[RETROGAMING] Trip World / Gameboy

Publié le par Aloux

TRIP WORLD
Editeur/Développeur : Sunsoft
Genre : plate-forme/expérimental
Support : Game Boy
Sortie : 1992 (Jap)/1993 (Euro)


trip-world-box-gamopat.png

Développé par Sunsoft en l'an de grâce 1992, Trip World est à première vue un petit jeu de plate-forme comme il y en a beaucoup (trop ?) sur game boy. Certes c'est super beau vu les limites du support, rien que le premier écran en jette un max je trouve, mais si on se contente des screenshots difficile de déceler le côté « expérimental », voire franchement culotté de ce qui semble être un petit jeu pour collégienne fan de Hello Kitty.

trip-world-001-copie-1.jpg

Vous incarnez donc Yacopu, une... chose sans bras mais définitivement kawaï, et pour une raison inconnue c'est à vous qu'il incombe de restaurer l'harmonie dans le monde en récupérant une sorte de fleur qui a été dérobé à votre grand-père par le grand méchant pour des motifs définitivement obscurs.

Encore un jeu de plate-forme qui ne brillera pas par la profondeur de son scénario et la psychologie fouillée de son héros, mais l'intérêt est évidemment ailleurs. Une surprise, qui va distinguer d'emblée Trip World d'un jeu de plate-forme lambda, attend en effet le joueur blasé dès le premier ennemi rencontré. Contrairement à 99,9% des jeux de plate-forme depuis Mario, Trip World ne vous jette pas dans un environnement hostile : la plupart des animaux que vous croiserez ne sont tout simplement pas agressifs, et vous ne prendrez jamais de dégât par simple contact et ce même contre les boss. En fait tant que vous ne les attaquez pas la majorité se contenteront de se balader en vous poussant gentiment (ce qui peut toutefois être dangereux s'ils vous poussent dans une fosse remplie de piques...). Vous pouvez même les utiliser par exemple pour atteindre un bonus inaccessible, comme ici

trip-world-002-sunsoft.jpg
tripworld-003.jpg
Sur ma tête, le 1er boss

Ca peut sembler un peu nul au premier abord, en tout cas c'est perturbant, mais mine de rien l'expérience de jeu par rapport à un Mario se trouve considérablement altérée : le joueur n'est plus le centre du monde, les autres êtres ne se partagent plus entre des ennemis qui n'existent que pour le détruire et des alliés serviles qu'il peut utiliser à sa guise d'une façon bien déterminée. Trip World introduit dans le jeu de plate-forme classique des éléments qui lui sont totalement étrangers, en l’occurrence la présence de personnages neutres par rapport au joueur et à sa quête, qui se comportent avec indifférence envers lui voire qui lui sont carrément inutiles. Le joueur peut également choisir son attitude, être agressif et provoquer en réaction une riposte, tracer comme un bourrin et finir le niveau en 2 min ou se balader sans contrainte pour admirer le boulot remarquable des graphistes.

tripworld-004.jpg
De plate-forme qui m'aidait à atteindre un bonus inaccessible, ce petit cactus change d'expression et devient agressif si je frappe le premier.

Remarquable, c'est le mot, les screenshots ont du vous en convaincre, au pire l'animation absolument sans faille achèvera de le faire. Mais le meilleur concernant les graphismes est encore à venir : la plupart des animaux que vous croiserez sont uniques ou se retrouvent rarement plus de 2 ou 3 fois dans tout le jeu, de même pour les environnements un effort a clairement été fait pour que les décors se répètent le moins possible. Il s'agit du deuxième élément qui fait de Trip World un jeu à part : là où la plupart des autres jeux de plate-forme, voire des jeux tout court, vous font affronter des centaines d'ennemis se répartissant en une poignée de « types » différents dans des environnements génériques « copiés/collés » à longueur de niveau, Trip World met l'accent sur le plaisir de la découverte et le renouveau permanent de l'univers visuel et sonore. Chaque écran traversé, chaque bestioles croisées ou presque constitue un moment unique dans le jeu, et les musiques d'une qualité étonnante pour la game boy, quoique très typées japonaises, soutiennent admirablement l'ambiance du jeu.

tripworld-005-copie-1.jpg
tripworld-006-copie-1.jpg

Deux beaux spécimens, le 2eme est absolument unique dans tout le jeu !
tripworld-007.jpg
Certains sont même stupidement affectueux, tel ce gros chat qui vous suit partout en miaulant

