[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Publié le par mossaab88

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Les années passent et se ressemblent. A chaque rentrée, quand les écoliers reprennent le chemin de l’école, un débat reprend entre certaines personnes du forum afin d’élire le meilleur jeu de foot de la saison : FIFA ou PES ?? J’ai ma petite préférence pour une série mais je ne la dévoilerai pas (vous le devinerez surement en lisant le dossier). Pour cette rentrée 2015, j’ai décidé de ne pas m’incruster dans ce débat pour vous parler de simulations de ce sport datant d’un autre temps, sortis sur une console trainant depuis toujours, une mauvaise réputation concernant ce genre de jeu.

J’ai eu ma première DC courant l’année 2000. A cette époque, je pensais délaisser complètement ma vieille PS1 sur laquelle je me suis éclaté pendant 4 ans, et me consacrer entièrement à la belle de Sega. C’est vrai que cette dernière nous a gâté tout le long de son existence en nous proposant des jeux divers et variés qui marqueront à jamais notre carrière de gamer. Or, il existe un type de jeu sur lequel la demoiselle a eu du mal à s’imposer face aux consoles de Sony, il s’agit de jeux de foot.

A l’achat de ma DC, je sortais de 4 années de folie footballistique sur PS1. Ça a commencé avec FIFA 96 à l’achat de la console, en passant ensuite par FIFA 98 : en route pour la coupe du monde (qui est encore à ce jour mon jeu FIFA préféré) et en finissant avec ISS PRO, qui a complètement révolutionné le gameplay des jeux de foot. Ces softs n’avaient rien d’extraordinaire, mais étaient tout simplement fun et pas prise de tête. Je me suis essayé à tous les jeux de foot sortis sur DC, mais j’avais fréquemment envie de rebrancher par PS1 pour m’éclater sur ISS. Il est vrai que la console a été boudée par EA et Konami concernant les jeux de sports, mais SEGA ne s’est pas laissée faire en réalisant des jeux de foot avec les moyens dont elle disposait. Elle aurait pu simplement s’inspirer des meilleurs jeux de foot sortis sur PS1, et profiter de la puissance de sa bécane pour nous proposer quelque chose d’exceptionnel. Mais la firme japonaise est surtout connue pour son penchant pour l’innovation et l’originalité … Personnellement, je me suis bien amusé en jouant aux jeux de foot DC, mais j’entends très souvent que ça reste une console pas faite pour les footeux, à tord ou à raison. Afin que chacun puisse se faire un avis sur la question, je vous propose une petite rétrospective concernant les adaptations footballistiques sortis sur DC, sous forme de mini tests.

P.S : UEFA Striker et European Super League ne seront pas traités dans le dossier car sortis aussi sur PS1.


SEGA WORLDWIDE SOCCER 2000
Support : Dreamcast

Développeur : Silicon Dreams
Editeur : SEGA
Année : 1999

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

1er jeu de foot sorti sur Dreamcast, SWWS est le 3ème jeu d’une licence de jeu de foot commencée sur Saturn deux ans plus tôt. Ce 3ème opus a corrigé le plus gros défaut des éditions précédentes et qui concernait le faible nombre d’équipes jouables. Ici, pas moins de 150 clubs sont présents, issus des plus grands championnats (Espagne, Angleterre, Italie, …) ainsi que de ligues beaucoup moins suivies par chez nous (Etats-Unis, Japon, Ecosse). Le jeu propose 6 modes de jeux différents dont les classiques coupe du monde et championnat, et d’autres plus originaux comme la coupe arcade qui est une compétition rassemblant des clubs du monde entier, et le mode éditeur qui permet de créer une compétition en toute pièces. Cette fois-ci, Sega a réussi à s’octroyer les licences de la plupart des équipes que le jeu propose, et pour plus de convivialité et de fun, le jeu est jouable à 4 en simultané. Pour le moment, c’est que du bon.

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Passons au gameplay. Le jeu est assez rapide à prendre en main et accessible à tous. Ici, pas besoin de combinaisons de touches compliquées pour effectuer une action ou un geste technique. Le coté arcade du jeu impose des combinaisons assez simples pour exécuter des dribbles et se résument en général à enfoncer la gâchette droite + une touche directionnelle. Plusieurs réglages tactiques sont disponibles avant chaque match, et pour encore plus de fun et de réalisme, on joue à pile ou face avant chaque partie pour déterminer qui donnera le coup d’envoi. Les joueurs exécutent instantanément les actions voulues, et leur maniabilité reste agréable au cours des matchs.

