[TEST] DIABLO III / PC

Publié le par Sylesis

DIABLO III
Support:
PC
Existe également sur Mac OS, PS3, PS4, Xbox 360
Éditeur : Blizzard
Développeur : Blizzard
Genre : Hack'n Slash
Nombre de joueurs : un joueur, multijoueur
Sortie : 2012 , 2014 pour l'extension Reapers of Souls
Signe particulier :
Connexion Internet requise

Suite du dossier Diablo, lire également :
DIABLO I
DIABLO II

[TEST] DIABLO III / PC

Diablo revient 10 ans plus tard et en profite pour faire un retour sur console. Cette fois les modems 56k ne sont plus que des cauchemars oublié et la France dispose en majorité de l'ADSL illimité. Ca tombe bien, car Diablo 3 demande impérativement une connexion et un compte battlenet pour être joué : une exigence qui a causé de nombreux hurlement au scandale.

Ici encore, j'ai eu l'occasion de jouer à Diablo 3 Day One, avec un nouvel ordinateur assemblé exprès pour ca. En fait, j'y ai même joué dés septembre 2011. Un ami sur un forum m'a demandé si j'aimais toujours Diablo : après un rapide coup d'oeil à la (très) longue liste de personnages créés dans D2, j'ai répondu oui, et reçu une invitation pour la béta fermée de Diablo 3 peu après.

[TEST] DIABLO III / PC

Le passage de Diablo 2 à Diablo 3 est l'objet d'une double cassure :
- une cassure dans la trame chronologique de l'histoire : Diablo et Diablo 2 se suivent de près. Entre Diablo 2 et Diablo 3 par contre, il s'écoule près de vingt ans.
- une cassure dans le développement : une partie de l'équipe qui a réalisé les deux premiers jeux a quitté Blizzard pour former Flagship Studio. Ce départ a entrainé un remaniement dans l'équipe et un délai dans la réalisation du jeu qui a été recommencé à zéro par trois fois.

Au début de Diablo 3, nous voyons Deckard Cain et sa nièce Léa étudier des textes anciens dans les ruines de la cathédrale de Tristram - théâtre des évènements tragiques du premier épisode - quand une étoile filante s'abat sur l'édifice et les sépare. Le personnage du joueur commence alors son aventure, arrivé à la ville de Nouvelle-Tristram pour enquêter sur la chute de cette étoile. Le personnage peut être l'une des cinq classes :
- barbare
- chasseur de démon
- féticheur
- monial
- sorcier

Contrairement aux premiers opus, le choix de la classe n'impose plus le sexe du personnage, et les personnage de chaque classe peuvent être indifféremment Homme ou Femme. L'extension Reapers of Souls a ajouté une sixième classe, le croisé.
Comme indiqué plus haut, le jeu se fait cette fois uniquement grâce à une connexion, et les personnages sont stockés sur les serveurs de Blizzard. Le nombre maximal de personnage créables est limité à 10, douze depuis Reapers of Souls, ce qui permet de faire un héros de chaque classe et de chaque sexe.

Il est également possible de créer un personnage en mode "extrême" : un personnage en mode extrême est effacé dés qu'il meurt, ce qui impose au joueur un challenge plus important.

Celui qui a joué au précédent épisode retrouvera avec plaisir le coffre en ville permettant de stocker son équipement excédentaire. Le coffre a d'ailleurs été amélioré. 1) parce que sa capacité peut être augmentée moyennant de l'or 2) parce ce coffre est en fait communs à tous vos personnages, vous permettant d'échanger l'équipement entre tous. Les personnages créés en mode "Extreme" ne peuvent toutefois pas accéder au coffre des joueurs normaux, et réciproquement.

[TEST] DIABLO III / PC

Le système de compétences a évolué radicalement entre les deux premiers jeux, et c'est encore le cas cette fois. Les personnages ne disposent plus de trois arbres d'aptitudes, mais de six listes contenant plusieurs talents. Chaque talent dispose de runes parmi lesquelles vous pouvez en choisir une, qui modifient le comportent de ce talent de manière parfois drastique. Par exemple dans le cas du talent "compagnon animal" du chasseur de démon, le choix de la rune détermine quel animal sera invoqué. Talents et runes sont automatiquement débloqués à divers niveaux de progression.

