[RETROGAMING] Fatal Fury / Arcade & NeoGeo

Publié le par Keneda

fatal-fury-ref.png Fatal Fury
Testé sur : Arcade, Neo Geo AES

Existe également sur Megadrive, Snes, PC Engine, Saturn, PS1, GameGear, NeoGeo Pocket Color, Gameboy...

Editeur : SNK


Sortie : 1991


Nous sommes en 1991, Capcom cartonne avec son hit planétaire : Street fighter II. Mais SNK ne s’en laisse pas compter et décide de lancer son propre jeu de baston. C’est ainsi que Fatal Fury voit le jour.

Terry Bogard est de retour à South Town pour venger la mort de son père. Accompagné de son frère Andy et de Joe, ils sont bien décidés à botter le cul du parrain local, Geese Howard.

Techniquement, le titre n’est pas loin du niveau graphique de son illustre concurrent. SNK ajoute même un petit bonus avec des changements dans les décors entre les rounds (passage du jour à la nuit, du soleil à la pluie). En ce qui concerne les environnements, on retrouve le cahier des charges classique pour ce type de jeu, avec le temple, la rue, la plage… La progression entre ces différents lieux est matérialisée par des déplacements sur une carte.

fatal-fury-001.jpg
I'm fighting in the rain....

Au niveau du gameplay, on est hélas plus proche de Street Fighter I. En effet, on ne dispose que d’un seul coup de poing, d’un seul coup de pied, et d’une projection. Les coups spéciaux sont également présents, mais ceux ci sont à l’instar du jeux précité trop puissants. Rapidement, on ne cherchera plus qu’à se placer et attendre le bon moment pour en placer un, ce qui d’une certaine manière fausse et réduit le gameplay. On se retrouve ainsi à combattre de la même manière contre la quasi-totalité des adversaires. Toutefois contre certains adversaires comme Billy qui attaque fréquemment à distance, il est recommandé d’alterner avec du corps à corps classique.

Cependant les développeurs vont introduire une idée avant-gardiste, le changement de plan. Certes dans ce premier opus, son utilisation est limitée, on ne peut changer de plan soi-même, il faut suivre l’adversaire, soit en se décalant, soit en procédant à une attaque aérienne. Cette idée est indéniablement innovante et va contribuer à aider la série à se démarquer du hit de capcom.

fatal-fury-002.jpg
No shame !

Autre particularité, le soft est jouable à deux, non en versus comme l’on pourrait s'y attendre, mais en coopération ! On pourra donc se retrouver lâchement à deux contre un adversaire. Cependant, cette avantage numérique sera de courte durée, et vous serez forcé de retourner votre veste à l’issu de ce combat et d’affronter votre partenaire. On termine bien entendu par le big boss, Geese howard himself ! On notera ici que ce dernier est bien moins ambitieux que Bison, car il cherche seulement à prendre le contrôle de la ville, alors que son confrère cherche à conquérir le monde !

Bien que recelant quelques bonnes idées, ce soft est en quelque sorte une version 1.5 de Street Fighter, qui plaira surtout aux retro-gamers curieux de découvrir le premier Fatal Fury. Les autres passeront leur chemin.

SUPPOS : 2/6
suppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

Osvald 14/09/2010 10:24



Pas facile de faire aussi fort que Street Fighter II, même pour SNK avec la Neo-Geo qui patine dans la semoule avec ce Fatal Fury (sous-titré The King of Fighters) un peu mal fichu. On retiendra
quand même l'apparition des super mouvements (furies) qui deviendront légion dans les jeux de baston ainsi que le combat sur plusieurs plans marque de fabrique de la série.


Un bel essai également avec le jeu '2 contre 1' quand un challenger apparait alors qu'un combat en mode arcade (1 joueur) n'est pas terminé.


La licence n'en restera pas là et Fatal Fury va vite devenir incontournable avec les versions suivante



mikachu 26/07/2010 12:11



C'est surtout a partir du 2 que la baston sur Neo est devenue culte......


je l'ai toujours trouvé pourri le 1er fatal....1500 balles a l'epoque.......didiou!