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Reste à traiter le côté graphique que l’on peut résumer en 3 mots : C’est moche !!! ça reste quand même potable comparé à ce qui existait à l’époque sur les consoles concurrentes, mais on sait tous que notre chère DC est capable de mieux faire. Les visages des joueurs sont grossièrement modélisés, on en reconnait aucun, et leurs corps sont bizarrement carrés avec des épaules très larges comparées au reste, avec des pieds pointus comme les chaussures de Sonic. Tous ces défauts sont accentués par une caméra trop proche des joueurs à mon gout, et qui nous empêche d’avoir une vue large sur le champ de jeu. Les terrains sont assez tristes et se ressemblent presque tous, avec des supporters représentés uniquement par un amas de points colorés, et pas un seul drapeau qui flotte dans les tribunes. Il existe aussi un radar comme dans la plupart des jeux de foot, mais qui est placé bizarrement en haut à gauche de l’écran et on ne peut le déplacer, les habitués des radars centrés en bas de l’écran seront un peu déboussolés. Mention spéciale quand même pour les commentaires en anglais et l’ambiance sonore dans les stades, qui ne sont pas sans rappeler les stades en feu lors de week-end de Premier League.

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Malgré les points négatifs cités, il ne faut pas oublier que SWWS 2000 est le premier jeu de foot sorti sur DC, ce qui pardonne pas mal de ces défauts. Sega aurait dû développer cette licence afin de concurrencer plus sérieusement les FIFA et PES de l’époque. Malheureusement, ce ne sera pas le cas malgré un dernier opus sorti à l’occasion de l’EURO 2000, et qui sera le prochain jeu que je vais présenter dans la suite de notre dossier (inclinez-vous devant cette fabuleuse transition).


SEGA WORLDWIDE SOCCER 2000 : EURO EDITION
Support : Dreamcast

Développeur : Silicon Dreams
Editeur : SEGA
Année : 2000

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Détrompez-vous, nous n'allons pas reparler de Sega Worldwide Soccer 2000, mais d’un autre jeu sorti quelques mois après ce dernier, j’ai nommé Sega Worldwide Soccer 2000 Euro Edition. Sega a profité de l’engouement pour l’EURO 2000, pour sortir une version spéciale de son jeu de foot. Ce procédé a été déjà expérimenté par EA en 1998 avec son jeu Coupe du monde France 98 qui a connu un petit succès à l’époque.

SWWS 2000 EE (la flemme de tout réécrire !) aurait pu connaitre le même succès, s’il ne s’était pas contenté de proposer les mêmes modes et équipes que l’opus précédents, mis à part les quelques équipes nationales européennes qui ont été rajoutées. Pour justifier le EURO EDITION, il a suffit de remplacer le mode coupe arcade par le mode coupe européenne, l’éditeur de coupe/championnat quant à lui, a tout simplement disparu.

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Le gameplay reste le même, par contre pas mal de réglages tactiques, comme le marquage, l’attitude offensive/défensive durant les matchs, ne sont plus disponibles. Fini aussi les parties de pile ou face avant d’attaquer un match, ce fût ma plus grosse déception.

Le seul point positif qui ressort de ce jeu reste sur plan des graphismes qui ont subi un lifting depuis le dernier opus. Faut pas s’attendre non plus à une amélioration phénoménale, les joueurs sont toujours méconnaissables pour la plupart, mais disposent désormais d’un corps plus humain et moins carré. Les stades ont aussi gagné en couleurs et en beauté, et les supporters sont correctement modélisés et brandissent à chaque match les couleurs de leur équipe préférée. Les commentaires sont toujours en anglais avec la possibilité du commentateur de prononcer les noms du joueur en possession de la balle, ce qui était assez rare à l’époque.

