Un Turrican-Like en approche !

Publié le par Dr Floyd

C'est le prochain jeu de WayForward, The Mummy Demastered, et ça s'annonce génial ! Un mélange de Metroid, Aliens, Ghouls'n Ghost et surtout Turrican, une DA géniale, une bande-son au top... Tenez, voici ma carte bleue... et les clefs de ma bagnole.

WayForward sont des spécialistes du néo-rétro, on leur doit par exemple Contra 4, Aliens Infestation ou encore Shantae Half-Genie Hero. Mais ce dernier jeu semble vraiment au dessus de la mêlée ! Prévu sur PS4, XOne, PC et Switch !

Publié dans NEWS

Partager cet article

Raid des secouristes de l'Arcade sur Poitiers !

Publié le par JSR

Raid des secouristes de l'Arcade sur Poitiers !

En 2016 ils avaient déjà réussi à sauver plusieurs bornes d'un ferry abandonné au pays de Galles. Ils sont repartis dernièrement du coté de Poitiers suite à l'appel d'un compatriote qui a acheté un ancien restaurant baptisé Au bon coin (il portait bien son nom !)... Et à l'intérieur surprise : pleins de bornes, flippers, tv, pièces détachées... mais dans quel état malheureusement ! Le déménagement de tout ça n'a semble t-il pas été une mince affaire à voir l'état de la bâtisse et du matos !

Je vous laisse juger par vous-mêmes sur leur site... Non ce n'est pas le décor de tournage de la saison 8 de The Walking Dead !

Publié dans NEWS

Partager cet article

Le Games Tours Festival du 7 au 8 octobre

Publié le par Dr Floyd

Le Games Tours Festival du 7 au 8 octobre

Notre patient grand malade Raphyyy nous signale que le weekend du 7 au 8 octobre il sera sur le stand retrogaming du Games Tours Festival (avec notamment du matos et des jeux qui viennent du forum de Gamopat). Il y aura aussi pleins de truc cools et des célébrités comme Marcus ou Fred of the dead (noob) sur la scène retro, et bien d'autres partout pendant le festival. Donc si vous êtes du coté de Tours, n'hésitez pas a passer à ce rendez-vous dédié au jeu !

Publié dans NEWS

Partager cet article

[C'ETAIT IL Y A 30 ANS] Le jeu qui parle !

Publié le par Dr Floyd

En septembre 1987 sort un jeu d'aventure/enquête révolutionnaire... Le Manoir de Mortevielle (Mortville Manor en anglais), un jeu français qui parle ! Et pas qu'un peu ! Avec une synthèse vocale de qualité et en français ! On parle bien de synthèse vocale et non de digits classiques, ce qui permettait de mettre des tonnes de dialogues dans le jeu ! Et avec les lèvres synchronisées avec la synthèse vocale s'il vous plait !

Du jamais vu à l'époque. C'est d'ailleurs mon premier jeu sur l'Atari STF que je venais d'acheter... ça commençait très très fort !

[C'ETAIT IL Y A 30 ANS] Le jeu qui parle !

Publié dans FLASH-BACK

Partager cet article

[TEST] La SNES Classic Mini

Publié le par Patoulatchi

Chanceux possesseur de la « Super Nintendo Entertainment System Nintendo Classic Mini » une semaine avant sa sortie (et oui, ça se passe sur Gamopat), je vous propose un petit test avec mes premières impressions.

[TEST] La SNES Classic Mini
Tout d’abord, concernant le packaging, je n’ai pas celui de la Nes Mini devant mes yeux mais les 2 boîtes semblent avoir le même format. J’ai eu une petite lueur d’espoir en voyant que sur la boite  il était écrit en français « 20+1 jeux préinstallés » (les boîtes ne  devraient donc  pas tous être identiques en Europe, du moins juste pour cette petite phrase) . En effet, je me suis dit que PEUT-ETRE les RPG comme SOM ou Zelda allait être en version FR mais non, les jeux restent en anglais, ce qui n’est pas vraiment dérangeant en soit mais nous pouvons un peu perdre le côté nostalgique concernant le langage. Enfin, notons la présence d’un coupon offrant 300 points pour le (nouveau) Club Nintendo et  aussi celle de 2 manettes afin de pouvoir de suite s’éclater avec la famille ou les amis aux jeux «  2 Players ». Passons maintenant  au flash test :
 
Concernant l’objet, c’est une réplique de la  SNES en mini… Les boutons Power et Reset sont fonctionnels, ce qui est sympa. Pour brancher les manettes, il faut retirer un cache et, concernant ces dernières, ce sont des répliques des manettes snes qui me semblent néanmoins  légèrement plus lourdes.  Le gros avantage de cette console, comme toutes les anciennes, c’est que l’on branche et que l’on joue tout de suite (Plug en Play), pas de mise à jour de la console ni des jeux…  Pour les branchements, je n’ai même pas sortis les câbles de la boite. J’ai juste mis ceux de la Nes Mini.
[TEST] La SNES Classic Mini