Après tant de compliments, que peut-on bien reprocher à un jeu si original et irréprochable techniquement ? Trip World a pourtant bien des défauts, qui sont tout simplement le revers inévitable de ses qualités et de son originalité. Le parti-pris d'un jeu contemplatif, incorporant des éléments totalement gratuits et inutiles en terme de gameplay est louable, quoique beaucoup y trouveront à redire. Le gameplay, parlons-en : le contrôle de Yacopu est excessivement classique et n'importe qui ayant joué 2 min à un jeu de plate-forme depuis 1985 l'assimilera en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire. Un bouton pour sauter, un pour frapper, un bouton pour se... transformer ? Petite originalité en terme de contrôle, Yacopu peut en effet se transformer en...heu... « Yacopu-poisson » ou se faire pousser les oreilles pour en faire des ailes et planer quelques instants. Dans les deux cas l'effet est plutôt bien rendu et sympathique, le seul problème c'est que ces transformations ne servent qu'à des moments précis du jeu, et que ces moments se comptent sur les doigts d'une main de lépreux. Bref les différentes formes de Yacopu sont une bonne idée, mais totalement inexploitée. D'autres transformations sont disponibles en mangeant des sortes de fruit, certaines sont utiles, comme celle qui vous affuble d'une queue surdimensionnée très pratique en combat (le coup de pied de base est d'une portée ridicule), d'autres sont d'un intérêt moins évident, telle la fleur qui peut à la limite vous permettre de calmer un animal un peu collant, d'autres ne semblent avoir absolument AUCUNE UTILISATION, comme "mini Yacopu".

tripworld-008.jpg

Le gameplay pèche donc exactement par ce qui fait d'un autre côté son intérêt : la gratuité. On a finalement le sentiment que tout est gratuit ou presque dans Trip World, les transformations de Yacopu qui ne servent jamais, les autres animaux qu'on peut détruire ou épargner sans que cela n'ait une quelconque importance. La notion de challenge est totalement absente, le jeu est d'une facilité enfantine, conséquence du choix des développeurs de supprimer la notion-même d'ennemis. Seuls les boss vous opposeront une certaine résistance, avec seulement 3 vies et aucun continue pour finir le jeu ils vous forceront probablement à tout recommencer 2 ou 3 fois, mais bon même en usant de cet artifice le jeu ne résistera guère plus d'une heure ou deux, et encore en prenant le temps de se balader ! Finalement tout dépend de la façon d'aborder le jeu : en jouant d'une façon classique, tout est plié en 30 minutes et le jeu prendra la poussière, mais si on adhère à l'expérience que nous propose le jeu on peut alors prendre beaucoup de plaisir à simplement profiter des décors et de l'ambiance, et le ressortir de temps en temps 5 min pour revoir un passage précis. Selon moi Trip World doit être abordé dans cette optique « bac à sable » pour présenter un quelconque intérêt. Il s'agit d'un jeu portable, que l'on tend donc souvent, à tort selon moi, à juger selon les mêmes critères que les jeux « de salon » en terme de challenge et de durée de vie. Peut-être que je développerai ce point une autre fois.

J'ajouterai seulement que Trip World est souvent considéré comme la version « light » d'un jeu NES relativement méconnu mais qui a ses fans, Mr Gimmick. Si une certaine parenté peut apparaître entre les deux jeux, il suffit de prendre la manette pour comprendre qu'il s'agit néanmoins de deux « trips » très différents : Mr Gimmick est un jeu de plate-forme plus classique, quoiqu'excellent, et surtout infiniment plus difficile !

En bref, Trip World est un jeu remarquable à de multiples égards, digne du culte que certains joueurs vouent au Sunsoft de la grande époque, mais c'est aussi un jeu excessivement court et facile, moitié de par son parti-pris, mais probablement aussi moitié faute de temps/de moyens/de coke pour les développeurs. On peut légitimement se demander si Trip World n'est pas, plutôt qu'un jeu, une sorte de zoo vaguement interactif. Beaucoup d'idées comme les transformations de Yacopu et les interactions avec l'environnement, aussi excellentes soient-elles, laissent un arrière-goût d'inachevé et d'inexploité. Mais les jeux qui se payent le luxe d'autant de détails inutiles sont tellement rares, c'est aussi ce qui fait son charme si on est pas allergique à l'esthétique kawaï et qu'on sait apprécier à sa juste valeur un travail bien fait et passionné. Il ne manquait pourtant pas grand-chose pour faire un chef-d’œuvre...

Suppos : 4/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

PAC 30/10/2012 08:15

Trip world est un des jeux game boy euro les plus rare et recherche... Son prix en complet et mint oscille en ce moment entre 600 et 700 euros et 140 euros en loose.

Merton 29/10/2012 11:14

Je découvre encore un jeu... /me lance son émulateur à défaut d'avoir la cartouche.

makak 28/10/2012 11:51

@pyramid pas du tout repompé sur kirby ou alors uniquement sur le design parce que le reste du gameplay n'a pas grand chose à voir. erci Doc d'avoir fait ce test je me demandais si tu allais le
faire un jour, c'est juste un jeu exceptionnel avec sa propre identité je l'ai adoré quand j'étais tout gamin que de bons souvenirs!

makak 09/08/2011 21:49


raaaah quel jeu! je me souviens encore des nuits passées dessus ^^ perso j'y aurais mis 5/6 il est vraiment très bon je le conseille à tous et c'est pas un pompage de kirby à part l'univers ça je
suis d'accord


oh_my_god 09/08/2011 16:40


Intéressant. Je vais essayer de trouver ce ptit jeu pour juger. Sympa le test.


bohddah 09/08/2011 11:34


Oh, un test construit, documenté et objectif! Comme quoi tout peut arriver!


Pyramid-Roug 09/08/2011 10:54


Repompe totale de Kirby.


onels4 09/08/2011 09:08


Super test, merci ! Je ne connaissais pas.