[RETROGAMING] Lands of Lore : Les Gardiens de la Destinée / PC

Publié le par Sylesis

Lands of Lore : Les Gardiens de la Destinée
Support : PC (DOS, Win 95 sur 4 CDROM)
Éditeur : Virgin Interactive
Développeur : Westwood Studio
Genre : RPG
Nombre de joueurs : 1
Sortie : 1997


lands-of-lore-2.jpg

En 1993, Westwood a sorti Lands of Lore, Throne of Chaos. Lands of Lore vous faisait incarner un héros du royaume de Gladstone (parmi une sélection de quatre bien distincts) sur l'ordre du roi Richard. Sa quête : le rubis de vérité, permettant seul de contrer la menace de la sorcière Scotia qui a libéré une puissante magie ancienne contre le royaume.
En 1997, le joueur revenait à Gladstone, mais cette fois en incarnant Luther, le fils de Scotia. Victime d'une malédiction et emprisonné, les choses commencent bien mal pour lui.


lands-of-lore-2-001.jpg

C'est justement cette malédiction qui permet à Luther de s'évader. Alors qu'un garde ouvre la porte de sa cellule pour le malmener, Luther se transforme malgré lui en bête colossale lui permettant de s'évader, puis en lézard pour rejoindre les cavernes du draracle.
Si Throne of Chaos vous faisait incarner un noble héros avec pour but de libérer un royaume d'une sombre menace, Les gardiens de la Destinée vous met dans le rôle d'un pauvre homme qui n'a rien demandé à personne et se transforme de manière incontrôlable. Luther sera de temps à autres en bute à la garde de Gladstone qui le pourchasse alors que son but est juste de résoudre un problème personnel. Mais comme souvent dans les jeux de rôle, les choses ne sont pas aussi simples qu'elles ont l'air, ce problème pas si personnel que ça.

Le jeu tient sur quatre CD, ce qui est assez important pour l'époque. Il faut dire que le titre fait massivement appel aux FMV, Full Motion Video, permettant de nombreuses scènes où l'on voit de vrais acteurs dans les décors du jeu. Le résultat est particulièrement convaincant et chaque vidéo de très bonne qualité.

Les FMV ne sont pas fixes et changeront en fonction de vos actes. Par exemple si vous ne faite rien de spécial au début, ce sont des gardes qui poursuivront Luther jusque devant le Dracacle. Si toutefois vous les avez fait tomber dans l'eau en coupant les chaines du pont sur lequel ils étaient, ce sera leur chef Keneth qui apparaîtra et participera à la scène.

lol-2-002.png

Le jeu lui même se déroule à la première personne, avec un moteur apparemment basé sur celui de Doom. Quand on regarde maintenant, en pensant aux derniers moteurs 3D, ça pique les yeux. A l'époque, par contre (car j'y ai joué à la sortie, et j'ai encore les beaux disques), le rendu était bluffant : on a vraiment la sensation d'explorer un environnement de manière libre.

Durant le jeu, vous devrez régulièrement basculer entre trois modes : combat, regard libre, et ramassage. En combat, votre curseur aura la forme d'un viseur, vous permettant d'un clic gauche de frapper avec une arme, d'un clic droit d'utiliser la magie actuellement sélectionnée. Le mode "regard libre" vous permet de regarder autour de vous avec la souris tout en vous déplaçant avec le clavier. Enfin le mode "ramassage" permet de prendre les objets au solo ou de cueillir des plantes. Pour mettre un objet dans l'inventaire, il suffit simplement de le déposer dans le portrait. Passer d'un mode à l'autre n'est pas évident au début, mais les commandes sont entièrement configurables et vous pouvez facilement régler les contrôles à votre guise.

L'interface d'inventaire est bien pensée et modulable. Je veux dire par là que si vous pouvez afficher tout l'inventaire, en bloquant la vue, vous pouvez également en afficher une ligne qui correspondra aux objets utilisables rapidement. Il est possible de faire défiler les objets de cette barre avec la molette de la souris, pour s'adapter rapidement à la situation. La fenêtre d'inventaire comprend également votre fenêtre d'équipement et vos domaines, là encore affichables ou non d'un simple clic. Luther peut s'équiper d'une arme de corps à corps et d'une à distance (bien que certaines jouent les deux rôles), d'un bouclier, d'une armure et deux accessoires.