Concernant l’affichage, nous avons toujours le choix entre filtre cathodique, 4 :3 ou définition original. La nouveauté (toujours par rapport à la Nes Mini) est que nous pouvons ajouter des cadres autour de l’image ( comme le Super Game Boy le proposer à l’époque ). Il n’y en a pas beaucoup et je ne les trouve pas super recherchés en matière de Design ou de thème spécifique à un jeux mais ils ont le mérite d’être là. Dans les nouveautés, nous pouvons aussi noter la présence de la fonction « Replay ». En plus des sauvegardes que l’on peut faire à n’importe quel moment du jeux, il est possible d’ouvrir cette dernière et de  revenir en arrière, de rembobiner comme nous le faisions avec un magnétoscope (pour les plus vieux barbus). Il suffit donc de sauvegarder juste avant de tomber dans un trou (ou avant de se faire toucher par une vilaine chauve souris dans Castelvania, mourir et recommencer le niveau touuuuuuuuuuuut au début, une petite pensée pour Hooper, ouvrir la sauvegarde, faire marche arrière et : Hop ! Recommencer son saut ou éviter quelque chose. On aime ou on aime pas mais, encore une fois, cette option a le mérite d’exister. Libre à vous de l’utiliser ou non.

[TEST] La SNES Classic Mini
[TEST] La SNES Classic Mini

Enfin, si nous laissons la console tourner, les jeux passent  en démo, ce qui est sympathique (dans les options, il y a le choix entre démo classique et démo replay). Concernant StarFox 2, il faut avoir terminé le 1er stage de StarFox (1) pour pouvoir débloquer le jeux, ce qui  permet de mettre un petit côté challenge supplémentaire au jeux. Sinon, même si forcément chacun aurait aimé trouver son TOP 10 dans la sélection de jeux de cette snes mini, le fait qu’il y ait une exclu et des RPG jamais sortis en France (en PAL du moins) n’est pas négligeable.

[TEST] La SNES Classic Mini
Les plus :

  •         Super objet (pour jouer ou collectionner)
  •      Bonne résolution d'image sur TV 4K grand écran
  •         Présence de 2 manettes
  •         Une exclu et des RPG jamais sortis en France
  •         Options supplémentaires par rapport à la Nes Mini
Les moins :

  •          Fils des manettes trop courts (heureusement que j’avais déjà les rallonges pour celles de la Nes Mini et que ces dernières soient compatibles)
  •          Pas de choix concernant la langue des jeux
  •          Pas de possibilités d’ajouter des jeux
  •       Le prix (même si cela reste relatif face à la qualité des jeux proposés)
[TEST] La SNES Classic Mini

Pour conclure, je ne peux que conseiller cet achat, que ce soit pour découvrir les jeux de cette console mythique et inter générationnelle (Mario !) ou par pur nostalgie car, une fois la console branchée et la manette en main, la magie opère toujours (ambiance, musique, visuel…)

Note : 5 suppos
le 6ème suppo aurait été attribué s’il y avait possibilité d’ajouter des jeux

Publié dans TESTS, UNE

Partager cet article

Forza Gigosport 7

Publié le par Dr Floyd

Forza Gigosport 7

Vous avez une connexion ADSL faible et vous rêvez de Forza Gigosport ? Dommage... Car d'après Turn 10, il y aura un patch day one de 50 giga à télécharger ! Bah comptez deux semaines avec une connexion 2Mega n'est ce pas... sans pouvoir lire vos mails à côté tellement ca va ramer :) Donc en principe le jeu devrait occuper plus de 100 gigots cuits à point sur votre disque dur.... Bientôt celui qui possède encore un modèle 500Go ne pourra plus installer que 1 ou 2 jeux maxi dans sa console.

Ca devient n'importe quoi, autant ne plus du tout proposer les jeux en galette dans ce cas. Et comme dirait l'inénarrable Don Mattrick (le gars qui a tué la Xbox One à lui tout seul), "si t'es un plouc de la campagne qui n'a pas la fibre va te faire f...".

Je retourne jouer à la dernière console de l'histoire du jeu vidéo : la Switch !

PS : cela ne tient bien sûr pas compte du futur patch Xbox One X.... Là on attends la surprise du chef cuisinier... On lance les paris ? 150 gigots ? Qui dit mieux ?

j'avais bien raison, vous êtes des bouseux !

j'avais bien raison, vous êtes des bouseux !

Publié dans NEWS

Partager cet article

[TEST] Pokken Tournament DX / Switch

Publié le par Dr Floyd

Pokken Tournament DX
Support : Switch
Editeur : Bandai Namco / Pokemon Company
Sortie : 22 septembre 2017

[TEST] Pokken Tournament DX / Switch

Sorti en fin de vie de la Wii U (RIP), Pokken Tournament est peut-être passé un peu inaperçu... la console était alors totalement boudée par le grand public. Je trouve donc que ce retour sur Switch est justifié, car ce jeu a le droit à une seconde chance, je l'avais adoré, et mes enfants aussi. Un jeu de baston Pokemon, c'était tellement évident !
 

