Team Fortress... version arcade ?

Publié le par Dr Floyd

Team Fortress Arcade, c'est tout simplement le demake de Team Fortress (Valve), une version run & gun 2D jouable à 4 ! Un concept signé par un spécialiste du genre demake, Eric Ruth. Téléchargeable ici.

Publié dans TELECHARGEMENT

Partager cet article

Le roi de la baston de retour le 25 novembre !

Publié le par Dr Floyd

KOF-13-sex.png

Le roi des jeux de combat (?) sera de retour le 25 novembre 2011 ! Rising Star vient en effet de confirmer la date de sortie de The King of Fighters XIII en Europe sur PS3 et Xbox 360. Espérons un épisode convaincant après le flop de l'épisode 12.


Si vous êtes un fan hardcore, ou collectionneur fou, sachez qu'en pré-commandant le jeu vous aurez droit à 4 CD musicaux regroupant toutes les bandes sons de la série.

Publié dans NEWS

Partager cet article

La PS Vita Calgonit !

Publié le par Dr Floyd

Car le Gamopat est un collectionneur psychopathe qui aime les boites, je vous présente donc le packaging final de la PS Vita, à peine digne d'un pack de pastilles pour lave-vaisselle...

ps-vita-box.jpg

Ça ne vaudrait jamais les packagings du début des années 80 : "Le système vidéo informatique par Atari ! Le super système... Plus de jeux, plus de fun !"

atari-packaging.JPG

Publié dans NEWS

Partager cet article

[RETROGAMING] The Firemen / Super Nintendo

Publié le par Onels4

THE FIREMEN
Support : Super Nintendo

Éditeur/développeur : Human Entertainment
Année : 1994


firemen-box-super-nes.jpg

L'immeuble de la Metrotech Chemical Company brûle. Vous êtes Pete, un pompier moustachu expérimenté, assisté de Daniel, et c'est vous qu'on appelle.

Human Entertainment, plus connu pour ses jeux de sport sur PC Engine, et pour la série F1 Pole position ou Super Soccer sur Super Nintendo, signe un titre qui fait date : un jeu d'action où vous contrôlez un pompier. Un pari difficile et des contraintes nombreuses, pour un genre rarement porté à l'écran.

firemen-001.jpg

Une fois n'est pas coutume, l'histoire a une importance capitale dans le jeu et rythme toute votre progression, en proposant des rebondissements nombreux et un environnement cohérent. Vous êtes à New-york le jour de Noël en 2010, et l'immeuble d'une énorme entreprise de produits chimiques est en flammes. Le MDL, un produit particulièrement dangereux, doit échapper aux feu, sans quoi l'immeuble, ses occupants et les pompiers seront pulvérisés.

firemen-002.jpg

Une brève narration met dans l'ambiance dès l'introduction, avec des effets de distorsion et de déformations pour simuler les flammes, tout à fait réussies. Le jeu propose dans le menu des options de choisir la langue, c'est une bonne chose car le français est disponible pour tous les dialogues pendant votre partie, en bas de l'écran, c'est un très gros plus !

Vous démarrez donc au rez-de-chaussée de l'immeuble, avec votre équipier Daniel. Vous contrôlez Pete, en dehors des scènes rythmant l'histoire et les dialogues. Daniel possède une hache, et Pete porte la lance à incendie, avec une réserve d'eau illimitée et sans tuyau. Nous sommes en 2010 et la technologie permet de s'affranchir de certaines contraintes, pour notre plus grand plaisir de joueur, qui nous fait pardonner sans aucune difficulté cette entorse au réalisme, vite oubliée.

firemen-003.jpg

Il y a le feu, et il faut agir vite. Un chronomètre en haut à gauche décompte le temps restant avant la scène suivante, à sa droite se trouve un radar pour retrouver des survivants, puis le plan de l'étage où vous vous trouvez avec son code couleur pour les salles en flammes, l'étage lui-même et votre barre de vie. En bas à droite se trouvent les bombes à eau, votre arme d'inondation massive.

