[RETROGAMING] ARENA : MAZE OF DEATH / GAME GEAR

Publié le par Devilcastor

Arena : Maze of Death
Support : Game Gear


Éditeur :
SEGA
Développeur : SEGA

Année de sortie : 1996


En l’an 2026 le pays est contrôlé par un gouvernement corrompu qui dirige les médias. Mais les rebelles pro-démocratie ont décidé de mener le combat et veulent renverser le pouvoir grâce à une cassette vidéo volée montrant une réunion secrète entre les politiques et AstralNet, la compagnie qui dirige les médias. Derrière ce synopsis se cache un jeu d’action/shoot assez méconnu de la Game Gear, d’autant plus qu’il n’est sorti que sur ce support.

C’est vous, Guy Freelander qui avez pour mission d’infiltrer la centrale d’émission de la chaîne muni de la preuve de la corruption et de montrer au monde entier le vrai visage des hautes instances. Pour cela il vous faudra déjouer les pièges de l’ARENA ! Afin d’en découvrir toutes les subtilités, entrons donc tout de suite dans l’arène.


Un flingue, une lampe torche, et roule ma poule !

C’est la 3d isométrique qui a été choisi pour la réalisation de ce soft. Cela donne un résultat plutôt joli, qui fait penser énormément à la version Snes de Shadowrun sortie trois ans auparavant. Elle permet de donner de la profondeur aux environnements, et un niveau de détail plus qu’appréciable. L’animation de Guy se révèle fluide, ce qui n’est pas forcément le cas de tous les ennemis car bon nombre d’entre eux étant des sentinelles, ils ne bougeront pas de leur position. En revanche, du fait de la vue de ¾, certains précipices seront difficilement reconnaissables et vous finirez souvent au fond du gouffre en pensant qu’il s’agissait juste d’un mur, un peu gonflant à la longue.

Plusieurs environnements sont proposés : entrepôt, ruelles, tunnels, mais globalement on reste dans les mêmes décors urbains. C’est pour le coup un peu répétitif. Très mauvais point, la musique agaçante... et elle sera là du début à la fin ! Au bout de 10 minutes, vous aurez vite fait de baisser le son de la Game Gear (heu... si vous avez encore la chance d’en avoir !). Et les bruitages ne sont guerre mieux, la mitraillette du héros faisant le même bruit qu’un tailleur de pierres s’excitant sur un bloc de granit ! Il devait y avoir mieux à faire dans ce domaine.


Faisez gaffe ! A gauche, ce n'est pas un mur mais un précipice...

Il faudra un petit temps d’adaptation pour réussir à maîtriser l’arsenal de Guy. En effet, viser les ennemis se révèle être une tache ardue, 3D isométrique oblige ! Car notre bon Guy tire dans seulement 4 directions (les points cardinaux), et sur une map vue de ¾, il faudra trouver le bon angle pour toucher les ennemis (ce qui ne semble pas leur poser de problème en revanche). Le corps à corps au couteau est du coup plus précis mais également beaucoup plus dangereux.
Plusieurs armes sont disponibles si vous réussissez à les trouver sur la map : la mitraillette (armement de base), lance plasma, fusil laser, des grenades anti-chars et un dévastateur lance-flammes (efficace contre les chars blindés). Il faudra cependant surveiller son stock de munitions car une fois épuisé, il ne vous restera plus que votre canif. Pour switcher entre les armes, il faudra passer par le menu principal en appuyant sur Start, ce qui n’est pas des plus intuitif. Sur ce dernier, vous pourrez vérifier votre santé, votre inventaire, le nombre de vies restantes, et aussi votre jauge d’armure. Des items parsèmeront de ci de là votre parcours : medikit, grenades, plastron d’armure afin de mieux résister aux balles.

L’Arena (le nom du bâtiment Astralnet) est divisée en 20 niveaux (4 niveaux par environnement), dans lesquels vous devrez toujours suivre le même rituel : récupérer des clés d’accès cachées afin d’ouvrir les portes des niveaux suivants. Mais certaines d’entre elles nécessitent plusieurs clés, vous obligeant à d’incessants aller-retours. Des "warps" pourront cependant vous aider à traverser le terrain plus rapidement.


Vous ne pourrez pas traverser ce laser sans avoir actionner un interrupteur caché

La difficulté du jeu est relativement bien dosée et augmente parallèlement avec vos aptitudes de « défourailleur ». Si vous n’arrivez pas à progresser dans le jeu, vous pourrez toujours basculer au niveau de difficulté inférieur (Easy, Normal, Hard). Le principal souci que vous pourrez rencontrer sera la réapparition des ennemis une fois tués. Ces derniers seront de retour cinq secondes après leur mort, et lorsque l’action nous oblige à repasser plusieurs fois au même endroit, cela devient franchement agaçant, d’autant plus que les munitions sont rares. La bonne solution (enfin la moins bourrine) sera donc de tracer sa route en évitant les tirs des ennemis, ce qui s’avère nettement plus rapide.

Arena : Maze of Death méritera finalement qu’on s’y attarde, c’est un bon jeu d’action à l’ancienne doté d’une bonne réalisation graphique et d’une durée de vie honorable. Il est dommage que le gameplay soit aussi répétitif et que l’ambiance sonore soit si énervante car sans ce faux pas, on aurait tenu un grand jeu entre les mains. Reste un scénario intéressant même si peu mis en scène. Un jeu à tester en tout cas !

SUPPOS : 4/6

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

sanglier 11/12/2009 12:33



Je ne sais pas combien de fois j'ai recommencé ce jeu étant gamin. Je ne l'ai d'ailleurs jamais fini...


Excellent jeu n'empêche, avec une mention spéciale pour la musique que j'adorais :D



skeletor 16/08/2009 22:16

ouaip, ça bouge bien, un bon petit jeu qui attire l'oeil sur gamegear. Un tit patch de traduction chez Generation IX http://generation9.kanshima.net/

Shakaan 15/08/2009 18:03

C'est rare, un test de jeu game gear, bravo.