A savoir que c'est le papa de Tekken qui est commandes de ce jeu, oui oui, l'honorable Katsuhiro Harada ! Sympa, et sachez que ce nouveau jeu, sous des apparences de jeux pour casu, s'avère bien plus technique que Tekken ! Bon, pas de surprise : c'est une mise à jour du jeu pour la Switch, et non une suite. Il existe des centaines de Pokemon, mais dans ce jeu vous ne pourrez en sélectionner que 20, c'est mieux que sur Wii U (14) mais ce n'est pas encore assez. A savoir que vous aurez la possibilité de choisir 16 duo de Pokemon de soutien, et qu'il y a 20 arènes (je crois que c'est un peu plus que sur U). 20 perso, moi ça me suffit en même temps, chacun ayant ses techniques, et chacun devant être entrainé pour monter de niveau...

[TEST] Pokken Tournament DX / Switch

Le truc chiant, surtout au début, c'est cette jeune écolière de manga qui n'arrête pas de vous causer pour tout vous expliquer, façon blabla JRPG, dans les menus et même en plein jeu ! Mais bon ça se calme par la suite ! Et ça se désactive, ouf ! On retrouve donc tous les modes de jeux de la version U : entrainement, combat libre, combat à 2, combat en équipe, combat online, et un mode compétition. Allez on se re-bastonne comme en 2016 !? Choix du Pokemon, choix des soutiens, fight !

Vous vous retrouvez dans une arène circulaire fermée face à votre adversaire et on retrouve les deux fameuses phases de gameplay, l'originalité n°1 du jeu : le combat à distance "en 3D" et le combat rapproché duel en "2D". La liste des coups est assez simple à comprendre : pour les 4 boutons : saut, coup léger, coup fort, coup spécial. Pour les gâchettes : bouclier, Pokemon de soutien ou coup dévastateur (2 gâchettes simultanées). Reste à apprendre la liste des combos, mais c'est beaucoup moins technique que dans un jeu de baston de type Street Fighter, et tant mieux ! Car cela n'empêche pas la profondeur de gameplay, je vous conseille d'ailleurs de suivre tous les tutos du jeu pour comprendre les subtilités. Habitué des jeux de baston ou pas, je pense que chacun à ses chances de gagner, et des retournements de situation ne sont pas rares.

[TEST] Pokken Tournament DX / Switch

De la baston qui ne se joue pas seulement aux poings et aux pieds (pattes ?), les pouvoirs de ces drôles de bestioles sont bien présents. J'avais peur que ça soit un peu bordélique ou totalement imprécis, mais non c'est parfaitement jouable. On s'amuse tout de suite même sans connaitre les subtilités. Et le passage de phase éloignée à phase de combat rapproché amène un peu de variété. Bref, on se marre bien ! Mes enfants eux s'éclatent à fond, sur l'écran du salon, ou en mode portable avec les joy-cons (un vrai plus par rapport à la version U !).

Après s'être bien échauffé on tentera le mode "Championnat" qui présente l'avantage d'une réelle progression avec 4 championnats (certes très basiques), une coupe finale dans chaque championnat et un match de barrage pour monter de division, sans compter de petites surprises... C'est bien plus sympa que les stupides modes "aventure" des autres jeux du genre (voir Capcom n'est ce pas). A noter que vos Pokemon progressent en stats dans n'importe quel type de combat, et que donc ils seront de plus en plus forts au fil du temps, à vous de les entrainer un max donc ! Chaque combat est donc utile.

Le mode online est toujours super efficace : on trouve tout de suite un adversaire (en 2 ou 3 sec), et le système de classement est super pratique. Chose dingue, tout comme sur U j'arrive à gagner pas mal de combat, moi qui suit nul en baston d'habitude !

[TEST] Pokken Tournament DX / Switch

Visuellement c'est toujours aussi sympa. Rien de neuf je pense par rapport à la version U... Je ne suis pas aller vérifier en tout cas. C'est très fluide (peut-être un peu plus que sur U ?), c'est ultra dynamique, c'est coloré, avec des chargements rapides. Un bonheur visuel.

Du fun, que du fun ! On peut y jouer par petites sessions du fait du mode portable, c'est super pratique. Pokken ne copie pas bêtement Street Fighter II comme tous les autres le font depuis 25 ans. Deux styles de gameplay en combat, évolution de vos combattants, des combos moins tordus (qui n'empêchent pas la technique), et un mode championnat plus intéressant que les stupides modes arcade/histoire des autres jeux. Rien de révolutionnaire, mais ça change un peu. On aurait juste aimer un peu plus de personnages pour ce retour. Add-ons à venir ? Ca serait bien ! Bref, moi ça m'éclate BEAUCOUP plus qu'un Street Branleur V tout pourri !

