Un jeu qui ne sera pas fantomatique sur MSX !

Publié le par Dr Floyd

Voici un nouveau jeu MSX 1 en cours de développement qui a retenu mon attention : Ghost de
Francisco Tellez de Meneses (qui a déjà réalisé ce jeu sur Steam). Même si ça semble classique (genre "Metroidvania"), la réalisation est vraiment très très propre et fait penser à un peu haut de gamme de la grande époque Konami ! On attend la version finale pour cet été, une version cartouche semble prévue.

Publié dans RETRO NEWS

Partager cet article

J'ai rejoué à Metal Slug 3... sur Switch !

Publié le par Dr Floyd

METAL SLUG 3
Support : Switch
Sortie : 3 mars 2017 en démat

J'ai rejoué à Metal Slug 3...  sur Switch !

Pas vraiment un test, tout Gamopat poilu qui se respecte connait cette série culte de la Neo Geo, et notamment le 3eme opus, considéré par beaucoup comme le meilleur, sorti en 2000. Pas un test donc mais juste mon ressenti après y avoir rejoué sur Switch. Car oui, j'ai honte, j'ai acheté du démat' sur Switch ! Quel boulet ce Doc !

En plus je l'achète pour la xième fois ! Je l'ai déjà pris en support physique je crois sur PS2, Wii et PSP (en compil)... et surement aussi sur d'autres supports, je ne sais plus trop. Ridicule du coup de l'acheter en 2017 en démat' du coup ?

Pas tant que ça, car la plupart de mes consoles rétro son au placard, et finalement avec cette version Switch, c'est l'occasion de l'avoir en version salon et portable d'un seul coup, et pour quelques années en accès très rapide. Et je considère Metal Slug 3 tellement culte et fantastique que 6.99€ c'est acceptable. Non ? j'essaye de me convaincre en fait ;)

Alors on se retrouve devant un menu avec 4 versions du jeu... Enfin, version, c'est un bien grand mot, c'est le même jeu à chaque fois : version JAP, version US, et 2 versions scoring (classique et score attack de 5 minutes) avec un tableau des scores online.... Le jeu est parfaitement émulé, pas de soucis. J'ai entendu parler de quelques soucis, notamment sonores, mais je crois qu'un patch a corrigé tout ça. La prise en main est excellente, au stick mais également avec les 4 boutons de gauche. Un sous menu vous permet de paramétrer pas mal de choses : difficulté, vies, sang ou pas, temps, scanlines, son, taille et sens de l'écran, etc... Et n'oubliez pas qu'il est possible d'y jouer à deux.

J'ai rejoué à Metal Slug 3...  sur Switch !

Quant aux 2 modes de scoring online vous n'aurez aucun choix de paramétrage bien sûr, le jeu débute directement au lancement (sans même possibilité de pause). Normal. Votre meilleur score sera classé dans un tableau mondial.

Perso je me suis pris au jeu, je suis addict ! J'ai un double objectif : premier objectif, finir le jeu original en un crédit en baissant un peu la difficulté. Car oui, je n'ai jamais fini ce jeu, je suis une quiche ! Mais il faut savoir quand même je n'ai jamais utilisé aucun crédit dans aucun jeu d'arcade de toute ma vie ! Je suis un "puriste". Le crédit, je n'aime pas. Deuxième objectif,
rentrer dans le TOP 100 des joueurs en mode scoring online.

Le jeu est cours, toujours identique, mais on ne se lasse jamais, tellement le gameplay est parfait et les graphismes & animations au top niveau du pixel art. Le meilleur run&gun 2D du monde. Un jeu hors normes, un émerveillement permanant. Un jeu qui peut paraitre simple mais il est remplis de secrets non stop pour faire du scoring, je commence seulement à m'en apercevoir !

Alors quelques petits reproches : il y a un petit manque de finition dans les menus rajoutés et dans la présentation globale, il faut un petit temps d'adaptation pour bien piger l'ensemble. Une fois assimilé ca va. Aussi le tableau online est fade. Bref, les jeux NeoGeo méritent un habillage meilleur... Mais bon tout ça n'est pas lié au jeu en lui même.

