1035 articles avec tests

[SPEEDTESTING] Mario Tennis Ultra Smash / Wii U

Publié le par Dr Floyd

Mario Tennis Ultra Smash
Support : Wii U
Editeur : Nintendo
Sortie : 20 novembre 2015

[SPEEDTESTING] Mario Tennis Ultra Smash / Wii U

Speedtesting après une dizaine de parties

Mario a pris du ventre ces derniers temps, il serait temps de faire à nouveau un peu de sport, et pourquoi pas du tennis, ça lui avait plutôt bien réussi en 2005 sur Gamecube avec Power Tennis. Et c'est pour vous l'espoir de nourrir notre Wii U avec un bon jeu Made in Nintendo après la disette de 2015 ! Avantage Wii U ?

Bordel de sprite, que c'était sympa Mario Power Tennis sur le Cube, c'était fun, ça défoulait, on se marrait la tronche... sur la meilleure console de tous les temps ! Avec la PC Engine.... D'ailleurs aucun jeu ne pourra jamais égaler le Final Match Tennis de la PC Engine, le meilleur jeu de tennis de tous les temps. Mais voilà, comme on a rien eu de grandiose sur Wii U en 2015 (à part un puzzle game avec Toad en début d'année suivi d'un Yoshi certes très réussi) on est en droit de rêver à un jeu de sport super fun pour Noël, genre qui manque cruellement à cette console... voire même au jeu vidéo tout entier depuis quelques années !

Et bien c'est raté, soyons cash d'entrée ! Et c'est pourtant toujours Camelot Software aux commandes... Mais ils nous proposent ici un jeu massacré... non pas que ça soit mauvais, mais on sent très bien que le jeu n'est pas terminé, où plutôt qu'il n'a pas été pensé pour en faire un titre majeur... Ultra Smash ressemble en fait à un mini-jeu à 10 boules. Pas de tournois, pas de stades délirants, pas vraiment de coups spéciaux, pas de délires visuels... RIEN !

[SPEEDTESTING] Mario Tennis Ultra Smash / Wii U
[SPEEDTESTING] Mario Tennis Ultra Smash / Wii U

Un seul stade (!!! avec changements de surface tout de même), des personnages qui jouent tous de la même façon, un ultra smash unique avec toujours la même animation, un grossissement des personnages ridicule et sans intérêt niveau gameplay. Et drame absolu, le reprise des erreurs de la version 3DS avec des zones colorées où il faut reproduire la bonne frappe... c'est tout sauf fun ! C'est plat, on se fait chier... sans compter que les balles ne sortent jamais et ne touchent jamais le filet. Bon ok ce n'est pas nouveau, mais c'est assez ridicule... Ce n'est plus du tennis mais du Pong. Tiens, j'ai une soudaine envie de ressortir ma console Hanimex... sauf que c'est chiant avec sa prise antenne, y avait pas le HDMI en 1979.

Seul intérêt du jeu, y jouer à 2 en local.... ou en ligne, mais on ne peut même pas contre des amis (matchs aléatoires). Ou alors c'est intéressant éventuellement pour les jeunes enfants qui découvrent... ça fonctionne bien en appuyant sur n'importe quel bouton, ça défoule quelques minutes... Bon voilà, en fait à prix très réduit en téléchargement, ou intégré dans un jeu multi-épreuves, ça aurait été un bon petit jeu, avec une réalisation ultra fluide de qualité (mais très peu détaillée)... Mais là à 35 boules il faut vraiment être un gros fan de Nintendo pour adhérer.

On a bien compris ce qu'a voulu faire Nintendo avec Ultra Smash : sortir un jeu très rapidement pour la fin d'année afin de combler le vide intersidéral (qui va perdurer jusque la NX)... un jeu réduit à son strict minimum, sans aucune réflexion, fait à la va-vite, en assurant juste un aspect visuel de qualité, comme toujours chez Nintendo, mais rien de plus. Et oui, c'était mieux avant. Nintendo joue quand même à un jeu dangereux en massacrant ses licences pour faire du remplissage... Il ne faudrait pas se mettre encore plus de fans à dos avant la prochaine console. Un jeu a conseiller d'occas' pour vos enfants qui n'ont pas connu la Gamecube. Moi je retourne sur ma PC Engine, voire sur la console Haminex... Je crois même que j'ai une console Pong de marque Seb. Et Seb c'est bien.

SUPPOS : 2/6

Publié dans TESTS, UNE

Partager cet article

[CONTRE-AVIS] Portal 2

Publié le par FK-Corporation

PORTAL 2
Support : PC, MAC, PS3 et 360
Développeur : Valve
Editeur : Valve
Sortie : 21 Avril 2011

[CONTRE-AVIS] Portal 2

Il y a quelques semaines je suis tombé sur une aberration du monde moderne, le test flash du Doc de Portal 2... http://gamopat.com/article-test-portal-2-ps3-74698529.html. J'ai cru avoir une attaque en lisant cela car ne même pas mettre la moyenne a un de mes jeux préférés sur old-gen était juste insoutenable. Je ne remets pas en cause tes gouts Doc mais je me dois de rétablir certaines vérités !

Portal 2 est un jeu intelligent développé par des gens intelligents. On est à des années lumières des FPS bourrins sans cervelle, ici tout est dans la réflexion. Réflexion tant au niveau des casses-têtes que de la compréhension du scénario.

Le début du jeu nous plonge directement dans l'ambiance. Notre personnage se réveille après plusieurs années de sommeil dans une chambre d'hôtel. Cette chambre est en réalité une cellule de confinement pour humains. L'humour est omniprésent dès les premières secondes, on comprend dès lors que les IA prennent les humains pour des débiles et qu'une bonne partie des vannes, parfois très subtiles serviront à se moquer de nous.

[CONTRE-AVIS] Portal 2

Il faut être conscient du voyage que vous allez subir et les informations sur le scénario seront livrées au compte gouttes. Personnellement, le scénario est tellement bien fichu et bien amené que j'ai eu ce besoin de finir le jeu et de comprendre toutes les subtilités qui l'entourait. Portal 2 ne s'apprivoise pas facilement, il faut accepter de plonger totalement dans cet univers totalement loufoque et inventif qu'à conçu Valve. Dans ma vie, j'ai rarement été autant happé par l'ambiance d'un jeu et une qualité d'écriture comme cela ne se fait plus aujourd'hui.

Alors concrètement, en quoi consiste le système de jeu de Portal 2 ?

[CONTRE-AVIS] Portal 2

Un laser, deux types de portails, orange et bleu. Il faudra donc passer d'un point A à un point B grâce à cela. C'est totalement ingénieux et bonjour les crises de nerfs lors du premier run. Néanmoins on ressent un sentiment de fierté à chaque fois que l'on progresse dans cet l'univers à l'architecture surréaliste.

Durant le jeu, nous serons accompagné de Wheatley, le petit robot débile mais très drôle et du grand méchant, Glados. Glados était déjà le robot qui méprisait les humains dans le 1er Portal et une centaine d'années après votre première confrontation, elle sera toujours très remontée contre vous au point de vouloir vous faire passer des test durant votre existence entière.

Un des points forts de Portal 2 est d'avoir su renouveler les environnements. J'ai en tête l'ambiance envoutante et onirique qui émane du laboratoire d'Apertures Sciences entre le chapitre 5 et 7. Les enregistrements audio du fondateur d'Aperture Science, Cave Johnson sont un petit bijou d'écriture. A la fois drôle, subtil, et parfois triste, on se doit de tirer notre chapeau à Valve d'avoir su créer un univers aussi abouti que celui de Portal. Johnson devient au fur et à mesure des messages de plus en plus dérangé et instable alors que son entreprise perdait argent et prestige à cause de l'espionnage industriel de Black Mesa, la société de Half-Life. Il est d'ailleurs mort empoisonné par de la poussière de lune.

Un level design comme celui-ci, cela me fait fondre littéralement. Je ne m'attarde jamais réellement sur les décors d'un jeu mais là, on atteint des sommets en terme de design et d'ambiance.

[CONTRE-AVIS] Portal 2

i-je besoin de mentionner l'OST composée principalement d'électro pour rajouter à l'immersion ? Portal 2 fait très fort, les musiques sont tantôt posées, oniriques, mélodiques et parfois péchues, énergiques et entrainantes. Il ne faut pas oublier de mentionner que la VF est de très très bonne facture, cela est assez rare pour ne pas passer à coté.

Pour couronner le tout, Portal 2 dispose d'un mode coop. Ce mode se passe chronologiquement après le mode solo, il faut donc prendre les choses dans l'ordre. Le mode de jeu est le même sauf qu'au lieu d'avoir 2 portails, on peut en avoir 4, multipliant le nombre de possibilités !

[CONTRE-AVIS] Portal 2

Vous aimez les jeux intelligents qui vous transporte dans un univers totalement déjanté , vous aimez les casses-têtes, les ambiances technologiques, la musique électro ? Vous aimez réfléchir et ressentir un sentiment de fierté à chaque fois que vous allez avancer dans le jeu ? Portal 2 est fait pour vous ! Très rare sont les jeux actuellement à réussir à nous plonger de manière vertigineuse dans les bas-fonds de la réflexion. Portal 2 est un bijou tant en terme de level design que d'ambiance. Il propose une durée de vie plus que correcte en solo et d'un mode coop encore plus poussé qui viendra vous amusez pendant de longues heures. Portal 2 est un jeu qui vous bonifie intellectuellement, reste à savoir si vous aimez réfléchir en jouant ou non.

SUPPOS : 6/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[LES DIXLIGNES] WRC 5 / Xbox One

Publié le par Dr Floyd

WRC 5
Support : Xbox One

Existe également sur PS4, PC, X360, PS3, Vita
Editeur : Big Ben
Développeur : Kykotonn
Sortie : 9 octobre 2015

[LES DIXLIGNES] WRC 5 / Xbox One

Testé avec le support de Gamoniac

Le duo Big Ben&Milestone n'aura produit que des daubes. Le passage de WRC chez les français de Kylotonn ne change pas grand chose. Pourtant il y a de quoi faire : tout le contenu WRC officiel, 13 environnements, 300km de pistes (ce ne sont pas les vrais tracés), un gameplay de bon niveau, le tout avec une physique correcte malgré quelques bugs. Time scoring, jeu en local (chacun son tour) ou online, il y a de quoi s'amuser malgré l'austérité de ce sport. Mais où ça cloche ? Dans le rendu graphique, le framerate est pourri, pas tant en terme d'images/sec, mais plutôt en terme de sensations visuelles de saccades. En gros le moteur 3D est mauvais. Et dans un jeu de rallye, où on est seul en piste, sans trop d'animations autour, le rendu est primordial, on veut que le jeu exploite notre matos. Et là ce n'est pas du tout le cas. A tester, si l'aspect graphique ne vous rebute pas. Le drame ? C'est que le studio bosse sur FlatOut 4...

