[EBOUZE] Une TurboGrafx avec lecteur CDROM !

Publié le par Dr Floyd

Voici une pièce assez rare trouvée sur Ebouze US pour votre collection Nec : la TurboGrafx-16 avec son lecteur de CDRom ! De plus elle est accompagnée de 7 jeux et 3 manettes. Il y a cependant deux problèmes : l'enchère a déjà dépassé les 200$, et le vendeur ne souhaite pas expédié à l'étranger (à vous de le convaincre !).

nec-turbo-cd.png

Publié dans BONNES AFFAIRES !

Partager cet article

"God of Waaar !!! Asseinchionne"

Publié le par Dr Floyd

Il fallait s'y attendre, à peine la date de sortie de Halo 4 dévoilée par Krokosoft, que Sony balance un premier teaser pour God of War : Ascension sur PS3. C'est de bonne guerre.

Une préquelle à God of War, épisode qui se situera donc avant des événement du tout premier et cultissime God of War de la PS2. Sony nous donnant rendez-vous le 30 avril prochain pour en savoir plus... On espère en tout cas un framerate mieux maîtrisé que dans le troisième opus.

"God of Waaar !!! Asseinchionne"


Publié dans NEWS

Partager cet article

[RETROGAMING] Championship Jet Ski Simulator / Amstrad CPC

Publié le par Warhol

CHAMPIONSHIP JET SKI SIMULATOR
Type de jeu : Course
Support : Amstrad CPC (6128 pour les tests)
Existe également sur C64, ZX Spectrum, Amiga, Atari ST
Editeur : Codemasters
Développeur : The Oliver Twins
Année : 1989

jet-ski-cpc.png

Nous sommes donc en 1989, une année où toutes les écoles primaires de France obligeaient les élèves à s’habiller en «sans culotte» et où les filles en pleine crise d'adolescence affirmaient, en portant leurs cyclistes noirs et leurs tee-shirts fluos, qu' «Axl Rose, il est trop beau, laisse tomber !»... Une superbe année quoi !!!
Mais mieux qu’une «prise de la Bastille» fictive, Codemasters nous livrait cette année là Championship Jet ski Simulator. Héritiers d’une déjà solide tradition de jeux «funs» (la devise de Codemasters était alors «the fun starts here»), ce jeu est signé des deux ados geeks les plus célèbres et bancable de Grande Bretagne : les frères Oliver, également connus pour la série des Dizzy et pour Grand Prix 2 Simulator.


RUN"JETSKI

Tout d’abord, certains puristes (s’ils existent) s’en sont surement rendus compte: Jet Bike Simulator (1988) et Championship Jet Ski Simulator (1989) sont les mêmes jeux ! C’est vrai que pixellement parlant, il s’agit du même programme et je vous avoue que je n’ai, malgré mes recherches, pas trouvé la véritable explication de l'existence de ces deux versions dont seuls le nom et la voix off digitalisée(masculine pour Jet Bike) changent... Il est possible que "Jet Bike Simulator" soit en fait le nom de la version "K7" du titre ou bien qu'il ait eu un changement de nom suite à une réédition ou à un zonage "FR", les frères Oliver étant encore actifs, ça mériterait de leur poser la question...

Comme son nom l’indique Championship Jet Ski Simulator (CJSS) est un jeu où vous devez chevaucher un Jet Ski (à ne pas confondre avec un scooter des mers) et participer à des courses pour bien entendu les gagner. Et le moins que l’on puisse dire, en évoquant le contenu de ce titre, c’est qu’il ne brille pas par sa complexité. C’est vrai que l’on est sur une architecture CPC et que Codemasters veut proposer des titres simples pour minimiser les coûts de productions mais tout de même...

Ainsi, une fois la difficulté choisie (et ceci avant même l’écran titre): easy ou hard, vous arrivez directement au main menu (un vert pour easy et un rouge pour hard, messieurs les daltoniens...). Là, point de fioritures, il vous est simplement proposé de choisir un ou deux joueurs, d’y mettre votre nom (vos noms) et c’est parti !! Avec un peu de chance vous avez peut être eu le temps de regarder les High Scores, les Instructions ou les Credits qui sont aussi utiles que le discours d’une ancienne camarade de classe qui, se prenant pour une hippie, vous raconte son voyage en Inde alors que justement, ce pays ne vous intéresse absolument pas !!

jet-ski-cpc-001.jpg

"START 1 PLAYER" !!

Et vous voici dans le jeu !! Le but est de finir chaque course en essayant de faire le meilleur score. A vos cotés sur la ligne de départ se trouvent 3 adversaires (dont 1 qui est potentiellement le joueur 2, avec ses 3 touches au clavier) mais qui ne sont pas trop dérangeants puisque c’est avant tout contre la montre que vous allez vous battre. En effet, vous avez un certain temps pour boucler les 1, 2 3 ou 4 tours (selon les courses) de chaque circuit et ainsi vous qualifier pour la course suivante. Le jeu comporte 24 circuits au total, 12 dans un paysage côtier aux tonalités vertes (mode easy) et 12 dans un décor portuaire rouge vif (mode hard).