Pete peut utiliser son arme de deux manières. Avec le bouton Y la lance à incendie projette un jet continu pour éteindre les flammes les plus hautes, tandis que le bouton B éclabousse vers le bas, autour du personnage, de manière à éteindre les flammes au ras du sol, devant les pieds du héros.

firemen-004.jpg

Les flammes seront vos principaux ennemis, il y en a de tous les types : au sol en plaques, en mur qui avance vers vous (baissez-vous avez le bouton A), en groupe, en nuages, etc. Vous apprendrez vite à les différencier du premier coup d'oeil, de manière à bien ajuster le tir. Les boutons L et R permettent de bloquer le jet de façon à faire des déplacements latéraux sans modifier l'angle d'attaque. Vous pouvez arroser dans les huit directions et faire des pas de côté : très pratique !

Pendant votre progression, vous rencontrerez des blessés ou des survivants dans le brasier qui vous entoure. Votre équipier Daniel les évacuera en les portant hors de l'écran, et il reviendra au bout de quelques secondes. Au passage, outre la bonne action qui ne motive pas forcément le joueur et fait perdre du temps, chaque sauvetage remet votre barre de vie à son niveau maximum, motivation garantie !

firemen-005.jpg

Ces sauvetages seront indispensables dans les derniers niveaux ; le jeu en compte 6, qui correspondent grosso modo aux étages du bâtiment. La difficulté progresse doucement, au fur et à mesure que vous découvrez de nouvelles flammes, ou des ennemis inattendus comme les robots d'entretien, les aspirateurs autonomes déréglés par les flammes et rendus particulièrement agressifs, ou d'autres éléments de l'immeuble. Vous visiterez la chaufferie où les tuyaux crevés font apparaître des flammes que vous ne pourrez éviter qu'en rampant, le décor est souvent de la partie !

firemen-006.jpg

Peu à peu, vous progressez. Au début vous devez mettre la main sur le fameux MDL, cette substance très dangereuse, ce qui vous conduira directement à la chaufferie. Une fois en possession du MDL, l'histoire reprend, mais sans vous couper du jeu : les dialogues en bas de l'écran s'ajoutent à l'action et vous donnent des indications. Vous êtes en liaison avec la caserne et vos coéquipiers, puis l'architecte de l'immeuble, tout le monde vous donnera la marche à suivre et des indications sur les lieux où vous rendre.

firemen-007.jpg

A la fin de chaque niveau, vous aurez à affronter un boss. Chacun d'entre eux a la forme de flammes et résistera à tout sauf à vos bombes à eau, qu'il est préférable de conserver pour les derniers d'entre eux. Gros sprites au menu, les boss sont souvent gros et rapides. La musique change dès qu'ils apparaissent. A ce propos la bande son est de qualité, présente sans gêner, bien rythmée, elle accompagne parfaitement l'action.

Si les premiers boss ne sont pas énormes et ne posent pas de réels problèmes, les suivants seront plus complexes à éliminer.

firemen-008.jpg

Vous pourrez trouver des bombes à eau dans les niveaux, mais en nombre très réduit, il faut absolument les économiser, car vous n'en portez que trois au maximum. Le bouton X sert à les utiliser, ce qui se traduit par un petit lob devant vous, c'est une arme de corps à corps dont le rayon d'action est important.

firemen-009.jpg

Côté vies, vous disposez... d'une seule vie bien sûr, avec 3 continues. Il est donc indispensable de secourir les blessés pour recharger votre barre d'énergie. Au fur et à mesure que vous montez dans l'immeuble, les pièges et les passages difficiles sont plus nombreux. Votre lance à incendie est puissante et permet de briser les fenêtres. L'appel d'air créé est dangereux et peux provoquer une explosion, comme dans la réalité (le backdraft). Daniel, qui se charge des blessés, a également pour mission de vous ouvrir les portes. Restez à distance car les ouvrir peut également créer une explosion, signalée par un sifflement immédiatement avant.

firemen-10.jpg

Vous l'avez sans doute constaté, le graphisme est techniquement simple, mais très détaillé. Les développeurs n'ont pas hésité à nous proposer des meubles avec des ordinateurs, des tables cassées barrant le passages, d'autres sous lesquelles vous pouvez passer, un arbre de Noël dans une pièce, une rivière à franchir dehors, de la pluie sur le toit, avec des effets de transparences et des scrollings décalés en vue plongeante sur les étages inférieurs, des calques de brouillards ou de distorsion qui représentent la fumée ou la chaleur. Le soin apporté à l'aspect des pièces contribue à créer un environnement réaliste et peut rappeler certains jeux de rôle, on aurait presque envie d'interagir avec le décor pour y trouver des bonus. On trouvera quelques victimes, des bombes bonus, et des raccourcis. Les niveaux sont très variés, de la chaudière à la cuisine en passant par un espace de stockage, entres autres temps forts.

