[RETROGAMING] Quake 2 / PC

Publié le par Sylesis

QUAKE 2
Support : PC (Win 95, 98, Linux), Mac OS, Nintendo 64, Playstation, Xbox 360
Media : 1 CD ROM

Éditeur : Activision
Développeur : ID Software
Genre : FPS
Nombre de joueurs : un joueur, multijoueur
Sortie : 1997 (PC)

[RETROGAMING] Quake 2 / PC

En 1996, ID Software sortait un jeu qui a été une petite révolution dans le genre : Quake. Quake est un jeu de tir à la première personne comme son ainé Doom, mais avec de la modélisation en véritable 3D permettant de regarder les environnements et les ennemis sous différents angles. Le succès a été tel que le genre qu'on appelait Doom-like fut appelé Quake-like. Le titre nous parlait d'une menace extra-terrestre sur le point d'envahir la Terre : une équipe dont seul le joueur a survécu est envoyé dans les dimensions de l'ennemi afin de le repousser. Et cela à travers quatre mondes indépendants et un boss. En 1997, le studio ID Software a réalisé une suite, Quake2, basée sur un moteur plus performant.

Quake 2 nous propose à nouveau un combat contre des extra-terrestres, mais cette fois le scénario est différent. La menace s'appelle Les Stroggs : des créatures alliant mécanique et organique. Des cyborgs au degré de mécanisation variant d'une famille à l'autre. La Terre est à nouveau menacée et l'armée profite d'un générateur de trou noir ennemi pour lancer une invasion de la planète hostile. Bien sûr les choses ne vont pas bien se passer à cause du système de défense Big Gun, et le joueur se retrouve seul avec pour unique compagnon son blaster personnel aux munitions illimitées. Objectif 1 : survivre. Objectif 2 : gagner la guerre à vous tout seul.

[RETROGAMING] Quake 2 / PC

J'ai été un peu surpris quand j'ai remis mon cd dans le lecteur après presque seize ans. Non pas qu'il fonctionne encore ( je prend soin de mes disques, moi môssieur !), mais que finalement, pour faire tourner le jeu correctement, je n'ai rien eu à faire. Mode "Default opengl", résolution 640*480 et fullscreen : ça m'a suffit. J'aurais pu pousser mais non, pas besoin pour dégommer du méchant. Pardon, j'ai quand même dû faire une manip trouvée sur internet et créer un petit fichier me permettant d'avoir plus de luminosité - le jeu étant sombre sur les systèmes modernes - mais c'est tout.

Le jeu est donc un FPS, si vous n'aviez pas suivi, et donc vous avez des armes à feu. Nous avons dans l'armurerie :
- le blaster de base : plus puissant qu'il n'y parait si on vise bien, et illimité.
- le shotgun : classique
- le super shotgun : deux cartouches tirées d'un coup. L'une de mes armes favorites
- la mitraillette : beaucoup de recul.
- le chaingun : ca nettoie, mais attention aux munitions.
- le lance-grenade
- le lance-roquette
- le railgun
- l'hyperblaster : ma deuxième arme favorite. Très précis et efficace.
- Enfin, la BFG 10K. Et là je cite directement le manuel : "Big, uh, freakin’ gun. This weapon redefines the word "wallpaper." Simply fire the BFG into a small room of unsuspecting Strogg and observe the new red paint job"

Les commandes sont restées simples : le personnage peut sauter, s'accroupir, straffer, courir. Pas besoin de recharger les armes, ce qui est salutaire : dans le feu de l'action, vous aurez plusieurs fois l'occasion de vider vos stocks de munitions.

[RETROGAMING] Quake 2 / PC

Quake 2, ce n'est pas une simple succession de niveau avec des environnements qui changent : vous avez une mission à accomplir. Très régulièrement, le jeu vous demande d'appuyer sur F1, ce qui vous amène à un écran de ce genre. On y voit les objectifs primaires et secondaires : primaire pour indiquer le fil conducteur de la région, secondaire pour avoir l'objectif immédiat. Ils demandent généralement d'appuyer sur un bouton ou un levier ou juste de traverser un niveau, mais parfois de trouver certains objets importants ou de se placer à un endroit pour les utiliser automatiquement.