Vous comprenez ainsi que la difficulté du jeu et le scoring sont les seuls éléments influant sur la durée de vie, toute relative, du titre. D’ailleurs ce scoring dépend, quand à lui, de votre chrono et de votre classement. Et CJSS n’a pas de «continue» alors autant vous dire tout de suite : si le mode easy est vraiment easy, le mode hard est quand à lui vraiment ... bah hard justement!! Mais c’est quand même important de le préciser pour les plus jeunes : «hey toi, le jeune !! dis toi qu’avant, hard ça voulait dire "vraiment très hard" !! Voilà !! Merci le jeune ... tu peux retourner jouer à Battlefield ... mais coupe moi cette putain de mèche de "Beatles fan de Justin Bieber", bordel !!! ».

jet-ski-cpc-002.jpg

Côté graphismes sinon, le jeu correspond bien aux productions des jumeaux Oliver : simple, sobre, efficace !! Le jeu se présente en "vue du dessus", assez lointaine qui, contrairement à la série MicroMachines, nous permet de voir l’intégralité du tracé de la course. Les détails sont relativement fins et l’on reconnaît facilement les quelques éléments des décors (phares, côtes, vase, bateaux etc..). Finalement, et c’est un peu bête, les trucs les moins bien modélisées restent les «jet ski» eux mêmes puisqu’ils nous sont présentés sous la forme de grosses «flèches» ... bon, en même temps vu le style (mega nerd, en plus british) des frères Oliver, je doute qu’ils aient été au courant de ce qu’était un jet ski ... enfin passons !!


Pour continuer sur l’aspect visuel, si les initiés de l’Amstrad trouveront logique, voire nostalgique, de n’avoir que 4 couleurs dans la palette graphique de l’opus ; les autres (dont un barbu) ne manqueront pas de me faire remarquer, non sans un certain mépris, que la version ZX Spectrum en affichait 8 !! Et oui … C'est toute l'Histoire du CPC ça : pour augmenter sa résolution (320x200), il baissait ses couleurs...

jet-ski-003.jpg

Cependant cette version CPC possède, et c’est l’essentiel, une jouabilité très prenante. D’ailleurs, c’est cette dernière qui a fait le succès de Codemasters en la matière et je ne vais pas hésiter à me paraphraser (cf MicroMachines’96) pour la décrire : il faut tourner normalement (droite pour aller à droite, gauche pour aller à gauche etc...) lorsque le véhicule se dirige vers le haut et inversement (droite pour aller à gauche etc...) lorsque le véhicule se dirige vers le bas de l’écran. Le résultat est une prise en main assez délicate pour les débutants mais diaboliquement efficace pour les courageux qui trouveront du «fun» (en solo comme à deux) au rendez vous !!

A noter quand même une très mauvaise gestion des collisions ainsi qu’une certaine lenteur du titre. Et si ce dernier point s’explique par le réalisme de l’animation (ce sont des «jet ski» rappelons le et leur inertie est très bien retranscrite); les problèmes récurrents que représentent certains obstacles invisibles ou le décor lui-même mettront votre patience à rude épreuve ... En gros, vous allez péter du joystick !!


Pour finir, il faut se pencher sur le joli travail de composition de Jon Paul Eldridge qui, selon moi, a su tirer profit de l’excellente qualité sonore du CPC (oui je suis conscient de lancer un débat là !). En effet le thème présent dans l’intro est un bien beau titre qui me rappelle un peu l’unique tube du groupe Visage : Fade To Grey, en plus rapide bien sûr… donc en mieux aussi.

Affirmant le «style Codemasters», avec la «vue de haut» et la jouabilité qui feront plus tard le succès de la série MicroMachines, Jet Ski garde encore aujourd’hui une grande part de «fun», conformément à la devise de l’éditeur. Cependant, je vous conseille tout de même, si vous en avez la possibilité, de faire comme je le faisais jadis, c’est à dire de foncer chez votre meilleur pote pour l’affronter en multi... si vous avez encore un meilleur pote avec un CPC bien sûr (oui je sais, ce sera chose difficile pour les gens nés après 1985...).