firemen-11.jpg

Même les ventilateurs sont animés et vous aspirent vers eux. Les développeurs n'ont pas économisé les sprites.

firemen-12.jpg

La difficulté est tout à fait honnête. Le jeu se termine rapidement, comptez une heure et demie maximum, mais la difficulté est paramétrable, ce qui prolonge la durée de vie du jeu, le mode le plus facile étant un très bon début pour prendre ses marques, la première fois j'ai perdu au boss de fin, et progressé la fois suivante. On s'en sort, à condition de connaître un minimum le jeu et le parcours. A ce propos, Daniel vous ouvre les portes et une énorme flèche indique où se rendre. Si vous ne prenez pas la bonne porte, la flèche vous proposera un demi-tour : impossible de se perdre. Grâce à cette indication, le temps limité n'est pas un problème.

Le coéquipier, qui ne peut pas être remplacé par un deuxième joueur (dommage !) est bien programmé. Daniel peut en effet éteindre les grandes flammes et vous aider, parfois il vous évitera d'être touché. Comme il ne peut pas arroser au sol et qu'il n'est pas suicidaire, il restera toujours près de vous et c'est vous qui éteindrez les flammes qui sont à vos pieds et l'empêchent d'avancer. De cette manière, les développeurs ont habilement rendu le personnage autonome sans qu'il soit intrépide ou qu'il se perde, la gestion est excellente. C'est également lui qui agira sur l'environnement pendant que l'histoire progresse.

firemen-13.jpg

Il n'y a pratiquement aucun point négatif. Un détail qui peut agacer le joueur qui recommence est que les dialogues ne peuvent pas être accélérés ou sautés, dans la mesure où ils donnent des indications. La première fois cela ne gêne pas, mais à la longue cela peut énerver. On pourra regretter de ne pas pouvoir jouer à deux en même temps ou le nombre de niveaux réduit, mais le jeu est et reste solo, on y passe un bon moment sans s'éterniser. Avec les amis, on pourra toujours jouer tour par tour, chacun un niveau, au pire.

The Firemen est un véritable bijou. Non seulement la réalisation technique est excellente et nous tient en haleine, mais le gameplay est pour moi irréprochable. De bonnes musiques, un concept pour le moins original malgré beaucoup de contraintes, et des personnages attachants, tous les ingrédients sont là pour créer un jeu d'exception. Difficile à trouver, car de plus en plus connu, le jeu s'établit une cote à la hauteur de sa qualité, et sans proposer de licence connue. A essayer absolument !

Suppos : 6/6
suppo notesuppo notesuppo notesuppo notesuppo notesuppo note

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[TEST] Aliens: Infestation / Nintendo DS

Publié le par Goomba_Powaa

ALIENS : INFESTATION
Support : Nintendo DS
Éditeur : Sega
Développeur : WayForward
Sortie : 30 Septembre 2011

aliens-infestation-test-gamopat.jpg

Alien est une saga mythique, et comme toute saga mythique celle-ci n'a pas échappé à son adaptation vidéoludique, à travers divers opus plus ou moins réussis. Aliens : Infestation, développé par WayForward (Contra 4, Shantae, etc.) tente de redorer le blason de la licence en reprenant quelque peu le concept d'Alien 3 sur Megadrive et Snes, c'est à dire vue 2D mi-shooter mi-platforming.

Ici donc, on a affaire à de la 2D pure et dure, très propre, tout en étant fouillée. Les mauvaises langues diront que le jeu aurait pu être adapté sur GBA, et ils n'ont pas tort. Surtout qu'un Metoid Fusion de 2002 n'a rien à lui envier. Metroid justement : les 2 titres sont assez similaires en plusieurs points, à commencer par le level design labyrinthique, oscillant entre ascenseurs et portes à délocker. Dans Aliens : Infestation, votre personnage devra dé-souder des portes bloquées, télécharger des données afin d'obtenir la map du niveau, ou encore trouver les cartes d'accès aux étages supérieurs. Mais là où cette bonne vieille DS apporte un véritable plus, c'est grâce à son éternel écran tactique qui vous permet de faire slider la map de long en large, et dieu sait si certaines sont étendues. Le reload de votre arme ou la sélection d'une arme secondaire se révèlent là aussi intuitifs.

