1036 articles avec tests

TEST : INFAMOUS / PS3

Publié le par Dr Floyd

INFAMOUS
Support : PS3


Editeur : Sony

Développeur : Sucker Punch


Année : 2009



Une vraie exclusivité Playstation 3, il faut se jeter dessus car c'est devenu assez rare sur la console de Sony. Après avec connu un bon succès d'estime avec Sly Raccoon sur PS2 le studio Sucker Punch s'attaque à un autre genre : le jeu "bac à sable" de super héros. Les aventures de cet homme électrique-araignée seront-elles à la hauteur des attentes de la communauté PS3 ?

Dès le début du jeu on se rend compte que InFamous est fortement inspiré de Crackdown, SpiderMan, GTA et même Prince of Persia (si si !). Vous êtes Cole, un miraculé de l'étrange explosion qui a ravagé la ville, celle-ci est d'ailleurs mise en quarantaine par le gouvernement. Le prétexte est donc tout trouvé pour créer un jeu bac à sable dans une ville fermée dont il est impossible de sortir. Cette explosion a eu quelques conséquences étranges pour vous : vous récupérez sans trop savoir pourquoi de mystérieux pouvoirs électriques. Vous voici devenu un potentiel super-héros !



Ainsi vous maîtrisez désormais l'électricité, vous vous en nourrissez un peu partout dans la ville et vous pouvez l'utiliser contre vos ennemis. Mais ce n'est pas tout, vous êtes aussi devenu un véritable homme araignée (sans le fil !) et pouvez escalader tous les buildings et sauter de n'importe quelle hauteur sans aucun problème.

Un savant cocktail explosif ? Pas forcement car le principe du GTA-like est entièrement repris : missions principales et secondaires, mini-map, territoires à débloquer : pas de surprise, d'autant plus que le côté bac à sable est très très limité comparé au maître GTA San Andreas. De plus vous ne pouvez pas conduire de véhicule, mais bon en fait vous n'en avez vraiment pas besoin car vous vous déplacez vraiment très vite !

La vraie originalité du jeu se sont les contrôles du personnage, outre ses arcs électriques, le héros est un véritable funambule : Il peut s'accrocher et grimper partout, sauter d'immeuble en immeuble, faire des grinds sur un câble électrique, et ce de manière vraiment très simple. Le système de Prince of Persia est repris mais en encore plus simple et intuitif. En fait il y a une certaine assistance lors de vos sauts vers de petites surfaces (comme sur un câble) mais c'est vraiment très bien fait et on a vraiment l'impression de tout maîtriser. Un véritable bonheur videoludique et un modèle à suivre pour les futurs jeux de super-héros.



L'éventail de vos pouvoirs électriques va s'étoffer au fil du jeu : décharges, grenades électriques, flotter dans les airs, visée snipper, etc.... des nouveautés qui pimentent le gameplay et vous permettront de lutter contre les méchants de la ville : les "faucheurs". A noter l'intégration d'un système d'évolution entre le bien et le mal (bonjour à Peter Molynette !) : devenir un "bad boy" ou un super héros ? A vous de décider, une jauge indiquant en permanence votre niveau de popularité.

Du coté de la réalisation, globalement le jeu est assez fluide, quelques saccades, mais comparé à GTA IV par exemple (sur PS3) ça passe mieux. Mais cela à un prix : effets de flou énormes, profondeur de champ très faible, et un peu d'alliasing. Le jeu n'est pas moche mais le manque de profondeur est quand même très gênant, surtout lorsque vous êtes en hauteurs sur les buildings d'où vous voyez le flou tout autour de vous et les véhicules disparaître soudainement dans le "brouillard". Mais lorsque vous observez votre environnement proche le jeu est assez détaillé et plutôt beau, et les effets électriques sont très réussis. Et moi qui ai le vertige dans la vie réelle, je le ressent complètement dans le jeu en sauter d'un building, preuve que l'immersion est bien réelle.