Il existe également des talents passifs débloqués à mesure de la progression du personnage. Au niveau 10, 20 et 30 ( et 70 avec l'extension), vous recevez des emplacement de talent passif. Au contraire de Diablo 2, les talents et runes peuvent être modifié à tout moment ( hors-combat) : le joueur n'est donc plus limité à son choix initial, et peut essayer un grand nombre de combinaisons.

Cette simplification se retrouve également dans les points de caractéristiques que le joueur n'a plus la liberté d'augmenter à son grès comme c'était le cas auparavant. Lorsque le personnage gagne un niveau, ses caractéristiques sont automatiquement augmentées en fonction de sa classe. Par exemple les moines et les chasseurs de démons tirant avantage de la dextérité reçoivent un bonus plus important de ce coté là que dans les autres attributs. Idem pour les féticheurs et ensorceleurs dont la caractéristique principale est l'intelligence.

L'utilisation des talents a également été changée. Dans Diablo et Diablo 2, toute aptitude active consommait du mana ( à une exception près, les flèches magiques de l'amazone). Dans Diablo 3, chaque classe a son type propre de ressource magique : la fureur pour les barbares, l'esprit pour les moines, le mana pour les féticheurs et les sorciers. Le chasseur de démon dispose quand à lui de deux ressources : la haine et la discipline. Pour ce qui est de leur utilisation, il y a plusieurs cas de figure :
- certains talents servent à générer de la ressource
- d'autres (la majorité en fait) consomme de cette ressource
- certains talents ne consomme rien, mais demandent un temps de recharge
- enfin certains talents se déclenchent automatiquement dans certaines circonstances : le talent "vengeance" des barbares a 15% de chance de se déclencher lorsque le personnage prend un coup.

Fini donc les ceintures de potions de mana : l'énergie se recharge soit en combattant avec des talents qui en génèrent, soit progressivement. Les potions de santé ne se mettent plus à la ceinture, mais en piles allant jusqu'à 100. utiliser une potion entraine un temps de recharge avant de pouvoir boire la suivante : gérez bien votre consommation lors de combats importants.

[TEST] DIABLO III / PC

Les mercenaires sont de retour, mais cette fois ce sont trois personnages que vous rencontrerez automatiquement et qui progresseront en même temps que vous : il suffit de leur parler en ville pour les inviter à vos cotés, mais ils retourneront automatiquement en ville lorsque vous serez avec d'autres joueurs. Vos compagnons disposent chacun de quatre compétences débloquées au fil des niveaux et pour chacune, vous devrez choisir parmi deux possibilités afin d'orienter votre mercenaire dans une direction qui convient à votre style. Chaque compagnon dispose de plusieurs emplacements d'armes et armures : en l'équipant bien, vous le rendez plus utile. A défaut, un compagnon ne meurt jamais définitivement, et il peut servir de distraction dans la mêlée.

L'équipement a également connu un changement avec l'ajout de quelques emplacements : les jambières, les poignets et les épaulettes. La ceinture est toujours présente mais ne joue plus le rôle de porte-potions qu'elle avait auparavant. Les conditions d'équipement ont été réduites : il n'y a plus besoin d'un certain score en force ou dextérité, seul un niveau minimum est requis.

En plaçant le pointeur au dessus d'un objet de votre inventaire, vous verrez automatiquement comparaison avec l'objet que vous avez équipé au même emplacement, ce qui vous permet de voir très vite si vous feriez plus de dégâts avec, ou si vous seriez mieux protégé.

Besoin de matériel ? Vous serez rejoint dans votre odyssée par deux artisans, voir trois si vous avez l'extension : le forgeron, le joailler et la mystique. Chaque artisan dispose d'un niveau qui détermine ce qu'il peut réaliser, et améliorable avec de l'or et et les objets adéquats.