[LES DIXLIGNES] WRC 5 / Xbox One

SUPPOS : 2,5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Publié le par Loneken

FALLOUT 4
Support : PS4

Existe également sur XOne, PC
Editeur : Bethesda Softworks
Sortie :
10 novembre 2015

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Commencer un Fallout, c’est dire adieu à toutes distractions et renoncer à la plupart des activités quotidiennes considérées par vos semblables comme saines et normales.
Pour vous donner un exemple, j’ai fait tous les Fallout plusieurs fois, avec ou sans mods, avec ou sans PNO et chacun des épisodes totalisent plusieurs centaines d’heures de jeu. (ce que personne ici ne fera jamais sur un Galaga… Hein Doc…?)

Pour commencer on va tordre le cou au "bashing" ambiant

Un bashing institué par quelques rares sites français (toujours à contre-courant pour essayer de se démarquer en surjouant l’attitude blasé) dont beaucoup de kékés influençables ont repris les cris d’orfraie sans savoir de quoi ils parlent, sans avoir le recul contextuel ni même avoir joué au jeu (ou si peu).

On a entendu des désespérés hurler que le jeu ne permettait plus de jouer les parfaites ordures (sous-entendu : le RP et l’écriture seraient bridés et édulcorés) et citer en ex Fallout 2 avec sa fameuse femme avec qui on pouvait se marier et revendre comme esclave ou prostituer de force pour notre compte et lui faire faire du porno qu’on pouvait nous même pratiquer ce qui déclenchait un perk… (déjà ce genre de chose était devenu très limité, voir aboli, avec les épisodes dit moderne en 3D et multiplateforme plus ouvert au grand public et donc plus édulcoré par rapport au rpg de niche qu’étaient les deux premiers opus exclusifs au PC. Ce n’est donc pas imputable à Fallout 4 en lui-même mais à l’orientation générale prise pour les Fallout moderne destinés non plus au seul public PC mais également au public console).

Mais juger du propos général, de la valeur du contenu et de la teneur en maturité moyenne d’un rpg parce qu’on ne peut pas égorger des enfants ou crever les yeux des bébés chat ne m’apparait pas être un critère de jugement recevable et encore moins une finalité permettant de décréter qu’un jeu est mauvais et mal écrit dans son ensemble sous prétexte qu’on ne peut pas forcément y perpétrer les pires saloperies.

N’ayez pas peur il y a beaucoup de chose ambivalente et de zone grise ainsi que des lignes jaune qui n’attendent que d’être franchies dans Fallout 4, toujours dans la grande tradition de la série qui sera toujours plus mature et adulte dans ses propos et ses quêtes que l’immense majorité des rpg actuels. Mais si vous êtes venu chercher un simulateur de Nazis vous vous êtes effectivement gouré et vous n’avez rien compris à l’univers des Fallout.

Fallout 1, 2 et 3... on retourne en plein holocauste nucléaire ?Fallout 1, 2 et 3... on retourne en plein holocauste nucléaire ?Fallout 1, 2 et 3... on retourne en plein holocauste nucléaire ?

Fallout 1, 2 et 3... on retourne en plein holocauste nucléaire ?

Vous pourrez néanmoins toujours choisir de prendre parti ou non pour une cause, un individu ou une faction entière aux dépends des autres ou garder votre indépendance. Vous pourrez toujours défendre ou exploiter un tiers, le voler, l’escroquer, le tuer ou vous retourner contre lui après une longue période de double jeu comme dans tous les Fallout et c’est bien suffisant en termes de possibilité. (combien de rpg s’arrête seulement à : Bonjour tu peux m’aider ? Oui, Non, Pas tout de suite… Et tant que vous ne dite pas oui le jeu entier ou la quête n’avance pas. Une habitude typique des J-RPG par ex).

Dans un Fallout en revanche, chaque partie peut être totalement différente selon vos allégeances, vos choix, votre build et vos activités annexes et vous pouvez totalement snober pour un long moment l’intrigue principale tout en continuant de peser sur le monde riche et vaste qui s’ouvre devant vous avant d’y revenir.

Fallout 4 est un jeu résolument moderne au sens grand public et conçu et optimisé pour les consoles (ce qui n’était pas le cas des deux premiers opus) avec un tel cahier des charges et même si il s’adresse à un certain type de public avec son macaron 18+, il n’en reste pas moins un jeu destiné à être plus simple et à accrocher les masses. (le jeu vidéo coute cher et un AAA s’adresse à un public large pour retomber sur ses pieds financièrement).

On a aussi entendu des kékés critiquer le scénar principal et particulièrement le début ! (ici même d’ailleurs). Alors là on va rentrer dans le jeu en lui-même et parler du Lore et de son univers. Pas de spoil, rassurez-vous, c’est juste le pitch de départ mille fois vu et connu sur les vidéos officielles mais commenté avec le contexte. Fallout 4 débute quelques instants avant la grande guerre et l’holocauste nucléaire (bien avant les évènements de Fallout 1) c’est les premières frappes l’instant 0 !

(Entre parenthèses)

Pour les total néophytes de la licence, il faut avoir un peu de culture américaine pour comprendre l’atmosphère et l’esprit dans laquelle s’inscrit et s’est nourri l’univers des Fallout et l’influence et les parallèles qui ont pesé sur la métahistoire.

Dans les années 50, vainqueur de la seconde guerre mondiale, les USA sont devenu une super puissance majeure en plein age d’or (cf vos cours d’histoire à l’école) détentrice de la technologie nucléaire, d’un certain art de vivre (l’american way of life) et où tout est possible (la conquête spatiale, les robots, les lasers, la micro-électronique, l’informatique, internet etc…) toutes ces choses deviendront tangible dès les années 60 !

En totale opposition idéologique avec les mœurs et la mentalité communiste du bloc de l’Est, il s’en suivra une compétition militaire et technologique à couteaux tirés (la guerre froide) qui verra la prolifération des armements nucléaire.

De cette époque une paranoïa généralisé et ouvertement et violemment anticommuniste (le maccarthysme) ne cessera d’alimenter les peurs primaires américaine et particulièrement celle d’un risque de guerre nucléaire qui ne laisserait, en cas d’attaque, aucun vainqueur ni survivant et mettrait fin à jamais à son mode de vie… On construit alors à tour de bras des Bunkers anti atomique partout sur le territoire, pour les V.I.P, les membres gouvernementaux, les militaires, les scientifiques et jusqu’au fermier moyen dans le trou du cul du Middle West qui construit lui-même son propre abri artisanal, chacun vivant avec la peur et son abri (plus ou moins sophistiqué), ses provisions et ses armes à portée de main espérant qu’il survivra en cas de fin du monde.

Les Fallout justement reprennent en partie cette atmosphère historique si particulière, ainsi que l’esprit de l’époque (fifties/sixties) au sein de leurs jeux en changeant les dates (2077), les faits (l’histoire pré-guerre nucléaire dans les Fallout est assez complexe et étendue tout en étant différente de l’histoire américaine et je vous recommande d’aller lire un wiki récapitulatif pour tout comprendre) et en changeant enfin les protagonistes (ce sont les chinois qui attaquent les USA dans les Fallout entrainant les répliques de tous les autres)

Dans l’histoire des Fallout, c’est la société Vault-tec corporation (en partenariat avec RobCo industries) qui a remporté le contrat de construction des abris anti-nucléaire pour l’état, le programme SafeHouse.

Mais ce que tout le monde ne sait pas c’est que chaque abri sert en réalité de lieu d’expérimentation diverses et variés (comportemental, psychologique, sociologique, scientifique, technologique etc…) le plus souvent à l’insu des habitants de l’abri eux-mêmes qui servent de cobaye malgré eux et parfois même à l’insu du superviseur.

Il arrive bien souvent que les expériences produites dans un abri soient funeste pour ses habitants entrainant des conséquences catastrophiques qui font le sel du jeu à travers la série lorsque votre perso en découvre un et qu’il cherche à comprendre ce qui s’est passé dans tel ou tel abri.


Et c’est ici que tout débute pour vous

Dans l’abri 111 rejoint en catastrophe sans avoir eu le temps de prendre ou faire quoi que ce soit, échappant à la panique générale et ne pouvant rien faire pour les malheureux qui n’ont pas été sélectionné pour avoir la chance comme vous de réchapper aux premières frappes nucléaires.

A peine descendu avec votre conjoint et votre enfant dans les bras on vous dirige immédiatement dans une chambre de décontamination qui s’avère être en réalité une nouvelle expérience de Vault-tec et vous êtes cryogénisé à votre insu attendant de vous réveiller… 200 ans plus tard… soit à l’époque de Fallout 3 (2277).

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)
[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Fallout 4 est donc la suite directe du 3.

D’ailleurs, déjà dans le jeu Fallout 3 en allant à Rivet city (le porte avion transformé en ville flottante) en se baladant près des labos du porte avion on tombait sur le docteur Zimmer qui nous confiait une quête. Il se réclamait d’appartenir à un groupe de scientifique appelé L’Institut et était en recherche d’un androïde disparu (ou plutôt évadé) tellement sophistiqué qu’il pouvait aisément se faire passer pour un humain (avec de la peau, du sang, la capacité de digérer, de simuler la respiration humaine etc…) que cet androïde avait probablement fait refaire son visage et effacer sa mémoire pour plus de sécurité afin d’échapper à ses poursuivants, il n’avait donc probablement même pas conscience d’être un robot !

Je m’arrête ici pour ne pas spoiler la quête qui est très intéressante et très bien amené (beaucoup de référence à Blade Runner au passage) pour ceux qui ne l’on pas faite et souhaiterait se mettre ou refaire Fallout 3 (crevant au passage cette légende qui veut que Fallout 3 ne soit pas très bien écrit, le même reproche d’ailleurs que l’on entend sur Fallout 4).