Outre les quelques défauts techniques, les défauts habituels de ce type de jeux sont bien présents : missions souvent répétitives et gameplay parfois un peu confus lors des combats. Mais cependant n'oublions pas l'essentiel dans un jeu video : le fun. Et celui ci est bel et bien présent dans InFamous.

inFamous n'est pas forcement fameux (Dr Floyd humoriste !) du coté de sa réalisation technique mais reste un jeu très fun à jouer du fait des pouvoirs du personnages : pouvoirs électriques mais surtout pouvoirs de "l'homme araignée" capable d'acrobaties incroyables associé à un gameplay très bien réglé de ce point de vue. La sensation d'être un super héros en liberté est en tout cas bien rendue même si du côté "bac à sable"  on pouvait espérer mieux. Un jeu agréable à parcourir.

SUPPOS : 4,5/6
 

Publié dans TESTS

Partager cet article

TEST FLASH : UFC 2009 UNDISPUTED / PS3

Publié le par Dr Floyd

UFC 2009 UNDISPUTED
Support : PS3


Développeur :
Yuke's Media Creation

Éditeur :
THQ

Année : 2009


Existe également sur Xbox 360


Habitué à nous sortir tous les ans un Smackdown Vs Raw THQ nous propose aujourd'hui la sulfureuse licence UFC, Ultimate Fighting Championship, et cette fois ci ce n'est plus du cinéma comme pour le catch : ici ça saigne pour de vrai !

Vous ne connaissez pas ce sport de tapette ? C'est simple, vous êtes enfermé à deux dans un ring octogonal et vous vous tapez dessus, tous les styles et tous les coups étant permis (ou presque). Pour gagner plusieurs solutions : le KO, le KO technique, la soumission (pour obliger l'adversaire à abandonner) ou la décision des juges en fin de match. Un sport de brute et de contacts pas évidant à transformer en jeu vidéo...



Tous le styles de combats étant permis (boxe, judo, kickboxing...), maîtriser toutes les techniques vous prendra du temps, beaucoup de temps... même si il est toujours possible d'y jouer comme un casual en faisant n'importe quoi ! Se taper le tutoriel est indispensable pour bien saisir toutes les subtilités. C'est surtout la technique au sol basée sur l'usage des sticks analogiques qui n'est pas évidente à apprivoiser. Bref, il faut être patient pour être récompenser et prendre son pieds. A noter que le jeu n'est cependant pas décourageant contre l'IA.

La réalisation est mi-figue mi-raisin. Les combattants sont très bien modélisés, avec de gros pectoraux, les gouttes de sueur qui vont bien et les visages qui se déforment (comme dans Fight Night 3). Le motion capture est de qualité, et les collisions sans trop de défauts. On regrettera juste les déplacements un peu raides. Comme la barre de santé est optionnelle il faut pouvoir se rendre compte visuellement de l'état des combattants (à nouveau comme dans Fight Night 3), et c'est de ce point de vue assez réussi. Par contre la foule est très mal modélisée, avec des spectateurs cubiques ayant des mouvements identiques et par paquets, c'est très désagréable. Mais bon une fois dans le match on ne fait plus trop attention à tout ça.

Le jeu manque globalement un peu de folie, avec un mode carrière un peu plat et des bonus sans grand intérêt. Il est possible bien sûr d'y jouer on-line, option non testée.

UFC 2009 n'est pas une bombe vidéoludique mais s'impose facilement comme le meilleur jeu d'Ultimate Fighting jamais produit, et comme un bon jeu de combat tout court, même si on ne s'y amuse pas comme dans Smackdown et qu'il faut beaucoup de temps pour tout maîtriser. Le jeu est brutal, la réalisation est plutôt soignée dans l'ensemble, c'est vraiment un bon départ pour cette nouvelle licence de THQ. Indispensable pour les fans de ce sport.

SUPPOS : 4/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

FUEL : COMPARATIF PS3 / XBOX 360

Publié le par Dr Floyd



Après notre test de FUEL sur PS3 il était intéressant de le comparer à la version Xbox 360. Réalisation et contenu identique ? Inferior ? Superior ? Les réponses ci-dessous !

