[TEST] The Last Story / Nintendo Wii

Publié le par Keneda'

The Last Story
Support : Wii
Genre : The last RPG de la Wii ?

Développeur : Mistwalker
Editeur : Nintendo

Sortie : 24 février 2012

the-last-story-box-gamopat.jpg

Le dernier bébé du créateur de Final Fantasy, l'honorable Hironobu Sakaguchi, déboule enfin en Europe, un an après sa sortie japonaise quand même. L’attente insupportable en valait-elle le coup ?

Attaquons nous à l’emballage pour commencer. Graphiquement le jeu est beau, très beau, voir même trop beau. La Wii crache littéralement ses poumons et les ralentissements sont omniprésents (même s’ils sont bien plus rares dans les combats que lors des ballades dans la foule). On sent que le jeu a au début été prévu pour les consoles HD. De même, on a constamment l’impression d’un petit manque de finition, notamment lors de scènes spécifiques. Bref, the Last Story nous souffle ici le chaud et le froid. Niveau sonore par contre, c’est un régal complet. Nobuo Uematsu ne failli pas a sa réputation, et les thèmes sont envoûtants au possible.

Le tout est soutenu par un scénario assez quelconque, il faut en convenir. On retrouve bon nombre des clichés de l’héroic fantasy et du rpg jap, avec notamment notre petit groupe de rebelles (un groupe de rebelles dans un J-RPG, on a jamais vu ça, mis a part peut être… dans quasiment tous les J-RPG ?). Pour autant les dialogues ne sont pas non plus trop insipides car ils sont parfois agrémentés de quelques vannes alcoolisées et olé-olé, ce qui les sauvent de l’ennui. Impératif du genre oblige, les personnages sont tous androgynes, bien que l’on ait déjà vu pire (oui oui c’est à toi que je pense FF XII).

the-last-story-0001.jpg
Que c’est beau ! (oui mais ça rame).


Pour l’instant le bilan est assez mitigé, c’est le moins que l’on puisse dire. Qu’en est-il de l’essentiel c'est-à-dire du gameplay et des combats ? Et bien pad en main, on ne peut qu’être immédiatement conquis. Le système de combat en temps réel, est très dynamique. On attire l’ennemi grâce à la technique magnétique/tank du héros, on se planque derrière un muret, on jailli dès qu’il arrive pour lui porter un coup foudroyant (les coups sont donnés automatiquement dans la direction vers laquelle on incline le stick), on enchaîne avec une roulade pour arriver à portée du sorcier adverse avant qu’il ne lance son sort, au bénéficie d’une invocation alliée pour lui asséner une attaque élémentale. Bref pour résumer : c’est de la bombe baby ! Personnellement je trouve que c’est le meilleur système de combat dans un J-RPG qu’il m’ai été donné de voir depuis ValKyrie Profile II.

the-last-story-002.jpg
Par ici petit petit petit…

Le jeu est également assez tactique : point de bourrinage, surtout contre les boss, il s’agira d’attirer l’ennemi vers vous tout en étudiant ses points faibles dans le but de permettre à vos coéquipiers de préparer leurs sorts. Vous vous surprendrez à ne privilégier que rarement les attaques frontales, mis a part peut-être seulement contre les ennemis les plus faibles. Car oui, une fois n’est coutume, vos alliés ne seront pas atrophiés du cerveau et vous seront d’une grande aide. De plus, il vous sera possible d’acquérir une capacité permettant de leur donner des ordres, afin d’avoir un contrôle encore plus complet sur le déroulement des évènements.
Petit point noir, hormis la plupart des boss, le jeu est tout de même d’une relative facilité.

the-last-story-003.jpg
Elza frappe tout de même fort !

Entre les différents chapitres, vous vous retrouverez dans l’unique ville centrale du jeu. Rassurez vous, elle est tout de même d’une taille correcte et laissera place à l’exploration et au déroulement de quêtes secondaires. De plus, vous pourrez vous rendre dans l’arène, afin de gagner expérience, objets et argent.

La durée de vie est courte, très courte même pour un rpg. Comptez à peu près 20 heures pour le finir en ligne droite et un peu plus de 25 si vous accomplissez toutes les quêtes annexes. Toutefois cette faiblesse est compensée par une action soutenue qui laisse peu de place aux temps morts. On échappera ainsi à beaucoup de missions de "remplissage" communes aux rpg (il faut sauver le monde de la destruction... mais d’abord aidons la marchande à trouver de nouvelles recettes de tartes !). Point de leveling obligatoire pour finir le jeu.

The Last Story emprunte beaucoup au cahier des charges du genre mais pour mieux s’en éloigner. Le jeu ne tourne pas autour du pot. Rythmé par un système de combat jouissif, il ne tergiverse pas et va droit à l’essentiel pour nous offrir une aventure certes courte, mais trépidante au possible, et ce malgré quelques défauts techniques.

SUPPOS : 5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Commenter cet article

jojo 03/03/2012 00:32

-_- -> Je vois vraiment pas où est le troll ! tu ne peux pas exprimer ton avis sans qu'on te traite de troll ? Insensé comme réaction...