[TEST] Pokken Tournament DX / Switch

Pokken se devait de revenir sur Switch ! Même si c'est un simple portage "+". Gameplay fun et original, mode championnat sympa, online super efficace, aspect portable avantageux : petites sessions de combats ou jeu à 2 avec les joycons, réalisation correcte, 20 perso au lieu de 14, ce retour de Pokken mérite vraiment toute votre attention ! Mes enfants s'éclatent dessus. Pokken déchire vraiment le slip niveau fun.  Avec ARMS la Switch dispose de deux jeux de baston hors normes. En espérant que ce Pokken sera alimenté dans le futur en nouveaux Pokemons !

SUPPOS : 5/6

Publié dans TESTS, UNE

Partager cet article

Nes GOLF caché dans la Switch !

Publié le par Dr Floyd

Nes GOLF caché dans la Switch !

Alors là c'est fort : le jeu Nes Golf de Satoru Iwata, serait caché en "easter egg" dans le code de l'interface de la Switch ! Pour le trouver, il faut être le 11 juillet (date de la mort de Satoru, RIP) et effectuer le geste que Satoru avait l'habitude de faire à chaque Nintendo Direct, le fameux « directly to you » avec les mains qui partent en direction de l’écran en tenant chaque JoyCon dans une main.

Le seul moyen de contourner ? Avoir une console 1.0 (jamais connectée) et simuler la date du 11 juillet. Possible pour les nouveaux acquéreurs de la Switch ! Sinon, rendez-vous le 11 juillet !

Nes GOLF caché dans la Switch !

Publié dans NEWS

Partager cet article

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

Publié le par Maldoror68

Viewpoint
Plateforme : Neo Geo AES / MVS /CD
Existe aussi sur : Fm Towns, X68000, Megadrive, Ps1
Editeur :  Sammy

Genre : Shoot them up
Nombre de joueurs : 1
(ou 2 simultané avec mod du bios mais ce n’est pas intéressant)
Année : 1992

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

Il est venu le temps de remettre de la lumière sur ce monument dont la statue est ici depuis si longtemps sur le parvis des forums de jeux vidéo, que certains d’entre nous ont oublié qu’elle était là, juste sous nos yeux, et passent devant tous les jours en en oubliant la valeur et l’importance de ce jeu. Chassons les pigeons, dépoussiérons cette statue, rendons lui sont brillant et sa gloire.

Voici un titre dont l’aura particulière a fait qu’il est depuis longtemps connu, reconnu et vénéré.
Mais aujourd’hui, qui peut dire qu’il l’a vraiment dosé ? Plié ? Retourné ? Joué ? Qu’il en a admiré chaque sprite ? Chaque routine ? Chaque note de sa bande son ? Et savouré chaque seconde de son gameplay infernal ? Qui a osé vraiment lui consacrer du temps ?

En effet, tous les joueurs qui ont un jour prononcé les mots « Shmup » et « Neo Geo » ont forcément prononcé « Viewpoint ». C’est un titre auquel j’ai consacré beaucoup trop de suppos par jour, et qui a hélas/heureusement (rayer les mentions inutiles) fait que l’ai détesté pendant longtemps (quasi 4 ans) en me disant « mais pourquoi tout le monde en parle ? ». Puis un jour, après acharnement et victoire, je me suis dit « mais pourquoi plus personne n’en parle ? ».

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

Comment conseiller un jeu que tout le monde ne peux pas apprécier

Position délicate à défendre, en effet, ce jeu est parfait (n’ayons pas peur des mots) mais difficile. C’est un titre qui est dans le top de sa catégorie, la catégorie petit-vaisseau-qui-canarde-tout. C’est un must. Mais de par le fait de sa difficulté, cela le rend inaccessibles a la majorité des joueurs qui n’ont pas :
- 6 mois intensifs à consacrer à un Shmup
OU (Et respectons-le !)
- tout simplement pas (encore) le niveau et / ou l’acharnement mental nécessaire pour en profiter !

Pacte avec le Diable, Faust en Cartouche de 74 Megs (Pro Gear Spec)

Encore un petit aparté sur la difficulté, après nous allons parler du jeu, rassurez-vous. Viewpoint c’est une histoire personnelle pour moi...


* Mode My Life On *

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

J’y Vois 7 étapes :

1 – La découverte par les tests dans les magazines/le bouche à oreille.
(1993 – 1999) My story : je découvre le titre dans le magazine Player One en 1993. Les journalistes en sont retournés, les captures d’écran font rêver sur le papier glacé, la Neo Geo est un rêve inaccessible pour nous pauvres gosses sans un sous, encore sur les consoles 8 ou 16 bits de Sega et/ou Nintendo.

2 – Les premiers contacts avec le jeu. Premières expériences et premières claques positives : C’est beau ! La musique ! et claques négatives : Mais c’est IMPOSSIBLE ? difficulté titanesque ?!?
(1999) Pour moi ça a été NeorageX, un émulateur sur pc qui m’a permis pour la première fois de voir le jeu en mouvement. Petit PC, mais suffisant, l’émulation Neo Geo en est à ses balbutiements et pour la première fois, ça bouge, je suis sidéré. C’est ultra beau. Et les musiques ! Enfin bref, pas de dessin.