Si vous êtes toujours fan de Metal Slug en 2017 foncez ! Vous posséderez ce jeu de manière continue, super accessible, quasi instantanément en mode portable, ou alors en mode salon (en solo ou à 2). Et vous serrez toujours tenu par le challenge de vous placer le plus haut possible dans les charts, car vous allez vous rendre compte que la marge de progression est énorme ! Indispensable ! Une légende du jeu vidéo.

Partager cet article

[TEST] Horizon: Zero Dawn / PS4

Publié le par Vaval

Horizon: Zero Dawn
Support : Playstation 4
Développeur : Guerilla Games
Éditeur : Sony Computer Entertainment
Date de sortie : 1 Mars 2017

[TEST] Horizon: Zero Dawn / PS4

Mai 2005. A l’occasion de la présentation de la Playstation 3 lors de l’E3, le studio hollandais Guerilla Games catapulte son trailer de Killzone 2. Gameplay bidonné, graphismes en pré calculé, le tour de passe-passe de l’un des studios interne de Sony provoquera un tollé sans précédent. Depuis, bien de l’eau a coulé sous les ponts. La franchise Killzone a fait son bout de chemin avec plus ou moins de réussite, pour finir avec un épisode « Shadow Fall » sympathique qui aura eu le mérite de mettre la Playstation 4 en orbite. Quatre ans plus tard, Guerilla nous revient avec une nouvelle franchise, à la troisième personne cette fois-ci, et portée par une héroïne à la chevelure fauve. Horizon : Zero Dawn, ou l’open-world ordinaire.

Une chose est sûre, les jeux à monde ouvert ont largement été démocratisés sur cette dernière génération de consoles. La contagion est telle que chaque studio y va désormais de sa production bac à sable. En ligne de mire, Ubisoft, avec ses titres à checklist dans lesquels la carte ressemble à une liste de course. Viennent ensuite les fausses copies telles que Mad Max, L’Ombre du Mordor ou encore Just Cause 3. Enfin, dans le wagon de tête, nous retrouvons The Witcher 3, GTA V et Fallout 4. C’est chez tout ce joli petit monde que Horizon : Zero Dawn va puiser son inspiration, parfois avec panache, souvent de manière trop scolaire.

[TEST] Horizon: Zero Dawn / PS4

Aloy est un paria. Née d’une mère inconnue, confiée à un banni du nom de Rost, elle vivra une enfance mouvementée sur les terres sacrées de La Mère. Bien décidée à en apprendre plus sur ses origines et devenir enfin un membre éminent du clan Nora, elle s’entraînera aux arts de la chasse et du combat jusqu’à son adolescence. Il faut dire que le monde dans lequel vie la fillette abrite moult dangers, monstres mécaniques et nature sauvage gouvernant des terres ravagées par un cataclysme sans précédent. Il lui est donc indispensable de maîtriser arc et roulades pour survivre dans ce milieu plus qu’inhospitalier. C’est sur ce postulat que démarre l’aventure du jeu imaginé par Guerilla durant 6 ans de développement.

[TEST] Horizon: Zero Dawn / PS4

Après une première séquence infantile pas vraiment intéressante, vous voilà donc aux commandes de cette future guerrière dont l’agilité n’a d’égale que la souplesse de ses tresses. Bien vite, on se retrouve à gambader joyeusement dans les herbes hautes et à apprécier le vent caressant notre chevelure à l’orée d’un ruisseau. Puis tombe la nuit, une couleur bleuté s’abat sur la plaine, les rayons cristallins de la lune transpercent la forêt et les lucioles virevoltent au passage d’Aloy. Bien vite, on comprend que le jeu de Guerilla est une ode à la nature. Les environnements sont d’un réalisme saisissant, les effets de lumière et de particule n’ont pas d’équivalence et les panoramas sont vertigineux. Chaque parcelle de la map devient donc un prétexte à la contemplation, un mode photo tout droit sorti de PES permettant en plus d’immortaliser ces moments à nul autre pareil. Horizon : Zero Dawn est donc un jeu qui se regarde, beaucoup, et avec un plaisir immense. Car si l’ambiance et la direction artistique sont d’une telle qualité,  elles le doivent en partie à un moteur graphique qui fonctionne à merveille. Textures hyper détaillées, effets météorologiques criants de vérité, couleurs explosives, tout est mis en place pour que l’expérience visuelle soit inoubliable. Les plus exigeants noteront également un framerate d’un calme olympien et l’absence de bugs, pourtant légions chez les titres concurrents. Guerilla Games étale ici tout son savoir-faire artistique et nous régal d’un niveau de finition qu’on aimerait voir plus souvent, malgré quelques textures qui pop ici et là. Horizon : Zero Dawn devient instantanément le plus beau bac à sable jamais conçu, point.
 

