[TEST] Dex / PC

Publié le par Sylesis

DEX
Support : PC
Existe également sur PS4, Xbox One

Éditeur : Dreadlocks
Développeurs : Dreadlocks
Genre : Action-RPG
Nombre de joueurs : un
Sortie : 2015-2016

[TEST] Dex / PC

En temps normal, je ne suis pas fan des plateformes de jeux du genre Steam : plein d'occasions pour dépenser son argent pour des jeux qu'on ne possède pas réellement et parfois des déceptions après un achat impulsif. La semaine passée, j'ai ouvert GoG Galaxy pour poursuivre les aventures de mon sorceleur d'amour, quand j'ai ouvert par curiosité la page du magasin. La section RPG montrait des titres que je connaissais déjà intimement - Planescape Torments, Baldur's Gate 2 et consorts - mais un jeu a attiré mon attention : Action-RPG, en 2D ? Je n'ai pas hésité à payer. Après une journée de travail pendant laquelle mon ordinateur téléchargeait les 2go de fichiers à la maison ( tout le monde n'a pas la fibre), je testais enfin Dex.

[TEST] Dex / PC

Evidemment, je n'ai pas pris uniquement le jeu pour son genre Action-RPG. La raison tient en fait en un mot qui me fait toujours vibrer quand je l'entend : cyberpunk. Oui, le cyberpunk : un registre de la SF créé en 1984 par William Gibson avec Neuromancien. Sans être le genre le plus connu de la science-fiction, on y trouve de merveilleuses pépites sur divers supports : en papier avec le Samouraï Virtuel de Neal Stephenson, en papier et en vidéo avec Ghost In The Shell, sur grand écran avec Matrix, et aussi en jeu de rôle avec Shadowrun et ses propres adaptations. N'oublions pas également Deus Ex et et Human Revolution.

Le cyberpunk est situé généralement dans un futur très proche, où la technologie omniprésente a rongé l'homme jusqu'à l'âme. Implants, produits synthétiques, hyper-abondance de l'information et omnipotence des super-entreprises ont déshumanisé la population qui n'est désormais qu'une masse de chair et de métal palpitante dans les rues de gigantesques métropoles.

Dans cette masse se trouve Dex, une jeune femme aux cheveux bleus qui médite sur son avenir : va t'elle se fondre dans la foule sans nom de Harbor Prime, ou tenter de garder son identité ? Ses réflexions sont coupées court par un certain Raycast qui la prévient d'un raid armé la visant. Sans vraiment comprendre ce qui lui arrive, Dex va devoir fuir rapidement et s'enfoncer dans les ombres pour reprendre son destin en mains.

[TEST] Dex / PC

Après une succession de poursuites et de combats qui serviront de didacticiel, vous aurez enfin la possibilité de diriger Dex comme bon vous semble : on vous donne une mission pour faire avancer, un fil rouge, mais pour le reste, à vous de voir.

Je suis immédiatement allé voir la gestion de mon personnage : inventaire, implant, compétence... Ah, on a du choix ! Nous disposons de quatre compétences majeures et quatre tierces (mais utiles, attention), Augmenter une compétence se fait grâce à des points que l'on gagne à chaque niveau et en utilisant des cubes de données, les talents les plus poussés demandant jusqu'à trois points. Un rapide calcul permet de voir que pour faire un personnage totalement Munchkin, maitrisant toutes les compétences, il faudrait 52 points. Or, on ne peut monter que jusqu'au niveau 20, et même avec les divers cubes, on ne peut pas monter si haut. En conséquences, il faut faire des choix, et décider de sa façon d'approcher les choses.

A titre d'illustration, j'ai décidé d'être solide en piratage, de m'appuyer sur mon endurance et les bonus associés pour me battre au corps à corps. Je possède une arme à feu mais je n'ai jamais tiré, préférant une approche furtive et diplomate quand je peux.Notez bien les deux barre situées au milieu de l'écran, j'en parle dans un instant.