3 – La loooongue étape de la frustration / c’est trop difficile / je joue à d’autres jeux en attendant.
(1999 à 2009) Je tente le jeu de temps en temps toujours sur émulateur. Mais je suis mauvais, je perds, et je ne m’investis pas assez, et par conséquent je lâche la manette pour jouer à autre chose… Snif !

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

4 – Le mérite. La tentative de rédemption. Jeu adulé par de nombreuses personnes, l’occasion d’acquérir une copie physique, on l’a sur une étagère et on n’y joue pas. Quel gâchis : autant se forcer et tenter de le finir.
(2009 à 2016) 2009 je commence enfin a me diriger vers la Neo-Geo-que-j’ai-toujours-voulu-avoir (et pas que pour ce titre). Je budgétise, verdict, l’AES c’est bien trop cher (déjà en 2009). De fil en aiguille, au final je récupère une borne d’arcade + un slot + Metal Slug 5 en MVS. Ma femme gueule pour avoir défiguré l’appartement, mais au final ça ne m’a pas couté cher et je peux enfin jouer à la Neo. Du coup en décembre de la même année, j’achète Viewpoint en MVS ! Mais il est toujours aussi dur, même si je commence à arriver aux stages 2 ou 3 !

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

5 – La progression / l’avilissement.
(2016) Je me consacre de plus en plus au titre. Mais c’est comme bouffer du piment pour un défi youtube, ça n’a plus rien de fun. Plus je joue plus je regrette de m’être aventuré aussi loin. J’ai adulé l’image que je me faisais de ce titre, certes il est parfait mais implacable. Et j’arrive enfin au boss du level 4, la tête de mort, bien connu pour être l’un des point de passage le plus chaud du titre, mais aussi selon certains, est une bascule vers la délivrance, un point clef. Le passer c’est peut être pouvoir réussir à finir ce jeu un jour.
 
6 - L’accomplissement, le 1CC, la lutte et la victoire, et ce sentiment irremplaçable de satisfaction vidéo-ludique.

(Fin 2016 à mars 2017) C’est Germinal. C’est de la souffrance pure. Je me mets 1h par jour sur le jeu. 1 crédit, et si je perds, pas de continue. On recommence. T’y penses la nuit, tu chantonnes sa musique entêtante, il est si beau, si coloré, si punitif.

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

Tu reviens chaque jour te faire flageller un peu plus, tu progresses mètre après mètre.
tu te dis que ce serai un honneur de le finir même si tu l'a mis et remis de nombreuses fois dans ta borne sans avoir la volonté d'aller jusqu'au stage 4... tu as « ragequitté » d’innombrables fois, tu sais que tu n'es pas à la hauteur et pourtant tu t'y obstines...

C'est pire parfois tu te dis que tu as passé plus d'heures et de training avec des savestates sur ce titre, sur émulateur, en parallèle de ta borne, que sur un rpg ou un jeu de plateforme lambda... et maintenant que tu es enfin arrivé à "tête de mort" tu sais que tu es allé trop loin et que tu vas devoir finir ce jeu... plus de marche arrière possible... le one life ; le one-crédit ou rien !

Pour la gloire, pour le prestige, pour le nombres d'heures passées dessus... pour la légende qu'est ce titre, pour le nombre de joueurs qui bavent dessus et qui ne l'ont pas dans leur ludothèque, tu dois saisir ta chance... Tu te dis qu'une fois arrivé au stage 5, les mains usées par le stick, le col de la difficulté majeure du titre passé, la passe de l'acharnement sera vaincu par obstination, et tu verras la ligne d'arrivée au loin...

Mais tu n'y est point encore... pas encore à mi-chemin... et tu t'obstines... tu n'entrevois qu'une immense muraille de difficulté, aux rares prises et aux angles coupants... la seule chose est ce crane devant toi, comme un crane de Shakespeare personnifié en boss de jeu vidéo...

The face of Death, of Game Over

The face of Death, of Game Over

La grande faucheuse et son rire éternel... ses mêmes routines, ses boulettes roses et vertes, tes tirs si faibles qui ne lui font presque rien, elle se rit de toi... dans son programme immuable, ses lignes de codes éternelles et ses tirs sans fins... jusqu’à ce que le plus faible meurt...
et pour l'instant c'est souvent l'homme et non la machine :/ Tu ne peux plus...ton esprit crie non, ton corps te lâche. Tu en as marre de ce jeu.. c'est impossible !

Et pourtant...

Au moins 1h par jour, comme certains vont se faire souffrir au footing ou à la muscu, toi c'est Viewpoint. Parfois tu y trouves du plaisir, parfois (et souvent) c'est décourageant, on régresse même souvent... mais-il-le-faut

Il Le Faut.

... Plus que tête de mort, le stage 5 et le stage 6... Et à toi de vaincre enfin les démons qui te hantent et qui ont surgi dans les magazines de 1993... Et un jour, après t’être brisé d’innombrables fois, après avoir traversé la lave et le boss Rush du level 5, tu atteins le dernier niveau. Le niveau 6. Enfin une issue possible, en plus la musique est géniale, elle te fait revivre.
Tu meurs bien vite mais tu souris, l’espoir est revenu.