C’est donc dès Fallout 3 qu’on entend parler de L’Institut et des Synth (diminutif pour synthétique) qui vont prendre une part très importante dans la métahistoire de Fallout 4. Tout cela permet donc d’affirmer que rien n’est dû au hasard et que le début du jeu et l’écriture générale de Fallout 4 s’inscrit en droite ligne et en totale cohérence avec son prédécesseur canonique et les usages de l’univers de la licence.

Non, le coup de la cryogénisation n’est pas un Deus ex machina bancale sorti du chapeau pour scénariste fatigué mais bien une expérience sordide à la Vault-tec, parfaitement crédible dans son contexte et justifié avec l’univers des Fallout. Je trouve d’ailleurs toute l’intro particulièrement réussie personnellement (comme quoi les gouts et les couleurs…).

Non, l’écriture générale n’est pas moisie sous prétexte qu’on ne peut pas arracher la tête d’une gamine et lui chier dans le cou ni aller aux putes toutes les 5mn ! (houlala je suis très méchant et les méchants doivent faire ça pour prouver qu’ils le sont vraiment… so RP !!!)

Etre mature ou avoir la possibilité d’incarner un personnage mauvais ne se résume pas forcément à perpétrer les pires atrocités ni laisser libre court à toutes les déviances. (et rassurez-vous, vous pourrez toujours incarner un cannibale dans Fallout 4)

Maintenant que tout ça est fait, passons au jeu en lui-même.

(pour ma part j’ai une version PS4 payé 47.90€ à carrefour et j’approche doucement des 35h de jeu).

Les Fallout sont des jeux qui n’ont jamais eu la prétention d’être des démos ou des références techniques ni d’avoir la beauté ou des effets ultra moderne et sophistiqué qui laisse sur le cul. Ce n’est ni le but du jeu ni sa marque de fabrique. Bien au contraire, la série a toujours été réputée pour sa technique assez faible voire carrément médiocre et ses textures assez pauvres mais donc capable de tourner sur n’importe quelle config modeste et sur les consoles.

(Pour les friands d’étincelle dans les mirettes mieux vaut vous tourner vers the Order 1886 ou Witcher 3 car Fallout 4 n’a pas la prétention d’être une référence technique et ne concours pas pour le prix du plus beau jeu de la gen et ce n’est pas ce qu’on lui demande).

Cependant, j’ose !

Fallout 4 est le plus abouti visuellement, le plus beau, le plus technique, le plus complet, le plus riche en effet graphique, le mieux animé et le mieux doublé de toute l’histoire de la série!

Et tout cela en conservant et accentuant ses codes esthétiques et sa direction artistique chers à la licence, ses teintes et son ambiance rétro futuriste inimitable qui font son succès et celui de son univers.

La qualité et le niveau de ses textures ont largement progressé, son framerate est bien suffisant malgré des chutes lorsque que vous êtes dans des grandes villes, ou lors d’affrontement avec beaucoup de personnage et d’effet (laser, explosion, inflammation…) cela va s’en dire, mais c’est globalement plus que correct pour du Fallout et du jamais vu dans la série.

Y’a jamais eu autant de chose à l’écran, ni autant d’animations, c’est riche, c’est vaste, c’est varié, c’est vivant... Le moteur graphique a considérablement évolué et apporte un certain cachet à cet épisode, personne ne peut dire le contraire et pour s’en convaincre il suffit de relancer F3 et FNV et de les comparer avec F4. L’évidence saute aux yeux.

Enfin une esthétique à la hauteur de son univers, enfin un level design qui lui rend justice.

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Car les précédent Fallout moderne (F3 et New Vegas) étaient assez vides et multipliaient les longues zones inutilement vastes, mal texturées et peu remplies pour donner l’illusion du gigantisme de la map. Ici en revanche tout est fait pour vous offrir en permanence quelque chose à faire, à explorer, à rencontrer, à découvrir, à qui se confronter… c’est bien mieux construit, bien mieux rempli et assez réaliste et cohérent pour un open world post apo qui prend pied dans un environnement plus urbain et plus peuplé (le Massachusetts n’est pas le Mojave) et les dévs ont bien réussi à nous montrer la différence et remplir correctement et intelligemment la map du jeu.

La D.A rétro-futuriste de la licence n’a jamais été autant réussie. Pour résumer, Fallout n’a jamais été autant Fallout que dans Fallout 4 ! Les Fallout ont toujours eu des persos, créatures, robots, animaux assez rigides et assez peu réaliste visuellement (balai dans le cul, expressions faciales limitées, animation très sommaire etc…) ici c’est pas le Pérou comparé à d’autres titres AAA spécialisés bien sûr mais l’effort est louable, le jeu est clairement monté en gamme, le saut qualitatif est manifeste et participe de beaucoup à l’immersion.

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Exemple : au cours de ma partie et ma première rencontre avec des goules

Visitant un magasin jonché de cadavre je marche tranquillement furetant à droite et à gauche pour looter quelques expédients lorsque les cadavres commence à se lever et m’attaquer, il s’agissait en fait de goules sauvages essayant de piéger les prospecteurs en imitant les morts attendant que quelqu’un passe à leur côté.

Les goules sauvages sont devenues beaucoup plus véloce, mieux animées et plus flippante qu’auparavant (et le jeu affiche et gère beaucoup plus d’ennemis à la fois) elles courent, bondissent et se jettent sur vous comme pour vous plaquer au sol, bras en avant, essayant de vous mordre et vous frapper. J’en coupe une littéralement en deux avec mon arme, et à ma grande surprise la goule continue de ramper au sol vers moi avec la moitié de son corps restant à la force de ses bras pour continuer de m’agresser! (comme le Terminator à la fin du film qui essaye encore malgré ses dommages de tuer Sarah dans la presse hydraulique) J’ai failli crouler sous le nombre et j’étais pourtant bien armé.

Les goules de F4 n’ont plus rien à voir avec celles autrefois facile et basique qu’on rencontrait dans F3 et FNV. Ma première sueur froide du jeu et une sacrée entrée en matière !

Notez que là encore F4 améliore le system de localisation des dégâts et la capacité de démembrements par rapport aux épisodes précédents avec de réelles conséquences tactiques.
Les pièges également, grande constante des Fallout, souvent grossier dans F3 et FNV (la mine posée en évidence en plein milieu du passage ou le fil reliant un fusil posé sur la table qui crève les yeux juste devant l’ordinateur que vous voulez consulter)

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Et bien là aussi j’ai des anecdotes intéressantes durant les premières heures de F4

Pénétrant dans une maison abandonnée en pleine cambrousse, boum, mon perso crève dans une belle explosion. La mine était bien là mais pas posée comme une conne devant l’entrée de la porte, mais bien cachée sur le côté de l’entrée à l’intérieur de la maison, totalement invisible pour qui veut entrer dans la bâtisse par l’encadrement de la porte. Il fallait nécessairement entrer en position d’infiltration, de biais pour checker l’intérieur immédiat et désamorcer dans la seconde ou vous franchissez le seuil. Sinon c’était la mort…

Une Brahmine crevée sur le bord de la route, un loot facile pour le cuir… Approchant sans méfiance boum, nouvelle mort de mon perso. Encore une fois les mines n’étaient pas posées connement en évidence devant la bête mais derrière, presque sous elle et invisible pour qui ne fait pas le tour de la carcasse selon l’angle vers lequel vous arriviez.

Les devs nous prennent pas pour des cons et ça démontre un soin particulier dans le level design et la mise en situation devenue plus intelligente. J’ai aussi l’impression que certains pièges sont aléatoires car d’une recharge de Save à l’autre je n’ai pas toujours eu les pièges aux mêmes endroits au cours de mes voyages. C’est très étrange et ça maintient sur le qui-vive! (gaffe aux mines sournoise posées sous les bagnoles! J’en ai rencontré).

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Je rencontre aussi parfois des persos aléatoires pour un truc ponctuel (par ex un type qui se précipite sur moi et réclame mon aide car il est poursuivi et quelques seconde après une meute de monstre arrivent à sa suite, une fois débarrassé des bestioles importunes le mec me remercie et me gratifie d’une somme d’argent puis reprend son chemins comme si de rien n’était). Même quand tout semble calme et que vous êtes loin de toute source de problème potentiel immédiate le jeu arrive à vous surprendre et vous solliciter en permanence.

Ce qui montre qu’en plus des quêtes habituelles (scénario principal, quêtes de Faction, quêtes secondaires, quêtes de compagnons…) il y a également des quêtes et des évènements aléatoires.

Autre exemple d’ambiance et d’atmosphère dans Fallout 4 : Le temps et la météo sont dynamique avec alternance des cycles jour/nuit. En plein voyage je vois le ciel jaunir et se couvrir, la pluie survient, inhabituelle, radioactive au milieu des éclairs d’orage… Je cours pour me mettre à l’abri dans un bâtiment le temps d’échapper aux radiations charriées par la pluie et de laisser passer l’orage… (et je repense ému à mes heures de jeu sur les STALKER, une autre grande licence conspuée par certains pour sa technique bancale elle aussi et ses colonies de bugs mais tellement réussie en matière d’ambiance, d’immersion, de richesse et de gameplay tout comme Fallout 4).

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Le jeu recèle aussi des mécanismes très intéressants.

Vos compagnons ont leur propre vie et ils s’arrêteront parfois pour discuter avec des connaissances (déclenchant parfois des quêtes), ne resteront pas bêtement debout à côtés de vous et iront interagir avec des PNJ ou du mobilier. Ils vous feront souvent part de leur réflexion, des dangers qu’ils détectent et auront souvent une opinion sur vos agissements et vos prises de décision avec des conséquences lourdes à la clef. (voler, escroquer, assassiner froidement des PNJ innocents devant un compagnon idéaliste à la nature pacifique est une très mauvaise idée)

Chaque compagnons a ses préférences avec des comportements qu’il aime ou qu’il déteste (à vous de découvrir lequel d'entre eux convient le mieux à votre style de jeu et votre mentalité).
Bien sûr il est possible de se faire accompagner par des compagnons plus ou moins neutre qui se foutent de vos agissements en bien comme en mal et le jeu vous laisse aussi le choix de parcourir le monde en solitaire avec des perks associés pour compenser le désavantage d’être seul (mais en ce cas, dommage de se couper d’une partie des quêtes spécifiques des compagnons dont certains sont particulièrement intéressants et fouillés pour peu qu’on ne s’arrête pas à la rencontre et aux premières impressions et qu’on pousse leurs interactions plus avant et sur la durée).