[TEST] Dex / PC

Comme dans tout jeu d'action, Dex dispose d'une barre de points de vie, mais pas seulement. La barre de concentration qu'elle a en plus interviendra dans les piratages, aussi bien ceux des ordinateurs que ceux en RA ou Réalité Augmentée. En piratant un ordinateur, vous contrôlez un avatar en forme de tourelle et dont l'énergie vitale correspond à votre concentration. Pour vous défendre, vous disposez de quelques programmes offensifs comme flèche, arc à impulsion et spam, Selon votre utilisation, vous consommerez de la barre bleue mais celle ci se recharge vite.

Ce n'est pas le cas de la barre de concentration et vous devrez faire attention dans votre lutte contre les divers défenses virtuelles : une barre de concentration vide vous éjecte du cyberespace avec un choc traumatique entrainant la perte de 50 points de vie, qui peut entrainer un Game Over. Mention spéciale pour la variété des contre-mesures électroniques : chacune nécessite une approche différente et foncer dans le tas n'est pas recommandé.

Les ordinateurs sont des sources d'informations, d'expérience et même parfois d'argent, mais ce n'est pas la seule façon d'utiliser votre compétence de piratage. A tout moment dans le monde réel, vous pouvez passer en vue Réalité Augmentée.

Dans ce mode, le temps se fige et vous pouvez explorer les environs avec votre avatar électronique pour voir ce qui peut être piraté : caméras, distributeurs, tourelles anti-intrusion et même les ennemis si avez le talent nécessaire. Chaque passage en RA coute 5 points de concentration, et chaque tentative de piratage provoque l'arrivée de la cavalerie électronique, mais désactiver l'équipement de détection est un bon moyen de passer sans être vu. Ni abattu.

Les combats se feront en début de partie aux poings, en enchainant quelques combos, bloquant quand l'adversaire frappe et faisant une roulade pour échapper à une mêlée. Avec un peu de discrétion, vous pouvez même réaliser une exécution silencieuse. Plus tard vous trouverez des armes à feu et même un laser : vous devrez alors déplacer un curseur de tir sur votre cible. A vous de voir selon votre style, vous êtes libre dans votre choix.

[TEST] Dex / PC

Oui, vous êtes libre. Libre d'explorer la ville à votre guise, découvrant quartier après quartier la faune qui compose Harbor Prime. Les curieux pourront d'ailleurs résoudre certaines missions en récupérant des objets avant même de réaliser qu'ils en avaient besoin. Croyez moi, ca m'est arrivé au moins deux ou trois fois pour l'instant.

Libre dans vos dialogues : vous pouvez aussi bien rester le plus poli possible ou de secouer les puces ( électroniques ?) de votre interlocuteur. Avec des répliques du genre "T'as avalé une pharmacie ou quoi ?!"

J'ai particulièrement apprécié ce ton, qui permet de voir la personnalité que les développeurs ont voulu donner à Dex : elle n'est juste un avatar neutre que le joueur dirige à sa guise, mais un personnage bien construit dont on suit l'histoire. Une réalisation confirmée par le titre du jeu qui reprend le nom de l'héroïne. Et au passage, comme le dit dans le jeu le Dr Niles : Dex est "bien plus qu'une jolie p'tite paire de fesses..."

Enfin libre dans vos décisions : les NPCs vous demandent quelque chose mais en fin de compte, c'est vous qui décidez de comment les choses termineront. Par exemple, quelqu'un vous demande mettre fin aux menaces de mort qu'elle reçoit, puis vous demande d'épargner le responsable : vous pouvez bien sûr le faire, mais aussi accepter de faire payer votre silence, ou tout simplement de tuer le maître chanteur. La décision est la votre, mais les conséquences aussi, alors réfléchissez bien.

Et là on sent bien le potentiel du jeu, sa rejouabilité : autre incarnation et autres choix, pour une autre fin. Je n'ai pas encore terminé le jeu ( j'en suis à 15h depuis une semaine), mais l'éditeur promet plusieurs fins possibles.

[TEST] Dex / PC

Fidèle à l'esprit cyberpunk, le jeu permet d'acheter et faire installer des implants une fois que vous aurez acquis un neuro-tissus. Installer un implant est définitif, et le nombre que le corps de Dex peut supporter dépend de son endurance. Il existe aussi deux rangs d'implants, basiques et avancés : les avancés demandent que vous trouviez d'abord une Sy-nterface. Notez aussi que les implants avancés coutent une coquette somme d'argent : c'est dans ces cas qu'on apprécie la compétence Négociation. Enfin les effets des implants sont assez variés et tous ont leur utilité : cyber-jambes, respirateur pour s'immuniser contre les gazs toxiques, augmenteurs de dégâts au corps à corps, radar...