CONTENU
Il est strictement identique. Mêmes menus, mêmes options, même map de 14000m2, mêmes compétitions et mêmes contenus à débloquer.

CHARGEMENTS
Pas d'installation sur Xbox 360, c'est toujours ça de gagné vu la faible capacité des disques durs. Et malgré ce fait les temps de chargement sont identiques à la version PS3. Le petit inconvénient de la version Xbox 360 c'est le bruit exaspérant du lecteur DVD (car bien sûr la console charge en continue le terrain pendant votre partie).

GRAPHISMES
Ils sont totalement identiques, on retrouve bien sûr le moteur graphique "maison" de Codemasters avec un filtre toujours aussi peu agréable. Je vous conseille de monter la luminosité de votre écran.

FRAMERATE
Le jeu n'est pas plus fluide globalement que sur PS3 mais le framerate est beaucoup plus stable. Il fallait s'en douter : on ne constate plus les horribles baisses de framerate de la version PS3 lorsqu'il y a trop d'animations à l'écran (lors des courses).

MANIABILITE
Le pad Xbox 360 est bien plus adapté pour les jeux de course que le Sixaxis, ce n'est pas un scoop. Cela se confirme également sur FUEL qui est plus plaisant à manier sur Xbox 360.

CONCLUSION
Les différences ne sont pas énormes. La Xbox 360 s'en sort quand même mieux avec un framerate bien plus stable et une meilleure maniabilité. Si vous possédez les deux consoles optez pour la version Xbox 360. Mais que les fanboys PS3 se rassurent l'expérience de jeu reste la même. Cela reste agaçant de constater que la PS3 n'arrive toujours pas à se mettre au niveau de sa concurrente deux ans et demi après sa sortie.

Publié dans TESTS

Partager cet article

TEST FLASH : CALL OF DUTY 4 / DS

Publié le par Keneda'

Call of Duty 4 Modern Warfare
Support : Nintendo DS


Editeur :
Actvivision

Développeur :
N-Space


Année : 2007


Dans un genre finalement très peu représenté sur Nintendo DS, la très juteuse licence Call of Duty tente une incursion... Un FPS sur la portable de Nintendo, est-ce vraiment raisonnable ?

On remarque d'entrée de jeu que du coté de la prise ne main c’est loin d’être parfait. La combinaison croix-stylet est cependant moins dérangeante que dans Metroid par exemple, du fait de l’architecture des niveaux. En effet, ce style de maniement (quasi point’n click) convient mieux à un jeu de couloir alors qu’il s’avère pénible dans Metroid lorsque le champ est ouvert et que l’ennemi tournoie en hauteur autour de vous.




Cependant le gameplay est quelque peu plombé par le passage en mode zoom. Nécessitant un double tapotement sur l’écran tactile, il se révèle assez imprécis dans la mesure où il faudra souvent vous y prendre à plusieurs reprises pour l’enclencher, ce qui peut être gênant en plein gunfight ! Autre petit défaut, les ennemis possèdent de sacrées armures car, faute de faire des "head-shot", vous devrez souvent leur vider un chargeur entier dans le buffet avant qu’ils ne se décident à tomber ! Magie des FPS modernes, la santé se régénère automatiquement. Vous êtes dans le rouge ? Pas de stress, il suffit de vous planquer un instant… Cela fausse complètement le challenge. Dernier point noir, les check-points sont relativement mal répartis, ce qui pourrait pour certains se révéler agaçant.

Techniquement, le jeu s’en sort avec les honneurs : La 3D est propre et les décors sont assez profonds. Le tout est fluide malgré quelques légers bugs ponctuels. On notera hélas que tous les ennemis sont identiques. D'ailleurs, leur IA est elle aussi identique et surtout très faible ! La bande son, sans être transcendante, soutient bien l’action.

Pas de miracle : les défauts de ce jeu sont finalement des défauts que l'on retrouve sur tous les FPS sur Nintendo DS. Ce genre de jeu n’est de toute façon pas fait pour une console portable.