Les romances sont possible et débloque des bonus divers (bonus d’XP, bonus de défense ou d’attaque, résistance aux radiations, aide au piratage, soins pendant un combat etc…) Sachez choyer vos équipiers et parlez leur fréquemment non seulement pour faire évoluer vos relations mais également pour recevoir des cadeaux (la plupart du temps des consommables).

Les compagnons ont également des spécialités plus ou moins utiles et immersives (le chien par ex dont le flair permet dénicher des trésors bien caché et à qui vous pouvez demander de rapporter des trouvailles). Vos compagnons peuvent revêtir des Armures assistées tout comme vous (il suffit de leur parler et désigner l’armure via la commande d’action pour qu’il rentre dedans, une fois à l’intérieur il suffit de leur parler et de leur demander d’en sortir tout aussi facilement). Vous pouvez bien sûr les équiper comme vous voulez (arme et armure), pensez à les forcer à s'équiper du matériel que vous leur confiez avec la touche triangle.

Beaucoup de PNJ parlent entre eux et les écouter conduit à enclencher quelque chose ou découvrir de nouvelles destinations… Soyez à l’affut de rumeurs et de ce qui se passent dans les environs partout où vous allez.

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Le "Housing", grande première pour la licence.

Très vite vous allez délivrer un groupe d’une des factions principales du jeu, voulant s’établir et prospérer dans votre ancien lotissement. Votre première colonie vous octroiera un lieu dans lequel vous pouvez revenir, stocker votre matos, crafter et surtout gérer votre petite communauté avec ses besoins et ses exigences. Elle reste fragile et plus elle prospère plus elle attire les convoitises et il faudra aussi la défendre.

Au fur et à mesure du jeu vous en rencontrerez d’autres qu’il faudra aussi gérer. (ça reste facultatif pour ceux qui ne veulent pas se perdre dans ce type de gestion, de gameplay et de construction, mais c’est un véritable jeu dans le jeu pour ceux que ça tente). Vous aurez aussi la possibilité d'acquérir des repaires, maisons etc.. par différents moyens qui seront eux aussi customisable une fois acquis.

Près d’une colonie ou dans un de vos repaires (et près des établis de construction) il suffit de rester appuyer sur le pavé tactile pour faire apparaitre un menu spécifique et recycler tout ce que vous voyez (pneu, carcasse de bagnole, maison entière écroulé, souche d’arbre, chiotte, structure, panneau, mobilier etc…) qui ira rejoindre votre pool de matière première (bois, acier, béton, cuir, composant…) qui permettront de construire n’importe quoi dans la zone immédiate de votre colonie.

Par exemple des structures, des défenses, des éléments, des ateliers, des boutiques, du mobilier, des maisons entières si vous voulez, qui n’auront que les limites de votre imagination et celle de vos matières premières. Et cela servira aussi votre craft personnel.

Penser à recycler tout votre bric à brac car tout est utile (verre, aluminium, vis, cuir, colle, produit chimique etc…) ramener tout ce que vous trouvez (grille-pain, ventilo, plateau repas, bidon…) durant vos voyages ça servira bien un jour et le menu vous montre ce que va rapporter en terme d’élément et de matière première la moindre bricole que vous voulez recycler.

Parfois il vaut mieux conserver et stocker un certain nombre de loot plutôt que les revendre car ils généreront des matières premières essentielles et rares pour fabriquer ou modifier des éléments avancés. Vous pouvez stocker n’importe quoi dans les conteneurs ou l’atelier de vos communautés ou de vos repaires officiels. (fabriquez-vous des coffres, étagères, des caisses de rangement et autres mobilier au besoin)

Un bon coin réunissant divers établis de craft, une cuisine, divers conteneurs, un lit, un jardin cultivé et toutes les commodités utiles et pratiques dans un seul lieu qui vous servira de base de repos et d’atelier de confection sera idéal et très pratique. Si un élément existe déjà mais est mal placé vous pouvez le déplacer pour le rapprocher de votre installation principale et agencer votre petit repaire comme vous voulez. (comme rapprocher un établi particulier situé à l’autre bout du camp près de votre coin personnel où vous avez déjà installé tous les autres, ce qui économisera les ressources et évitera d’avoir à en reconstruire un).

Car Fallout 4 révolutionne le craft de la série en vous permettant de tout customiser de manière complète et utile.

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Opération Pimp my gun

Florilège :

- Les armes : vous pouvez modifier chaque partie de votre arme individuellement désormais (canon, culasse, crosse/poignée, viseur, chargeur, bouche de canon…) améliorant ainsi les dégâts, la portée, la cadence de tir, la quantité de munition, le type de munition (si vous avez beaucoup de balle de .45 et peu de balle de .308 recalibrez votre arme fétiche de calibre .308 en calibre .45) mais vous pouvez aussi ajouter un silencieux ou une baïonnette (car les armes à feu ont une touche secondaire pour frapper au càc et il y a même des perk améliorant votre capacité de combat dans ce style) vous pouvez adapter des matériaux légers pour baisser le poids général de votre arme et choisir différent type de viseur et de lunette de précision.

Chaque modification entraine des conséquences sur les autres facteurs. La variété des armes et de leurs possibilités de personnalisation est tout simplement incroyable et jouissive.

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

- Les armures (conventionnelles) : Chaque type d’armure se sépare désormais en plusieurs parties toutes indépendante (jambe G/D, bras G/D, casque, plastron, vêtement) Chaque élément est indépendant et modifiable à volonté. De plus l’augmentation de sa robustesse avec des matériaux entraine forcément une meilleure protection mais vous pouvez aussi inclure des améliorations particulières (des poches qui vont améliorer votre capacité de charge max, une réduction de poids des éléments de votre armure, l’amélioration des effets des drogues, l’amélioration de la discrétion, une plus grande quantité et une meilleure récupération des P.A, l’augmentation d’une caractéristique primaire comme la force ou le charisme, améliorer la résistance aux radiations ou aux armes à énergie, réduire les dommage dues aux explosions ou au feu etc…)

Pensez à améliorer aussi votre tenue de base (tenue d’abris, de voyage etc…) que vous portez avec votre armure de cuir, de métal etc…

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

- Les armures assistées (AA) : elles sont encore plus personnalisable que les armures conventionnelles avec trois modifications possibles par élément et des modules spécifiques qui leur sont réservées. (jetpack, auto stealth boy dès que vous entrez en mode discrétion, auto stimpack en cas de blessure grave…) et tout un tas de chose comme un meilleur faisceau de lumière pour votre torche de casque, des peinture spécifique qui améliore les caractéristiques primaire ou qui booste les résistances particulière ou encore une augmentation significative des points de santé etc…

Les AA nécessitent un établi particulier différent de celui des armures conventionnelles pour être modifiée, améliorée et avoir la capacité d’en changer les pièces. Mais tous les établis (armes, chimie, armure, établi pour AA, cuisine, établi de construction…) se trouvent un peu partout dans le monde et pas seulement dans les villes ce qui vous permettra de réparer votre AA en cas de lourd dommage et modifier votre équipement au cours de vos voyages et explorations pour peu que vous ayez ce qu’il faut dans votre sac.

Les établis permettent aussi de recycler votre loot qui deviendra forcément encombrant avec le temps, pensez à les utiliser pour vous alléger (vos compagnon, animaux compris, peuvent également vous servir de mule) sinon retour à la colonie du début ou un de vos repaires qui contient déjà tout ce dont vous avez besoin pour bricoler, transformer et recycler.

Il n’y a pas besoin de réparer les armes ni les armures conventionnelles mais l’AA en revanche nécessite des matières premières pour être réparée. (si une pièce d'AA refuse d'être posée sur l'exosquelette c'est qu'elle est probablement endommagée, réparez la avant toute chose sur l'établi pour AA). Vous pouvez voir les pièces de votre armure disparaitre au fur et à mesure qu'elle prend des dégâts dénudant l'AA et laissant apparaître l'exosquelette.

En tout cas c’est un sacré bon point en termes de personnalisation et de customisation. (pensez à développer et mettre quelques points dans les perks adéquates : fana d’arme, armurier, forge, scientifique) histoire d’avoir accès aux modifications avancées et élargir vos choix.

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

D’ailleurs il n’y a pas que les flingues et les armures dans la vie. Le craft des drogues, de la bouffe et des divers objets utile (stimpack, radaway, grenade, cocktail molotov, seringue à fusil…) sont également très précieux. La bouffe préparée en atelier cuisine redonne beaucoup plus de point de vie que celle que vous ramassez. Elle est garantie sans radiation en plus d’accorder des bonus de longue durée (résistance aux radiations, sevrage des dépendances aux drogues, capacité ponctuelle de charge accrue, respiration aquatique etc…). Pensez à ramasser toutes les viandes des monstres que vous affrontez. La nourriture fabriqué en atelier cuisine est une excellente alternative aux stimpacks et autre pharmacopée.

Le systeme de radiation justement a été complètement revu et corrigé. Il est beaucoup plus contraignant et mieux intégré. Les radiations seront un problème de chaque instant qu’il faudra sérieusement prendre en compte. L’univers post apo de Fallout n’en est que plus immersif et cohérent. (un conseil, trouvez vous ou achetez une combinaison anti-radiation dédiée que vous garderez en permanence avec vous pour explorer certains lieux fortement irradiés et pensez également à vous munir de suffisamment de consommable spécifique rad-X, radaway etc...).

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

On peut aussi signaler l’excellente B.O du jeu.

Avec comme d’habitude une playlist magistrale très années 50/60 reprenant d’anciens titres d’anciens épisodes et en ajoutant de nouveau. Comme pour GTA pensez à allumer votre radio (pour l’ambiance) pendant que vous vous baladez, que vous craftez ou que vous gérez les communautés et vos constructions mais aussi parce que la radio génère son lot de quête associé. Quand la radio ne diffuse pas de zik on peut aussi entendre les offs ou les conversations des annonceurs tout aussi importante pour l’immersion qui commentent vos pérégrinations au fur et à mesure de vos actions sur la région permettant parfois d'influencer les gens que vous rencontrez et qui se tiennent au courant de votre réputation et de vos agissements. Sans parler des fréquences d’alerte ponctuelles et dans des lieux précis déclenchant forcement des quêtes.

