

titou(a) 16/03/2009 14:45

Ils ont juste niqué le survival horror pour en faire un jeu de shoot minable à la maniabilité ancestrale et au coop boulet avec la même architecture que RE4 (mêmes ennemis, mêmes animations, même séquence de straff bidon et du ''je cours, je m'arrête net'', ''je cours je m'arrête net'')

C'est de la merde en lingot, l'acheter c'est cautionner, honte à toi, tu devras assumer et ça ne saura pas facile:-(

Yoga 15/03/2009 20:17

C'est pas de la merde en barre pour tout le monde hein....
C'est pas parce que toi tu aimes pas, que les autres joueurs sont obligatoirement du même avis.
Pour ma part, malgrès la gestion de l'inventaire en temps réel, je trouve ce RE5 excellent.

titou(A) 15/03/2009 18:40

Pour une des trés rare fois, la version PS3 est la même avec des couleurs et un rendu un peu plus chatoyant.

Mais pas de chance, ce jeu c'est de la merde en barre, les sonystes sont maudis^^

Yoga 14/03/2009 13:13

Pour la première fois, j'ai pu enfin essayer les deux versions.
Et vraiment la diffèrence entre la PS3 et la 360 est quasi inperceptible.
Chercher des défauts, c'est vraiment parler pour ne rien dire.
Au finale tout le monde en aura pour sont argents sur les deux support^^

citylab 14/03/2009 12:57

ouaip donc comme d'hab c'est quand meme moins bien sur ps3 (meme si c'est assez minimal les différences).

RIO 13/03/2009 20:02

"quelqu'un a comparé les versions ps3 et 360? il y avait une rumeur comme quoi la version ps3 serait en 'inferior", est ce vérifié ou les 2 versions sont identiques? "

Là :

http://www.gametrailers.com/player/46683.html

Ce n'est pas une grosse inférior, ce ne sont que des détails, rien qui nuise au gameplay et pas de quois dire que la version 360 est meilleure mais cependant il y a encore des différences, sur une console soit disant plus puissante on devrait avoir au moin aussi bien non ? Surtout que la ps3 ne vient pas de sortir.

waltari 13/03/2009 19:43

au virgin des champs re5 ps3 est superior par rapport à la 360,du moins en prix:5 euros plus cher!

waltari 13/03/2009 19:39

chris redfield est tellement baleze,qu'il ne craint pas le soleil et et qu'il reste sur place à decouvert quand il tire sur les mechants!

toki 13/03/2009 18:42

ou est passer l'idée de gameplay , à savoir celle ou il faut se proteger du soleil et se réidrater constament ? ....

Anc 13/03/2009 18:06

So sorry, je ne regarde pas les gaming live, question de principe ^^

Yoga 13/03/2009 15:45

Anc =>Il précise que les deux versions sont identique dans leur gaming live^^

Anc 13/03/2009 15:16

on parle bien du même jv.com ? celui a qui met 17/20 à mortal kombat deadly alliance ? (oui c'est une note qui m'a marqué dans ma vie xD)

parce que si le cas, il faut vraiment que la différence soit ultra flagrante pour qu'il le voit ! leurs test sont un copier coller d'une version à lautre avec les mot ps3 remplacé par 360... bonjour l'objectivité

aprés je m'en fous, perso je suis à l'abri des inferior et je respécte le choix d'acheter une ps3 même si je ne le comprend pas

Yoga 13/03/2009 14:17

citylab =>Regarde les Test de Gamekult de de JV.com.
Que ce soit sur PS3 ou 360, les version sont identique(sinon JV.com ne ce serait pas fait prié pour le faire remarqué).
Même chose pour GK, aucune superio ou inferior pour les deux support.

waltari 13/03/2009 14:16

apparement,sur 360 on a un aliasing moins prononcé et des couleurs plus chaudes.
sinon globalement c'est pareille.
en ce qui concerne l' inventaire dans le jeu,c'est vrai qu'il est assez contraignant,et de plus en temps reel,mais ça a toujours ete une specificité de la serie.
à nous de gerer au mieux les munitions par rapport aux herbes.
le seul truc con,c'est que quand on jette un objet,il ne tombe pas par terre,on l'elimine,dommage.
a la fin de chaque niveau,on peut stocker ses objets la phase "magasin virtuel".