SUPPOS : 2,5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

TEST : FUEL / PS3

Publié le par Dr Floyd

  FUEL
Support : PS3



Editeur :
Codemasters

Développeur :
Asobo


Année : 2009

Existe également sur Xbox 360 et PC



Il y a désormais vraiment le choix en matière de courses "off-road" sur next-gen, avec selon moi les chefs de file que sont Motorstorm (version complète) sur PS3 et FlatOut Ultimate Carnage sur Xbox 360. Que va apporter ce FUEL de Codemasters ? Tout simplement un gameplay totalement ouvert dans la plus grande surface de jeu jamais réalisée (record homologué dans le Guinness Book). Concept trop ambitieux pour le Studio français Asobo ou alors véritable révolution du genre ?


Dans FUEL la planète a subit les catastrophes écologiques graves que dénonçait Nicolas Hulot avec des paysages délabrés et des conditions météo dantesques, sans compter une pénurie mondiale de fuel ! Le monde réel d'ici 30 ans ? Vous jouez donc le rôle d'un Mad Max en herbe qui gaspille les derniers litres de pétrole disponibles sur Terre et participe à des courses off-roads à bord de véhicules divers et variés (buggy, moto, quad, truck, etc...).

Venons en à la spécificité du jeu : l'environnement totalement ouvert. Vous n'avez aucune obligation à suivre les routes et la carte fait tout simplement 14 000 km2 ! (120 km sur 120 km !). C'est totalement fou, j'ai testé par exemple le fait d'aller vers l'est pendant 30 minutes à fond et je n'avez parcouru qu'une infime partie de la carte !!! Elder Scroll 4 et GTA San Andreas peuvent aller se rhabiller, vous avons affaire ici à une map peut être 100x plus vaste ! On peut rêver avec de telles surfaces à une nouvelle génération de jeu, imaginez par exemple Elder Scroll 5 dans un tel environnement naturel !



Asobo n'a bien sûr pas tout dessiné "à la main" mais a mis au point un process mathématique qui génère de manière semi-aléatoire tous les décors, et de ce fait on aurait pu craindre le pire (un design et une topographie ultra répétitive). Et bien pas du tout ! Le résultat est incroyablement varié et prouve bien que la nature est avant tout mathématique : les paysages semblent naturels avec 19 types d'environnement : prairies, forets, montagnes, canyons, déserts, plages... c'est magnifique ! Enfin un vrai jeu next-gen ! Il est bien sûr possible de traverser tout le jeu sans le moindre chargement apparent (les décors se chargent pendant que vous jouez). La profondeur de champs est de plus fantastique, et on ne retrouve pas les défauts d'un Elder Scroll 4 avec la végétation qui apparaît au dernier moment. A cela s'ajoute une gestion des ombres et des lumières excellente, une végétation légèrement animée, et un cycle jour/nuit. Ça manque juste un peu de vie, mais bon : c'est l'apocalypse, ne l'oublions pas !



La structure du jeu est basée avant tout sur la contemplation. Il est possible d'aller partout et d'admirer les paysages, et à tout moment vous pouvez décider d'aller rejoindre un point sur la carte marquant une épreuve, ou alors vous pressez directement START et passez par le menu pour démarrer aussitôt une épreuve. Et des épreuves il y en a pour tous les goûts : chrono, checkpoint, course classique, course contre un hélicoptère, poursuite, elimanator... Si vous ajoutez à çà les différents types de véhicules et la possibilité de faire des courses sur route ou off-road, on a l'impression d'être dans mix de tous les jeux de courses existants : Motorstorm (le plus influant), Burnout, FlatOut, Pure, ATV Off-Road, etc... Je suis juste un peu déçu car je m'attendais à une ambiance "Paris-Dakar" avec de très longues courses à la boussole. Ici finalement les courses sont tout à fait classiques et ne se démarquent pas de la concurrence.