Dans Lands of Lore 2, il n'y a pas de points d'xp, de récompense de quête, simplement le domaine physique, le domaine magique, et leurs niveaux. Le domaine physique augmente progressivement en se battant et frappant, mais également en accomplissant des actes physiques (obstruer une source). Le domaine magique s'améliore en lançant des sorts avec succès ou en apprenant de nouvelles magies. Étant donnée la vitesse de régénération du mana au début du jeu, on serait tenter de céder à la facilité en privilégiant un personnage physique, mais la meilleur approche est encore un personnage équilibré.

Lands-of-lore-003.png

La malédiction de Luther est au cœur de l'histoire, et se traduira de la manière suivante : régulièrement, pendant votre aventure, un halo entourera le portrait de Luther, signe qu'il est en train de se transformer soit en bête, soit en lézard. Le hic, c'est qu'on ne peut pas choisir. A mesure que vous trouverez des réponses, Luther pourra acquérir un certain contrôle sur ses mutations, voire s'en débarrasser, mais au début, vous serez impuissant. Chacune des formes a ses avantages et ses inconvénients, alors à vous de faire contre mauvaise fortune bon cœur :

- la bête est colossale et ne peut donc pas passer partout. Du fait de sa taille, elle peut bouger plus facilement les obstacles et est plus apte au combat rapproché avec sa grande force et sa grande résistance. En contrepartie, la bête est incapable d'utiliser la magie et les armes à distance.

- le lézard est le plus faible en combat et le plus petit. Il est toutefois le meilleur magicien et son mana se régénérera plus vite. Il peut également passer dans les endroits les plus étroits.

- la forme humaine est un équilibre entre le combat et la magie. En combats, vous utiliserez automatiquement votre arme de corps à corps ou votre arme à distance en fonction de la proximité de la cible.


Luther commence avec deux groupes de magie : soin et étincelle. Plus tard dans le jeu, vous obtiendrez d'autres groupes en utilisant des parchemins : invocation, prisme, brume, et contrôle de la malédiction. Il existe également la magie feu mais c'est un cas particulier : il s'agit d'une altération du groupe étincelle uniquement utilisable en absorbant certains produits ou équipant un anneau de feu.

Chaque magie dispose de cinq sorts : les quatre premiers pourront être utilisés à mesure que votre domaine magique augmentera. Avec étincelle, on peut lancer progressivement : petite étincelle, grande étincelle, éclairs en chaîne et foudre.

Le cinquième niveau quant à lui n'est utilisable qu'après utilisation d'une pierre des anciens : avec étincelle, il permet d'invoquer une redoutable tempête de foudre. La puissance déchaînée, outre son coté spectaculaire, est telle qu'un sort des anciens vous fait souvent gagner un ou plusieurs niveaux de magie à chaque utilisation, mais attention : les pierres des anciens doivent être utilisées avec parcimonie car elles ne sont pas courantes. Pour éviter les paniques en cas d'urgence, vous pouvez utiliser une pierre des anciens en prévision de son utilisation pour avoir une charge d'ancienne magie : votre icône de magie sera alors entourée d'un halo et un cinquième point rouge apparaîtra. De mémoire, il est possible d'avoir jusqu'à neuf charges à tout instant.

Pour lancer un sort d'un niveau donné, vous pouvez au choix appuyer sur le raccourcis assigné à ce niveau, ou maintenir le bouton de sorts enfoncé : des bulles au dessus de l'icône s'allumeront progressivement, la dernière n'étant accessible que si vous avez une charge de magie ancienne.

lands-004.jpg

Lands of Lore 2 est un jeu d'aventure pur et dur. Pas de voyage rapide, pas de journal de quête pour vous prendre par la main : si vous ne jurez que par le RPG japonais, fuyez. Luther sera livré à lui-même avec juste quelques conseils et indications des NPC qu'il rencontrera. L'interaction avec les personnages est minimale : des dialogues où vous n'intervenez pas, l'occasion parfois de donner un objet, mais aussi bien souvent la liberté de tuer. Il existe plusieurs fins dans le jeu en fonction de votre comportement.