Le forgeron vous permet de créer armes et armures, en utilisant diverses ressources. Ces ressources sont trouvables soit en combattant et en les ramassant, soit en détruisant ( recyclant) de l'équipement. Certains ne peuvent être obtenus qu'en recyclant les rares objets légendaires.

Le joailler permet quand à lui de combiner des gemmes pour en créer de meilleurs. Cette opération était possible dans Diablo 2, mais grâce à un objet appelé "Le cube Horadrim" . C'est également à lui que vous vous adressez lorsque vous désirez retirer les gemmes d'un équipement : insérer une gemme par erreur n'est plus irréparable, simplement ca vous coutera plus ou moins cher selon la qualité de la pierre.

Enfin le troisième artisan est Myriam la mystique et vous la rencontrerez au début de l'acte 5, ajouté avec l'extension : elle permet de changer l'apparence d'un objet, mais également de changer une propriété d'un objet exceptionnel ( jaune ) ou légendaire. La nouvelle propriété est aléatoire, mais vous pouvez réessayer si vous n'êtes pas satisfait.

Pas de chance au loot ? Vous pouvez faire un tour à l’hôtel de ventes et enchérir ou acheter directement maints articles. Du moins vous pouviez, car il est fermé depuis le 18 mars. Il était possible de payer en or ou en devises réelles. L’hôtel des ventes a été très sévèrement critiqué, mais il ne m'a jamais dérangé car je n'avais pas de fortune à y dépenser. Et puis si une personne est assez conne pour payer 250€ un objet virtuel, je ne vois pas où est le problème : c'est son argent, pas le mien.

[TEST] DIABLO III / PC

Diablo 3 peut se jouer seul, mais le mode multijoueur n'est jamais loin. Il suffit de cliquer sur un bouton pour ouvrir votre partie au public, et d'être rejoint par d'autres joueurs. De même, vous pouvez aussi rejoindre une partie publique au hasard.

En multijoueur, chaque personnage ( quatre par partie maximum) dispose d'une bannière personnalisable : en cliquant sur la bannière d'un joueur, vous vous retrouverez à ses cotés. Depuis Reapers of Souls, il est également possible de se téléporter à coté de quelqu'un peu importe l'endroit où vous vous trouvez.

Si vous souhaitez rejoindre une personne spécifique, l'un de vous devra avoir ajouté l'identifiant de l'autre à ses contacts auparavant. En ajoutant quelqu'un à ses contacts, il est possible de discuter en privé avec lui, de voir ses personnages et ses haut-faits.

Les Hauts-faits dans Diablo 3 servent à mémoriser vos prouesses en réussissant divers actions : finir le jeu avec toutes les classes, améliorer un artisan, ou tuer un boss dans certaines conditions particulières. Outre la possibilité de pavaner avec vos exploits, acquérir des hauts faits permet de débloquer des possibilité de personnalisation pour votre bannière personnelle.

There is no cow level ?

Non, il n'y a pas de cow level dans Diablo 3. Toutefois devant les critiques reprochant que le jeu n'était pas assez sombre, les développeurs se sont lancés dans un délire et ont créé un niveau secret : le monde imaginaire. Ce monde tout en rondeur est rempli de poneys, d'oursons et de nuages malicieux. Ok, de poneys démoniaques et d'oursons sanguinaires, mais au moins votre personnage se videra de son sang dans la gaieté. On accède au monde imaginaire en créant un bâton spécial appelé "bâton du bouvier", et en l'améliorant avec l'aide du forgeron : chaque amélioration permet de visiter ( à volonté) le niveau dans une difficulté supérieure.

Lassé de toujours enchainer les mêmes actes ? Reapers of Souls vous permet à présent de chasser les primes dans le mode aventure: des petites missions assez courtes avec de l'xp, de l'or, et des fragments de clés . Ces fragments peuvent être utilisés pour ouvrir une faille : un donjon aléatoire où il faut affronter des hordes d'ennemis avant de faire apparaitre un boss.

[TEST] DIABLO III / PC

Diablo 3 est un jeu bourré de qualités, et pourtant je ne peux pas me débarrasser de ce sentiment désagréable que ce n'est pas vraiment Diablo.