Le gameplay est agréable, plutôt orienté arcade mais assez technique, on se rapproche du style Motorstorm. Asobo n'a pas cédé "à la mode" des jeux de fusées : les véhicules gardent des vitesses réalistes, ce qui est appréciable dans un jeu où il faut gérer toutes les aspérités du terrain (par contre les fans de Burnout le trouveront très mou !). On regrettera juste l'absence de vue intérieure (ou une vue capot) mais surtout de vue arrière (???), ce qui est très gênant lors des courses ! Niveau IA c'est passable, il manque un peu la folie de Motorstorm et il semblerait que l'IA soit légèrement truquée sur les fins de course... A noter qu'il est possible d'activer une sorte de GPS (en plus de la carte) qui vous fléchera en permanence la route à suivre. Si les courses ne proposent rien d'extraordinaire en terme de gameplay on prend son pieds à emmener son véhicule n'importe où, à jouer avec les bosses et dénivelés, à tenter d'escalader une colline en quad : Jouer avec la nature, voilà le gros point fort de FUEL et c'est réellement fun ! Sauf que... il y a un hic...



Un sacré hic même : le framerate ! En effet la PS3 a beaucoup de mal à suivre ! En solo ça va, mais dès que vous lancez une course ou qu'il y a trop d'éléments animés à l'écran le framerate en prend un sacré coup ! On connaît les faiblesses de la PS3 : sa carte graphique médiocre et son lecteur BluRay très lent, çà se confirme à nouveau ici ! Vous sommes vraiment gênés lors de certaines courses par le framerate qui tombe parfois très très bas. Attendons de voir ce que cela va donner sur la Xbox 360. A noter que d
'autres options sont présentes, un mode online (non testé) et un éditeur de circuit plutôt sympa.


Avec FUEL le Studio Asobo a réalisé une sacrée prouesse technique : un monde ouvert de 14000km2 totalement crédible, cela ouvre des perspectives pour l'avenir du jeu vidéo. Le gameplay est quant à lui tout à fait classique, avec quelques défauts, et hélas de nombreuses chutes de framerate lors des courses, générant pas mal de frustration. Cependant rien que pour ce monde virtuel hors du commun FUEL vaut la peine d'être parcouru, pour son coté contemplatif. Quant aux fans de "liberté" et de courses off-road, ils se doivent de posséder ce jeu. Un "must-have".

SUPPOS : 5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

TEST FLASH : DEMENTIUM THE WARD / DS

Publié le par Keneda'

Dementium The Ward

Support :
Nintendo DS


Editeur :
Gamecock Media Group


Developpeur :
Renegade Kid



Année :
2009


Un Survival Horror sur Nintendo DS, voilà qui n’est pas trop le genre de la maison. C’est pourquoi ce Dementium m'a intrigué et je vous en propose donc un petit test. Et je vais vous dire une chose : il y a pire que l'hôpital du Doc !

Attaché sur un brancard, vous avez un premier aperçu effrayant de votre séjour à l'asile ! Quelques secondes plus tard vous vous retrouvez dans votre chambre, avec de charmantes traces de sang un peu partout... Vous percevez des cris inhumains. On se décide à sortir timidement de la chambre. Les couloirs sont mal éclairés, vous apercevez alors une "chose" entraîner une femme sanguinolente dans une autre pièce... Voilà pour l'ambiance.

On notera que malgré les faibles capacités 3D de la console, Dementium s’en sort plutôt bien, la pénombre aidant. On a constamment dans les oreilles des cris de douleurs, des murmures inquiétants, des hauts parleurs lançant des messages d’évacuation. L’ambiance est réussie et stressante à souhait, les effets de lumière sont bien gérés, votre lampe faiblit et les coups de feu illuminent la pièce un bref instant.



On se déplace avec une combinaison croix + stylet à la Metroid et vous passez d'un objet à un autre avec la touche R. Vaut-il mieux tenir la torche pour avoir une meilleure visibilité ou une matraque pour faire face à la moindre agression ? Le genre de question à se poser car vous ne pouvez tenir qu'un seul objet à la fois ! Les zombies sont plutôt rapides et votre santé diminue rapidement, heureusement il y a pas mal de trousses de soin (bah oui nous sommes quand même dans un hôpital !).