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Alors que penser de ce jeu ? Graphiquement il est loin devant tout ce qui faisait en matière de jeu de foot de l’époque, mais ce n’était pas suffisant pour convaincre les détenteurs de l’opus sans l’EURO EDITION d’investir dans ce jeu. Il aurait été plus judicieux de prendre un peu plus le temps pour améliorer le gameplay + graphismes + contenu de la 1ère édition du jeu, et sortir tout cela dans une version 2001, qui proposera de vraies nouveautés et qui lancera une série annuelle comme le font FIFA et PES. Malheureusement l’aventure SWWS s’arrêtera avec cet opus, SEGA laissera tomber sa seule série de jeux de foot, pour se lancer dans d’autres tentatives footballistiques.


VIRTUA STRIKER 2 VER. 2000.1
Support : Dreamcast

Développeur : SEGA
Editeur : SEGA
Année : 2000

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Alors là, laissez tomber tout ce que vous avez appris en matière de gameplay sur les jeux de foot, débranchez votre pad DC et remplacez-le par un bon stick arcade, car il s’agit ici avant tout d’un pur jeu arcade plutôt qu’une tentative de simulation réaliste de football comme on l’a vu jusque là.

Virtua Striker 2 Ver. 2000.1 (SEGA, le spécialiste des titres à rallonge) fait partie des nombreuses adaptations DC des jeux sortis sur la borne de SEGA, la Naomi. La série a démarré en 1994 sur système arcade SEGA Model 2, le dernier épisode de la série en date est sorti en 2006 sur la plateforme arcade Triforce de SEGA (Virtua Striker 4 ver. 2006).

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Plus besoin d’innombrables combinaisons de touches pour effectuer une action, ici trois boutons suffisent :
- Un bouton pour effectuer une passe courte en phase d’attaque ou un tacle en phase défensive,
- Un bouton pour effectuer une passe aérienne,
- Un bouton pour shooter au but.
Malgré ces commandes simplistes et très typés arcade, il nous sera facile d’effectuer de superbes gestes techniques et de marquer de très beaux buts.

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Avant de débuter un match, on aura le choix entre 32 sélections nationales et 3 modes de jeu :

- Arcade : c’est le mode utilisé sur les bornes Naomi en salle arcade. Les matchs ne durent qu’une seule période qui peut aller de 2min à 45min. En cas de victoire on passe au match suivant, et en cas d’égalité, on joue au but en or pendant l’équivalent d’une minute avant de passer à la séance de tirs aux buts. Si on remporte la finale, un écran congratulations s’affiche puis le générique démarre sur fond de replays de vos meilleurs buts.

- International Cup : un classique des jeux de foot, le mode coupe du monde est disponible et n’apporte rien de nouveau.

- Variations : le mode que je trouve le plus intéressant, qui nous permet de créer notre propre compétition (championnat, coupe ou survivor qui consiste à battre toutes les autres équipes du jeu d’affilé sans perdre un match). On peut aussi choisir le nombre de joueurs humains qui peut atteindre 32 joueurs (pas en simultané bien sûr, on ne peut jouer qu’à deux en même temps) ce qui peut donner la sensation d’être dans une salle arcade avec ses potes tout en restant chez soi.

Je n’ai pas encore parlé du plus gros point fort du jeu qui réside dans ses graphismes. On a entre les mains un jeu qui exploite à 100% les capacités de la console et qui démontre son gros potentiel. Une claque visuelle à l’époque. Les joueurs sont excellemment bien modélisés, les couleurs sont vives et chatoyantes, les stades et les tribunes sont tellement réalistes qu’on se croirait en pleine coupe du monde. Chaque équipe nationale a ses propres chants de supporters, on peut donc entendre le public scander « Allez les bleus ! » quand on choisit l’équipe de France, ou bien des sons de tambours quand on joue avec l’équipe du Maroc par exemple.