Vous explorerez seul avec simplement votre inventaire, vos ressources magiques, et votre courage. On est bien souvent complètement dépassé en arrivant dans une nouvelle zone, avant d'avoir pris la mesure de l'opposition présente et de ce qu'on doit faire. Et puis progressivement on s'adapte, on résout des énigmes et des puzzles pour finalement passer du statut de victime geignarde à celui de héros.
Oui, de héros, car on découvre rapidement que Bélial, l'un des anciens qui parcouraient le monde et qui a été exécuté pour ses crimes, a organisé sa résurrection et est sur le point de revenir : Luther est le seul à pouvoir l'empêcher car Bélial et sa malédiction sont liés.

A mesure de sa quête, Luther est amené à explorer des environnements aussi divers que magnifiques : la Jungle Huline où vit le peuple Chat (décidément après les Iskaï d'Albion ...), les Ruines Dracoïde, la Forteresse des Rulois, et, vers la fin du voyage, la mythique Cité des Anciens.

Vous ne serez pas totalement sans aide : certains personnages vous veulent du bien et vous prodigueront soit conseils avisés, soit objets et magies très utiles. Votre carte vous sera d'une grande aide également, et il sera possible d'y mettre des annotations. Certains objets vous permettront également de faire apparaître temporairement les zones de la carte non-explorées, vous donnant de fait des indices d'exploration : certains endroits sont totalement optionnels et on peut facilement passer à coté, mais les objets qu'on y trouve sont particulièrement utiles.

Bémol par rapport à la liberté, le titre utilise des scripts pour déclencher des transformations à certains endroits, et vous empêcher de faire ce que vous voulez quand vous voulez. Je m'en suis rendu compte alors que j'étais en lézard et voulais en profiter pour passer par un trou non loin : arrivé à un endroit précis, à chaque tentative, je me suis automatiquement retransformé en humain, malgré le sort d'apaisement censé bloquer la mutation. C'est dommage d'utiliser ce genre d'artifice.

land-005.png

Il existe de très nombreux objets dans Lands of Lore 2, et il est impossible de tout garder du fait de l'inventaire limité. Cela ajoute une certaine difficulté dans un sens, car vous devrez bien choisir ce que vous conserverez lorsque le manque d'espace se fera sentir, d'autant que des objets en apparence inutiles pourront être combiné entre eux. Si vous obtenez un insigne prac, c'est que la combinaison ne donne rien. Vous pourrez toutefois obtenir l'équivalent de pierres des anciens, ou les très utiles feuilles de mana en mélangeant une feuille d'argent avec du sulphite arc-en-ciel. N'hésitez pas à faire des expériences.

Le vice est même poussé à l’extrême car certains objets trouvés au tout début et en apparence inutiles vous seront d'une grande aide vers la fin. Mon conseil : conservez soigneusement plusieurs stalagmites de cristal et deux jetons d'ivoire, vous me remercierez.

Cet aspect gestion de l'inventaire, associé à la malédiction du héros et son exploration solitaire fait le charme de se jeu : on aborde chaque carte avec appréhension, puis à mesure qu'on commence à dénouer le fil de l'objectif, on gagne en assurance. La malédiction, d'abord un véritable fardeau, deviendra supportable : un changement en lézard vous poussera à retourner voir cet endroit étroit devant lequel vous êtes passé, un changement en bête permettra un passage en force à travers un barrage de monstres. Le sentiment d'évolution du personnage est important : de victime jusqu'à finalement enfin être le maître de sa propre destinée.
La musique joue beaucoup à cette immersion car chaque carte a la sienne, et de toute beauté qui plus est. Les musiques de jungle sont légères, voire guillerettes, celles des cavernes particulièrement oppressantes. Les voix françaises quant à elles sont de qualité, faites par de vrais acteurs avec un vrai rôle et pas simplement le stagiaire du jour.

Au niveau de la durée de vie, le jeu demande du temps pour voir les fins : d'abord parce que les cartes à fouiller sont grandes et nombreuses (quatre CD, je le rappelle), mais aussi parce que les occasions de mourir sont légions. Entre les chutes vertigineuses, les noyades, les nombreux ennemis, les boss, les pièges vicieux, on est reconnaissant de la possibilité de faire des sauvegardes rapides et multiples. Pour éviter de tout perdre par accident, le jeu sauvegarde à intervalles réguliers votre avancée : comme ça peut aussi bien jouer en votre faveur (avant un boss) que contre vous (alors que le boss vous achève !), cette option peut être changée pour modifier le temps écoulé entre les sauvegardes, voire désactivée.

