[RETROGAMING] La Roue du Temps / PC

Publié le par Sylesis

Support : PC (Win 95, 98) 2 CD ROM
Éditeur : GT Interactive (Infogramme)
Développeur : Legend
Genre : FPS
Nombre de joueurs : un joueur, multijoueur
Sortie : 1999

[RETROGAMING] La Roue du Temps / PC

La Roue du Temps tourne, les Années se succèdent, laissant des souvenirs qui deviennent légende. La légende se fond en mythe, et même le mythe est depuis longtemps oublié quand reparaît l'Année qui lui a donné naissance. Au cours d'une Année, que d'aucuns ont appelée la mille neuf cent quatre-vingt dix-neuvième, une Année encore à venir, une Année passée depuis longtemps, un jeu tiré de la saga de Robert Jordan sortit sur PC.

Avant d'être un jeu, La Roue du Temps est avant tout une série de livres écrite par l'américain Robert Jordan, comparable par sa qualité à l'oeuvre de Tolkien et par sa taille à celle Georges R R Martin. La saga comprend en anglais 14 romans plus une préquelle. Jordan étant mort avant la fin ( puisse t'il toujours trouver de l'eau et de l'ombre où qu'il soit à présent), c'est Brandon Sanderson qui a écrit les deux derniers romans d'après les très riches notes laissées.

La Roue du Temps nous plonge dans un monde médiéval fantastique où le Ténébreux, entité maléfique qui s'oppose au Créateur, a été scellé au Shayol Ghul par les maîtres et maîtresses du Pouvoir Unique. Depuis, ses séides humains ( les Amis du Ténébreux ), ses créatures ( trollocs et myrdraals) et ses serviteurs ( les Réprouvés) tentent sans relâche de le libérer en cherchant à détruire les sceaux de sa prison et provoquant la chaos dans le monde.
Dans les romans comme dans le jeu, ce sont principalement les femmes qui maîtrisent le Pouvoir Unique à l'époque de la narration, en canalisant son aspect féminin nommée la Saidar. Elles sont rassemblées dans la Tour Blanche à Tar Valon et se font appelée Aes Sedai. C'est d'ailleurs l'une d'elles, Elayna, que vous incarnez dans ce jeu.

Chose surprenante pour une adaptation d'un cycle de Fantasy, le jeu prend la forme d'un FPS. Chaque niveau sera débuté par une petite fenêtre résumant la situation et vous donnant des conseils sur la façon d'aborder les choses. Plutôt qu'un briefing raide, ces introductions sont bien réalisées, le résumé étant donné par écrit et lu par votre personnage ( voix françaises) et donc participent à l'immersion dans l'univers.

[RETROGAMING] La Roue du Temps / PC

Un FPS dans un univers où les seuls limites dans la puissance de la magie sont la puissance de maîtrise et la fatigue : ca ne serait pas évident s'il n'y avait pas une astuce. Pour justifier l'utilisation de sorts limités ( les munitions ), votre personnage s'avère ne pas être une Aes Sedai comme les autres : Elayna ne peut pour ainsi dire pas canaliser. Elle est par contre une experte dans l'utilisation de Ter' Angreal, des artefacts utilisant par eux même le Pouvoir Unique pour produire divers effets, et devra en trouver régulièrement pour pouvoir se défendre.

L'histoire débute alors que la Tour Blanche a été attaquée et des Angreals volés en plus du meurtre de plusieurs soeurs. Elayna a pourchassé le voleur jusqu'aux abords de la ville maudite de Shadar Logoth, ramassant des Ter Angreal en chemin pour tuer les troupes du Ténébreux et se protéger des dangers de la ville. Après quelques niveaux, Elayna retournera à la Tour Blanche qui sera l'objet d'une attaque majeur. Le jeu ne vous fera jamais rencontrer les personnages des livres, contrairement à un Witcher, mais vous visiterez les lieux emblématiques de la saga et on constate qu'ils sont magnifiquement rendus. Ici par exemple, l'intérieur de la Tour Blanche. Cerise sur la gâteau pour les fans ? Le jeu dispose d'un didacticiel, qui consiste en fait en l'initiation d'une Novice vers le rang d'Acceptée.


En plus de l'ambiance graphique, les musiques méritent qu'on monte le volume pour bien les entendre. Elles se trouvent sur le deuxième cd et ne doivent pas être obligatoirement installées, mais ce serait passer à coté de quelque chose. La première fois que j'ai joué à ce jeu en 2000, je n'avais pas mis les musiques et donc je n'ai pas fait attention à la bande-son. Par contre, étant grand fan des livres, j'ai découverte un peu après un cd de musiques inspirées de l’œuvre et composées par Robert Berry. Je suis devenu accro très vite, au point d'écouter le disque régulièrement, surtout quand je lis les livres. Et là durant mon test, j'ai installé ce fameux deuxième cd.

