RETRO-GAMING : SPEEDBALL 2 / MEGADRIVE

Publié le par Usebu

Editeur : Virgin Interactive
Développeur : The Bitmap Brothers
Support : Megadrive
Année : 1991

Existe sur Amiga, Amiga CD32, Atari ST, Commodore 64, DOS, Game Boy, Game Boy Advance, Master System


Les Bitmap Brothers : un groupe de développeurs culte ayant signé quelques bombes vidéo ludiques fin des annéees 80/début des années 90, principalement sur Atari ST et Amiga. Le Gamopat reconnaît tout de suite un jeu Bitmap Brothers : des graphismes très stylés, une musique rythmée. Parmi les nombreuses légendes qu’ils ont sorties (The Chaos Engine, Xenon 2 Megablast, Gods etc…), un jeu a marqué mon adolescence et c’est avec un plaisir intact que j’y rejoue aujourd’hui, 15 ans après. Ce jeu, c’est SPEEDBALL 2.



Le principe du jeu est très simple : une sorte de handball futuriste et faisant un clin d’œil évident au film rollerball. Vous jouez donc à un sport collectif futuriste dans lequel vous devez marquer plus de points que votre adversaire (oui je sais, ça fait neuneu comme phrase, mais c’est le principe de tout sport collectif, même futuriste !). Ce sport se joue avec une balle en métal (d’ailleurs tout est en métal : le terrain de jeu, les armures des joueurs etc…). Pour marquer des points, plusieurs solutions : marquer un but, tirer la balle sur un bumper qui se situe au milieu de chaque camp, tirer sur des étoiles bonus, ou, dernière solution, ma préférée : blesser un adversaire.



Ah oui, j’ai oublié de vous dire : le speedball est un sport ultra violent servant à canaliser la violence de la société futuriste ! Dans ce sport, il n’y a pas de règle, il faut marquer des points pour espérer gagner le match et c’est tout ! Pour récupérer la balle dans les mains d’un adversaire, une seule solution, un gros tacle aux oreilles !


Les parties sont haletantes, jamais les mêmes et ouahhhh, qu’est ce que ça défoule !
Vous devez amener votre équipe, les BRUTAL DELUXE, en tête du championnat de division 1. Vous commencez en division 2 et affrontez chaque équipe de la poule une à une. Au fur et à mesure des matches, vous récoltez plus ou moins d’argent que vous pouvez investir de deux façons : soit en entraînant vos joueurs sur des capacités aussi différentes que la vitesse ou l’intelligence de jeu (et chaque capacité influe réellement sur la façon dont joue votre joueur !) soit en achetant des joueurs « stars ». Les adversaires, eux, sont de plus en plus costauds et possèdent chacun leur style de jeu. Ainsi, une fois arrivés en division 1, les Turbo Hammers vous proposeront une défense de fer, les Fatal Justice auront tendance à éclater vos joueurs, et les Super Nashwan ne vous laisseront aucun moment de répit !



Les graphismes, ambiance métal, restent agréables même aujourd’hui : effet Bitmap Brothers oblige. C’est stylé, les actions sont très lisibles à chaque instant, bref, cette vue du dessus fait des merveilles ! La jouabilité est, elle aussi, un modèle du genre. Un seul bouton permet de tirer / tacler. Les joueurs répondent vite et bien et on sent la différence dès qu’un joueur a des capacités boostées.
L’ambiance sonore est excellente, il est seulement dommage qu’une seule musique soit dispo, celle-ci pouvant se révéler répétitive au fil des matches.

Le seul reproche que je puisse réellement faire à ce jeu vient des modes de jeu disponibles. Au nombre de 4 (Knockout, une sorte de mort subite où l’on affronte des équipes de plus en plus fortes, Championnat, Match Simple et Entraînement) je ne suis en fait déçu que par l’un d’entre eux, le mode Championnat Joueur (vous pouvez également faire le championnat en tant qu’entraîneur). En effet, dans ce mode, vous ne pouvez jouer que pendant deux saisons et ensuite le jeu s’arrête. Il est dommage de ne pas pouvoir continuer plus loin. Mais j’en demande peut-être beaucoup !


En conclusion, Speedball 2 est un must-have, quelque soit la plateforme sur laquelle vous pouvez vous le procurer. Les versions sont en effet quasi identiques sur Megadrive, Amiga, Atari ou PC. Un jeu unique, inégalé jusqu’à ce jour !

Scénario :
Le speedball est un canalyseur de violence pour la société. Vous, joueur, gladiateur du futur, devez bourriner un maximum pour gagner le championnat.

Graphismes :
On sent très clairement la touche Bitmap Brothers, c’est beau et ça bouge bien, même aujourd’hui !

Sons :
La musique d’intro est une nouvelle fois très réussie, et les bruitages sont à la hauteur.

Jouabilité :
Ce jeu est une tuerie et prendra encore plus de valeur en jouant à 2.

Durée de vie :
Quasi infini, on y revient très souvent, ne serait-ce que pour se faire un petit match.

Note Finale :
Malgré ce petit défaut de championnat sur seulement deux saisons, je mets 6 suppos à ce jeu indispensable dans toute collection de gamopat !

SUPPOS : 6/6 (testé par Usebu)

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

RecK 23/05/2007

Un véritable monument ce jeux !!!!

sebchoq 23/05/2007

exact ... un très grand jeu ... j'ai une préférence pour la version amiga perso ....

Jack Tramiel 23/05/2007

excellent test, bravo ! J'avais le jeu sur ATARI ST en 1990 !Meme Speedball 1 etait sympa.

68000 23/05/2007

très bon test excellent juste une erreur "alien breed" a été crée par team 17

usebu 23/05/2007

""alien breed" a été crée par team 17"oups.... oh la honte !!!! doc tu peux corriger stp !!!!

thoten 24/05/2007

ce jeu est un must pour la megadrive !et si je peux me permettre une petite astuce : en mode knockout, ou l'on doit affronter des adversaires de plus en plus fort (si on perd un match, on est éliminés), le fait de faire match nul fait rejouer le match contre la meme équipe (mais les gains accumulés du match permettent de booster l'équipe). donc 5 matchs nul contre revolver admettons, ca fait un bien fou pour les stats des joueurs et ca laisse une chance de pouvoir finir le knockout !

FiFA1 30/05/2007

La vache, je ne savais pas qu'il était sorti sur MD !!!Faut que je le trouve :D

fugazi 30/05/2007

Moi non plus je ne savais pas pour SpeedBall sur MD....
Ca donne envie de racheter une Megadrive.J'adorais ce jeu (sur ST).Il est facile à trouver ?