Il faut bien préciser que ce n'est pas un survival à la Résident Evil dans le sens où il ne vous faudra pas repasser plusieurs fois par les même lieux pour y résoudre des énigmes mais chercher à fuir l'asile dans une progression plutôt linéaire divisée en chapitres. Cela entraîne des parties plus courtes et plus intenses (et mieux adaptées à un jeu portable). Le système de sauvegarde utilise des check-points, avec une difficulté moyennement bien dosée mais quand même progressive.

Véritable survival au sens propre du terme, Dementium ne s'encombre de rien d'autre, ce qui le rend plutôt adapté à une portable. Idéal pour frissonner sous sa couette.

SUPPOS : 3,5/6
 

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Deathsmiles / Xbox 360

Publié le par Ixindamix

DEATHSMILES
Support : Xbox 360
Editeur : Cave
Développeur : Cave
Année : 2009




Cave est un développeur spécialisé dans le Danmaku (manic-shooter, Danmaku voulant dire rideau de balles) qui consacre toujours ses productions à une niche de joueurs. Un Danmaku ne peut être maîtrisé pleinement que si le joueur a pu s'exercer et concrétiser certains titres antérieurs car les nouveautés poussent toujours au "plus" : plus dur, plus de boulettes, plus de challenge... Ceci dit DeathSmiles semble changer la donne.

Première constatation : le jeu se déroule à l'horizontale et non à la verticale qui est pourtant une constante chez ce développeur. Leur seul jeu dans ce mode d'affichage/type de shoot est Progear no arashi développé en partenariat avec Capcom sur le système CPS2. Allez on appuie sur le bouton start de notre chère manette orné d'un x lumineux afin de rentrer dans les différents modes : un mode arcade classique qui se base sur la résolution d'origine de la version arcade, un mode 360 en HD, un mode 1.1 et un mode Mega Black Label téléchargeable via 1200 Points avec une difficulté accrue, un personnage en plus et un stage en bonus...



Ici pas de vaisseaux mais des personnages... des lolitas ! Les 4 personnages sélectionnables possèdent chacun une option (un "familier") qui permet de les seconder :
- Windia: un hibou,
- Casper: une chauve-souris,
- Follet: un dragon,
- Rosa: une fée.
A noter que dans la version 1.1 il est possible de contrôler votre familier via le stick droit de votre manette.



Mais qu'en est-il du scénario ? Sans intérêt, pour un shoot le scénario n'est qu'accessoire et n'est qu'un bon prétexte pour aller affronter des hordes de démons et se retrouver entres des patterns de balles labyrinthiques. L'ambiance se veut un mix de Fantazy-steampunk et de Gothique, chaque niveaux ayant sa propre thématique. On traverse successivement un port, une forêt, un volcan (de l’intérieur), un cimetière, un marécage, une ligne de chemin de fer, un canyon et enfin le château du boss final. Vous avez la possibilité dès le départ de choisir le niveau de votre choix ainsi que le degré de difficulté, de vraiment abordable pour le débutant à très difficile (bonjour les boulettes !).



Côté graphique, le jeu est très beau et très coloré avec des tons pastels et certaines couleurs acidulées. L'ambiance sonore est tantôt dynamique pour coller à l'action (en particulier lors des boss) et parfois féerique. A noter certaines partitions au clavecin et à l'orgue (marche funèbre lors du dernier boss) pour coller à l'ambiance lolita-gothique.



Mais un shoot ne serait rien sans son système de tir et de scoring ! En gros vous pouvez ici choisir la direction de votre tir : A pour le coté gauche et B pour le coté droit. Si vous laissez votre pouce sur le bouton votre tir sera plus puissant mais votre personnage sera plus lent dans ses déplacements (en gros le mode 'laser' de tous les jeux Cave). Certains ennemis lâchent des bonus qui sont représentés par des cranes ou des couronnes ; et lorsque vous obtenez 1000 de ces objets il vous suffit d'appuyer simultanément sur A et B pour entrer en Power Mode qui double vos points sur un temps limité.