SUPPOS : 4/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[SPEEDTESTING] Tekken 3D Prime / 3DS

Publié le par Dr Floyd

TEKKEN 3D PRIME

Support : Nintendo 3DS

Éditeur : Namco Bandai

Sortie : 1è février 2012

tekken-3D-prime.jpg



Speedtesting de 1 heure avec le support de
Gamoniac



Avec Street Fighter et Dead or Alive la 3DS possède déjà deux bons jeux de baston, très classiques certes, mais assez réussis. Au tour de Tekken de s'attaquer à la nouvelle portable de Nintendo, et Namco Bandai annonce très sérieusement le meilleur jeu de baston de la 3DS et parle même d'une expérience inédite ! LOL



Tekken 3D Prime, c'est la même chose que Tekken 6 sur console de salon avec le service minimum  : mode mission, mode survie, mode online limité (et sans 3D), et ça s'arrête là ! Plus de mode Arcade ou Histoire (mais de toute façon c'est quasiment la même chose !). Aussi plus de mode beat'em all (pas de regrets, c'était naze) ni de customisation (on s'en tape également)... Le menu d'accueil fait donc vraiment triste. Heureusement  il y a quand même 40 personnages, ça nous laisse le temps de tous les découvrir. La surprise du chef c'est un dessin animé Tekken, ce qui plaira peut-être aux moins de 8 ans ?



tekken-3D-prime-001.jpg tekken-3D-prime-002.jpg 


Le gameplay très orienté arcade de cette licence est toujours aussi ennuyeux et répétitif, on a l'impression de jouer à la même chose depuis 1995 et la première version sur Playstation... Belle option ultra-casuale avec des raccourcis tactiles en bas de l'écran ! Même si on est pas obligé de les utiliser, cela m'agace au plus haut point. La réalisation fait malgré tout honneur à la 3DS : modélisations réussies fidèles à Tekken 6, fluidité totale du jeu, partie sonore acceptable, temps de chargement courts, et un effet 3D-relief convaincant. Seuls les décors de fonds sont un peu décevants, car à l'instar de Street Fighter 3DS, ils sont fixes (problème de puissance limitée très certainement).



Tekken est une licence de jeux de baston ultra conventionnelle et déjà très limitée à la base... Ce portage 3DS supprimant de nombreuses options n'arrange pas les choses. Reste un gameplay simple mais efficace et une réalisation digne de la 3DS. Il faut vraiment être fan à la série pour se procurer le jeu, ou alors d'occas à très bas prix. Si vous voulez un jeu de baston sur 3DS orientez vous plutôt vers les concurrents.



SUPPOS : 2/6
suppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

Super Mario... version réaliste !

Publié le par Dr Floyd

Si Super Mario respectait les lois de la physique, je pense que le jeu aurait été assez ennuyeux...

super-mario-en-vrai.gif

Publié dans HUMOUR

Partager cet article

Dragon Ball Z touche le fond

Publié le par Dr Floyd

Dieu du pixel ! Si Namco Bandai avait casualisé son dernier Dragon Ball Z sur X360 et PS3 pour le rendre imbuvable, là ils touchent vraiment le fond avec Dragon Ball Z for Kinect... Quoi que ce trailer mettant en scène un ado en pleine extase vidéoludique pourrait peut-être convaincre les moins de 8 ans... Du grand n'importe quoi. Je retourne sur Dragon Ball Z Budokai Tenkaichi 2.

Publié dans NEWS

Partager cet article

[JEU PAR NAVIGATEUR] Guerre Tribale

Publié le

Partager cet article

Assassin's Creed serait un plagiat ?

Publié le par Dr Floyd

ubisoft milliard

Vous n'êtes pas sans le savoir, je n'aime pas du tout Ubisoft, leurs lapins crétins, leurs licences assassinées depuis quelques années afin de plaire aux casuals, leurs DRM, leur patron Guillemot, ni même leur jeu phare : Assassin's Creed.


Et justement arrêtons nous sur la licence Assassin's Creed... John L. Beiswenger, un écrivain de SF américain peu connu, se réveille, et porte plainte contre Ubisoft pour plagiat ! Ça parait un peu tard et facile, mais le John affirme que tout a été repompé dans son roman Link paru en 2003. Il réclame 5 millions de brousoufs et l'interdiction à la vente de Assassin's Creed 3.

Espérons qu'il ait gain de cause huhu...

Publié dans NEWS

Partager cet article

[GEEK] David, le meilleur ami de l'homme ?

Publié le par Dr Floyd

Une petite vidéo de promotion pour le film de SF le plus attendu de l'année, Prometheus, qui nous montre un tout gentil robot à apparence humaine prénommé David et qui est sensé rendre le quotidien de l'être humain plus agréable... Mouuuais.... Il a pas l'air très net ce robot... J'ai peur Dave.

Publié dans GEEK

Partager cet article

La première console à cartouches pour seulement 66$

Publié le par Dr Floyd

La Fairchild Channel F... la première vraie console de jeu de l'histoire ! Celle qui a introduit le concept de cartouches interchangeables en 1976. Cette pièce collector est régulièrement trouvable sur Ebouze, comme ce superbe modèle, à priori en état de marche, avec 2 manettes, la boite et 7 jeux, qui s'est vendu pour seulement 66$ ! Tout ça pour vous dire qu'il est possible de trouver ce monument du jeu vidéo sans se ruiner sur Ebay US.

channel-F.png

channel-F-jeux.png

Publié dans BONNES AFFAIRES !

Partager cet article