[TEST] Horizon: Zero Dawn / PS4

Après s’être bien régalé la rétine, il est grand temps de prendre les armes et d’aller détruire de l’animal mécanique. On constate assez vite que le gameplay ne souffre d’aucun défaut, Aloy combattant avec nervosité et aisance. On tire des flèches, on roule, on change d’arme et de munitions à la volée sans trop sourciller. Puis, sans crier gare, l’infiltration pointe le bout de son nez et le jeu commet l’irréparable : il devient mou et pénible. Le premier responsable est, comme d’habitude, une intelligence artificielle qui ne fait pas correctement son travail. Que ce soit du côté des machines ou des humains, il suffit de se planquer dans un buisson, d’attirer l’attention de l’ennemi et de lui coller la lance dans le bide. On peut donc camper tranquillement au même endroit et empiler les cadavres à l’infini sans que ça n’ait la moindre incidence.

[TEST] Horizon: Zero Dawn / PS4

De ce fait, et même si l’infiltration est largement favorisée par le level design, on se contente très rapidement de supprimer un ou deux bonhommes pour ensuite foncer dans le tas. A ce moment-là, tout va beaucoup mieux, l’action devenant immédiatement nerveuse et épique. On prend un malin plaisir à affronter plusieurs machines en même temps, à esquiver leurs attaques et à viser leurs points faibles avec un arsenal modulable. Chaque bestiole dispose en effet d’un talon d’Achille qui nous oblige à adapter notre stratégie en fonction de la typologie de l'affrontement. Si un Veilleur peut être abattu d’une simple flèche dans l’œil, un Cracheur nécessitera l’utilisation de bombes gelées et de pièges explosifs pour être vaincus. La richesse du jeu réside donc dans ce système de combat mêlant stratégie et rapidité d’exécution, le tout ponctué par une difficulté bien présente puisque trois à quatre coups suffisent à nous mettre au tapis. Malheureusement, les oppositions face aux humains sont mauvaises dans les deux cas, le jeu se convertissant en TPS sans âme ou s’enchaînent headshots et abus de bullet time.

[TEST] Horizon: Zero Dawn / PS4

Horizon : Zero Dawn souffle le chaud et le froid non seulement dans son gameplay, mais également dans sa structure. Après une introduction de haute volée, Aloy est enfin lâchée dans le monde et libre de vaquer aux tonnes d’occupation qui lui sont proposées. Le jeu commet alors un deuxième impair impardonnable : il se transforme en titre à checklist sauce Ubisoft. S’enchaînent dès lors les camps de bandits, les zones de chasse et les tours à escalader. Ce type de contenu signe depuis des années la mort du plaisir de jeu, et Guerilla y a malheureusement succombé. On se retrouve donc dans l’obligation de personnaliser l’interface pour dégager tous ces éléments polluant et ne garder que l’essentiel. Car l’essentiel, symbolisé par des quêtes intéressantes et relativement bien écrites ainsi que des tombeaux surprenants, existe bel et bien. Alors au diable tout ce contenu superflu visant à allonger artificiellement la durée de vie. Ce côté « Far Cry » s’applique à tous les niveaux, le craft et l'arbe de compétence faisant, eux aussi, parti du voyage. A nous les joies de la récolte de plantes, de peaux d’animaux et de matériaux de récupération. Indispensable, elle permettra non seulement d’améliorer les pièces d’équipements, mais également de créer munitions, potions de vie et sacs de voyages permettant de rallier rapidement l’un des innombrables feux de camps. La mécanique ne s’arrête pas là puisque, pour trouver de l’argent et ainsi commercer avec les vendeurs, il faudra une fois de plus fouiller un peu partout. Heureusement, les améliorations permettant de multiplier les quantités récoltées sont accessibles dès le début et facilitent grandement la tâche.