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Tous les ingrédients cités auraient pu faire de VS2 le jeu de référence footballistique de la console. Cela auraient pu être vrai si on ne prenait pas en compte les quelques défauts qui viennent gâcher cette image de jeu parfait. La conversion du système du Naomi n’est pas parfaite et souffre de quelques bugs, notamment au niveau du gameplay. En effet, on peut avoir l’impression que les commandes souffrent d’un léger temps de latence et que les actions ne se déclenchent pas au moment où nous appuyons sur le bouton, chose inexistante dans la version arcade du jeu. Il faut absolument faire quelques matchs d’entrainement afin de s’y habituer avant d’attaquer une compétition. De temps en temps on aura aussi droit à des problèmes de ralentissements quand plusieurs joueurs sont présents à l’écran, et qui conduisent la plupart du temps à des pertes de balles. Enfin, le bug ultime qui me faisait le plus rager concerne l’IA foireuse du joueur contrôlé. Il arrive parfois que le joueur même balle au pied, ne sache quoi faire de cette dernière et tourne autour jusqu’à ce qu’on la lui chipe. Pire encore, en pleine course avec un adversaire pour rattraper le ballon, le joueur contrôlé décide de rebrousser chemin à 2m du ballon et le laisser à l’adversaire. Ce genre de bug empêche de construire le jeu et enlève toute dimension tactique au jeu.

Personnellement, il m’est difficile d’avoir un avis tranché sur ce jeu tellement je me suis amusé dessus. Sega apporte du fun dans un jeu de foot comme elle seule sait faire, notamment en prenant en compte l’horloge interne de la console pour recréer dans le jeu l’ambiance de la matinée, après-midi ou soirée. On a aussi la possibilité de débloquer 3 équipes cachées complètement loufoques : MVP Yukichan et MVP Royal Genki composées de personnages cartoonesques qui n’ont rien à faire dans un stade de foot, et le FC Sega, équipe de bras cassés composées des programmeurs de chez Sega.


UEFA DREAM SOCCER
Support : Dreamcast

Développeur : Silicon Dreams
Editeur : Infogrames
Année : 2000

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

UEFA Dream Soccer, derrière ce titre se cache le jeu grâce auquel Sega voulait se racheter auprès des Seaga-maniacs amoureux du ballon rond. Pour cela, la firme japonaise a délaissé le coté graphismes ultra réalistes de VS2, pour proposer un soft avec une infinité de paramètres personnalisables et une multitude de modes de jeu avec des graphismes moins poussés.

Les modes solos proposés dans le jeu sont ultra consistants : championnats, coupe, contre la montre, défi mondial, mode arcade, mode survie et enfin, le plus original, le tournoi des genres. Oui oui, le jeu propose bien un tournoi dans lequel on peut confronter des équipes nationales masculines, à des équipes féminines. Et oui, en 2000 déjà, SEGA qui confirme son statut de précurseur dans le domaine des JV, nous donne la possibilité de jouer avec des équipes féminines, ce que FIFA a fait en ….. 2015 avec FIFA16 (un autre jeu sorti sur N64 uniquement aux US nous proposait d’incarner que des équipes de filles, Mia Hamm Soccer 64, si un expert N64 passe par là, peux-tu nous communiquer la date de sortie du jeu stp ?).

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Une multitude de paramètres, qui sont généralement figés dans la plupart des jeux de foot, sont ici modifiables : indulgence de l’arbitre, climat, état de la pelouse, mouvements et affluence des supporters, … c’est simple, le maitre mot dans ce jeu est Personnalisation.

Que dire des commentaires excellents durant les matchs. Déjà, il s’agit là du seul jeu de foot sur la belle de Sega disposant de commentaires en français, et c’est Jean-Pierre Papin himself qui intervient en tant que consultant. L’ambiance sonore est vraiment magique quand on marque un but, la foule se déchaine dans une explosion de joie et de cris à en donner des frissons. Ces deux paramètres (commentaires + foule) contribuent à rendre le jeu plus réaliste et plus proche des ambiances de vrais matchs.

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Coté graphique, ça va vite (très vite comparé à VS2), on sent bien que le jeu tourne en 60 images/secondes. Comme dit précédemment, le réalisme n’est pas poussé au maximum comme dans VS2, mais la modélisation des joueurs reste bonne pour un jeu de l’époque. On est loin de la standardisation de la troche des joueurs comme dans SWWS, ici chaque joueur est modélisé de façon à ce qu’il ressemble un maximum au joueur dans la réalité, et ça marche car on arrive facilement à les reconnaitre. De plus les voir évoluer dans de beaux stades était vraiment l’argument qui m’a fait le plus aimer ce jeu, surtout les matchs joués au soir qui rappellent de près les soirées Champions League.