aliens-infestation-test-001.jpg

Mais là où Aliens : Infestation impose sa marque de fabrique, c'est dans le choix délibéré des développeurs de vous faire évoluer en escouade de 4 Marines. Ne paniquez pas, vous ne dirigez qu'un personnage à la fois, mais il s'agit en fait de "1-up" déguisés. Si votre personnage actuel meurt, un des 3 restants prend le relais au même endroit, dans le feu de l'action. L'autre avantage de ce système est que le scénario s'en trouve modifié selon le Marine que vous incarnez à tel moment. En effet, les dialogues avec votre supérieur changent, et c'est jusqu'à 20 scripts que vous pourrez découvrir. A noter que si un des protagonistes meurt, vous le perdez définitivement et ne pourrez plus le récupérer ultérieurement dans le jeu (il sera remplacé par un autre Marine que vous aurez rencontré et recruté). Un bon point pour la rejouabilité donc, d'autant plus que le soft n'impose pas de limite de temps. Sans parler de quelques petites scènes "clin d'oeil" aux 2 premiers films Alien bien sympas.

aliens-infestation-gamopat-002.jpg

D'un point de vue animation, c'est du tout bon. Via la gâchette L, votre tête brulée pourra tirer dans 8 directions différentes. Bien utile et vite pris en main, heureusement vu la rapidité de certains Xénomorphes (Vous rencontrerez aussi des androïdes, des soldats, des bébés Aliens et même la reine). La maniabilité est donc très bonne, fluide, et tous les boutons de la petite DS sont habilement utilisés (marcher, sauter, sprinter avec barre d'endurance, etc). On regrettera juste le fait de ne pas pouvoir tirer en sautant comme dans Contra, mais cela permet d'ajouter une bonne dose de stress contre certaines bestioles qui alternent sprints vers vous et grimpette au plafond. Ceci dit, le gameplay est en définitive parfaitement réglé, car selon que vous soyez baroudeur ou poule mouillée, vous avancerez dans le jeu à VOTRE rythme. Note à part, le mini-jeu du "couteau entre les doigts" immortalisé par Bishop est disponible dans le menu bonus après avoir bouclé la seconde mission du jeu.

aliens-infestation-sega-003.jpg

La bande son, élément primordial du genre SF et encore plus dans Alien, alterne ici le chaud et le froid. Pour faire simple les musiques sont certes en adéquation avec les phases de jeu, mais assez anecdotiques. A l'inverse, les bruits de fusillades, de cris d'Aliens ou encore d'éclosion d'œufs sont un régal pour les oreilles.

aliens-infestation-test-004.jpg

L'armement n'est pas en reste, et très bien bien calibré. Un conseil, visez bien et économisez vos munitions, car les points de sauvegarde / réarmement de chaque niveaux sont parfois peu nombreux en comparaison du nombre d'ennemis à abattre. Il vous sera aussi possible durant votre aventure d'upgrader chaque arme jusqu'à 3 niveaux de performance. Vous en conviendrez, il est assez jouissif d'éclater un Alien en pleine tête avec une seule balle de fusil à pompe! Vous pourrez aussi vous essayer au traditionnel colt de secours, aux grenades (bien utiles pour éclater de l'Alien ou casser une trappe), ou encore à la mitraillette pour tout canarder lorsque çà devient trop chaud. Vous pourrez même monter le CargoLoader, un Mécha civil.

Voilà, tout est dit ou presque sur les principaux aspects de ce Aliens : Infestation qui se révèle être une très bonne surprise, délicieusement old school et à mi chemin entre Contra et Metroid Fusion, respectivement moins hardcore et plus assisté. Alors pour ce qui est des défauts, c'est un peu selon le type de joueur que vous êtes, mais sachant que pour le genre on n'est pas loin du sans faute! En plus des musiques un peu "cheap", certains lui reprocheront justement son côté "assisté" : vous saurez toujours ce qu'il faut faire, vous ne serez jamais bloqué des heures, ce qui ne l'empêche pas d'être parfois un peu hard, et surtout assez long. Ensuite les graphismes sont volontairement axés 16 bits, avec des sprites un peu petits parfois mais qui ne manquent pas de charme! Pour ma part il vaut mieux voir cela qu'un jeu au design "flash" trop lissé. Bref, un des derniers gros jeux de la DS!