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

A partir de ce moment tu SAIS que tu réussiras à finir Viewpoint ! Encore 15 jours, quelques superplays sur youtube, histoire de savoir par où passer, puis enfin premier contact avec le Boss de Fin. Il t’explose, tu ris, tu meurs, et tu reviens, car tu es un Phoenix du jeu-vidéo.

Aucun jeu que tu as joué dans les 36 ans de ta vie ne t’a mené aussi loin. Donc tu recommences les 6 niveaux. Et arrive le moment ou le boss de fin explose, tu hurles de joie dans ton appart (ta Femme te tue mais elle ne sait pas par ou tu es passé).

La preuve :

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

Tant de luttes. Tu t’étonnes même qu’il n’y a pas de banderole dans la rue façon gagnant du loto / bureau de tabac « ICI un Viewpoint a été one-crédité ». Et là satisfaction vidéo-ludique éternelle… LE Smile.


7 – Etape bonus : y rejouer après l’avoir one-crédité, claquer un score, faire des Nazo bugs, chopper des étoiles, devenir un surhumain sur ce titre.

Je n’ai pas encore atteint ce stade, à ce jour.

* Mode My Life OFF *

Gameplay

Viewpoint, c’est un shoot en 3d isométrique « a la Zaxxon ». Un stick 8 direction, et 2 boutons :
Un bouton pour le tir/charge, et un bouton pour les bombes. Et c’est tout. C’est oldschool, simple efficace. Le tir a 3 niveaux : pas chargé (tapote), charge faible (maintient court) et charge forte (maintien long).

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

On peut stocker jusqu'à 3 bombes, un petit icône de couleur vous signale en bas de l’écran les bombes en stock. En cas d’utilisation, c’est toujours la bombe dont l’icône est le plus à gauche qui est utilisée en premier.

Il y a 3 types de bombes :

Le Fire Wall : (F)
Crée un mur de flammes qui prends la largeur du niveau et qui avance de votre vaisseau vers le fond de l’écran.

Les Homing Missiles : (H)
La moins puissante des bombes, lance une série de petits missiles autoguidés qui vont se diriger sur le ou les ennemis.

La Wave Bomb : (W)
Puissante, elle dure quelques temps et touche tout l’écran.

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

Il existe aussi d’autres items à ramasser :

L’option :
Il s’agit de 2 satellites qui vont se greffer sur les cotés de votre vaisseau. Ces deux pods sont indestructibles et apportent quelques tirs en plus. Ils sont très utiles pour ouvrir les portails au premier niveau et pour faire des dégâts de contact.

Le Shield :
Un élément vital du jeu, englobe votre vaisseau et peux prendre 3 hits. A chaque coup pris il change de couleur (bleu > orange > rouge > disparition).

Les étoiles :
Elles rapportent des points, elles vous serviront principalement à partir de l’étape 7 de l’élévation de soi, quand vous aurez plié le jeu en un crédit et que vous y rejouerez pour le score.
Chaque étoile ramassée augmente la valeur de la suivante (oui). La première étoile vaut 500 pts, puis 1 000, 3310, 5000, 10 000, 33 100, 55 000, et enfin 81 500 pts. Les étoiles suivantes restent à la valeur max, 81 500 pts.
Attention si vous perdez une vie, le compteur retombe à zéro et la prochaine étoile ramassée vaudra de nouveau 500 pts. Il y a même une pléthore d’étoiles à chopper dans le dernier niveau sous certaines conditions…

Les vies cachées :
Il existe un item en  forme de sphère jaune/dorée, il s’agit d’un one-up
Il y’en a une  au niveau 4 et une au niveau 6 qui sont atteignables assez facilement sous certaines conditions.
Il existe d’autres vies apparemment mais celles-ci auraient des conditions d’obtention difficiles voir liées à des nazo-bugs…

hé non je ne vous dirai pas ou elles sont cachées...

hé non je ne vous dirai pas ou elles sont cachées...

Les nazo-bug :
Derrière ce terme (nippon ?) élitiste se cache des bugs qui consistent à forcer le jeu à afficher 2 items au même endroit, en détruisant une capsule donnant l’option/pod hors écran. (Oui on détruit des items hors écran dans Viewpoint, oui on est des psychopathes).

Le jeu génère donc l’option que l’on peut ramasser une seconde fois, ce qui est impossible (alors qu’on possède déjà les 2 satellites !) et le jeu compte le nouveau module comme une étoile.

Vous comprenez donc l’intérêt de ces nazo-bugs point de vue scoring, histoire de récupérer quelques « étoiles » à 81 500 pts supplémentaires...

