[TEST] Dishonored / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

DISHONORED

Support : Xbox 360

Existe également sur PS3 et PC

Développeur : Arkane Studios

Éditeur : Bethesda Softworks

Sortie : 9 octobre 2012

dishonored-box.jpg



Souvenez vous de God of War, sorti très discrètement sur PS2, et qui est devenu rapidement un hit mondial et une référence absolue du hack'n slash. C'est un peu la même chose avec ce FPS nommé Dishonored qui n'a pas vraiment fait parler de lui, et qui crée la surprise en cette fin d'année. Car vous le savez sûrement déjà : ce jeu est acclamé par la presse vidéoludique. Mais demandons au Doc barbu si c'est réellement justifié pour ce nouveau FPS... un de plus ou pas ?



Un jeu de qualité, on pouvait s'en douter sachant que dans l'équipe de développement il y avait le créateur génial de l'univers de Half Life 2, Viktor Antonov. Mais difficile pour un FPS de sortir du lot, surtout après 7 ans d'exploitation de la Xbox 360. Dès le départ ce jeu fait évidemment penser à Half Life 2, mais aussi à Bioshock, Singularity (FPS génial passé à côté de son public), Deus EX Human Revolution et, pour faire dans un semi rétro, au fameux jeu Thief de Eidos. Bref, on sent d'entrée que le jeu en a dans le slip, qu'il y a une véritable patte artistique derrière tout ça !

dishonored.png  hl2.png

Dishonored Vs Half Life 2... on sent la touche de Viktor !



Le scénario n'a pourtant rien de bien palpitant, mais comment faire un scénario original de nos jours franchement, tout a été inventé (je recommence à faire mon vieux grincheux blasé de tout). Une peste foudroyante s'abat sur Dunwall, le royaume de l'impératrice Kaldwin. Vous jouez le rôle de son garde du corps et vous avez été envoyé à l'extérieur pour trouvé de l'aide. Vous rentrez cependant bredouille en loser et c'est là que vos emmerdes débutent : vous assistez à l'assassinat de votre reine et à l'enlèvement de la sa jeune héritière ! Seul témoin de la scène, vous êtes alors accusé et condamné à mort. Game Over. On retourne jouer à Call of Abruty.



dishonored-imperatrice.png
Non seulement vous n'apportez pas de bonnes nouvelles à votre impératrice, mais en plus elle  se fait assassiner sous vos yeux... Drôle de héros de jeu vidéo !

Non, heureusement les royalistes vont vous aider à sortir de votre geôle, et vous allez devenir le Keanu Reeves élu chargé de retrouver l'héritière du trône. Classique certes mais pour un FPS pas vraiment comme les autres où il faudra décider par vous même comment terminer chaque niveau. Vous allez avoir des cibles à éliminer, à vous de les retrouver et de chercher comment les assassiner. Vous avez bu plein d'Orangina Rouge, et êtes devenu un assassin avide de vengeaaaaance. Bref un FPS avec une couche d'Assassin's Creed, la daube de Rubisoft, en beaucoup mieux bien sûr.

dishonored-001.jpg

Et ce rôle d'assassin vous va comme un gant. Il faut dire que vous êtes doué, vous maniez en même temps armes à feu, arbalètes et poignards, êtes plutôt agile (bon pas autant que Ezio quand même), et discret comme Sam Le Pêcheur. Le monde proposé n'est pas ouvert, mais on pourrait parfois le croire car nous ne sommes pas étouffés dans des couloirs, les maps sont vastes, parfois très vastes, avec des quartiers complets de la cité de Dunwall. De quoi s'y perdre, mais une petite flèche amicale est là pour vous aider. A noter que les barbus peuvent supprimer cette aide et chercher par eux-mêmes via les panneaux, le dialogue, les indices, etc... Sachez aussi que vous allez récupérer des pouvoirs spéciaux, mais pas tous, car il faudra faire des choix, comme celui de la téléportation qui va vous permettre de vous projeter en avant instantanément, la vue rayon-X, les coups dévastateurs, la nuées de rats, etc... qui impliqueront des stratégies différentes à adopter pour terminer chaque niveau....