[TEST] Horizon: Zero Dawn / PS4

Le bébé de Guerilla Games lorgne sans conteste du côté des RPG, en témoigne les innombrables quêtes annexes et les roues de dialogue qui parsèment l’aventure. Certaines discussions donneront même lieu à des choix de réponse basée sur l’humeur (compassion, fermeté, malice). Ces possibilités demeurent rares, mais ont le mérite d’être bien implantées et d’avoir, parfois, un léger impact sur la trame scénaristique. En parlant de l’histoire, il est à noter que celle-ci a été écrite avec soin et maturité. Horizon : Zero Dawn aborde des thèmes aussi larges que la religion, la place de l’homme sur terre ou la relation qu’il entretient avec les machines. Le charisme d’Aloy renforce un peu plus cette trame que l’on aurait, malgré tout, aimée moins banale par moment. Rythmée par les douces mélopées imaginées par Joris de Man et le groupe The Flight, l’aventure scénaristique est donc une réussite assez inattendue qui devrait se poursuivre dans un deuxième épisode quasiment acté.

Horizon : Zero Dawn est-il un bon jeu ? La réponse est oui, sans aucun doute. Le titre de Guerilla Games souffle un vent de mysticisme qui sort de nulle part, et étreint le joueur dans sa douce ambiance de fin du monde au cœur d’une nature aussi belle que sauvage. Ce cadre idyllique est malheureusement plombé par une nuée d’activités polluantes et de combats humanoïdes à l’intérêt inexistant. Le constat devient donc étrange, car les nouveautés proposées par le titre, notamment les combats face aux monstres mécaniques, sont excellentes. A côté de ça, il a la mauvaise idée de puiser les idées essorées de la concurrence. Des titres comme Red Dead Redemption ou Shadow of the Colossus marquent une génération parce qu’ils laissent le joueur respirer. Si Horizon : Zero Dawn en avait fait autant, il ne serait pas qu’un simple bon jeu, il serait une œuvre culte.

SUPPOS : 4/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[BROCANTE] Alerte à la revente de collection !

Publié le par Dr Floyd

[BROCANTE] Alerte à la revente de collection !

Notre membre imminent, FK-Corporation, est un voie de guérison, il revend une grande partie de sa collection, et commence très très fort avec des tonnes de jeux : PS1, PS2, PS3, Vita, Wii, Gamecube, Dreamcast, DS, GameBoy, etc... Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses !

Lien vers l'annonce :
http://www.gamopat-forum.com/t92268-fk-vend-une-partie-de-sa-collection

Publié dans FORUM

Partager cet article

Se repayer Mario Kart 8 est-il un luxe ?

Publié le par Dr Floyd

Se repayer Mario Kart 8 est-il un luxe ?

Ressortir un jeu rempli de bonus ça ne me gène pas quand il s'agit d'un très grand jeu, personne ne nous oblige à acheter, et il y a de toute façon toujours un nouveau public pour découvrir le jeu (à ce que je sache tout le monde n'a pas acheté la Wii U !). Alors les trolls qui crachent sur le retour de Mario Kart 8 m'agacent un peu... D'autant que ce retour se fait en support "cartouche", et qu'on pourra y jouer en mode portable ! Ce n'est pas rien !

Alors quid des cadeaux bonux de cette réédition ?
- Tous les DLC de la version U (on contenu énorme, mais bon on peut supposer que les fans avaient déjà ce contenu)
- 5 nouveaux personnages (dont le Roi Boo, Skelerex....)
- Au moins 2 nouveaux objets (pour être invisible ou pour faire de grands bonds)
- Un mode bataille avec 8 arènes et 4 type de jeu
- Un mode pour les plus jeunes de conduite assistée
- la possibilité d'y jouer à 8 en local... jusqu'à 8 Switchs connectées...

Ca nous offre quand même au final un sacré gros jeu ! Rendez-vous fin avril ! En espérant que Nintendo commence à penser à Mario Kart 9... avec des innovations et prises de risques (façon Zelda Breath of The Wild) !