Réalisation technique : 8/10

Aspect artistique : 8/10

Gameplay : 9/10

Replay Value : 8/10
33/40
SUPPOS : 5/6
(Appréciation personnelle)
suppo notesuppo notesuppo notesuppo notesuppo note

Publié dans TESTS

Partager cet article

[RESULTATS CONCOURS] Figurine MEGAMAN / Mylo&Chibi

Publié le par Dr Floyd

mylo-chibi.png

En partenariat avec la boutique Mylo & Chibi (retrogaming, goodies, kawaii..) Gamopat vous propose de gagner une figurine articulée Mega Man, à assembler, de taille 13 cm avec accessoires. Un modèle disposant de nombreux points d'articulation et de visages interchangeables. Ne nécessite pas de peinture mais peut être customisé à volonté ! Valeur marchande 38,99€.

megaman-mylo-chibi.jpg

Pour gagner cette figurine, répondez à cette question dans les commentaires (en laissant votre email dans le formulaire) :

Quel est selon vous le meilleur jeu de la série Mega Man, et pourquoi ?
(texte de 4 ou 5 lignes maximum)


Vous pouvez jouer jusqu'au vendredi 30 septembre 2011, 23h59. Une réponse sera sélectionnée par le jury composé du docteur barbu, de Mylo, et de Chibi !

RESULTATS DU CONCOURS
Le gagnant est Super-Retrogamer pour Megaman 3, il a osé ne pas citer Megaman 2 ;) Merci à tous les participants et Mylo & Chibi pour ce concours.

Publié dans NEWS

Partager cet article

Chrono Trigger sur votre PS3 ?

Publié le par Dr Floyd/Onels4

chrono-trigger-PSN.jpg

Rhaaaa Chrono Trigger, l'un des RPG Japonais les plus cultes de l'histoire du jeu vidéo ! Longtemps réservé à une niche de joueurs on commence a le trouver un peu partout (DS, WiiWare, PSP, iOS), ce qui a d'ailleurs un peu tué la légende !


Et ce n'est pas fini, il sera bientôt porté sur Pléchtéchionne ! En effet le jeu est annoncé sur le PSN US pour le 4 octobre prochain. C'est le blog Playstation qui le dit. En attendant une sortie Européenne ? Traduite !?

Publié dans NEWS

Partager cet article

Uncharted Subway's Fortune

Publié le par Dr Floyd

Nathan Drake est désormais une star du jeu vidéo et il est même désormais recruté pour faire de la pub. Aujourd'hui pour une chaîne de restauration rapide... Marcus Fenix fait la gueule.

Publié dans INSOLITE

Partager cet article

Castlevania les yeux bandés

Publié le par Dr Floyd

Pour notre patient fou Psyhodelik terminer les jeux sans perdre la moindre vie ça manque de challenge. Il a donc décidé de passer à l'étape supérieure : jouer à un jeu les yeux bandés... dirigé par sa femme.

Publié dans INSOLITE

Partager cet article

[RESULTAT CONCOURS] Pac-Man & Galaga 3DS / RueduCommerce

Publié le

Gamopat et RueduCommerce vous proposent de gagner ce mois ci un jeux 3DS destiné aux rétrogamers ! Pac Man & Galaga Dimensions ! 6 jeux en un : les classiques de l'arcade (avec un effet vitre 3D saisissant), les remakes XBLA & PSN, et deux versions inédites exploitant la fonction gyroscopique, le tout avec classement online des highscores.



concours-rdc-sept2011.png

Pour gagner ce jeu, répondez à la question suivante dans les commentaires (sans oublier de mettre votre adresse email dans le formulaire) :


Quel est selon vous le meilleur jeu d'arcade du début des années 80 (avant 1986), hors Pac Man et Galaga ? (vous pouvez argumenter sur 3 ou 4 lignes maximum)



Répondez avant le 30 septembre 23h59. une réponse sera sélectionnée et le gagnant repartira avec Pac Man & Galaga Dimensions !

RESULTAT DU CONCOURS
Le grand gagnant, ou plutôt la grande gagnante, est Graziella, pour Pooyan. Bravo à elle. Merci à tous les participants et à RueduCommerce.

Publié dans NEWS

Partager cet article