Côté gameplay, le jeu assez facile à prendre en main, contrairement à VS2 où on ne pouvait utiliser que la croix directionnelle, ici on a le choix entre cette dernière et l’analogue. Les gestes techniques sont faciles à exécuter, et sont déclenchés via des pressions sur la gâchette gauche. Bref, les contrôles sont maitrisés assez rapidement, et les actions voulues se font instantanément. L’IA quant à elle reste le gros point noir de ce jeu. Il faut dire que le challenge n’est pas trop élevé, il faut jouer en niveau expert pour avoir un minimum d’adversité. Il m’arrivait souvent de traverser tout le terrain avec le gardien et marquer, les adversaires restant souvent stoïques devant le porteur du ballon ou bien n’arrivent jamais à le rattraper car ils ne couraient pas assez vite. Malheureusement, cela s’applique aussi à vos coéquipiers qui se baladent parfois sur le terrain plutôt que d’aller se placer. On délaisse du coup tout le coté techniquo-tactique habituel des jeux de foot pour se contenter de mener des attaques en solo pour marquer, dommage …

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Ce jeu reste quand même pour une grande partie des fans de la DC, le meilleur jeu de foot de la console. Le jeu en lui-même est bon et cumule les bons points. Je me suis beaucoup amusé sur ce jeu, mais le challenge et la difficulté que j’ai connus dans les Master League sur ISS et PES me manquait. Il compense ce manque avec du contenu original et exclusif certes non disponible dans les FIFA PES, mais je me lassais assez vite, malgré le fait que je sois un amateur de jeux de foot. N’empêche, ça reste un excellent jeu de foot qui aurait dû connaitre plus de succès, et qui a été éclipsé par le grand manitou des jeux de foot de l’époque : ISS.


90 minutes
Support : Dreamcast

Développeur : Smilebit
Editeur : SEGA
Année : 2001

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

La spécificité de ce jeu réside dans le fait qu’il soit sorti après l’annonce de l’arrêt de la console, ce qui en fait un des derniers jeux DC à être édité. On pouvait s’attendre donc à un jeu qui exploite au maximum les capacités de la console, et qui évitera au passage de commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs. SEGA aurait voulu nous gratifier d’un ultime jeu de foot parfait sur sa DC, je vous annonce de suite le résultat de sa tentative : c’est raté !

Pourtant tout était là pour nous pondre un bon jeu. Smilebit, développeur du jeu, nous a habitué à de bons jeux comme l’excellent Jet Set Radio. Les licences officielles sont présentes que ce soit pour les noms d’équipes ou des joueurs, et un mode outils est disponible pour nous permettre de créer notre propre équipe que ce soit avec des joueurs réels ou crées par nos propres soins. Cet outil permet aussi d’effectuer des transferts entre les équipes afin de mettre à jour les effectifs suite à chaque mercato. 32 équipes nationales sont disponibles ainsi que pas mal de ligues européennes. Le jeu se contente de modes de jeu très classiques tels que championnat du monde ou championnat national.

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Ces bons points sont malheureusement gâchés par une réalisation, disons le, assez merdique. Le jeu souffre du syndrome Virtua Striker, avec ce fameux temps de latence au moment du déclenchement de l’action. Contrairement à VS, l’animation est beaucoup plus rapide, on a plus de mal à construire le jeu et effectuer les actions voulues au bon moment, on a vraiment l’impression de ne pas contrôler complètement nos joueurs. Bon courage pour faire des gestes techniques, même avec la plus grande concentration du monde, le joueur effectuera le geste voulu une fois sur dix. Même les passes restent compliquées à faire, car elles ne sont pas du tout assistées par le jeu.

Je ne vais pas trop m’attarder sur les graphismes qui sont tout simplement moches, et très moyens même pour l’époque. Les joueurs sont méconnaissables et carrés de partout, la couleur de la pelouse est très flashy pour du gazon naturel, et les bruitages sont vraiment mauvais (on tape dans un ballon comme si on tapait dans un bidon en plastique).