Deathsmiles est un très bon shoot qui ravira autant les débutants en quête d'un manic abordable que les vétérans accro à une difficulté extrême (je n'ose pas parler du Death-Mode et des deux derniers boss, jouissifs à souhait en terme de difficulté !). Une bonne surprise qui enchantera les amateurs de shoot sur 360 (malheureusement uniquement en version japonaise pour le moment).

SUPPOS : 5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

TEST : PUNCH OUT!! / NINTENDO Wii

Publié le par Fred Dvdt

Punch Out!!
Support : Nintendo Wii


Editeur :
Nintendo

Développeur :
Nintendo


Année : 2009


Le jeu de boxe le plus fun du monde vidéoludique est de retour : "Punch Out!!" le grand classique de Nintendo revient en effet sur Wii ! D'abord sorti en Arcade, puis sur Nes et Super Nes, voila près de 15 ans que les fans du jeu de boxe 100% arcade attendent un nouvel épisode : c'est chose faite avec ce volet Wii très prometteur !


Glass Joe notre célèbre Frenchie s'en prend plein la gueule !

Première chose qui frappe : le jeu est assez agréable à regarder, on retrouve tout ce qui a fait le succès de la série : Des personnages charismatiques, des couleurs vives, de l'humour bien dosé. Pour vous donner une idée, si vous avez déjà joué aux versions Nes et Snes, cet épisode Wii est un mix de ses prédécesseurs. Le principe reste le même, on incarne Little Mac qui tente de remporter un maximum de combats pour atteindre le rang de numéro 1 mondial ! On enchaîne donc les matchs à travers différents circuits.


Tout droit arrivé de Berlin, Herr Von Kaiser!

Pour ce qui est du gameplay, on a le choix entre la Wiimote seule tenue à l'horizontale ou bien le couple Wiimote/Nunchuk.  Avec cette dernière option la prise en main est très instinctive et simple, on bouge la main droite pour donner un coup droit et la main gauche pour donner un coup gauche. Par défaut les coups sont portés au niveau du ventre, mais si vous voulez toucher votre adversaire à la tête il vous faut alors pousser le stick analogique du Nunchuk vers le haut. Il est également possible de balancer des uppercuts (que vous aurez gagné de différentes manières en fonction des adversaires) en appuyant sur A et en donnant un coup.


King Hippo aussi est de retour ! Saurez vous trouver son point faible ?

Avec la Wiimote seule à l'horizontale on retrouve les mêmes sensations que sur Nes, les vibrations en plus, les boutons 1 et 2 balancent les coups droit ou gauche, la croix directionnelle les esquives et les blocages de coups, enfin on déclenche les uppercuts avec le bouton A. A noter aussi que le jeu est compatible avec la Wii balance board, mais je n'ai pas testé cette option "casual".

Très facile à maîtriser toute la difficulté du jeu se trouve dans la façon de combattre les adversaires, il vous faudra souvent plus d'un match pour découvrir leurs points faibles. A noter que l'on retrouve pas mal de perso que l'on a déjà croisé dans les autres épisodes et que leur manière de combatte n'a pas trop évoluée. Mais c'est ce qui fait tout le charme de ce jeu, à la fois sympa à découvrir pour les novices et super addictif pour les nostalgiques.


Pour conclure, Punch Out!! sur Wii est un très bon jeu qui ravira petits et grands, casuals ou gamers de la première heure ! Ces derniers aurons la sensation de ressortir leur Nes ou Snes puisque le jeu est bourré de clins d'œil aux précédents opus, mais je vous laisse découvre tout ça !

SUPPOS : 5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

PREVIEW : STAR OCEAN THE LAST HOPE / XBOX 360

Publié le par Fred Dvdt / Dr Floyd

Nous avons pu découvrir cette semaine au Loft de Microsoft le prochain RPG de chez Square Enix : Star Ocean The Last Hope, 4eme opus de la saga. A noter que le jeu fait 3 DVD, et qu'il sera en anglais sous-titré en français. Les fans se consoleront avec la sortie d'une version collector.



