[RETROGAMING] Panzer Dragoon Mini / Game Gear

Publié le par Sylesis

PANZER DRAGOON MINI

Support : Game Gear
Éditeur/Développeur : Sega
Nombre de joueurs : 1
Genre : Shoot'em up
Sortie : 1996

panzer-gamegear.jpg


Sorti en 1995, Panzer Dragoon est un jeu emblématique de la Saturn à sa sortie. Graphismes 3D révolutionnaires et musiques orchestrales, il est également reconnu pour son univers original inspiré de feu Jean Giraud (alias Moebius). Il a eu une suite directe de très grande qualité en 1996 (Panzer Dragoon Zwei). Détail moins connu: il a eu un épisode sur Game Gear sorti la même année, uniquement au Japon.

Si un jeu 32 bits adapté sur 8 bits peut surprendre, ce n'est toutefois pas le premier du genre : un peu plus tôt dans l'année sont sortis Virtua Fighter Animation sur la même machine, et Battle Arena Toshinden sur GameBoy. Pourtant, malgré un Virtua Fighter passable (j'en parlerai une autre fois), le premier contact avec Panzer Dragoon Mini refroidit quelque peu les ardeurs du passionné de la série. Un dragon schtroumpf sur la boite ? La mention "Kids'Gear" ? SEGA considérait-il sa portable uniquement comme une machine pour enfants ?

panzer-001.jpg
 A l'écran titre, vous pouvez entrer un mot de passe ou entrer dans les options et changer le niveau de difficulté, ainsi qu'écouter les différentes musiques du jeu. En lançant la partie, vous devez choisir votre monture parmi trois : le dragon schtroumpf bleu ( désolé, on dirait vraiment qu'il a un bonnet), le rouge, et le noir. En dehors de leurs mensurations, je n'ai remarqué aucune différence entre eux et les différences de couleurs durant l'action ne sont absolument pas flagrante.

Le mot "monture" est inexact, en fait, car le dragon est seul. Dans quel but ? On ignore tout de l'histoire : les versions 32 bits avaient de magnifiques séquences expliquant qui, où, et pourquoi, ici rien. Vous êtes lâché dans un niveau avec un scrolling à la Space Harrier et seuls la couleur du sol et le décor de fond distingueront un niveau d'un autre (ah, et les ennemis qui changent un peu aussi).

Le déroulement des niveaux sera toujours le même : des vagues d'ennemis arrivent et vous tirent parfois dessus, vous devrez veiller à votre barre de vie car rien ne vous soignera durant les combats, et perdre une vie signifiera reprendre au début du niveau.

panzer-002.jpg
 Deux fois par stage, le scrolling basculera de profil et le fond deviendra noir : c'est l'arrivé d'un boss ou d'un sous-boss et de sa barre de vie. C'est à ce moment là que la mention "Panzer Dragoon" se justifie : les ennemis sont bien reconnaissables et proviennent des deux premiers jeux. Ici par exemple, on voit le dernier boss de l'épisode Zwei. La musique aussi aide à mettre dans l'ambiance : elle est adaptée des jeux Saturn et reconnaissable si on a joué aux versions 32 bits (avec un peu d'efforts, je le concède).

Il y a également eu de la réduction au niveau gameplay. Outre le fait qu'on ne puisse plus se tourner, l'armement est affecté. Il est toujours possible de tirer simplement ou de verrouiller des cibles, mais un seul bouton est utilisé pour les deux : une pression simple fait un tir simple, une pression continue change le curseur et permet de verrouiller les ennemis pour un tir puissant.
Hélas, on se rend très rapidement compte que les tirs simples sont trop faibles pour abattre les ennemis rapidement, et on finit par maintenir le doigt sur un bouton pour verrouiller chaque cible. Changer de bouton de temps en temps pour éviter les crampes.

Exception : les boss sont inverrouillables, et devront être abattus avec des tirs simples. Ceux ci se répètent d'ailleurs plusieurs fois durant le jeu et on en vient à se demander à combien de reprises on va devoir abattre ce voilier des airs pour qu'il ne revienne plus.

Le constat sur le titre n'est donc pas réjouissant : les niveaux se suivent et se ressemblent, l'action est répétitive (on maintient le bouton enfoncé, on cible les méchants, on relâche) et si la difficulté n'augmentait pas progressivement, on pourrait s'endormir avant d'arriver à la fin du dernier niveau (il y en a 5). Il me semble également que les musiques se répètent souvent.

Après essai, on en vient à comprendre le "mini" du titre : pas pour le support où est sorti le titre ni la taille de ses schtroumpfs dragons, mais pour son minimalisme.
Minimalisme dans le gameplay, où un seul bouton est utilisé, comme dans la technique : si le moteur graphique des niveaux est le même que dans Space Harrier, celui ci sorti en 1991 est bien plus nerveux et passionnant. Le seul intérêt qu'on peut voir dans ce Panzer Dragoon est de faire apparaître sur console portable quelques boss reconnaissables de la version 32 bits. Mini réalisation, maxi déception par rapport à la série : le jeu est méconnu, il devrait le rester, sauf pour la curiosité.


SUPPOS : 1/6
suppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

lyse 10/12/2013 06:29

que pouvons nous te propoer ? une cam coquine et gratuite? ,c'est mon offre
delancement
tu tinscris sur mon lien on te retourne un identifiant ds ta boite mail, tu confirme
et ton compte est crédité, ce serait bete de ne pas en profitez, non?
http://www.camxweb.com/?seller=2343&origin=870

julie 10/12/2013 06:27

blog sympa

kenchiro 09/12/2013 12:50

evidemment que c'est pas klaoui la,l'autre c'est encore fait griller

grillade de jb35 09/12/2013 10:13

t'as pas capté que c'était jb35 dans ses oeuvres d'usurpation du pseudo de klaoui?

Pyramid-Roug 09/12/2013 09:57

Les Sony Fucktards résumés en un com. Le pouvoir de comparer un jeu Game Gear et PS4. Pathétique.

kenji 08/12/2013 23:49

Arret de prendre les pseudos des autres jb35 t'est encore griller

klaoui 08/12/2013 23:45

Bof, la PS4 fait mieux.

Paradis 08/12/2013 23:15

Chouette teste, comme tjrs, mais par contre contrairement a d'habitude, ça ne donne pas du tout envie d'y jouer^^