[RETROGAMING] Rescue Mission / Master System

Publié le par Onels4

RESCUE MISSION
Support : Master System (
pistolet Light Phaser requis)
Editeur : Sega.
Développeur : Sega
Année : 1988


rescue-mission.jpg

C'est la guerre dans la jungle et vous êtes su front. Oui, "su front" nous dit la notice, après avoir décrit comment brancher le Light Phaser sur votre Master System. Des soldats amis sont blessés et sont retenus derrière les lignes ennemies et vous êtes un tireur d'élite chargé d'assurer la protection de l'équipe d'infirmiers qu'on envoie aider vos frères d'armes. Un jeu pour la communauté Gamopat et ses docteurs !

Vous devrez terminer 5 niveaux en assurant jusqu'au bout la sécurité d'un des trois infirmiers qui avance sur une draisine ("voiture à bras", dans la notice), le véhicule ferroviaire représenté sur la jaquette du jeu.

rescue-mission-001.jpg

Vos amis infirmiers n'ont pas de chance : la voie est minée et les ennemis fort nombreux. Vous devez faire feu sur eux, mais aussi sur des projectiles qu'ils envoient et les mines. Vous ne contrôlez pas l'équipe médicale, qui avance de son propre chef. C'est donc à vous de tirer sur presque tout ce qui bouge, en évitant de tuer un des soldats à secourir. Pour nous aider ils agitent un drapeau blanc, mais dans le feu de l'action il n'est pas rare de les tuer.

rescue-mission-002.jpg

En tant que sniper vous êtes probablement caché dans les nuages, car le jeu propose une vue verticale de trois quarts. Le scénario est pourtant assez développé, les infirmiers ont tous leur petit nom, le briefing d'introduction est long, mais votre emplacement réel demeure secret ou mystérieux. Peu importe.

Les niveaux s'étendent plusieurs écrans de sorte que vous découvrez le terrain au fur et à mesure que la draisine suit les rails, horizontalement ou verticalement. A certains aiguillages, il semble possible d'emprunter des raccourcis ;) Vous devez faire en sorte qu'au moins un des trois infirmiers rentre en vie pour que la mission soit considérée comme une victoire. Le jeu n'en envoie qu'un à la fois, ce sont vos trois vies. C'est le plus lent des trois soigneurs qui commence, l'expert étant le dernier : John. Faire avancer une draisine, c'est physique, John repart plus vite sans prendre le temps de souffler.

rescue-mission-003.jpg

Tout se fait au Light Phaser, contrairement à certains jeux où la manette est tout de même utilisée, ce qui est indispensable car vous n'aurez pas le temps de le poser. Les ennemis arrivent des quatre directions, il faut les éliminer, mais aussi détruire leurs missiles, sans oublier les mines.

Les animations des personnages sont relativement détaillées pour un jeu de ce type, y compris les sprites des missiles, boomerangs et autres projectiles. Cela reste très carré, mais le joueur de Master System a l'habitude des palettes criardes, qui ne sont pas si mal exploitées, chaque niveau ayant son thème et sa couleur. La musique, avec sa petite mélodie joyeuse, est une énigme. Soit les développeurs voulaient faire de l'humour, soit ils se sont trompés de registre. Je penche plutôt pour l'humour, car le jeu n'en est pas exempt, à condition de regarder dans les détails. Vous pouvez par exemple rouler - par accident bien sûr - sur les ennemis, ce qui fait toujours plaisir et les tuera aussi efficacement qu'un de vos tirs. Ensuite, en tuant un des soldats à secourir, une animation avec un petit ange apparaît. L'ennemi, lui est de ces sprites biodégradables : le cadavre disparaît sans autre forme de procès, et n'ira pas au paradis.

rescue-mission-004.jpg

La difficulté est progressive ; si le premier niveau ne propose que des soldats à pied, les ennemis suivants seront mieux équipés, certains ont un jetpack dès le niveau deux et se déplacent très vite à l'écran ! Le mode de difficulté easy permet de démarrer tranquillement si vous n'avez pas une grande habitude du Light Phaser : vous pourrez jouer bien plus que les 10 secondes habituelles avant l'écran game over.