-_- 03/03/2012 00:20

Yoga> Tiens, un troll.

FF XIII est loin d'avoir un scénar' "gnan gnan", mais pour le savoir faut y avoir joué plus de 5 heures. Le jeu est loin d'être un problème de toutes façons, d'ailleurs il a plus plu que déçu,
c'est juste que les gens à qui ça ne plaît pas on les entend parce que c'est toujours bien de râler un bon coup histoire de. Même si on a pas aimé (je conçois, j'ai eu du mal à m'y mettre), il faut
quand même rester honnête vis à vis de ce FF qui en plus d'être beau et d'avoir un gameplay en béton, propose des persos qui changent de l'éternel "je suis le beau gosse, je veux être le
meilleur".

J'ai aimé LS, mais je reste déçu quant à ce que Sakaguchi en avait promis (un peu comme avec Molyneux qui annonce tout et n'importe quoi). Les persos ont une psychologie digne d'un J-RPG du début
de l'ère SNES (voire avant) et les pauvres 20 heures de jeu ne permettent pas de les développer correctement. Sans parler que les premières heures de jeu ressemblent furieusement à un mix entre FF
XII et FF IX avec des situations semblables (la nana qui se met à chanter en haut de la tour, voilà quoi). Alors ouais c'est bien 20 heures si on part du principe que le scénar' est vu et revu et
qu'il n'y a pas besoin de plus, mais en attendant, pour le prix, et les promesses faites, je campe sur le fait que le studio aurait pu largement faire mieux.

ziguion 02/03/2012 19:06

très bon test , je suis d'accord avec tous , il rame a des instants précis sans déranger et hors combat , pas des baisses de framerate sur plusieurs second ou plus si vous voyez ce que je veut dire
..........

Yoga 02/03/2012 15:37

La linéarité est pourtant loin d'être un problème pour FF XIII, du moins pour son scénar' (j'ai juste l'impression de me répéter x)). Se trimballer de l'exploration et des quêtes annexes alors
qu'on est poursuivis, les gens auraient crié au scandale parce que scénaristiquement c'est incohérent.
Mais là dans LS c'est clairement différent. Que ce soit un A-RPG n'y change rien, surtout que Mistwalker n'a pas pris de gros risques avec son scénario (je suppose que du coup on s'ennuie moins
longtemps, mais quand même) et aurait pu faire plus d'efforts pour meubler son jeu.
Commentaire n°3 posté par -_- aujourd'hui à 14h0

non, ce n'est pas un pb pour un ffXIII la linéarité, FFXIII en lui emme est un pb et une daube(scenar gnan gnan et incohérrent, aucune liberté...), LS le surpasse et de loin, et ceux sur une
console à la rammasse tecniquement

klaoui 02/03/2012 15:35

merci -_- bien dit ...

encore un jeux surnoté sur un site anti s ....

-_- 02/03/2012 14:03

La linéarité est pourtant loin d'être un problème pour FF XIII, du moins pour son scénar' (j'ai juste l'impression de me répéter x)). Se trimballer de l'exploration et des quêtes annexes alors
qu'on est poursuivis, les gens auraient crié au scandale parce que scénaristiquement c'est incohérent.
Mais là dans LS c'est clairement différent. Que ce soit un A-RPG n'y change rien, surtout que Mistwalker n'a pas pris de gros risques avec son scénario (je suppose que du coup on s'ennuie moins
longtemps, mais quand même) et aurait pu faire plus d'efforts pour meubler son jeu.

keneda' 02/03/2012 11:05

L'aspect couloir du jeu ne m'a pas géné vu son orientation. Dans un a-rpg ou rythme soutenu, la linéarité n'est pas seulement un problème contrairement a un rpg comme FFXIII

-_- 02/03/2012 10:52

Une note vraiment trop élevée pour un jeu extrêmement facile, au scénario plus classique tu meurs, à l'emballage graphique un brin décevant, je ne l'ai pas spécialement trouvé beau avec tout cet
aliasing, ces ralentissements et surtout un chara design à coucher dehors. les musiques sont bonnes, malheureusement elles ont tendance à passer inaperçu in game (pas assez mises en valeur).
Côté gameplay, bien sûr qu'on peut y aller juste en bourrinant, c'est comme ça que j'ai fini ma première partie ! D'ailleurs, on regrettera la répétitivité du tout, magnétisme/cacher/attaquer, ça
devient lourd au bout d'un moment.
Bizarrement tu ne parles pas de l'aspect COULOIR du jeu, alors que tout le monde râlait parce que FF XIII était couloir. TLS c'est quand même QUE du couloir aussi, et les mini-quêtes sont tellement
inutiles ! Une seule ville, même assez grande n'enlève pas cette impression(elles vous font gagner des couleurs pour changer la couleur de vos vêtements, totalement inutile, donc).
Quant aux 20h de jeu, pour un RPG proposé àc eprix là, c'est juste abusé...