Les effets sonores claquent et les bruitages des armes sont terriblement bien rendues et jouissif. (attendez d’obtenir du matos avancé et des modifications lourdes pour vous en rendre compte). Parlons des doublages tant qu’on reste dans le son. J’ai lu tout et n’importe quoi sur le net. Comment on peut entendre des gens parler de ratage alors qu’il s’agit d’un des tous meilleurs doublages de la série. Y’en a qui ont vraiment de la merde dans les oreilles et le prisme de la nostalgie qui déforme leurs souvenirs.

Tout est doublé du perso lambda aux persos principaux en passant par les compagnons et forcement vos avatars (en version H et F). Une telle quantité de persos entraine forcément des inégalités de traitement selon leur importance, le contexte et le remplissage. Si n’importe quel quidam devait avoir une réplique pour le moindre évènement il faudrait un DD de 2 to rien que pour les dialogues.

Et ceux qui parle des anciens Fallout en les prenant en ex ne voient pas qu’il y avait très peu de perso mis en avant par des dialogues sous forme de petite scénettes fixe, très courte et limitées et pour un instant clé avec à peine quelques phrases (Marcus, Harold etc…) Je vois même pas comment on peut les comparer avec les doublages actuels. Et on a vu 100 fois pire ces dernières années sur beaucoup d’AAA.

Non je regrette, le doublage de F4 est très bon et ceux qui disent le contraire ne sont pas très crédibles. Y’aura évidemment des nuances ici et là, des persos moins bien inspiré que d’autre et des doubleurs qui passent parfois à côté de leur perso ou de leur réplique mais dans l’ensemble c’est plus que correcte et totalement satisfaisant au regard du nombre potentiel d’interlocuteur et des milliers de tirade et de phrase du jeu.

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

L’interface elle aussi est à féliciter.

La maniabilité de F4 sur console répond au doigt et à l’œil (même si on aura jamais sur console la vitesse d’exécution ni la précision du combo clavier/souris lors des gunfight en mode FPS bien sûr).

On pourra aussi déplorer un FOV un peu juste et un perso qui mériterai d’être vu en 3eme pers d’un peu plus loin (je sais pas d’où vient cette habitude des dévs sur console de se coller comme ça au perso avec la caméra) mais là encore tout est bien agencé avec suffisamment de raccourci aux touches directionnelles. C’est ergonomique et parfaitement confortable à jouer à la manette.

Notez l’excellent Pipboy amélioré tout en conservant ce qui a fait sa réputation, son charme et sa tradition (et pour le fun il s’enrichit de mini jeux également jouable sur n’importe quel écran que vous croisez dans le monde de Fallout, à vous de trouver les cartouches le long de votre aventure pour gonfler sa ludothèque). Un pilier de l’immersion du jeu et qui fait la marque de fabrique de l’interface des Fallout délicieusement surannée et rétro futuriste mais totalement opérationnelle. (avec un bémol, on aurait aimé un meilleur filtrage des derniers éléments ramassés notamment en terme d’audiolog ou de message).

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Les bastons ont gagné en dynamisme et en fluidité

On voit de très belles choses dans le détail avec des animations personnalisées selon les types d’adversaire (rataupes qui s’enterrent et émergent plus loin pour vous prendre à revers, IA qui lance des grenades pour vous déloger de votre couvert etc…), sans parler du punch de certaines armes. C’est encore plus prenant et immersif. Le jour et la nuit comparé aux affrontements de F3 et FNV qui étaient assez basique.

Le nouveau VATS, qui n’est plus figé mais passe au ralenti (dans un style assez proche d’un bullet time), participe de cet état fait et permet bien des choses (gestion du critique, attente d’un adversaire qui émerge ou rentre dans un couvert, plusieurs perk lui sont d’ailleurs spécifiquement consacré). Une belle réussite lui aussi dont l’utilisation est beaucoup mieux intégrée et moins abusive que par le passé puisqu’il ne peut plus stopper ni hacher l’action, vous laissant un sentiment d’urgence et de tout pour le tout quand vous êtes submergé. (pensez à viser les grenades qui vous arrive dessus)

Le jeu introduit également un superbe système de monstre et d'adversaire élite et légendaire, sorte de champion aléatoire ou parfois pseudo mid-boss scripté beaucoup plus résistant et dangereux que ses congénères ordinaires et lâchant une fois vaincu un loot en conséquence (souvent lui aussi légendaire). Une sacrée bonne idée pour le plaisir de la surprise et du challenge.

L’AA est une vraie bonne surprise également puisqu’elle est très bien rendu et intégrée dans cet épisode. Suffisamment lourde et inertielle avec son comportement plutôt réaliste mais tout à fait praticable et fun à utiliser. Elle dispose également de sa propre interface visuelle. (le pari est bien rempli et enterre la simple skin avec des stats des AA des précédents opus)

Votre premier fight avec elle sera un instant épique, de joie et de jubilation. Dommage que les devs en aient fait leur trailer principal et gâché ainsi la surprise aux joueurs. C’est tout à fait le genre de scène surprise qui aurait décroché la mâchoire des joueurs durant leur première prise en main du jeu… (bienheureux ceux qui l'ont vécu comme une découverte).

Pourquoi croyez-vous que dès la première heure de jeu ont vous refile un matos aussi puissant, alors que traditionnellement les Fallout commence toujours à poil et vulnérable et qu’il faut une lente progression pour obtenir les ressources nécessaire pour pouvoir obtenir un équipement avancé et pouvoir enfin se sentir en relative sécurité ? C’est pour contenter un public plus primaire, qui ne veut pas passer des heures à progresser et fouiller un univers, qui veut de l’action immédiate et du fun sans avoir à patienter de longues heures de jeu avant d’obtenir un matériel badass. (il en faut pour tout le monde et pour tous les gouts).

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Fun

Car oui il faut le concéder, Fallout 4 est comme je le disais plus haut, plus actuel, plus consolisé, plus orienté pour le grand public (d’où les râleurs qu’on entend partout sur la toile) plus TPS/FPS action comme déjà il l’était depuis F3 et FNV…

Fallout 1&2 ne sont plus et il faut aller chercher du côté de Wasteland 2 Enhanced aujourd’hui pour en retrouver l’esprit. On a compris, c’est comme les vieux Tomb raider et le reboot, ça n’a plus rien à voir.

Mais je m’en fiche car Fallout 4 est vachement (brahminement?) fun à jouer, à parcourir, à explorer. Un des meilleur rpg-action actuel avec Witcher 3. Peu importe l’IA toujours facile à brainer (kitting, hit&run, rester planquer derrière un encadrement de porte ou un étage devant un Griffemort ou un béhémot…). Peu importe le pathfinding à la ramasse et la téléportation de compagnons pour pallier grossièrement ce problème (ça fonctionne et au moins ils ne restent pas bloqué comme des cons). Peu importe les bugs et les quêtes cassées forcement nombreux et nombreuses vu la quantité astronomique de quêtes, d’objets interactifs, de PNJ et de mob existants et le gigantisme du jeu et de sa map.

Comme n’importe quel jeu de cette ambition et de cette richesse aujourd’hui, F4 aura sa flopée de patch de plusieurs gigas étalés sur les mois à venir comme les autres. (regardez GTA V, Witcher 3, Dragon age inquisition etc… On en est à des versions 1.11, 1.12 etc… qui n’ont plus rien à voir avec leur vanilla version 1.0 de leur lancement).

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

C’est ça le jeu vidéo moderne aujourd’hui et je préfère ça et de loin.

Des jeux qui bougent, qui s’améliorent, se corrige et s’embellissent avec le temps plutôt que les anciens jeux où il fallait supporter des bugs à vie et des vices de conception impossible à corriger sur cartouche, sur cd et dvd.

J’ai l’indulgence qu’on doit à ce genre de jeu open-world démesuré et sandbox qui ne se programme pas comme on programme un vulgaire jeu de plateforme ou un simple Shmup basique et entraine forcément des concessions et des nombreux petits problèmes divers et variés.

On ne compare pas un jeu basique qui demande 10 personnes et quelques mois de développement avec un jeu open-world aux possibilités infinies qui demandent des centaines de personnes, des millions de dollars de budget et des années de développement et qui sera suivi sur des années (patch, DLC, addons…).

Si j’ai bien une critique à formuler c’est surtout au niveau du nouveau system de dialogue (qui m’a fait tiquer comme beaucoup de personne). En effet maintenant on ne voit plus les phrases entières à choisir en ligne de dialogue au cours d’un échange avec quelqu’un mais une sorte de résumé en un ou deux mot ou une très courte phrase traduisant très mal le contenu général de ce qu’on s’apprête à répondre à son interlocuteur dispersé en choix répartis sur les touches de la manette.

Type : triangle (Que veut-il dire ?), carré (sarcasme), rond (oui), croix (non)

Si parfois tout a l’air évident, en revanche dans certains dialogue complexe où la moindre subtilité peut avoir son importance, le choix qui s’offre est très mal résumé et en appuyant sur une réponse qu’on pensait valable on se trouve à dire quelque chose de complétement différent de ce qu’on voulait exprimer. Ce type de choix est beaucoup moins précis que voir les phrases entières en proposition qu’il suffirait de confirmer par les mêmes touches ou une simple sélection dans une fenêtre de dialogue.

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Future référence.

Je dois signaler que contrairement à ce que j’ai lu parfois, Fallout 4 m’apparait très stable. Je n’ai eu à subir aucune perte de sauvegarde ni aucun crash durant toutes mes heures de jeu même si je suis très loin d’avoir fait ne serait-ce que le quart du jeu. (je viendrais reparler de ça quand j’aurais engranger une bonne centaine d’heure de jeu ou que je le finisse)

J’ajouterai que les meilleurs jeux que j’ai pu pratiquer dans ma vie (Baldur, Fallout, Icewind Dale, Temple of elemental evil, Vampire masquerade bloodlines, Deus ex, Stalker, Arcanum, Darkstone, The Elders Scrolls, Planescape Torment, Neverwinter nights, Knights of the old republic, Gothic, Witcher etc…) étaient tous des jeux ultra buggé, manquant de finition, perclus de défaut, pas toujours beau ni techniquement époustouflant… parfois moqué à leur sortie par les masses… et devenu culte et référentiel avec l’âge et le recul… et toujours très bien entretenus par leur communauté fidèle et active.