On vous laisse rater vos tirs sans trop vous pénaliser. Si vous tirer sur l'infirmier cela ne fera que le ralentir (quelle chance !), les soldats blessés que vous devez secourir ne sont pas vulnérables aux tirs ennemis (sympa !). Par contre vous pouvez les tuer vous-même, cela vous privera de bonus, et comme les ennemis sont parfois proches d'eux, cela arrive... facilement. Ceux que vous réussissez à soigner laissent des bonus derrière eux (tirez dessus pour les ramasser) cela protège les infirmiers ou élimine les adversaires à l'écran, par exemple.

Les infirmiers ne sont pas armés et encaissent trois balles avant de mourir. Une explosion de grenade, mine ou un tir de bazooka les tuera en un seul coup, on trouve souvent un ennemi équipé d'un bazooka près de la fin du niveau, indiqué par un petit drapeau. Si un infirmier est touché par du gaz lacrymogène ou un boomerang il sera étourdi, ce qui ralentit sa progression et l'expose davantage. Un petit drapeau indique la fin du niveau, il faudra rester concentré jusqu'au bout.

rescue-mission-005.jpg

En ce qui concerne le Light Phaser, le jeu est vraiment très précis, on peut avec un peu de pratique abattre un ennemi très proche d'un soldat à ne pas toucher, et on n'attend pas. Vous pouvez tirer presque en rafale, ce qui sera nécessaire vu la quantité d'ennemis, et il n'y a pas à recharger.

Le jeu se termine rapidement, en moins d'une heure, les niveaux ne durent que quelques minutes, d'où la présence des paramètres de difficulté. A plusieurs, chacun son tour ou en comparant les scores, le jeu ne proposant qu'un mode solo, il est possible de prolonger le jeu, mais sa durée de vie reste assez limitée.

L'approche de Rescue Mission est intéressante pour un jeu de tir où l'on protège les copains, au lieu de tirer sur des assiettes, des canards ou des cibles en carton, ce qui lasse rapidement. Le jeu subit les défauts du genre mais moins que d'autres titres de la console. Parmi les jeux de tir de la Master System, c'est un de ceux qu'il faut posséder, ne serait-ce que pour la précision et la bonne exploitation du Light Phaser. Il n'est pas rare et ne coûte pas cher, ce qui ne gâche rien.

Suppos : 4/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

Le Capitaine Blood est de retour !!!

Publié le par Dr Floyd

Quelque part dans le fin fond de la galaxie un certain Captain Blood Legacy serait en cours de finalisation pour une sortie courant 2012... Oui, je parle bien d'une suite à L'arche du Capitaine Blood, jeu culte de l'Atari ST (entre autre) sorti en 1988 ! Et sachez que les développeurs originaux sont toujours aux commandes, c'est à dire Philippe Ulrich et Didier Bouchon ! Le retrogamer a le slip tendu.

Le blog du jeu est déjà en ligne !

captain-blood-is-back.jpg

captain-blood-002.jpg

captain-blood-003.jpg

Publié dans NEWS

Partager cet article

Un cosplay en gros pixels

Publié le par Dr Floyd

Voici un nouveau genre de cosplay, le cosplay gros pixel ! Lire l'interview de l'auteur de ce cosplay Metroid sur DeviantArt.

metroid-cosplay-001.jpg

metroid-cosplay-002.jpg

Publié dans INSOLITE

Partager cet article

Super Mario Vs Angry Birds

Publié le par Dr Floyd

Angry Birds c'est un peu le Super Mario de l'iPhone, et on a pas fini de voir des confrontations entre les deux univers !

Publié dans HUMOUR

Partager cet article

Saint Seiya fait son retour sur PS3

Publié le par Dr Floyd

Après deux adaptations médiocres de Saint Seiya sorties sur Playstation 2, Dimps replonge avec une nouvelle adaptation du célèbre manga, sur PS3 cette fois-ci, qui se nommera Saint Seiya Senki, et ceci pour fêter les 25 ans de la série. Namco Bandai vient d'annoncer que le jeu sortira le 23 novembre au Japon. A précommander chez Neoamusement.com.

Publié dans NEWS

Partager cet article

Artisanat geek : les bead sprites !