Alors que j’avançais dans le premier niveau, la musique m'a titillée : elle me disait quelque chose. Cette impression s'est confirmée par la suite : il se trouve que Robert Berry a composé les musiques du jeu, avant de les compléter pour sortir le disque. Le thème du jeu par exemple s'appelle "Return to Emonds Field". C'est cette bande-son qui m'a poussé à continuer un moment : elle est tellement agréable et de circonstance qu'on joue presque pour l'entendre.

Ne citer que la musique au sujet de la bande-son serait assez réducteur car il ne faut pas oublier les voix très bien réalisées également. En fait, les voix ajoutent beaucoup à l'ambiance, et une surtout : celle de Mashadar. Mashadar est le mal qui règne dans Shadar Logoth, une sorte de brouillard mortel et sentient auquel il est très difficile d'échapper. Alors je vous assure que jouer dans le noir et d'un coup entendre sa voix à de quoi vous donner des sueurs froides et vous pousser à prendre vos jambes à votre cou (enfin celles de votre héroïne).

[RETROGAMING] La Roue du Temps / PC

La fidélité de l'oeuvre se retrouve également dans les modèles, comme ici avec ce "magnifique" trolloc qui correspond bien avec qu'on peut lire sur eux, mais la fidélité n'est pas le seule point d'intérêt des graphismes. Comme mentionné plus haut, le jeu date de 1999, soit il y a 14 voir 15 ans. Il a été réalisé grâce au Unreal Engine, moteur graphique extrêmement puissant à l'époque, au point que le jeu Unreal était utilisé pour faire des benchmark. Concrètement, ca veut dire que même a présent, la technique tient la route et en rendu logiciel, on peut monter à une résolution 1280*1024 parfaitement fluide. Pas mal pour un jeu de son âge, non ?

Le seul point négatif se trouve dans les séquences vidéos inter-niveaux en quicktime, qui ne passent plus correctement. On peut les regarder depuis le deuxième disque ( voix en anglais dans ce cas), mais dans le jeu elles sont extrêmement saccadées ( mais en français) et vous les passerez pour éviter le supplice. C'est dommage car il y a presque une heure complète de vidéos. En lançant le jeu sous DosBox, peut être : l'option de compatibilité n'a pas aidé. En ce qui concerne les niveaux, vous aurez de quoi faire car il y en a 20 en solo.

Un petit mot sur la maniabilité, très bonne. Les commandes sont peu nombres mais répondent bien : un bouton pour tirer, un pour sauter, quatre pour se déplacer. Rien pour s'accroupir, à croire qu'Elayna ne veut pas salir sa robe.

[RETROGAMING] La Roue du Temps / PC

Mais revenons en au gameplay. Vous dirigez donc Elayna, une Aes Sedai pratiquement incapable de canaliser et qui devra tout au long du jeu utiliser les artefacts appelés Ter Angreal. Au départ armée d'un simple Ter Angreal à usage illimité mais peu puissant, votre arsenal se complètera rapidement avec des fléchettes et quelques boules de feu, voir le terrifiant Feu Purificateur ( balefire pour les anglophones).

FPS, d'accord. Massacre d'ennemi au projectile explosif. Ok. Mais La Roue du Temps n'est pas juste un Quake aromatisé fantasy et saupoudré de cinématiques : vous serez régulièrement amené à réfléchir.

Oui, réfléchir, car les Ter Angreal que vous trouverez ne sont tous pas offensifs. Vous trouverez aussi des artefacts permettant de vous soigner et divers types de boucliers, à utiliser selon la situation. Vous trouverez également des Ter Angreal vous permettant de résoudre des petites énigmes bloquant votre progression. Un exemple :

- vous êtes dans la Tour Blanche en pleine attaque et êtes bloqué dans votre progression par des décombres,
- vous entendez un trolloc derrière les gravas. Vous avez trouvé un ter Angreal de permutation de position, mais il vous est impossible de l'utiliser sans voir la cible,
- en fouinant un peu, vous trouverez un Ter Angreal appelé Trouver Cible, qui permet d'atteindre une cible sans la même la voir pendant quelques secondes : la solution est de l'activer à proximité du trolloc, puis aussitôt d'effectuer une permutation, à présent possible.