C'est également dans cette fenêtre qu'on voit le nombre d'ennemis tués, le nombre de buts à accomplir dans la carte, et le nombre de secrets. Dans le cas présent, uniquement trois ennemis, 0 secrets à trouver : ca sent le boss. En effet : le gros boss qui tâche.
Les niveaux ne sont pas purement linéaires, dans le sens où vous devez régulièrement revenir sur des cartes précédentes pour avancer et accéder à d'autres endroits : on a vraiment l'impression de suivre une trame scénaristique, pas juste un prétexte à mutiler du pixel. Une trame bourrine, OK... Les secrets à trouver sont généralement des petites caches : sous un escalier, derrière une porte fissurée ou dans une réserve ouverte via un interrupteur bien caché. Il existe également trois niveaux secrets : le premier vous permet de trouver assez tôt une super-arme, un autre vous envoie littéralement dans l'espace.

Les missions vous amèneront en direction de la capitale, où vous affronterez le chef des Stroggs. A mesure de votre avancée, vous verrez de l'opposition de plus en plus puissante : au début simples soldats, vos adversaires disposeront pas la suite de grenades pour les Gunners, de railgun pour les Gladiators (ouch !) ou de lance-roquette pour les iron-maiden. Les Tank eux disposent de blaster, de mitraillette et de lance-roquette en plus de leur épais blindage ( ben voyons). Et encore, ce serait sans compter sur l'aviation et les mutants.
Dans Quake 2, vous pouvez évaluer les dégâts subis par un ennemi à son apparence qui deviendra sanguinolente à mesure des tirs. S'il subit des dégâts lourds, un ennemi explosera; sinon il sera juste à terre : dans ce cas, prenez votre blaster et tirez dessus jusqu'à en faire de la pulpe.

Acharnement gratuit kevinesque ? Pas vraiment. Voyez vous, l'ennemi compte parmi ses rangs une unité appelée le Médic, qui a la fâcheuse habitude de ressusciter les camarades à terre qu'il rencontre : s'il n'y a plus rien à ressusciter, vous êtes tranquille, mais si vous devez retuer un Tank ou deux ... Par chance le Medic est assez rare mais bon, on ne sait jamais ( et puis ca fait du bien). Quelque soit votre sauvagerie, vous devrez faire attention aux ennemis fraichement tués : certains vous tireront dessus même décapité, dans un soubresaut nerveux post-mortem : attention donc à ne pas vous faire blesser inutilement.
Parfois vous rencontrerez des soldats terriens, par exemple dans les centres de détention. Dans ce cas n'hésitez pas... et abattez les. 1) pour abréger leurs souffrances face aux tortures subies 2) parce que parfois ils donnent des bonus, santé ou munition. Ce n'est pas comme s'ils en avaient encore besoin après tout.

Pour ce qui est des bonus, le jeu propose les habituels kits de soins, fioles de santé pour dépasser le maximum, les armures et fragments d'armure. Il y a un autre bonus que je ne saurais trop vous recommander de pour chasser : l'adrénaline. Il s'agit d'une fiole tournoyante plus grosse que les classiques ampoules de soin, qui augmente de manière permanente votre maximum de vie de 1. Ca ne parait pas beaucoup, mais après en voir trouvé quelques, ca fait une augmentation substantielle de votre santé.
Je citerais également les très utiles "Bandoleer" et "Ammo pack", qui vous permettent d'augmenter de manière définitive le maximum de munitions transportables : très sympathique.

[RETROGAMING] Quake 2 / PC

Quake 2 introduit quelque chose de jamais vu auparavant (mais je peux me tromper) : le personnage dispose d'un inventaire. Dans les Doom et le premier quake, chaque objet était utilisé automatiquement au ramassage. Dans Quake 2, il est mis dans l'inventaire et vous pouvez l'utiliser au moment de votre choix. Et là c'est le drame pour le joueur de FPS : on lui demande de réfléchir !