Publié le par Onels4

Les Bead Sprites sont des assemblages de perles (beads) que l'on chauffe pour les souder entre elles. Faute de nom français, c'est le nom anglophone qui a été retenu pour désigner cet artisanat geek qui préfère utiliser le fer à repasser pour souder des perles et recréer des sprites de jeux vidéos plutôt que de repasser des vêtements ou faire des colliers.

Il faut dire que le système est plein de possibilités, puisqu'une perle équivaut à un pixel du sprite d'origine. Reste à trouver la bonne couleur et une source d'inspiration ; de ce côté, les jeux vidéo fournissent la matière première et ces créations ornent déjà les antres de certains joueurs, on l'a vu sur le forum il y a peu, et c'est à l'occasion de la présentation d'un nouveau patient que cette déviance artistique a été cataloguée.


Voici une vidéo explicative (en anglais), qui montre la création d'un petit sprite et les étapes de chauffe :


Bien sûr rien n'empêche ensuite de voir plus grand et Metroid s'y prête bien :


Le logiciel utilisé sur l'Ipad de la vidéo est BeadIt de Chaotic Moon Studios, ce qui n'empêche pas d'utiliser un programme de retouche d'image ou un éditeur d'icône, avec un peu plus de patience pour déterminer le nombre de perles nécessaires pour chaque couleur.

Pour compléter la promenade, voici une galerie Flickr de RedHerring1 (francophone) qui montre ses créations.

Publié dans INSOLITE

Partager cet article

[TEST] Xenoblade Chronicles / Wii

Publié le par Dr Floyd

XENOBLADE CHRONICLES

Support : Wii

Éditeur : Nintendo

Développeur : Monolith Software

Sortie : 19 août 2011

xenoblade-box.jpg



Le papa de Xenogears et Xenosaga, l'honorable Tetsuya Takahashi, nous revient sur Wii avec un RPG à priori ambitieux. Et on ne pouvait qu'être impatient de découvrir ce titre en Europe tant le genre est mal représenté sur cette console.



Le jeu est en anglais ou en Japonais an choix mais sous-titré bien sûr en français (au passage je vous conseille les voix japonaises), et il est vendu en solo ou en bundle avec une manette classique rouge, coffret actuellement difficile à trouver. En tout cas une manette classique est fortement recommandée, mais pas obligatoirement rouge ;)

xenoblade-chronicles-manette.jpg

Attaquons le scénario totalement délirant (RPG Japonais oblige) : Il fut une époque très lointaine où deux Titans, Bionis et Mékonis, s'affrontèrent dans un duel sans merci, et ces géants vont rester figés en pleine action, on ne sait trop pourquoi. Changement d'époque, vous jouez le rôle de Shulk, un jeune homme habitant sur le Titan Bionis sur lequel la vie s'est développée (bah pourquoi pas...). Les humains sont opposés dans cet étrange monde à des machines animées par l'autre Titan, Mékonis. Et notre héros Shulk va devoir tenter de percer le secret de Monado, une épée rouge ultra puissante ayant des pouvoirs extraordinaires comme de lire l'avenir.




xenoblade-001.png

Le style de jeu et le gameplay se rapprochent furieusement de Final Fantasy XII, un jeu de couloirs avec des étendues assez vastes qui laissent place à l'exploration. Cependant pas de panique, ici les étendues sont plus vastes et l'univers bien plus magique que celui de FF12. Une quête principale sans trop d'aller-retours, une certaine liberté dans les objectifs, de multiples quêtes annexes qui se débloquent en parlant aux PNJ. Trésors, trophées, gemmes, achats, ventes, gestion de l'équipement, gestion des relations entre personnages du groupe, etc... il y aura de quoi faire tout au long de votre quête épique et vous vous demanderez comment tout ça tient sur un DVD.

xenoblade-005.png

Sinon pas de surprise, comme dans tout RPG japonais (qui se respecte ?) le héros a une coiffure improbable, les cut-scènes sont nombreuses et les "blabla" de mise. Mais des efforts ont été fait dans le déroulement du scénario et dans les dialogues, on ressent vraiment un côté épique dans ce jeu, avec de vraies émotions et une vraie générosité dans le contenu, on ne s'ennuie jamais, je pense qu'il doit être possible d'y passer largement plus de 100 heures en prenant son temps (j'en suis à 10 heures... ridicule petit joueur que je suis).