N'ayez crainte en cas d'erreurs, les Ter Angreal indispensables à la progression sont généralement entourés d'un halo bleu. Ca veut dire qu'il réapparaitra à cet emplacement si vous avez utilisé par mégarde ses charges.

Il existe plus de quarante Ter Angreal différents, avec des effets utiles selon la situation. En appuyant sur F2, vous avez des informations sur celui actuellement sélectionné ( mais vous pouvez en changer). Chaque description est suivie d'un extrait de livre pour illustrer le pouvoir : excellente initiative qui rajoute à l'immersion.

Les effets du Feu Purificateur ou balefire : c'est aussi méchant que dans les livres

Les effets du Feu Purificateur ou balefire : c'est aussi méchant que dans les livres

Certains Ter Angreal sont très peu utiles durant la campagne solo, mais prennent tout leur importance en multijoueur. Par exemple certains vous protègent totalement du Pouvoir Unique, mais aucune créature en solo ne peut l'utiliser.

Le mode multijoueur se divise en deux parties :
- Arena : l'équivalent du Deathmatch,
- Citadel : ou capture The Flag, durant lequel vous devrez protéger vos sceaux. En plus d'utiliser vos angreal, vous pouvez éditer votre citadelle pour mettre des pièges ou placer des troupes, qui dépendent du personnage que vous incarnez. En multijoueur, vous avez le choix entre Aes Sedai, Réprouvé, Blanc-Manteau et Chien ( pas le canis lupus, mais le voleur que Elayna pourchasse dés le début de la partie solo).

A l'heure actuelle d'après ce que j'ai vu, certains serveurs fonctionnent encore. Ca ne m'a pas surpris parce qu'il faut bien le dire, le jeu a conservé son charme. Après toutes ces années, son ambiance graphique est toujours appréciable, de même que l'aspect sonore et la gestion des Ter Angreal non-offensifs. Ok je le concède, les décors sont parfois un peu carré et les modèles pas toujours agréable à l'oeil ( surtout les trollocs et leurs repas).
La structure même des niveaux est réussie, car ils vous poussent à explorer : même s'il n'y a finalement qu'un chemin, on vous laisse suffisamment de liberté pour ne pas se plaindre de la linéarité. En plus des énigmes avec les Ter Angreal, il faudra constamment chercher les moyens de débloquer sa progression : clés, leviers, passages à ouvrir à la boule de feu... Et finalement si vous vous sentez l'âme d'un créateur, le jeu dispose d'un éditeur de niveaux : vous sentez vous le courage de reproduire la Pierre de Tear ou Caemlyn ?

Devant ce constat idyllique, j'ai toutefois un reproche : la difficulté. Vous débutez avec un Ter Angreal Souffle d'air : illimité certes mais à très courte portée et très faible. Du coup le premier trolloc que vous affrontez demande pas mal d'esquive pour le tuer sans souffrir, faute d'une arme permettant de le garder hors de contact. On trouve des boule de feu et des fléchettes peu après, oui mais :
- les trollocs, malgré leur carrure, esquivent très bien les boules de feu : il faut viser au sol devant eux si on veut avoir une chance de les toucher,
- les fléchettes sont rapides, mais leur stock diminue encore plus vite,
- les trollocs eux ne vous loupent pas au corps à corps. Esquiver leurs jets de hache n'est pas difficile par contre mais ils vous foncent rapidement dessus.

Ainsi même en facile, on peut se faire amocher très facilement par un groupe, surtout avec un myrdraal dans le coin. Le myrdraal quant à lui n'est pas évident à tuer car il peut disparaitre dans les ombres, comme dans les livres : heureusement qu'ils ne sont pas trop nombreux. Il est possible d'utiliser des codes comme l'invincibilité, mais le challenge disparait aussitôt.

Le FPS est un genre un peu surprenant pour un jeu adapté d'une saga de Fantasy, mais La Roue du Temps s'en sort avec brio. Cela grâce à une réalisation technique solide, mais également une ambiance très bien restituée et un gameplay qui évite la monotonie. Une adaptation très peu connue d'un grand cycle qui mérite d'être découverte ou redécouverte.

SUPPOS : 5,5 (si vous aimez le cycle)

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

Sliver 10/02/2014 20:41

Super test !
STP comment as-tu eu une version stable ? Malgré les patches ça plante ou au pire j'ai des pb de sons malgré les derniers sortis. Impossible de trouver la résolution dont tu parles dans les menus, on reste en dessous en choix possibles.
Détail procédure d'instal utilisée stp ?
Merci bien.

mimix 09/02/2014 09:03

les graphismes sont vraiment fins pour un jeu de 1999 !!!