Gothique ? Oui. Les décors sont très réussis et l'histoire vous met au coeur d'une lutte contre les enfers.

Epique ? Absolument. les combats peuvent être impressionnants, et il n'est pas rare d'affronter des foules gigantesques. Tout joueur sérieux confirmera qu'à certains moments, il arrive de finir un combat après avoir affronté une centaine d'ennemis sans souffler.
Angoissant ? Pas du tout.

Malgré tout ce qu'il déploie, on n'a pas ce sentiment oppressant de folie et de terreur que l'on avait avant, et qu'on associait à la série. Même le combat contre Diablo ne m'a pas donné la moindre sueur froide. La faute à une musique trop dynamique pour la circonstance et un démon qui vous parle tout au long de l'acte IV alors qu'il a toujours été muet ( ou presque) dans les épisodes précédents.

Il faut également noter que le jeu délaisse le coté aléatoire des cartes pour privilégier l'action, au point que les joueurs avec un peu d'expérience savent qu'à tel endroit, il y a une chance sur deux pour qu'un coffre soit présent. Cette critique s'applique aux quatre premiers acte, car les zones de l'acte V semblent bien plus différentes les unes des autres et poussent à nouveau le joueur à tout fouiller.

Pourtant Blizzard a essayé de recoller avec ses prédécesseurs, en multipliant les références : le retour d'Adria qui avait disparu du deuxième épisode, Gharbad Le Faible qui était un NPC rencontré aléatoirement dans le premier épisode, le retour de Léoric et les mentions de Lazar, ainsi qu'Izual qu'on avait déjà terrassé dans l'acte IV de Diablo 2 ( pour une sympathique récompense de deux points d'aptitude). Mais ca ne suffit pas : plutôt qu'une véritable suite, j'aurais presque envie de parler de spin-off de la série.

Ca n'en fait pas un mauvais jeu, je n'aurais pas passé des centaines d'heures dessus comme mon profil peut le confirmer. Simplement il manque ce sel, ce petit goût qui m'a fait parcourir inlassablement les rues de Travincal pour tuer Méphisto et franchir le portail des enfers à la suite de Diablo, ou affronter méthodiquement les créatures de Lazarus et accéder au sous-sol ultime de la cathédrale de Tristram, les tripes nouées à l'idée de ce que j'allais y rencontrer.

La faute en revient peut être à l'évolution de l'univers vidéo-ludique et du public des consoles sur lesquelles le jeu est également sorti. Après tout le jeu est beaucoup moins exigeant que ces prédécesseurs et il n'existe plus de mauvais choix possible (sauf peut être le recyclage d'un excellent objet légendaire), comme pour s'ouvrir aux masses qui aiment de l'action rapide et immédiate sans devoir faire de la planification de build.

CONCLUSION SUR LA SAGA

En l'espace de 17 ans, les trois jeux de la série Diablo ont connu une profonde évolution. Je parle bien d'évolution et non d'amélioration : une amélioration implique une base fixe dont les qualités sont progressivement accrues. Ici il s'agit bien d'une évolution, c'est à dire un changement, dans le gameplay et le thème.

Nous sommes passé d'un Dungeon-Crawler angoissant où l'exploration progressive d'un donjon était intimement mêlée à de l'action, à un Hack'n Slash où le héros affronte des légions de monstres dans une ambiance sombre, pour aboutir à un jeu d'action gothique se rapprochant beaucoup d'un God of War. Diablo 3 nous promet au moins une deuxième extension : lui fera t'elle prendre un nouveau tournant ? Seul l'avenir nous le dira.

Pour l'instant la seule chose que je peux dire est que la série comprend trois jeux ayant chacun son identité et que malgré son âge, même le premier est facilement jouable sur ordinateur. A vous donc de voir en fonction de vos goûts et de vos attentes : de mon coté, les trois sont installé sur ma machine, et ils le seront encore longtemps.

Publié dans TESTS

Commenter cet article

Merton 04/05/2014 18:43

Le moins bon des 3, même avec le dernier patch.