zorrosko 13/03/2009 14:10

fucking troll detected

missiles armed

FIRE

citylab 13/03/2009 13:54

quelqu'un a comparé les versions ps3 et 360? il y avait une rumeur comme quoi la version ps3 serait en 'inferior", est ce vérifié ou les 2 versions sont identiques?

waltari 13/03/2009 13:27

ce n'est qu'un resident 4 hd,le jeu est bon et fun,mais en 2009 on attend plus.
capcom sait tres bien faire de beau jeu bien fun,mais il a perdu ce genie qui le caracterisait.
le nom qu'ils appellent à ce manque de genie ou d'ame s'appelle occidentalisation!
a part ça,je l'aime bien ce re5,meme si ce n'est pas la tuerie annoncé.

El Matador 13/03/2009 13:18

"avant la sortir du jeu : c'est le meilleur jeu de la série vous allez voir

apres la sortie du jeu : excusez nous, vous verrez le suivant sera le meilleur

et les gogo gobent à chaque fois"

C'est qui les gogos?

mad_zero_0 13/03/2009 13:05

Je ne cache pas ma déception... Je m'attendais à...Je sais pas, autre chose!

S'il y avait bien deux choses qui me gonflaient et me faisaient décrocher dans Resident Evil 4 c'était les séances de "siège" (coincé dans une petite baraque et il faut repousser les assaillants) et les séquences où je me retrouvait attaché à un boulet de partenaire (n'est-ce pas Ashley?)...

Or, qu'est-ce que je retrouve dès le début de ce Resident Evil 5? Les deux mon capitaine!!! Argh... Merde alors!

Que dire de ce jeu qui était tant attendu? Après un Street Fighter IV qui me laisse encore perplexe, je ne peux que me dire une fois plus qu'il va devenir urgent de faire évoluer les gameplay de nos grands classiques et de passer à autre chose (j'aurais même préféré un nouveau remake current-gen du premier Resident Evil, hmm... Le manoir en HD...). Entre une Wii technologiquement à la ramasse totale et les current-gen engoncées dans des schémas de jeu usés jusqu'à la corde, je m'impatiente à découvrir du nouveau... Du sang neuf capable de me garder scotché devant l'écran!

C'est bien simple, malgré Street Fighter IV et Resident Evil 5, je me retrouve encore et toujours à jouer à Oblivion même après avoir déjà joué 300h dessus...

Vivement la suite! :)

mikachu 13/03/2009 11:57

totalement agree with you RECK (ça devient lassant)

la même chose pour Winning Eleven

X1080 13/03/2009 11:28

avant la sortir du jeu : c'est le meilleur jeu de la série vous allez voir

apres la sortie du jeu : excusez nous, vous verrez le suivant sera le meilleur

et les gogo gobent à chaque fois

RecK 13/03/2009 10:06

Noooooo !!!
Ils ont tué RE !!!!
Mais Capcom commence déjà à s'"excuser" en commençant à parler de RE6 et en précisant qu'ils corrigeront les défauts du 5.

baracouda 13/03/2009 09:58

"L'avis du Doc? C'était mieux avant... "


Quand il trouvait des pseudo inferior version partout pour le moindre pixel ?

Kidrok 13/03/2009 09:38

L'avis du Doc? C'était mieux avant...

Yoga 13/03/2009 09:11

Encore une chose : dans le fond, c'est un très bon jeu.
Si vous avez aimer RE4, aucun doute que celui-ci vous en donnera pour votre argent^^

Yoga 13/03/2009 09:07

Par chance, j'avais réussi à obtenir RE5 quelques jours avant sa sortie.
Et franchement je dois dire que j'ai été déçu.
Le jeu est très beau, cela ne fait aucun doute.
Mais le jeu en lui même ressemble trop à RE4.
En particulier dans les actions du personnages(on à l'impression de voir Léon)...
Mais le plus gros défaut reste quand même la gestion de l'inventaire en temps réel.
Bon l'idée n'est pas mauvaise, mais quand on essaye de le réussir en difficulté maximum, mieux vaut avoir des reflexes de para-commando.
Au sinon pour le reste, ben c'est du Resident Evil classique.

Par contre ce serait bien que Doc donne sont avis sur le jeu, histoire de voir ce qui lui en pense^^

Petit-rat 13/03/2009 08:55

Voilà la série RE est morte, merci!
Normal Mikami n'est plus là!