Publié dans NEWS

Partager cet article

La Switch menace la Xbox One au Japon

Publié le par Dr Floyd

La Switch menace la Xbox One au Japon

Près de 400 000 Nintendo Switch vendues en 2 semaines au Japon, sachant qu'elle est désormais en rupture de stock, et sachant que Zelda n'est pas une licence phare au Japon... Alors pour le petit clin d'oeil c'est 5 fois plus que la Xbox One... en 3 ans. Oh c'est pas très gentil ça pour les fans de Microsoft ;)

 Ventes semaine      Ventes semaine -1   Ventes année    Ventes totales
Switch61.998329.152391.150391.150
PS435.30037.807417.3714.518.038
3DS23.68123.848317.44022.478.185
PS Vita8.3989.889125.2935.568.360
PS36396156.27310.456.041
Wii U4305659.0913.322.301
Xbox One1475651.55377.137

Partager cet article

Le 5ème Replay-Festival c'est ce week-end !

Publié le par Dr Floyd

Le 5ème Replay-Festival c'est ce week-end !

Ce week-end des 19 et 20 Mars 2016, se déroulera la 5ème édition du Replay-Festival ! Si vous êtes dans le coin de Mouans Sartoux (pas loin de Nice/Cannes), n'hésitez pas à venir !

Les invités de cette année sont :

JM Destroy
Souvenez-vous des magazines mythiques tels que Joystick, Joypad et autres Mega Force, Super Power et Playmag. Avec son style inimitable, il nous a fait rêver, souvent baver, et pour certains d’entre nous ce sera clairement un rêve de gosse que de le rencontrer en chair et en os.

FFVIMan
Grâce à FFVIMan, venez faire Switcher votre SNES pendant tout le RE-PLAY 2016 !!
Le Switch de console consiste en une légère amélioration afin de la rendre compatible avec les jeux de tous les continents.

Vadu Amka
Vadu Amka est de retour en force pour le RE-PLAY 2016 ! Cette année elle exposera encore plus de pièces que l’an dernier, alors ne râtez pas cette nouvelle occasion d’admirer le talent de cette artiste Belge.

Mathieu Manent
Mathieu Manent, auteur de l’Antologie N64, et co-auteur dans divers ouvrages rétrogaming édités chez Geeks-Line sera en dédicaces au festival RE-PLAY 2016 !
Mathieu participe aussi au projet Retro Playing Mag.

Niiico
Tout le monde sait que les jeux vidéos c’est comme le bon vin, ça se bonifie avec le temps (mais si), et Nicolas Gavet l’a bien compris ! Il a vécu l’age d’or des jeux vidéos de l’intérieur, notamment lorsqu’il travaillait pour le cultissime magazine Consoles+.

Jean-Paul Santoro
Psychologue clinicien et psychothérapeute à Nice, Jean-Paul viendra nous présenter deux conférences sur des thèmes liés aux jeux vidéo (addiction, féminisme & mysogynie).

Toutes les infos sur le site officiel et sur Face de Bouc.

Publié dans NEWS

Partager cet article

[TEST] Mario Sports Superstars / 3DS

Publié le par SMR

Mario Sports Superstars
Support : 3DS
Editeur : Nintendo
Sortie : 10 Mars 2017

[TEST] Mario Sports Superstars / 3DS

Bon, que dire de cette "compilation"? Car oui, ne nous leurrons pas, Mario Sports Superstars n'est ni plus ni moins qu'un Mario Sports Mix pour portable, avec les persos fun de Final Fantasy et Dragon Quest en moins.

Parmi les épreuves, on retrouve le football, beaucoup moins amusant dans le genre que Mario Smash Football sur Gamecube, j'irai même jusqu'à dire qu'il est moins diversifié que le football olympique dans Mario & Sonic aux JO 2012 sur Wii, voire 2016 sur Wii U. La maniabilité à la ramasse y est pour beaucoup, mais pas que... Entre le gardien qui sort de ses cages sans raison et les joueurs adverses qui simulent des fautes pour obtenir des pénos imaginaires, c'est énorme. C'est FIFA au Royaume Champignon.