Ceux qui crachent sur F4 et encensent les jeux précités ont la mémoire bien courte et déformés par la nostalgie du souvenir. Car eux aussi sont sortis dans des états peu avantageux (bugs en tout genre, mauvaise finition...), encore faut-il s’en rappeler. (relancez les en vanilla version 1.0 et vous verrez). Par ailleurs, les mods (véritable institution dans le monde PC et particulièrement sur ce genre de licence) verront leur apparition également sur console. En effet le studio s'est déclaré tout à fait favorable à la chose et prêt à officialiser les meilleurs sur console. (c'est inédit à ma connaissance)

En vérité, je vous le dis, F4 traversera son époque et s’embellira avec le temps, devenant à son tour une référence du genre.

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

Un grand jeu.

Mais c’est exactement ça Fallout 4, un truc généreux qui vous aspire, qui vous fait lâcher la trame principale pour aller explorer librement le monde. C’est une envie irrépressible d’aller jeter un œil à ce village, ce supermarché, cet immeuble, ce parking souterrain, cette grotte, cette ruine, cette usine, cette gare, cette maison abandonnée, ce magasin, ce complexe…

L’orgie de quête secondaire, de personnage pittoresque et haut en couleur, toujours surprenant, parfois inquiétant, les rencontres au hasard des chemins, des évènements qui vous dépassent, des surprises, des choix, des factions, des compagnons, des évènements aléatoires, des références à la culture SF, au cinéma, aux séries TV, à la littérature, aux jeux vidéo… et enfin une durée de vie gigantesque et jouissant d’une rare et solide replay value.

Vous trouvez le jeu trop facile et vous voulez de la difficulté ? Lâchez votre power armor et partez parcourir le monde à l’ancienne, un flingue, une armure de cuir et la peur de la mauvaise rencontre à chaque instant… Personnellement je suis déjà mort plus d’une vingtaine de fois en mode normal lors de ce premier run et j’en savoure chaque minute, chaque rencontre, chaque combat, chaque référence, chaque dialogue, chaque ligne de lecture, chaque message informatique, chaque audiolog, chaque musique, chaque chanson… Je prends mon temps, j’explore à mon rythme, je craft, je discute avec les habitants et c’est l’éclate totale.

C’est la marque des grands jeux de vous entrainer malgré vous dans leur spirale chronophage et de dévorer votre temps libre aussi surement qu’une partie de votre temps de sommeil…

D’ailleurs, les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?

Bon jeu à tous.

[DOSSIER] Fallout 4, mon fils, ma bataille ! (test version PS4)

SUPPOS : 5/6

Publié dans TESTS, UNE

Partager cet article

[TEST] Guitar Hero Live / Xbox One

Publié le par Dr Floyd

GUITAR HERO LIVE
Support : Xbox One

Existe également sur PS4, Wii U, PC, PS3, X360
Editeur : Activision
Sortie : 23 octobre 2015

[TEST] Guitar Hero Live / Xbox One

Come as you are ! As you were ! As I want you to be ! As a friend... Hum excusez moi, je me crois au début des années 90, quand j'étais encore (assez) jeune... Guitar Hero, un jeu qui aura bien fait le buzz dans le passé pour finir dans le bac des invendables à Auchan après quelques années de surexploitation. Mais la franchise a décidé de faire son grand retour en 2015... et j'ai voulu être de la partie, car je m'ennuie avec les TPS PS4/Xone... Au moins ce jeu c'est original, et puis j'aime le rock ! Yeah ! Come on ! Fuck You ! I won't do what you tell me !

[TEST] Guitar Hero Live / Xbox One

Bon je vais comparer ce Gutar Hero avec le tout premier et seul que j'avais eu à l'époque sur PS2. Première grosse différence, la guitare et le gameplay. Une guitare toujours aussi plastoc mais avec un meilleur look. Le jeu + guitare ne coutant finalement que 79€ (dans les bonnes boutiques) on ne peut espérer guerre mieux. Une guitare qui propose désormais 2 rangées de 3 touches pour les notes (3 noires et 3 blanches) pour un aspect plus réaliste. Il faudra donc beaucoup plus de doigté qu'auparavant et vous aurez un peu plus la sensation de jouer "réellement" de la guitare. C'est plus difficile (jouer des noires et des blanches en même temps c'est chaud !) mais il y a plusieurs niveaux de difficultés. Un conseil ne descendez pas en dessous de normal, on perd beaucoup en sensations. Bref, les 6 frettes, c'est en tout cas une réussite totale !

Gros défaut quand même, présent déjà à l'époque, le mediator qui claque toujours autant ! C'est ridicule... je ne comprend pas que le problème n'ait jamais été solutionné. Il y a des choses qui m'échappent. Bref...

[TEST] Guitar Hero Live / Xbox One

Deuxième gros changement, le public. Vous jouez désormais devant un "vrai" public en vue "FPS". Des vidéo comme dans un bon vieux jeu Mega CD on pourrait dire ;) Et c'est très bien fait, vous arrivez sur scène, le groupe vous encourage, et le public se comporte en fonction de votre talent, le groupe également ! Les transitions vidéo entre public content et pas content sont bien cachées, c'est assez bluffant. Vous pourrez même recevoir du PQ dans la tronche !

Allez vous devenir un groupe phare ? Peut-être si vous jouez bien tous les morceaux proposés dans les différents concerts. Et la play-list est... assez moyenne... avec 42 titres divers et variés. Enfin, tout dépend des goûts... Mais pour un fan de rock des années 80 et 90 comme moi c'est assez décevant, mais bon y a quand même quelques petites perles (mais les morceaux de country me gonflent !). Sachant qu'un troisième aspect novateur vient se rajouter : l'option TV, qui va donner au jeu une durée de vie assez faramineuse !

[TEST] Guitar Hero Live / Xbox One

Un mode de jeu où vous pouvez jouer sur des clips diffusés en "direct" sur "Guitar Hero TV"... C'est comme une chaine de TV musicale, sauf que vous jouez en même temps. Vous ne choisissez rien, vous jouez sur le morceaux qui passe en direct. Sauf que là il y a du lourd avec pour l'instant 200 chansons supplémentaires. J'ai joué tout à l'heure sur du Marilyn Manson puis sur du Rage Against the Machine pour vous donner une idée ! Puis j'ai bu une bière, et j'ai roté.

Vous allez gagner, ou pas, des crédits qui vous permettront de jouer ces morceaux quand vous le voulez dans la playlist... Mais pour les avoir définitivement il faudra payer... autour de 1€ le titre. Bon ok, c'est pas donné... Mais je trouve que c'est toujours mieux qu'un DLC à 15€ qui vous impose 30 titres dont 25 vous déplaisent ! Et puis c'est optionnel tout ça. En gros : si vous êtes patient (et bon) vous pourrez jouer sans payer à ces 200 titres et sans trop avoir l'impression de restrictions. Le concept est bon. A noter qu'avec une connexion ridicule de 2mega je n'ai pas eu de soucis pour les vidéo, c'est important à signaler ! Même si la qualité de l'image a du surement être réduite).

[TEST] Guitar Hero Live / Xbox One

Franchement ce Guitar Hero Live m'éclate ! On s'y croirait ! Et mes enfants adorent aussi. Guitare et gameplay plus réalistes, vrai public pour plus d'immersion, puis une option en ligne pour jouer sur des tonnes de clips qui est vraiment très sympa, avec du lourd à la clef. Je vous recommande vivement ce jeu ! Un reboot totalement réussi ! Seuls défauts : la playlist de base qui aurait pu être franchement mieux (les fans de métal/hard seront déçus), et le mediator qui fait trop de bruit. Voici un jeu qui fait du bien face à la redondance des TPS-FPS armés de nos PS4 & XOne. Rooooots, bloody roooots ! I believe in our fate ! Désolé.

SUPPOS : 5,5/6

LES GAMOPAT ET SUPPOS D'OR 2014 !

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Super Meat Boy / PS4

Publié le par Locals

Super Meat Boy
Support : PS4

Existe également sur Vita, Steam, Xbox 360
Développeur : Team Meat
Editeur : Sony
Année : 2010 - 2015

[TEST] Super Meat Boy / PS4

Il est des jeux qui divisent, que l'on aime ou que l'on déteste. Super Meat Boy, lui, parvient à conjuguer les deux! honni pour sa difficulté souvent qualifiée d'absurde, et adulé pour son gameplay tout simplement parfait. J'ai décidé, à défaut de trancher dans le steak, de vous apporter quelques éléments de réponse en désossant ce plateformer 2D de l’extrême, dans un test garanti 100% pur boeuf.

[TEST] Super Meat Boy / PS4

Sorti en 2010 sur Steam et 360 puis de nouveau le mois dernier sur PS4 et Vita, Super Meat Boy est un peu la version hardcore de Super Mario Bros dont il ne fait pas que partager les initiales. Les devs de la "team meat" ont eu à coeur de livrer un vibrant hommage à de nombreux classiques des JV et notamment au plombier de Big N en pondant un jeu de plateforme à la simplicité biblique (sur le fond) dans lequel on court et l'on saute pour secourir sa princesse!

Meat boy, Bandage girl et le vil Dr Fœtus

Meat boy, Bandage girl et le vil Dr Fœtus

Vous l'aurez compris, le pitch est des plus classique: Meat boy, un adorable coeur de rumsteak, part à la rescousse de sa tendre bandage girl enlevée par le vil Dr Foetus. Ce petit bout de viande (meatboy, selon les devs est en fait un garçonnet dépourvu de peau, ce qui explique sa liaison avec la "fille pansement", ndlr) va devoir traverser 6 mondes (plus un caché) composés de 20 niveaux chacun et ponctués de boss pour secourir sa belle et régler ses comptes avec le Doc.

Gameplay ancestral quand tu nous tiens...

A peine le jeu lancé et l'on est saisi par l'agréable impression de déjà maîtriser notre personnage. le gameplay est des plus simple, une croix directionnelle, un bouton pour courir, un autre pour sauter et basta! Il y a toutefois quelques subtilités que l'on intègre au fil de l'aventure : avec de l'élan, Meat boy peut effectuer une légère glissade sur les murs et également réaliser un wall jump en appuyant de nouveau sur le bouton de saut. Par ailleurs, Ed Mc Millen voulait que Meatboy se contrôle au mieux dans les airs, l'inertie des trajectoires est donc limitée offrant ainsi au joueur une grande liberté dans ses sauts. Ainsi Meat Boy est capable de réaliser un wall jump sur le même pan de mur, peut-être un hommage à Super Metroid ?