Dernière remarque : les développeurs proposent quelques petits clins d’œils à leurs autres réalisations. Par exemple, dans le Monastère Huline, le jardinier se présente comme étant "le commandant suprême des forces du Tiberium", référence directe à la série des Command & Conquer.

Lands of Lore 2 est un jeu qui, à son époque, a su offrir le meilleur de deux mondes : un jeu d'aventure peu dirigiste à l'ancienne avec des technologies avancées (FMV et 3D). Si vous aimez l'exploration, Lands of Lore 2 devrait vous combler, d'autant que son scénario est assez intéressant. Au niveau technique, la 3D est correcte si on met en haute résolution, meilleure encore si on utilise le patch 3DFX; quoi qu'il en soit, la richesse du titre, les séquences vidéos et la musique devraient vous ravir, malgré l'usage de scripts pour vous diriger.

SUPPOS : 5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

noblecoeur 21/11/2016 08:30

Je sais que cet article date mais j'avais envie d'écrire un commentaire.
J'étais en train de faire des recherches sur les jeux depuis 1958 pour le journal d'école de ma fille. Je suis créateur de jeux et infographiste.
Ce sont les jeux d'antan qui m'avaient donné envie de lancer ma carrière. J'appréciais particulièrement l'âge d'or de la 2D et les jeux d'aventures.
Lands of lore était mon seul jeu dungeon crawler (vu que je n'aimais que des aventures). C'était pour moi une véritable claque. Et maintenant je joue à un MMO : WOW.
J'attendais avec une impatience énorme la suite. Là aussi c'était une claque (ou plutôt une bombe) mais dans le sens négatif. Je l'avais acheté et installé fébrilement le jeu. Il m'a fallu seulement 10 minutes pour comprendre que j'ai dépensé de l'argent pour rien. En effet, après l'âge d'or de la 2D, tous les studios essayaient de se mettre à la 3d. Ils étaient tellement concentrés sur cette nouvelle technologie qu'ils avaient gommé certains détails utiles qui existaient dans les jeux 2D. Le plus frappant était le sous-titrage. Je suis sourd de naissance et j'ai besoin de sous-titre pour comprendre.
Lands of Lore 2 (contrairement au premier) a totalement supprimé le sous-titre. Je m'étais perdu pendant 10 minutes avant d'abandonner. Je me disais "encore un autre jeu 3d qui oublie les sourds"
J'ai apprécié votre article mais je ne vous cache pas que je suis assez surpris de voir votre émerveillement de l'environnement graphique (y compris un commentaire qui dit "graphiquement ça semblait impressionnant"). En effet, personnellement (comme beaucoup d'autres testeurs de magazines de jeux) le graphisme était hideux. De la 3d grossière très pixellisée même pour cette époque. On ne peut donc pas dire "'c'était magnifique pour l'époque" alors que ce n'est pas vrai. C'était la raison pour laquelle ce jeu n'avait pas reçu des bonnes critiques.
Pour tout vous dire il m'avait fait pleurer (véridique !) car il avait détruit mon rêve. Pour me consoler je rejoue tous les 2 ans le premier du nom pour conserver intact mon émerveillement. Je ne m'en lasse jamais.
DOmmage qu'on ne puisse pas remastériser (avec sous-titre) ce jeux vu que la 3d est maintenant beaucoup plus jolie et impressionnante.

Pheldge 02/12/2013 17:58

J'avais adoré le premier, mon premier jeu PC. Quels souvenirs magnifiques j'en garde encore...

Ca vous dit à quel point j'étais impatient de la sortie de ce deuxième épisode. Graphiquement, ça semblait impressionnant, mais autant que je m'en souvienne, c'était pas totalement au point. Pas
mal de bugs venaient gâcher le résultat.

Cela dit, ça m'a bien fait plaisir de lire ce test, et de constater que LoL a aussi marqué d'autres joueurs. Donc merci à l'auteur et bravo pour le boulot.

BoumChaKal 30/11/2013 17:48

Je l'avais oublié celui-là :)
Je l'ai aussi dans sa belle boite d'origine ^^
J'en avais bien chier sur ce jeu, et je l'ai jamais terminé...