[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Si vous aimez les jeux de foot compliqués et limite injouables, 90 minutes est fait pour vous. Malheureusement SEGA a raté sa dernière occasion pour se réconcilier avec les amateurs de foot. On peut se poser la question pourquoi avoir régressé de cette manière après un bon UEFA Dream Soccer, peut être que l’annonce prématurée de l’arrêt de la console en est pour quelque chose…


La DC ne nous aura pas marqués avec ses jeux de foot comme l’ont fait la PS1 et la PS2. Personnellement, parmi tous les jeux cités, il y en a un auquel je rejoue de temps en temps, il s’agit de VS. Pourquoi ce jeu ? car des softs de foot qu’on peut jouer au stick il y en a pas beaucoup, et sincèrement l’expérience est sympa. On peut se lancer dans un championnat arcade qu’on peut finir en 15 minutes, c’est assez pratique quand on n’a pas beaucoup de temps.
 
J’attends donc vos retours concernant les jeux développés dans ce dossier, ainsi que vos souvenirs concernant ces jeux et de cette période, où SEGA était très lié au monde du foot, car il ne faut pas oublier que la firme a été un acteur majeur dans le football européen début des années 2000, en étant le sponsor officiel de 4 équipes issues de 4 championnats européens majeurs : Saint-Etienne en France, Arsenal en Angleterre, Deportivo La Corogne en Espagne et la Sampdoria en Italie. Une petite photo souvenir pour boucler ce dossier, et pour vous remercier de m’avoir lu jusqu’au bout, je suis certain que ça vous fera plaisir ^^.
[Dossier] On refait le match sur Dreamcast !

Publié dans FOCUS

Commenter cet article

Footocoeur 15/10/2015 21:38

super article, je me suis régalé à la lecture merci à l'auteur.
Un vieux jeux de foot du genre qui était quasi injouable sur PS1 ou PS2 mais impossible de s'arrêter c'était "libero grande"; enfin la dreamcast et le foot c'est uniquement virtua striker entre amis :D

mossaab88 16/10/2015 15:44

Merci Footocoeur, comme toi j'ai mon jeu de foot injouable sur lequel j'ai passé des centaines d'heures à jouer, c'est 90 minutes. Le jeu me saoulait avec tous ses défauts mais je ne n'arrivais pas à lâcher le pad.

Dr Floyd 14/10/2015 22:38

il est quand même sorti pas mal de jeux de foot sur Dreamcast, 7 je crois ?, en peu de temps

mossaab88 16/10/2015 15:41

C'est ça Doc', 7 jeux en 2 ans.

jackwa 14/10/2015 21:50

Bof bof...
Moi je retourne jouer a match day sur mon amstrad cpc sans +.

mossaab88 16/10/2015 15:46

Mouais ...
Je te laisse ton match day, je préfère de loin mon Virtua Striker buggé =D

Fan of Dream-C 14/10/2015 16:16

j'adore la dream mais en matière de foot, ce fut horriblement mauvais et aucun des jeux présentés ici ne m'a plu (à l'époque et aujourd'hui) ; pour moi c'est simple : aucun jeu de foot sur Dream est bon, aucun

Fan of Dream-C 04/01/2016 17:10

ce n'est pas une question de contenu mais de plaisir et de sensations en jeu et les jeux de foot sur Dream sont loin (très loin) des PES de l'époque !

mossaab88 16/10/2015 15:49

Les hits qui sortaient sur la PS1 à l'époque en matière de jeux de foot n'ont laissé aucune chance à ceux sortis qui sont sortis sur DC. UEFA Dream Soccer est un excellent soft, qui possédait un contenu beaucoup plus riches que les ISS et FIFA, mais malheureusement la mode était aux Master league sur ISS, du coup les joueurs se tournaient directement vers les valeurs sûres de l'époque.

Davidoudou 14/10/2015 14:21

Le gros point faible de la N64 c'était les jeux de baston, sur Dreamcast c’était le foot !
Et c'est dommage car un bon jeu de foot qui aurait mis tout le monde d'accord aurait peut-être sauvé (temporairement) la console, qui sait ?
Bon en même temps, j'aime pas les jeux de foot ^^

mossaab88 16/10/2015 15:52

Ta comparaison entre la N64 et la DC est excellente !
Je partage ton avis sur le fait qu'un bon jeu de foot aurait peut être sauvé la console. ça aurait au moins pu booster les ventes de la console en France avec l'engouement des français envers le foot à l'époque, après la coupe du monde 98 et l'euro 2000.