Oui parce que qui dit utilisation au choix dit "est ce le bon moment pour utiliser tel objet ?" Les respirateurs et combinaisons environnementales ne causent pas de dilemme : vous êtes sous l'eau un moment, il faut respirer, on utilise le respirateur. Les autres objets seront par contre à réserver aux situations vraiment importantes, car ils ne sont pas communs.
Pour ce qui est de ces objets ramassables, j'en ai cité deux déjà, et j'ajouterais à la liste :
- le silencieux : pour ne pas se faire repérer pendant un laps de temps.
- l'invulnérabilité
- le champs de force : qui vous protège des dégâts énergétiques en puisant dans les munitions l'hyperblaster et de la BFG.
- le quad-damage : ce petit bijou est la marque de fabrique de la série, et il vous permet de multiplier par quatre les dégâts de vos armes pendant trente secondes. De quoi détruire une armée ou deux avant le petit-dej, ou un boss.

Autre possibilité du système d'inventaire : il est possible de sélectionner non pas un item consommable, mais une arme. A quoi ca sert ? A être toujours prêt à tout. Inutile de sortir le railgun contre un soldat de base, tout comme un fusil à pompe contre un tank ne vaudra pas grand chose, si ce n'est des ennuis. Par contre, un joueur intelligent peut très bien se battre au fusil à pompe en ayant sélectionné comme objet son railgun : pas de soucis contre la chair à canon et contre les boss, un bouton enfoncé et on a son gros bijou qui fait des trous.

Comme tout FPS qui se respecte, Quake 2 possède un mode multijoueur qui se résume à un Deathmatch. Le joueur peut personnaliser son personnage en choisissant le sexe, la skin ( ca change juste les couleurs) et la position de son arme : main droite, main gauche ou centrée. En dehors de ca, je n'ai jamais essayé le multi : la faute à une connexion 56k et un forfait internet trop court à l'époque.

Comme d'habitude, je termine par la partie technique. Même après toute ces années, l'aspect graphique reste correct. Les textures de l'environnement sont un peu floue et l'ensemble est anguleux. Les ennemis et les armes par contre sont réussies et assez lisses encore maintenant.

Pour la bande-son, nous avons des musiques très rythmées histoire de vous rappeler que vous ne jouez pas à Sim City. J'ai remarqué par contre que les musiques se coupaient régulièrement au cours des niveaux, pour reprendre au niveau suivant. Les bruitages sont les bienvenus, car ils vous indiquent très souvent la présence d'un ennemi avant de l'avoir vu. On peut également entendre les cris de souffrances, que ce soit des ennemis abattus ou des soldats terriens torturés/achevés par vos soins.

Mais finalement si je prend encore du plaisir à jouer à Quake 2 à cette époque, c'est parce que l'action est rapide : on vous tire dessus sans sommation et vous n'avez parfois qu'une fraction de seconde pour esquiver ou tirer au super-shotgun à bout-portant. Par chance, le personnage est très maniable, que ce soit pour sauter ou esquiver en straffant. Et ca heureusement, parce que contre les railgun des Gladiators, il ne faut surtout pas rester statique !

Finalement, Quake 2 n'est peut être pas le FPS du siècle, mais ce qu'il propose, il le propose bien. Un scénario qui donne une justification au massacre, des missions et des secrets pour briser la linéarité, des armes variées et un système d'inventaire utile. Avec celà une réalisation au top à l'époque, qui ne demandent pas trop d'efforts pour être jouable de nos jours. Bref un bon défouloir si on aime le sang, les treillis et le métal. Celui qui n'a pas connu à l'époque aura peut être du mal à s'y intéresser; moi j'aime toujours autant.

SUPPOS : 5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

merton 12/04/2014 16:44

L'introduction du rocket jump a été une révolution à l'époque et un sacré avantage en multi pour ceux qui avaient découvert cette manip' ^^

Cake Tou 12/04/2014 14:03

que de souvenirs sur ce jeu ! j'ai chopé une version PC jouable sur XBOX 1 (console "débridée") et c'est toujours un plaisir d'y jouer !!! une réf à l'époque

Paradis 12/04/2014 13:13

Très bon test (comme d'hab)
Je l'avais joué a l'époque, j'en garde que de bons souvenirs.

Merci ;)