[TEST] Mario Sports Superstars / 3DS

Alors, le football pourrait être le seul échec de ce pot-pourri, mais on a aussi le baseball, où là encore mieux vaut lui préférer son grand frère sur Gamecube : Mario Superstar Baseball. Certes, le choix des personnages est conséquent, mais les règles du baseball ont été bafouées tant le principe est devenu simple : en tant que lanceur, en plaçant la balle à l'extrême droite, on a 90% de chances de gagner (même avec l'IA en Pro). En revanche, en tant que batteur, pour réaliser un Home Run, il faut se lever tôt, vu que l'IA use du même stratagème.

[TEST] Mario Sports Superstars / 3DS

L'équitation, c'est sympatoche mais pas de quoi casser trois pattes à un canard déjà boiteux. En ramassant les items çà et là sur le chemin, un peu à la Mario Kart, et en activant les boosts dans la dernière ligne droite, impossible de perdre. Encore une épreuve cheatée à mort. Dommage, ça aurait pu être mieux conçu, pour une fois que Big N nous servait un sport quasi inédit.

[TEST] Mario Sports Superstars / 3DS

Il reste donc le golf et le tennis. Et vu que c'est une compilation au rabais, lesdites épreuves ne rivalisent pas avec (au hasard...) Mario Power Tennis sur Gamecube (encore elle) et Mario Golf : Toadstool Tour sur... devinez ? Gamecube, oui, Madame au fond de la salle, un point bonus. Trop d'approximations là encore, que ce soit dans les lifts ou bien dans les swings : le seul vrai point positif est que Nintendo ne nous oblige pas à jouer au golf au stylet, comme ça a déjà été fait jadis.

Alors ce n'est pas foncièrement mauvais, c'est juste que 4 de ces 5 épreuves sont mieux réalisées sur la console dauphin et que la cinquième sert de bouche-trou (depuis quand l'équitation est un sport passionnant? Je veux dire à part sur Léa Passion, justement...).

[TEST] Mario Sports Superstars / 3DS[TEST] Mario Sports Superstars / 3DS

Ajouter à ça l'impossibilité de jouer à plusieurs en local sans posséder plusieurs cartouches et c'est le combo ultime de rage absolue. Bien sûr, il est toujours possible de jouer en ligne avec le reste du monde, mais à cette période-ci, le réseau est désert, tout le monde a les yeux rivés sur Breath Of The Wild.

Ha j'oubliai, il y a un mode de jeu bonus avec les cartes amiibos (à 5€ le paquet de 5 cartes, le luxe ça se paye), un genre d'Arkanoid. Limite, c'est le jeu le plus intéressant de la cartouche. Mais s'il faut payer des DLC masqués en amiibos pour s'amuser, autant privilégier Super Smash Bros.

En bref, Mario Sports Superstars vous divertira le temps d'un après-midi avant de finir au fond d'un tiroir, entre Zelda Triforce Heroes et Mario Party Star Rush.

SUPPOS : 3/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

La Nintendo Switch cartonne... avec 1 jeu !

Publié le par Dr Floyd

La Nintendo Switch cartonne... avec 1 jeu !

SuperData a parlé, le héros des stats annonce que la Nintendo Switch aurait passé le cap des 1,5 millions de consoles écoulées. L'objectif haut de Nintendo des 2 millions en un mois devrait donc être atteint. Pas mal pour une console qui n'a pour ainsi dire qu'un seul jeu dans son line-up !

Pour rentrer dans les détails : 500 000 aux USA, 360 000 au Japon, 110 000 en France, 85 000 chez les Rosbeefs. Nous n'avons pas les chiffres du Vatican.

Publié dans NEWS

Partager cet article

[TEST] Blaster Master Zero / Switch

Publié le par ShiningBZH

Blaster Master Zero
Support : Switch

Existe également sur 3DS
Développeur : Inti Creates 
Editeur : Inti Creates
Sortie : 09 Mars 2017

[TEST] Blaster Master Zero / Switch

On ne présente plus ce grand classique qu'est Blaster Master sortie sur NES en 1991 par Sunsoft , et bien bonne nouvelle pour les fans , un reboot vient de sortir chez Nintendo sur Switch et 3DS ! Pour les retardataires et les cancres du fond de la salle, rappelons que Blaster Master est un jeu du genre Plateforme et SHMUP rappelant un certain Metroïd, la license a été racheté par Inti Creates qui sont notamment les développeurs de la série des Megaman Zero. 

