PC-CHIOTTES.COM

Publié le par Dr Floyd

Nos "amis" de PC-World viennent de publier un article très interessant sur le TOP 10 des "PC" les plus pourris de l'histoire de l'informatique...

http://www.pcworld.com/article/id,129857-page,6-c,desktoppcs/article.html

Alors on retrouve dans ce classement le TI99 et le Vic 20, deux micro-ordinateurs très populaires au tout début des années 80 qui ont fait beaucoup pour la démocratisation de l'informatique à la maison !

Clavier mécanique, port cartouches, port manettes, basic intégré, pas mal de bons jeux... Il aurait peut être fallu replacé ces machine dans leur contexte : 1980-1981 !!!!

De plus mélanger les compatibles PC avec les micro-ordinateurs... C'est du grand n'importe quoi ! Mais bon il faut remplir les pages et c'est surement le stagiaire de service né avec Windows 95 qui s'y est collé...

Et où est passé le fantastique Oric 1, ordinateur buggé et non terminé vendu dans l'état de façon scandaleuse ? Et le fabuleux ZX Spectrum ? Et l'Alice ? le To7 ?

Publié dans NEWS

Commenter cet article

metalseb 21/05/2007 14:05

Je ne vois pas ce qu'il y a de choquant dans cet article. On parle là bien d'ordinateurs personnels et le fait qu'ils soient des 80's ou des 90's n'y change rien. Un mauvais produit reste un mauvais produit. Point barre. Et la première version du TI99 en était une, le VIC20 aussi quoi qu'on en dise. L'ORIC1, le ZX81, la série HECTOR aussi... Elle ont aujourd'hui des status de 'machine culte' mais objectivement c'étaient de sacrés tromblons. Comme quoi, à l'époque des pionniers, on pouvait vraiment vendre n'importe quoi !Comme le dit très bien Didier, l'article est paru dans une revue US, il est donc logique qu'on y traite que de machines distribuées sur le territoire Américain. Et il est même plutot bien documenté même si très court.  

Didier59 21/05/2007 07:25

C'est effectivement un peu osé, mais le ti99 et le Vic20 n'etaient pas non plus des lumieres... je crois que ce top ne se base que sur les ordinateurs tres connus + aux USA uniquement. Car il y a eu bien pire.