[RETROGAMING] Zero Wing / Megadrive

Publié le par Onels4

ZERO WING
Support : Megadrive

Adapté de la version Arcade, existe sur PC Engine CD
Développeur : Toaplan
Année : 1991


zerowing-box-gamopat.jpg

Zero Wing est un shoot'em up développé par Toaplan, à qui l'on doit Tiger Heli, Twin Cobra, Out Zone ou encore Batsugun. Les entreprises naissaient et mourraient assez rapidement, les équipes de Toaplan ont ensuite rejoint Raizing, Cave et Takumi, par exemple.

Sorti sur borne d'arcade en 1989 et adapté sur Megadrive et PC Engine (sur CD) en 1991 et 1992, le jeu est connu pour une phrase devenue mythique : All your base are belong to us, une mauvaise traduction qui aboutit à cette phrase grammaticalement incorrecte. Les écrans d'introduction mettent en place l'histoire font rire, voici la phrase en question, quand le méchant de service menace les gentils :

zerowing-001.jpg
Toutes vos base sont appartiennent à nous ? Comme dit le capitaine, "What you say" !

En attendant, la phrase est plus connue que le jeu lui-même, en général. Vous êtes le seul espoir de la galaxie, alors il faut vous remuer !

zerowing-002.jpg

Le vaisseau que vous pilotez peut être équipé avec 3 types d'armes différentes, vous devrez récupérer des capsules de couleur pour changer d'arme. Si vous récupérez plusieurs capsules d'une seule couleur, votre arme devient plus puissante. Dès la première capsule, le vaisseau gagne deux modules, vous avez presque toujours un triple tir, ce qui est très pratique. L'armement vous propose un tir classique, des faisceaux de lasers et des missiles à tête chercheuses : les plus pratiques. Sur PCE, le tir de base est en arc de cercle, ici il est droit, ce qui le rend moins intéressant.

zerowing-003-gamopat.jpg

Vous disposez aussi d'une sorte d'aimant qui permet d'utiliser des ennemis comme bouclier ou projectile ! Originale, cette possibilité est bien sympathique à utiliser, même s'il faut s'approcher d'un petit ennemi, donc prendre des risques. Amusant mais pas indispensable, un bon bourrinage en règle suffit en général. Pour vous aider, divers bonus permettent par la suite de booster vos deux modules ou protéger le vaisseau.

Il y a huit niveaux qui vous attendent, de conception très classique et sans grande surprise. Certaines phases sont plus axées sur le pilotage et l'esquive d'obstacles, il faudra vous faufiler entre des murs en mouvement ou monter en diagonale, par exemple.

zerowing-004-gamopat.jpg

Ce n'est pas que les niveaux soient laids ou mal faits, mais ils ne sont pas originaux. C'est donc à double tranchant, soit on considère que le jeu est très classique, ce qui n'est pas un reproche, soit qu'il manque d'originalité. Pour ma part, je le trouve classique, sans reproche, d'autant que la variété est de mise, on traversera l'espace profond, des bases, une planète arborée, ou des repaires d'aliens baveux (avec un fond d'écran en asticots). Dans les niveaux avancés, de jolis scrollings vous attendent, avec parfois un effet de marée où l'écran monte et descend, ce qui vous impose quelques corrections de trajectoire pour toucher les ennemis qui sont au sol. Bien pensé.

zerowing-005-gamopat.jpg

Une chose est certaine, les boss sont très réussis, ils sont gros, colorés, nombreux, et variés. Vous attaquerez même des blocs formant des murs en mouvement constant à un moment. Il n'y a pas de ralentissements, malgré la taille des boss et les multiples tirs de boulettes destinés à vous pulvériser, un très bon point. On en redemande, et on ne sera pas déçu, car chaque boss de fin de niveau est précédé d'un semi-boss, une sorte de réplique en plus petit ou en moins puissant, qui annonce le suivant, en quelque sorte. De manière générale, le design des ennemis est réussi, avec un côté créature alien qui peut faire penser par moment à des boss de Metroid comme le Crocomire, pour ceux qui le connaissent, avec en plus un côté mécanique bien rendu.

zerowing-006-gamopat.jpg

Malgré leur taille imposante, ils ne sont pas très difficiles à détruire, leur schéma d'attaque étant très simple. Si vos armes sont bien chargées, l'affrontement sera assez rapide. En niveau facile, le jeu est vraiment accessible, les premiers niveaux se finissent du premier coup, et la difficulté s'accroît à partir des niveaux 4-5, qui sont délicats. Le niveau 7 est plus que sournois, la difficulté semble vraiment exponentielle. On sent l'héritage de la source arcade : on teste, on s'habitue, et on a envie de continuer ! Même chose ici, on s'accroche, d'autant qu'il y a un des checkpoints bien placés et on n'a pas la sensation de devoir tout recommencer en rouspétant. Vous n'éteindrez pas la console, d'autant qu'il y a des continue à foison.

zerowing-007-gamopat.jpg

Une chose peut être regrettée, c'est la vitesse du jeu. On a déjà connu plus rapide : le vaisseau est lent. D'un côté, on se retrouve moins piégé, sans laisser ses réflexes de côté pour certains passages, mais on peut avoir l'impression que ça n'avance pas. Aucune accélération ne sera au rendez-vous en tout cas. Heureusement, les musiques qui accompagnent l'introduction et les niveaux sont de bonne facture. Très agréablement surpris, je n'ai aucun reproche à leur adresser, une fois n'est pas coutume : ce n'est pas criard, pas trop répétitif, et les bruitages d'explosions ne sont ni trop forts ni pénibles. On est loin des explosions de Gynoug, par exemple (au hasard). Par contre, il n'y a pas de musique spécifique aux boss, cela crée une drôle d'impression, surtout sachant qu'il y a des demi boss, on ne sait pas instinctivement si le niveau va continuer ou non.

Ce n'est pas gênant en soi, on s'y habitue. De même, entre chaque niveau, il n'y a rien, l'écran devient noir, puis le nom du niveau suivant apparaît. La version Arcade n'est pas différente sur ce point.

zerowing-008-gamopat.jpg

A sa sortie en 1991 au Japon, Zero Wing se plaçait à côté de Gynoug et Thunder Force II. Le troisième opus de la saga lui a porté un grand coup, et la Neo-Geo proposait Alpha Mission II (vertical). Côté Nintendo, Phalax était sorti. On peut regretter que Zero Wing soit un peu passé à la trappe, mais cela s'explique par une certaine absence d'originalité, les développeurs n'ont pas pris de risques et nous ont livré un bon shoot'em up, tout à fait plaisant à jouer et maintenant bien rétro. Il gagne à être connu, au delà des traductions calamiteuses qui ont éclipsé ses qualités.

SUPPOS : 5/6
Appréciation personnelle ;)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

Thread 29/11/2011

Un très bon jeu queje possède sur MD et PCEcd. Je joue surtout à la version Nec que je trouve un poil plus nerveuse, mais est-ce le syndrome "shoot de folie nec ?"