On en arrive au premier point fort du soft. Meatboy répond au micro-poil de doigt et au moindre clignement d’œil. De mémoire de gamer je ne vois aucun équivalent dans la précision des contrôles. Mario a toujours bénéficié d'une mobilité exemplaire, pourtant en jouant en parallèle à Super Mario Maker j'ai trouvé le plombier quelque peu lourd et pataud en comparaison de Meatboy. Meatboy est rapide, Meatboy est aérien, Meat boy est précis...


Nous voilà donc armer pour parcourir les nombreux niveaux qui nous séparent de notre chère et tendre. Tout commence dans le monde de la forêt, grand classique du genre, et si les premiers niveaux permettent de se faire la main sans trop de problème on s'aperçoit très vite que l'on est pas dans le gentil bois de Castle of Illusion. Scies circulaires, canons à scies, planchers de feu, plateformes friables...le tout ponctué par un boss, sorte de robot tronçonneuse géant qui vous poursuit dans une forêt de pièges contondants. Le ton est donné... je ne m’étendrai pas sur les différents mondes traversés, sachez simplement que l'univers est apocalyptique et que le design du jeu est ambivalent, les personnages sont mignonnets tandis que les environnements eux, ne transpirent pas la joie de vivre. Tout pour vous rappeler que vous allez en baver, comme si c'était nécessaire!

Perso, j'ai déjà vu des forêts de jeux vidéo plus accueillantes que celle de SMB

Perso, j'ai déjà vu des forêts de jeux vidéo plus accueillantes que celle de SMB

Côté graphismes, SMB présente une 2D proprette assez épurée dont la direction artistique plaira ou non. Ce n'est pas franchement, à mon sens, l'aspect le plus réussi du soft mais qu'importe, l'essentiel est ailleurs. A noter que la bande son est différente selon la version à laquelle vous jouez. La BO sur les consoles Sony a été refondue par rapport à la version Steam pour un conflit avec la Team Meat dont je ne connais pas les ressorts. Ayant le syndrome de la "VO/VF" (j'ai trop joué à la version steam pour apprécier la nouvelle, ndlr), je me garderais de porter un jugement sur la bande son de la version PS4/Vita. Sachez simplement que les mondes ont été confiés à différents artistes, dont ceux de la BO de Hotline Miami. On a vu pire comme référence.

Les graphismes sont soutenus par une DA assez sympa

Les graphismes sont soutenus par une DA assez sympa

Les boss sont plutôt impressionnants et retors

Les boss sont plutôt impressionnants et retors

Durée de mort

Comme dit précédemment, SMB propose 5 mondes de 20 niveaux très courts, plus un boss, et un épilogue de 6 niveaux. Une fois terminé un 6è monde se déverrouille ou cette fois, c'est bandage girl qui part secourir Meat Boy. Cela parait chiche sur le papier mais SMB regorge de contenu additionnel à commencer par la collecte des "bandages". Ces petits pansements disséminés dans les niveaux sont souvent cachés ou (très) difficilement accessibles. La récolte de ces pansements vous permet de débloquer différents personnages aux gameplay totalement différents apportant un vent de fraîcheur au jeu. La plupart de ces personnages sont issus d'autres jeux de la scène indé, Spelunky, Tim de Braid, Commander Video de Bit Trip... 12 avatars sont donc disponibles au total.

Le roster du jeu

Le roster du jeu

En plus de la variété liée aux personnages, SMB propose une version alternative hardcore de chaque niveau du jeu. En effet, si vous parvenez à terminer un niveau dans le temps imparti, vous débloquerez sa version "Dark World". La version alternative reprend la structure du niveau original, mais en décuple sa difficulté. Vous pouvez être sûrs que les devs auront ajouté une forêt de scies circulaires aux pires endroits possibles. Sueurs froides garanties. Vous doublez donc la durée de vie théorique du soft avec le Dark World, mais en réalité bien davantage étant donné la difficulté des ces mondes alternatifs. Nous y reviendrons plus longuement dans la dernière partie de ce test...

Un bon exemple de "Dark World" vers la fin du jeu...

Un bon exemple de "Dark World" vers la fin du jeu...

Enfin, des warpzones sont cachées dans certains niveaux. Ces portails qui disparaissent si vous ne les avez pas rejoints à temps vous transportent dans des mondes alternatifs au design rétro. Là encore il s'agit d'une déclaration d'amour au JV, car les graphismes desdites warpzones reprennent "le moteur graphique" de bécanes cultes, comme la gameboy par exemple. Si l'on excepte celles qui permettent de débloquer des personnages, l'objectif des WZ sera de traverser 3 niveaux en disposant d'un maximum de 9 vies pour y parvenir. C'est le seul passage du jeu qui vous imposera un nombre limité de vie pour remplir votre objectif car pour le reste du jeu, c'est open bar !

Les warp zones sont délicieusement rétrosLes warp zones sont délicieusement rétros

Les warp zones sont délicieusement rétros

Nous arrivons à la partie qui fâche (ou réjouit): la difficulté...

En effet, SMB est à ranger dans la catégorie des die n'retry, c'est à dire des jeux dont les vies sont illimitées et ou la mort fait plus office d'apprentissage que de sanction. En effet, lorsque Meat Boy meurt, il réapparaît instantanément au début du niveau pour un nouvel essai. Içi donc pas de vies, mais simplement votre nombre total de morts qui est indiqué dans vos statistiques de jeux. A la fin de chaque niveau réussi, un replay synthétise tous vos essais en superposant les fantômes de vos Meat boys morts au combat. Par ailleurs, Meat Boy dépose une trace de sang sur tout ce qu'il touche, vous permettant au gré de vos essais de repérer vos erreurs de trajectoires et vous rappelle douloureusement que telle scie vous a mis en lambeaux...

Les replays vous montrent l'étendue des dégats...

Les replays vous montrent l'étendue des dégats...

Je vais à présent vous parler de ma propre expérience de jeu afin de vous donner une idée de ce qui vous attend. Votre humble serviteur est donc un amoureux des jeux de plateformes, depuis toujours! Joueur lambda, sans talent particulier si ce n'est l'opiniâtreté lorsqu'un jeu me plait. Je ne suis ni pilote de chasse, ni un champion de Guitar Hero aux réflexes démoniaques, bref un joueur somme toute normal. J'ai commencé à jouer à Meat Boy sur Steam avec une manette Xbox. Lors de mes premières sessions de jeu j'ai progressé très lentement et au prix de nombreux essais. La difficulté est suffisamment bien dosée pour que, bon an mal an, je m'accroche sur les mondes du Light World, le gameplay est tellement accrocheur qu'il prend le pas sur la difficulté. C'est dur, très dur mais la frustration se fait rare.

Le jeu est bourré de références, ici un hommage à Castlevania

Le jeu est bourré de références, ici un hommage à Castlevania

Bon, finalement j'ai transpiré mais après plusieurs heures j'ai fini la partie Mainstream du jeu! Un petit saut sur les stats et je m’aperçois que j'ai fait à peine 35% du soft... Allez, je vais essayer de débloquer les niveaux du Dark World ! Je parviens à débloquer ceux de la forêt. et je me lance... Mon dieu, je n'y arriverais jamais. La difficulté du Dark World est A.T.R.O.C.E. ! Je laisse tomber. Je maudis le concepteur du soft et toute sa descendance. A sa décharge, si je meurs c'est de ma faute et uniquement de ma faute. Le gameplay est parfait, l'animation n'est jamais prise en défaut, et encore heureux ! Mais comment peut-on proposer un jeu aussi difficile ?

ce jeu est dingue...

ce jeu est dingue...

Je replonge. Merde je ne peux pas m'arrêter. Je joue, je souffre, mes yeux pleurent du sang mais je débloque au fur et à mesure tous les mondes du Dark World. Je fais l'impasse sur certains niveaux tout bonnement impossibles. Je ne les ferais jamais, juré! et ne me parlez pas des pansements! je bannis certains niveaux tant j'ai eu du mal à ne serait-ce qu'en voir le bout.

Je m'attaque au Dark world. flûte alors, c'est plus qu'épicé ! mais l'expérience accumulée pour finir les niveaux du Light world en temps limité rend les premiers mondes du Dark World faisables, bien plus que lors de mon premier essai. Je meurs, oh oui je meurs, mais quel pied que de passer ces niveaux que je pensais réservé aux pros du pad ! Je m'aperçois que je dois aller à fond en toute circonstance, et qu'importe de mourir, mon Meat Boy virevolte, court, rebondit, esquive les pièges dans un ballet délicieux.

Deux illustrations qui résument bien le Dark WorldDeux illustrations qui résument bien le Dark World

Deux illustrations qui résument bien le Dark World

Allez je continue, je me surprends à essayer de les faire ces pansements, Au prix de nombreuses heures, je récolte la quasi totalité des "bandages" du jeu. Ces mêmes pansements que je regardais à peine lorsque je m'évertuais à finir péniblement un monde, tant ils semblaient impossibles à récupérer. Ce petit bout de scotch planté entre deux scies et pour lequel il faut faire un wall jump au pixel près ET finir le niveau sans mourir. Bon ben finalement c'est fait...

[TEST] Super Meat Boy / PS4

Ca y est, j'ai fini le jeu à 100%. Mais non ce n'est pas suffisant, j'ai fait l'impasse sur plusieurs niveaux et comme SMB est "jusqueboutiste", la real end est à 106%. Les niveaux mis de côté sont terribles, c'est pas de mon niveau, juré !. J'abandonne ? (la suite sur le forum).

SUPPOS : 5,5/6
pour les amoureux de la plateforme ET du die & retry

 

LES GAMOPAT ET SUPPOS D'OR 2014 !

Publié dans TESTS, UNE

Partager cet article

[TEST] Shovel Knight / 3DS (version boite)

Publié le par Dr Floyd

Shovel Knight
Support : 3DS

Existe également en support physique sur Wii U, PSVita, PS4
Développeur : Yacht Club
Sortie : 30 octobre 2015 (en 2014 pour la version démat')

[TEST] Shovel Knight / 3DS (version boite)

Vous connaissez surement l'excellent jeu indépendant Shovel Knight sorti l'an passé sur PC, Wii U et 3DS... en démat. Le jeu ayant remporté des prix et s'étant bien vendu, voici que déboule une version physique ! Ô Miracle ! C'est tellement rare que je me devais, que nous nous devions tous, d'acheter cette nouvelle édition ! De préférence sur 3DS, le support idéal pour ce style de jeu.