Le système de jeu se révèle fort efficace, avec un système de combat en temps réel très sympa (vous dirigez totalement un de personnages de votre équipe) : habilité et stratégie seront nécessaires ! Du coté de la réalisation, c'est plutôt très joli avec certains décors sublimes, mais les personnages sont assez inexpressifs et on a l'impression de les avoir vu mille fois dans d'autres RPG ! Concernant les cinématiques, on a déjà vu mieux.



On regrettera surtout la naïveté du scénario et de la mise en scène, mais c'est le lot de tous les RPG Japonais. Si vous êtes un gros fan de science fiction mature, vous serez un peu déçu de ce point de vue. Cependant que les fans de RPG japonais soient rassurés, c'est du tout bon : système de combat bien pensé, profondeur de jeu et durée de vie qui semble énorme (40 à 50 heures).



Bref, les fans des trois premiers opus ne seront en aucun cas déçus ! Sortie prévue du jeu le vendredi 5 juin en exclusivité sur Xbox 360.

> L'avis des gamopats sur le forum

Publié dans TESTS

Partager cet article

TEST : ARKANOID LIVE / XBOX LIVE

Publié le par Dr Floyd

ARKANOID LIVE
Support : Xbox Live Arcade

Editeur :
Taito Corporation



Année : 2009


Flop ! Un nouveau classique du jeu vidéo débarque sur Xbox Live Arcade, et quel classique : Arkanoid himself, le fameux jeu de casse-brique qui nous a fait vibrer dans les années 80 en arcade ou pour d'autres barbus sur micro-ordinateur (comme la célèbre version Amstrad CPC en overscan vertical !). Quid de ce remake sur Xbox 360 ? La console est-elle assez puissance pour accueillir un tel monstre vidéoludique ?


Pour les bytos qui ne connaissent pas le principe du jeu (qu'est ce que vous faites ici ?) c'est très simple : vous dirigez une raquette de gauche à droite en bas de l'écran et devez faire rebondir une balle qui doit détruire toutes les briques à l'écran, pour passer au niveau suivant. Bref, c'est le concept de Breakout inventé en 1976 par le couple infernal Steve Wozniak/Steve Jobs (les fondateurs de Apple !) qui bossaient chez Atari en 1976. Quelques variantes viennent améliorer le gameplay de Arkanoid : des ennemis qui dévient votre balle, des bonus qui, si vous les attrapez, donnent certains pouvoirs à la raquette : tir laser, démultiplication des balles, agrandissement de la raquette, balle qui colle pour mieux viser, etc...



Le gameplay est totalement fidèle au jeu original mais quelques petits bonus apparaissent : la possibilité de jouer avec un bouclier en bas de l'ecran qui se désagrège (plutôt qu'avec 3 vies) et le jeu à plusieurs en local ou en live (avec 2 raquettes en même temps à l'écran). Arkanoid Live vous propose 60 niveaux, tous ceux de Arkanoid 1 et 2. On peut cependant voir dans le menu 'Episode 3 et 4', mai ils ne sont pas débloqués ! Et à priori il faudra repayer plus tard pour les avoir... ce qui m'agace au plus haut point !!!!

Niveau réalisation, le jeu reprend les mêmes graphismes, avec un décor de fond légèrement animé. C'est pour le moins sobre. On aurait juste aimé que soit offert en bonus un mode "évolué" avec des effets visuels délirants (comme pour Space Invaders Extreme ou Geometry Wars). Bien sûr ici pas de molette comme sur la version arcade pour diriger votre raquette, mais le pad Xbox 360 s'en sort très très bien.


C'est un réel plaisir que de retrouver Arkanoid (surtout après la désastreuse version DS), celui ci ne présente certes aucune réelle innovation, mais est très fidèle au jeu original : un gameplay simple et redoutable. Un petit jeu pour se faire plaisir entre deux blockbusters sur Xbox 360. Mais Taito s'est vraiment contenté du minimum syndical.

SUPPOS : 4/6
 

> Le test de Arkanoid sur Amstrad CPC

Publié dans TESTS

Partager cet article