xenoblade-002.png



Qu'en est-il des combats, un point essentiel dans ce type de jeu. Ici tout se passe en temps réel à l'opposé d'un jeu comme Dragon Quest. Les monstres passifs ou agressifs se baladent autour de vous et il n'y a pas de transition entre l'exploration et les combats. Vous contrôlez au choix un des trois personnages du groupe, les autres étant autonomes. Vous maîtrisez la position du héros et sa stratégie via des icônes qui se rechargent, les attaques étant automatiquement portées de manière périodique.... Sachez que l'épée Modano vous donne plein d'avantages comme celui de vous signaler à l'avance qui va tenter de vous porter un coup mortel, vous laissant quelques secondes pour réagir.

xenoblade-004.png

Habitué aux combats au tour par tour dans les RPG japonais j'avoue avoir été un peu affolé au début mais en fait c'est assez simple, il suffit de bien comprendre le concept et les icônes, peu de boutons sont à utiliser. Il y a cependant des tas de subtilités lors de ces combats que vous laisse découvrir. Le défaut de ce système est la confusion qu'il peut regner parfois dans les combats lié à une IA vraiment basique. Bien sûr vos points de compétente et d'art progressent, vous offrant de nouvelles possibilités. C'est riche, très riche, trop riche on se dit même au début. Cependant le jeu n'est pas frustrant et les sauvegardes sont aisées.


xenoblade-003.png



La réalisation est vraiment costaud, en sachant bien que nous sommes sur Wii, donc avec des graphismes se rapprochant de la PS2. Les environnements sont immenses (même si sous la forme de couloirs), détaillés et variés. Et surprenant : chaque secteur peut être parcouru dans son entier sans le moindre temps de chargement, même en entrant dans les bâtiments. Framerate correct et stable, gestion du cycle jour/nuit en temps réel, végétation animée donnant vie au décors, c'est du bon boulot à part peut-être les animations assez basiques et des apparitions soudaines de monstres au loin, mais je le rappelle : nous sommes sur Wii. Le chara-design est assez satisfaisante, et la personnalité de chaque personnage et monstre est bien marquée. Enfin sachez que la bande son est exceptionnelle et variée, de grands talents ayant participé à cet aspect, avec des thèmes adaptés à chaque situation, un vrai bonheur, on sent que le studio a mis les moyens de ce côté.




Il est certain que ce Xenoblade est un très grand RPG à la sauce japonaise. Certes il faut aimer le genre, avec ses défauts habituels (blabla, blondinets, délires scénaristiques) mais il y a un côté épique dans ce jeu et l'histoire est vraiment prenante. De plus les environnements sont vastes et la réalisation tient la route. Je ne suis pas fan de RPG Japonais, préférant de très loin le vrai jeu de rôle anglo-saxxon, mais j'avoue avoir été séduit malgré tout, c'est dire que les fans doivent considérer ce titre comme peut-être le meilleur RPG japonais depuis des lustres.



Réalisation technique : 8/10

Aspect artistique : 9/10

Gameplay : 7/10

Replay Value : 8/10

32/40
SUPPOS : 5,5/6
(appréciation personnelle)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg


seal of quality

Publié dans TESTS

Partager cet article

FlatOut, le carnage sur la route !

Publié le

flatout-dotemu.png
Télécharger FlatOut sur DotEmu.com

Publié dans DOTEMU

Partager cet article

Un clone méconnu de Metal Slug sur DS

Publié le par Dr Floyd

 Il y a exactement 3 ans sortait sur DS aux USA Commando: Steel Disaster, un jeu chinois clone de Metal Slug. Aujourd'hui l'éditeur Cinemax compte le proposer à tout le monde via le DSiWare en fin d'année. Je vous laisse découvrir ce jeu en vidéo, ça vous donnera peut-être envie de faire importer le jeu original sur support physique.

Publié dans NEWS

Partager cet article

Elevator Deception

Publié le par Dr Floyd

Vous attendiez avec impatience le retour de Elevator Action, le fameux jeu d'arcade de 1983 ? Et bien vous risquez de déchanter après avoir visionner le trailer de Elevator Action Deluxe qui sort le 31 août sur PSN, un machin en cartoon tout moche...

Publié dans NEWS

Partager cet article