Au niveau technique, le jeu est une réussite : les graphismes sont de toute beauté, les rues sont animées. L'atmosphère cyberpunk est très bien rendue. Selon les lieux et les occasions, le jeu zoomera automatiquement sur le personnage : le passage se fait en douceur et permet notamment d'admirer les mouvements des cheveux de Dex. On notera que l'animation est fluide et sans a-coups, que ce soit en combat, durant les déplacements en ville ou durant les phases de plateforme où vous devrez faire de la gymnastique avec le décors.
En ce qui concerne la maniabilité, le jeu propose de jouer à la manette ou au clavier+souris. Hélas, ma fidèle Logitech Precision n'a pas assez de boutons être utilisable, j'ai donc dû jouer au clavier, avec un peu d'appréhension au début. En fin de compte, le clavier une fois bien configuré convient bien, et ne nuit pas au plaisir de jeu.

En plus des graphismes, une immersion réussie dans le cyberpunk nécessite une bonne bande-son : c'est le cas içi. Outre le fait que chaque personnage avec lequel vous pouvez interagir a sa propre voix, les musiques sont véritablement du miel pour les oreilles. Elles sont à la fois discrètes, adéquates et mémorables, et n'ont rien à envier à celles des Deus Ex.

Enfin le jeu lui même pousse à réfléchir : on ne vous mâche pas tout et accomplir une mission ne se résume pas à suivre un indicateur de destination. Il suffit de bien lire les notes, le reste est simplement de la logique. Un adversaire dangereux est dépendant d'une drogue de combat ? Qui d'autre que le pharmacien peut vous renseigner ?

Et quand je parle de réfléchir, oui, il faudra parfois utiliser ses neurones, comme pour ouvrir les coffres forts. A une exception près, les combinaisons n'ont pas été laissées bien en vue à l'attention du premier visiteur. Non il faudra les deviner; toutefois et comme souvent dans la réalité, les propriétaires ont des aides-mémoires pour parvenir à retrouver la combinaison en cas d'oubli : à vous deviner leur logique, sachant que réussir donne un certain sentiment de fierté.

Constat parfait ? Ah, si seulement... Malheureusement, j'ai remarqué quelques bugs :
- le premier n'est apparu qu'une fois en 15 heures de jeu, et faisait que je ne pouvais emprunter des escaliers pour sortir d'un bâtiment. Il a fallu que j'utilise l'option de voyage rapide.
- le deuxième est plus commun : il arrive qu'avec la souris, il soit presque impossible de sélectionner certaines options de dialogues. Il a fallu que j'utilise les flèches du clavier pour mettre en surbrillance mon choix puis appuie sur Entrée.

Peu de jeux se basent sur le cyberpunk, et moins encore parviennent à restituer la quintessence du genre. C'est pourtant l'exploit que parvient à réaliser Dex, en se rapprochant de l'oeuvre de William Gibson par diverses facettes. Bien réalisé, riche et offrant une liberté de jeu énorme, la fille aux cheveux bleus ne manque pas de personnalité ni d'attrait. Pour peu que vous soyez fan du genre, vous êtes garanti de passer un excellent moment. Les autres trouveront un action-rpg original et bien ficelé.

SUPPOS : 5,5/6

[TEST] DOOM / PS4

 

Publié dans TESTS

Commenter cet article

Drakkhen 27/06/2016 12:36

Accessoirement, quand on achète un jeu sur GoG, c'est : Zéro DRM.
Il t'appartient, aucun logiciel tiers n'est nécessaire pour le faire tourner.
C'est la philosophie de la plateforme.
De plus, CD Projekt et GoG, c'est la même boîte.

Atlantis 26/06/2016 16:33

Purée, tu m'as donné envie Doc...

Gamobeauf 26/06/2016 13:27

Je ne connaissais pas, et tu me l'as vendu :)
achat prévu prochainement sur ps4 ou one !
merci pour ce test