richard gear solid sam-fisher.jpg

Richard Gear Solid et Sam le pêcheur peuvent prendre leur retraite



Et c'est là le point fort du jeu : vous jouez comme vous voulez, vous pouvez même laisser tomber vos pouvoir et vos muscles pour la discrétion totale. Bref, c'est un FPS "bac à sable" (mais sans carjacking) et orienté aventures. Du gros bourrin kéké fan de Call of Abruty aux adorateurs de Richard Freeze Solid, tout le monde trouvera son petit bonheur. Et autant dire qu'une fois le jeu fini vous retournerez dans chaque niveau pour jouer autrement et noterez avec une certaine délectation que vos choix influent également sur le scénario. Certains annoncent un jeu court, mais c'est faux, vu que la replay-value est énorme. Et puis en temps qui vieux gamer enfoncé dans mon canapé avec une couverture et une tisane à portée de main, j'aime prendre tout mon temps à admirer les décors et les détails du jeu.

dishonored-003.jpg

Malgré ce gameplay "ouvert" les développeurs n'en n'ont pas pour autant oublié de peaufiner leur joujou. Le gameplay est digne des meilleurs FPS, les combats sont dynamiques, et très réussis à l'arme blanche (pas évident pour un FPS), sans concession faite à la mode du "Jesus Christ-gaming" consistant à faire ressusciter notre personnage en se reposant 2 secondes derrière un mur. Ici vous disposez d'une vraie barre de vie à l'ancienne, rhaaaaa que c'est bon bordel de sprite ! Ce "détail" montre bien que nous avons affaire à de vrais passionnés de jeux vidéo, et non à une équipe de programmeurs robots bossant à la chaîne.

dishonored-002.jpg



Artistiquement parlant c'est assez génial, une ville mystérieuse un peu inspiré du Londres du 19eme siècle, avec beaucoup de détails, c'est un bonheur visuel. Et techniquement c'est aussi très réussi, peut-être pas au summum des possibilités de la bobox, certaines textures sont bien floues, la modélisation des personnages pas forcement exceptionnelle, mais la direction artistique efface vraiment ces défauts. Le jeu est toujours fluide, les combats dynamiques, la mise en scène convaincante, les effets réussis, et la bande son très adaptée. Nous sommes dans le haut de gamme mes chers patients.



Dishonored est le FPS qui réussi à faire le lien entre tous les chefs d'oeuvres du genre, de Half Life 2 à Deus Ex en passant par les jeux d'infiltration comme Thief ou Hitman. Pensant avoir affaire au début à un simple FPS de bonne facture, on est vite scotché par la touche artistique et par les possibilités du jeu en terme de choix, et de ce fait par sa replay value. Une bombe videoludique inattendue. Dans ta collection de Gamopat, bientôt, sinon rase toi les poils.



SUPPOS : 5,5/6

suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

seal of quality

Publié dans TESTS

Commenter cet article

maitre capello 27/10/2012 07:21

Et oui throudy,mieux vaut écrire des conneries sans fautes d'orthographe(thread)c'est comme ça ma poule lol

nash 27/10/2012 06:55

faute d'orthographes mise a part,elle n'a pas tort

Jntn 26/10/2012 22:40

Désolé troudy mais tu fais 7 fautes d'orthographe en une phrase c'est triste, c'est toi qui à besoin d'entraînement!!!

throudy 20/10/2012 09:54

""C'est d'la bombe bébé !"
Un joyau peaufiné jouissif à mort !
Un must-have, un nouveau maître-étalon tout simplement !
(non les wesh wesh de téci décérébrés je ne parle pas de cheval, retournez sur PES PS3 !)"

Eh THREAD,c'est pas croyable se que tu peut etre idiot tu t'entraine? Ou non t'est peut etre née comme ça

Loïc 16/10/2012 10:53

Je ne l'ai pas encore fini, mais pour l'instant je ne regrette aucunement mon achat, un jeu génial que tout "vrai" joueur se doit d'avoir dans sa ludothèque.
Merci de nous faire des jeux de cette trempe, ça nous change des COD,PES et autres FIFA !

3m0rej 12/10/2012 17:01

"sinon rase toi les poils" NON JAMAIS !!!!!

Thread 12/10/2012 14:44

"C'est d'la bombe bébé !"
Un joyau peaufiné jouissif à mort !
Un must-have, un nouveau maître-étalon tout simplement !
(non les wesh wesh de téci décérébrés je ne parle pas de cheval, retournez sur PES PS3 !)

glm 12/10/2012 12:36

Et le tout fait par un studio français, la classe, non ?

Satche 12/10/2012 10:37

Qu'en est-il de l'AI ? J'ai eu de mauvais echos à ce propos.

Senti le Sentai 12/10/2012 06:44

On dirait que les protagonistes ont des masques de Spectreman ;-)