Alors c'est exactement le même jeu qu'en démat... sauf que... il y a l'extension en rab, un nouveau mode challenge, et bien sûr une boite, une "cartouche" mais aussi une vraie notice comme à la grande époque !!! On ne se fout pas de notre gueule dans le jeu vidéo indépendant ! N'est ce pas les gros éditeurs avec leurs boites vides...

Si vous ne connaissez pas le jeu, je vous en fait une rapide présentation. Shovel Knight est un chevalier qui n'a pas d'épée mais une pelle pour se battre ! Bien sûr sa princesse est enlevée et il va falloir la sauver. Ca va j'ai bien résumé la situation ? C'est un jeu neo-retro de type Nes. Très classique : de la plateforme à scrolling façon Megaman pour l'action et Super Mario Bros 3 pour la carte du monde avec niveaux à débloquer.

Graphiquement c'est très sympa, on va dire que c'est du Nes amélioré, limite PC Engine. Alors bien sûr pas de défaut visuel sur 3DS, pas de sprites qui clignotent et des scrollings aux petits oignons. Les grincheux diront que le pixel-art n'est pas parfait (définition trop élevée). Esthétiquement il y a quand même quelques décors plus moches que les autres (le village n'est pas top top je trouve), certains boss pas terribles. Idem pour les musiques, de type 8bit, sympa mais pas non plus inoubliables (avis perso). Mais globalement l'effet est très réussi, on a vraiment la sensation de découvrir un nouveau jeu Nes, et c'est trop bon. A noter que l'effet relief est satisfaisant, mais on peut s'en passer car bon, il n'y avait pas ça sur Nes, et ça lisse encore plus les pixels.

[TEST] Shovel Knight / 3DS (version boite)[TEST] Shovel Knight / 3DS (version boite)
[TEST] Shovel Knight / 3DS (version boite)[TEST] Shovel Knight / 3DS (version boite)

I

Le gameplay reprend lui aussi les codes 8bit, avec 2 boutons : sauter et attaquer. Rien à redire c'est précis, et la maniabilité sur 3DS est bonne. Le jeu est assez varié avec des passages secrets, des reliques à trouver, des mini-jeux... mais aussi un aspect RPG-Aventure (optionnel) avec de l'argent à récupérer, une évolution de votre personnage, et plein de choses à faire au village. Bref, on ne s'ennuie pas.

La progression dans les niveaux nécessite un bon skill, si les phases plateforme sont assez faciles, ça devient chaud contre les boss dont il faut apprendre le comportement. C'est quand même moins dur que la série Megaman sur Nes, mais bon il faut s'accrocher sur certains passages. Les vies sont infinies, et quand vous mourrez vous retournez au checkpoint précédent. Mais il faut finir le niveau pour débloquer la suite. Si c'est trop dur, les potions et la magie vous aideront. Pffff vous êtes un hardcore gamer et ça ne vous plait pas ? Ok, il est tout à fait possible de jouer sans l'aspect RPG et de foncer dans le tas sans passer par le village, sans potions, sans magie... et vous pouvez même détruire les checkpoints ! Rassuré le kéké-hardcore gamer ? ;)

Shovel Knight est un jeu néo-rétro indispensable ! Ce n'est pas le meilleur jeu de plateforme 2D du monde MAIS il sort sur support physique et il ne se fout pas de notre tronche avec sa belle notice et ses rajouts ! Sur 3DS l'effet est magique, j'ai eu l'impression d'acheter un nouveau jeu Nes, de retourner en 1990 et de découvrir un chef d'oeuvre. Ce jeu serait réalisable sur Nes d'ailleurs (avec des graphismes un peu plus simples et moins de contenu). ACHETEZ-LE, oui achetez-le car à l'heure du démat', il faut soutenir ce genre d'initiative si vous voulez inciter d'autres éditeurs à faire pareil ! D'autant qu'il ne sort quasiment plus rien sur 3DS en support physique, même du côté de Nintendo, un comble.

SUPPOS : 6/6

 

LES GAMOPAT ET SUPPOS D'OR 2014 !

Publié dans TESTS, UNE

Partager cet article

[TEST] Jamestown+ par un néophyte / PS4

Publié le par FK-Corporation

JAMESTOWN+
Support : PS4

Existe également sur PC
Développeur : Final Form Games
Année : 2011 sur PC et 2015 sur PS4

[TEST] Jamestown+ par un néophyte / PS4

FK-corporation qui se met à tester les Shoot Them Up ??? Cela m'a pris comme une envie de pisser. Mon avis est-il légitime ? Quel est mon parcours concernant ce style de jeu ? Honnêtement je suis un néophyte et c'est justement pour cela que je voulais donner mon avis sur ce jeu !

En me baladant sur le PSN+, je suis tombé sur une offre qui me proposait ce jeu pour 5 euros. Je check sur Internet pour me renseigner et surprise, les critiques sont bonnes et il y a du coop local jusqu'à 4 joueurs ! Il n'en faudra guère plus pour me convaincre.

Le speech de départ, sur Mars, l'armée espagnole aidée par des aliens se bat contre les anglais, ça tripe, j'aime bien. Le jeu est plutôt joli, c'est de la belle 2D avec de jolis sprites et les animations sont bluffantes. La version PS4 renommée, Jamestown+ possède 2 niveaux supplémentaires ainsi que de nouveaux challenges. Le nombre de niveaux total est de 7 et on peut tous les finir en moins de 5 minutes. Sur le papier la durée de vie fait quelque peu tache mais comme dans tous types de manic shooter, il faudra recommencer le jeu en difficulté supérieure afin de tout débloquer. Je me suis lancé comme objectif d'avoir tous les trophées de ce jeu et de faire le platine. Force est de constater que je me suis peut-être vu trop beau et pas très objectif sur mon niveau de jeu en matière de Shoot Them Up ! J'en chie grave ma mère et le pire, c'est que j'aime ça !

"Je crois que t'es foutu mec !"

"Je crois que t'es foutu mec !"

Il y a un système de scoring particulièrement fourbe, je vais vous expliquer cela en détail. En tuant des ennemis, vous allez pouvoir récupérer des boulons qui feront monter votre jauge de « vault », cela génère un bouclier l'espace de 2 secondes vous rendant invincible. A la sortie de ce bouclier, vos tirs seront surchargés, infligeant plus de dégâts qu'à la normale et surtout en doublant vos poins obtenus. Le dilemme est simple, vous voulez être plus puissant et gagner plus de point ? Soit mais cela bloque la recharge de votre bouclier. Il faut donc choisir, être puissant et vulnérable ou faible avec la possibilité d'activer un bouclier pendant quelques secondes. Ceci sera votre véritable dilemme durant vos parties. Vous avez aussi la possibilité de choisir entre 12 types de vaisseaux différents selon votre style de jeu.

Le jeu est jouable jusqu'à 4 en local !

Le jeu est jouable jusqu'à 4 en local !

Au final j'ai pris ce jeu donc l'espoir de jouer avec ma copine mais je dois l'avouer, l'obtention du platine est vraiment corsé mais on ne désespère pas. Ce jeu m'a aussi donné le goût de me lancer un peu plus dans les Shoot Them Up, un genre de jeu que je ne connais que trop peu.

Jamestown+ est une excellente surprise. Son prix réduit et sa durée de vie si vous vous lancez dans les 100% devraient vous faire craquer. Un bon Shoot Them Up facile au début pour les débutants mais qui réserve un challenge corsé pour les fans de Manic Shooters. Ses graphismes colorés et ses animations à tomber par terre sont autant de points positifs que le jeu est jouable jusqu'à 4 en coopération, le rêve !  

SUPPOS : 5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[LESDIXLIGNES] Mad Max / XBox One

Publié le par Dr Floyd

Mad Max
Support : Xbox One

Existe également sur PS4 et PC
Développeur : Avalanche Studios
Editeur : Warner Interactive
Année : 2015

[LESDIXLIGNES] Mad Max / XBox One

Impressions après 5h de jeu, avec le support de Gamoniac

Le reboot de Mad Max au cinéma est un pur chef d'oeuvre, avis personnel que je partage. Il me fallait donc tester cette version console à tout prix. Et j'avoue être assez partagé, si l'univers du jeu me plait bien (désert apocalyptique) on se retrouve au final face à un gameplay dans la pure tradition "Warner Interactive", totalement repompé sur Batman ou Shadow of Mordor, eux mêmes inspirés par la daube intergalactique Assassin's Bide. Des check points, de la collecte... on connait la chanson ! Cela dit le mélange des phases en bagnole (sympa mais trop imprécis) et "aux poings" (réussi) dans ce monde assez ouvert apporte de la variété. Rien de spécial à dire sur la réalisation "30FPS", c'est esthétiquement plutôt réussi, même si le héros manque cruellement de charisme, ressemblant trop à certains héros génériques de Sony. Au final un jeu assez sympa respectant à fond la mythologie créée par l'ami Miller, mais bien trop générique.

[LESDIXLIGNES] Mad Max / XBox One

SUPPOS : 4/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[LESDIXLIGNES] Dragon Ball Z Extreme Butoden / 3DS

Publié le par Dr Floyd

Dragon Ball Z Extreme Butoden
Support : Nintendo 3DS
Editeur : Bandai Namco games
Développeur : Arc System Works

Sortie : 16 Octobre 2015

[LESDIXLIGNES] Dragon Ball Z Extreme Butoden / 3DS

Avis après 2 heures de jeu (abandonné définitivement)

Bon, voilà j'ai essayé ce DBZ, ignorant les critiques alarmistes, zappant ma méconnaissance de la licence, et espérant trouver là un jeu de baston fun, nerveux qui défoule et qui puisse nourrir ma 3DS en train de vivre une triste année. Mais voilà je n'aurai pas dû ! Le menu essaye de cacher une pauvreté absolue, avec des modes Histoire, Aventure et faux mode Tournoi, qui en fait ne font qu'un (seuls les blabla en mode texte changent), et en plus qu'il faut débloquer ! Pas de training ni mode online. On se retrouve avec des combats limités, des combos pénibles et répétitifs, des personnages sans grosses différences, associés à un décor fade sans dynamisme, sans système de zoom. Bref, on se fait chier sévère, et on arrive même à jouer les yeux fermés tellement la difficulté est faible. Un jeu bâclé, une commande à Arc System qui en avait visiblement rien à b... A éviter, sauf à être fan inconditionnel (et donc collectionneur) de DBZ.

[LESDIXLIGNES] Dragon Ball Z Extreme Butoden / 3DS

SUPPOS : 1,5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>