Le débat reste ouvert à ce jour entre les Européens, les Américains et les Japonais, si ces bugs sont volontaires de la part des programmeurs afin d’obtenir une lecture « ultime » de ce jeu d’exception, ou si a contrario ce n’était pas prévu par les concepteurs…

Graphismes

En 1992, les polygones non texturés on la côte, merci le syndrome Virtua Racing. (Ca tombe bien, en vieux barbu, j’adore mes polygones non texturés). Viewpoint propose un  mariage heureux entre des beaux décors en sprites taillés artisanalement à la main, et un look des vaisseaux et ennemis « look 3D non texturée ». Holà, de la 3D sur Neo Geo ? Que nenni, notre Rolls au 68000 bien trempé, et avec son bus de folie qui lui permet de piocher directement les données au tréfonds de la cartouche, n’est pas prévue pour afficher de la 3D.

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

Ce qui permet aux concepteurs de Viewpoint d’avoir une idée lumineuse : L’intégralité du titre est en sprites. Ils sont justes bossés en 3D sur un pc puissant, puis transformés en un GRAND nombre de sprites qui sont assemblés et affichés à la volée par la Neo.

Pour vous rendre compte du nombre de sprites et du détail des animations, je vous invite à lancer Mame, l’émulateur arcade et aller dans le debug mode de Viewpoint qui permet d’afficher une à une les étapes d’animation. Pour cela suivez les instructions de ce lien

Je l’ai fait, je suis allé bidouiller, c’est bluffant le nombre de sprites !!!  Et dire que Viewpoint ne fait « que » 74 megs (le + gros jeu du système reste KOF 2003 avec sa grosse cartouche de 716 MB soit 89,5 Mo).

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

Le jeu est donc beau, les animations léchées profitent du grand nombre de ces sprites pour vous donner une impression de 3d qui a semé le doute  à la sortie du jeu parmi les testeurs de l’époque. Encore aujourd’hui c’est admirable, propre, un régal pour les yeux.

Viewpoint c’est aussi une ambiance réussie par des niveaux variés et homogènes. Le premier niveau est très industriel et métallique, le niveau 2 à une thématique aquatique, niveau 3 c’est nature et insectes, niveau 4 le désert, niveau 5 un boss rush sur une rivière de lave, et le niveau 6 dans l’espace.

La musique

C’est LE point fort du titre. Bande son composée par Shizuyoshi (Sizlla) Okamura, les musiques des stages sont justes magnifiques. Si vous n’avez pas encore écouté cette OST, filez écouter ça !

Le monsieur devant un appareil qui sort de l’ADPCM. Oui c’est un format utilisé par (entre autre) le Yamaha2610 de la Neo Geo

Le monsieur devant un appareil qui sort de l’ADPCM. Oui c’est un format utilisé par (entre autre) le Yamaha2610 de la Neo Geo

« Not all There » ; la musique du stage 1 est entrainante, ça funk de partout.

« Un Caillou Ricochet » est plus jazzy pour le stage 2

« Be your Age » et son saxophone qui claque au stage 3, plus son sample de voix féminine, et son orgue de rue qui groove. Miam, que du bonheur.

« Ass Back Wards » au stage 4, et son coté arabisant qui colle bien au décor du désert.

« La Nervatura M. » au stage 5, un peu répétitive et trop entêtante à mon gout, mais poursuit la lancée du stage 4. Marrant mais ce morceau me fait penser à « oil ocean » dans Sonic 2.

« Physical Daydream » stage 6. Là c’est le bonheur. Ce titre me donne la pêche. Le rythme est terrible, les petits claquements de doigts, le solo enfin très très bon !

Le boss de fin à sa propre musique « Biotron Mix » très hip hop.

Et alors on arrive aux crédits de fin et c’est l’orgasme auditif :

« Mes Volutes Bleues », un titre majeur. Le meilleur morceau, le piano, le petit pipe-organ qui jette  sa mélancolie.

A noter que sur l’OST format CD (Publié par pony canyon / scitron en 1993, réf PCCB-00112) Mes volutes bleues est en 2 pistes sur le cd, une fois en piste 13 « comme sur neo geo », mais aussi en piste 1 en version « arranged » pour encore plus de plaisir.
« Mes Volutes Bleues » est aussi en piste 17 mais pour un résultat plus étrange, dans une version « nervous mix » (moins glop)

Et après ?

Je pense que je retournerai sur Viewpoint un jour, ne serait-ce pour le challenge du scoring et cette histoire de nazo-bugs qui propulse encore le joueur sur une autre lecture de ce bijou du Shmup. Mais déjà, l’avoir fini c’est une sacrée aventure. Tant par la difficulté que par la découverte étrange que j’ai eu de ce jeu (magazines, émulateur, copie physique en MVS, training, progression et délivrance) et aussi la durée de cette « découverte » qui m’a mangé une bonne partie de mon temps de loisir.