Dans Blaster Master Zero l'histoire est sensiblement la même que la version NES américaine, à savoir que l'on joue toujours "Jason" un petit garçon qui part à la recherche d'une grenouille prénommé Fred qui vient de s'enfuir dans une autre dimension à l'aide d'un portail interdimensionnel ! Dans ce reboot nous avons le droit à des améliorations graphiques, de nouvelles armes à la fois pour "Jason" et le véhicule "Sophia III", de nouveaux boss, un vrai scénario et des mécanismes d'exploration améliorés. Et oui ce n'est pas une simple rom retravaillé mais une refonte de A à Z ! 

[TEST] Blaster Master Zero / Switch

Parlons d'une chose assez importante pour cette épisode, l'amélioration du véhicule : au début du jeu un personnage inconnu de la version NES vient s'incruster à l'histoire , une jeune femme "Eve" que l'on secours dans notre quête, celle-ci est amnésique mais il s'avère qu'elle sache améliorer nos armes et notre véhicule si on lui ramène des plans de construction. 

Ces plans de construction sont trouvables en parcourant des donjons dispersés un peu partout dans les niveaux, mais je vous vois venir, "ouais la galère à l'époque, un vrai labyrinthe", et bien que neni, vous avez la possibilité de trouver des cartes sur chaque zone, une fois celle-ci ramassée il vous suffit d'appuyer sur la  touche "+" et faire apparaître le niveau complet avec une légende détaillé, ainsi vous saurez où sont les checkpoints, les boss, les améliorations et les wrap zones, une fonctionnalité indispensable pour les personnes n'aimant pas se prendre la tête car certains niveaux sont vraiment vastes !

[TEST] Blaster Master Zero / Switch
[TEST] Blaster Master Zero / Switch

Dans ce jeu nous allons donc alterner entre 2 phases de jeu : 

- Vue de profil : dans ce mode nous controllons principalement "Sophia III" et pouvons profiter des améliorations apportées par "Eve", chaque amélioration augmente le plaisir de jouer et donne une vraie impression de puissance surtout en améliorant le canon principale ! Dans ce mode "Jason" n'a pas ses améliorations d'activés de toute manière cela importe peu car on a juste besoin de le faire sortir du véhicule pour monter des échelles ou activer des leviers débloquant des passerelles qui bloquerait le chemin ! 

- Vue de dessus : ici impossible de jouer avec le véhicule, car ce mode se joue à l'intérieur des donjons, "Jason" les armes une fois améliorées sont dignes d'un Contra, on a le droit a du lance-flamme, un pistolet électrique, un fusil rafale, des balles capable de traverser les murs et bien d'autres, chacune de ses armes ont leurs avantages et inconvénients face à certains ennemis et boss ! Vous pouvez aussi lancer des grenades, poser des C4, envoyer des grenades paralysante et même en attaque ultime demander l'aide de "Sophia III" et cibler des ennemis  pour que ceux-ci soit pulvérisé par des rafales de missiles ! Je précise que cette phase de jeu a été nettement agrandie et les ennemis sont bien plus nombreux que sur la version NES . 

Côté sonore ça rappelle bien le bon vieux Sunsoft d'antan, les musiques originales ont été améliorées et d'autres ont dû être créées en gardant les mêmes sonorités d'époque, exit les musiques techno à la David Guetta.

[TEST] Blaster Master Zero / Switch

Je recommande donc Blaster Master Zero à tout les gamopats fans de neo-retro, surtout pour 10€ ! Mes 7 heures de jeu son déjà bien rentabilisées et je n'en suis qu'à la moitié du jeu... quand je pense que j'ai mis 60 balles dans des jeux PS4 auxquelles je n'ai joué qu'une heure !  Une sortie boîte n'aurait pas été de refus mais je crains fort qu'il va falloir s'y faire au démat'... Bref un must-have !

SUPPOS : 6/6

[TEST] DOOM / PS4

Publié dans TESTS

Partager cet article