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

Petit Bilan :

+ Un mythe, une légende
+ La musique
+ Les graphismes
+ Le design
+ La durée de vie en béton, et la replay value
+ Les contrôles parfaits, fun à jouer (quand on survit !)
+ La satisfaction des crédits de fin si vous arrivez a dompter ce monument. Pire qu’une giclée d’adrénaline de sportif de haut niveau. Le tout accompagné par « Mes Volutes Bleues »
+ Encore des choses à faire après le 1cc : le scoring, les nazo bugs, le leeching aux pyramides du boss de fin, etc…
+ Un jeu toujours joué, connu, encore creusé à ce jour. Je ne compte pas les superplays et les fans de plus en plus nombreux de ce titre.
+ Enfin tout quoi….

- La difficulté titanesque pour un joueur moyen
- Et les envies de ball-trap meurtrières qui peuvent vous traverser avant de « maitriser » un peu le  jeu et qui peuvent entrainer une dépression et des insomnies.
- Le stage 5 qui est un peu en deçà musicalement et graphiquement, et qui est « juste » un boss-rush qui prolonge artificiellement la durée du titre.
- Un jeu devenu cher en MVS et inabordable en AES. reste la version Neo Geo CD

[TEST] Viewpoint / Neo Geo

Viewpoint est synonyme de difficulté. Mais avec un apprentissage par cœur comme un shoot à l’ancienne, si votre volonté vous emmène assez loin, vous serez « witnessed » comme dirait un certain chauffeur de Mad Max. C’est une montagne russe grisante au début avec sa première descente (aux enfers). Ensuite le moral reste bas pendant un moment, c’est avilissant. Puis votre niveau s’améliore (un peu) et vous progressez (sur quelques mètres) et l’on commence à y croire, jusqu’à la victoire finale, homme contre code machine. Penchez vous dessus, insistez,battez vous ! Viewpoint est une ode à la persévérance et ce titre vous récompensera si vous daignez bien lui consacrer du temps.
Viewpoint c'est comme la plus belle fille du lycée, son absence de défaut fait qu'on y revient quand même pour retenter sa chance de temps en temps.

SUPPOS : 6/6

Remerciements :
Sengoku 2 pour son article sur Shizuyoshi (Sizlla) Okamura
Chacha, S. L. pour leurs topic « viewpoint pour les nuls » qui est une bible et les superplays en vidéo sur le net qui m’ont motivé à finir ce satané jeu.
Johnny16Bit et son concours sur neogeosystem, qui m’a aussi motivé à le plier.
Sammy et Snk.

Publié dans RETROGAMING, UNE

Partager cet article

[SPEEDTESTING] BAJA EDGE OF CONTROL HD / PS4

Publié le par Dr Floyd

BAJA EDGE OF CONTROL HD
Support : PS4

Existe également sur XOne et PC
Développeur : THQ Nordic
Sortie : 14/09/2017

[SPEEDTESTING] BAJA EDGE OF CONTROL HD / PS4

9 ans après, voici le retour d’un jeu assez méconnu, un nanar de la X360 et PS4 qui devient nanar HD sur PS4 ! Mais rassurez-vous je parle de nanar avec affection car c’est vrai que ça ressemble à un nanar, ça a le goût du nanar, mais ce n’est pas vraiment un nanar ! C’est avant tout un jeu qui n'a aucun complexe !

[SPEEDTESTING] BAJA EDGE OF CONTROL HD / PS4

Alors pas de suspens, je vous le dit clairement : c’est un simple portage HD, point barre… d’un jeu de 2008…. Déjà considéré comme nanar à l’époque LOL. Ca fait peur non ?! Donc on retrouve les mêmes qualités et défauts : Le menu est toujours aussi moche avec un survol de la surface de jeu offrant un rendu à peine digne de la PS2, surtout quand il y a des bâtiments additionnels (c'est du PS1 ?). Par contre les options de jeu sont géniales : courses simple, rallye, course de côte, BAJA (avec des courses qui peuvent durer 3 heures !), carrière, jeu en ligne, contre la montre, ballade open-world… Le gameplay est toujours aussi nerveux et génial, il y a des bosses partout, on s’éclate, avec une IA plutôt bien réglée. Et la réalisation souffle toujours le chaud et le froid : on est passé de 30FPS à 60FPS mais le rendu fait toujours un peu old-gen, sauf que… si vous passez en mode vue capot, les secousses, la poussière des adversaires, font qu’on oublie totalement cet aspect pour vivre l’action à donf, et on s’éclate sans retenue !

[SPEEDTESTING] BAJA EDGE OF CONTROL HD / PS4

BAJA EOC est un jeu fun, sans prise de tête, non formaté, avec des courses originales, un aspect open-world optionnel, des hélicos qui viennent à votre secours, des montées de dingue, des sauts de folie, des cascades, de la tôle qui vole… sans compter le mode écran splitté jusque 4 (un + toujours génial pour vos enfants). Pour une petite partie de temps en temps, pour se prendre pour Mad Max, voire dans le Paris-Dakar,  ça se prend sans problème ! On aurait aimé cependant une vraie suite et non un simple lissage d’un jeu de 9 ans, dommage, car le potentiel fun est bien là.

SUPPOS : 4/6

Publié dans TESTS, UNE

Partager cet article