TEST RETRO : ZELDA OCARINA OF TIME / NINTENDO 64

Publié le par Jayetbobfr

Titre : The Legend of Zelda Ocarina of Time
(ゼルダの伝説 時のオカリナ, Zelda no Densetsu Toki no Okarina)

Editeur :
Nintendo
Développeur : Nintendo
Support : Nintendo 64
Année : 1998




Après la claque de A Link to the Past sur Super NES (qui au passage m’a démonté la mâchoire et rendu accroc), j'attendais avec impatience la suite du tout de vert vêtu. Un problème pour tous les Zelda-fans comme moi, il a fallu ronger son frein pendant un bon moment (seuls les fans de Duke Nukem peuvent comprendre !). Il y a certes eu Link’s awakening sur GameBoy pour avoir notre dose mais le temps a semblé interminable entre l’opus sur Super NES et celui sur Nintendo 64. Miyamoto nous promet un jeu exceptionnel avec des démos techniques à l’appui et prend son temps pour concevoir son bébé (4 ans de développement).

En cette année 1998, le jeu est attendu comme le Messie. Mais un doute vous assaille : Le saut de génération de consoles n’est pas anodin car il marque le passage de la 2D à la 3D. Comment la série va-t-elle évoluer avec l’ajout d’une dimension qui oblige à bouleverser les bases du gameplay ? Le gamopat averti sait déjà que beaucoup de séries très glorieuses de l’époque 2D s’y sont cassées les dents. Alors quand vous vous procurez enfin la fameuse cartouche, c’est avec une joie teintée d’une certaine angoisse…


zelda-ocarina-time-titre-02.gif


Lorsque vous allumez la console, l’écran titre apparait : Link parcourt à cheval la vaste contrée d’Hyrule avec grâce pendant que la musique apaisante de Koji Kondo vous berce. Et là, vous êtes sous le charme dès les premières secondes.

Mais venons-en à l’histoire : vous incarnez Link bien sûr qui vit dans la forêt Kokiri, entouré justement du peuple Kokiri, des lutins habillés de vert, tous accompagnés d’une fée. Vous êtes réveillé, après un cauchemar récurrent, par la fée Navi qui vous interpelle. Elle sera désormais votre compagne de route car vous étiez le seul Kokiri à ne pas avoir de fée. Mais le plus important est que le vénérable arbre Mojo, le protecteur de la forêt, vous convoque. Après vous être équipé, vous tenter de sauver l’arbre Mojo du mal qui le ronge. Mais il finit par mourir, non sans vous avoir transmis ses dernières volontés : protéger la Triforce et aller à la rencontre de la princesse Zelda.

Comme à son habitude, l’histoire n’est pas très compliquée et a pour but de nous immerger directement dans l’action. C'est peut-être bateau de dire cela mais on recherche souvent à donner de la profondeur à un jeu en étoffant à outrance le scénario. C’est un phénomène typique chez la plupart des RPG et jeux d’aventure nippons : cela devient indigeste avec les nombreuses lignes de dialogues. Ici, chaque partie scénarisée explique la situation clairement et sans détour. Mais il ne faut pas confondre simplicité et simplisme, on en apprend énormément dans ce jeu sur la série, plus que sur n’importe quel autre : La création du monde par les trois déesses, l’apparition de la Triforce, les origines de Ganondorf…


zelda-ocarina-arbre.jpg
Le vénérable arbre Mojo

Maintenant que vous avez le contrôle du petit bonhomme vert, traitons à présent un point important du jeu : le Gameplay. Celui ci est entièrement repensé pour la 3D. La progression ne change pas fondamentalement, vous vous dirigez toujours dans un monde ouvert à explorer à votre guise mais votre temps sera principalement consacré à explorer les donjons. Vous progressez pièce par pièce en abattant les ennemis et surtout en résolvant les énigmes (que certains apprécient plus ou moins) avant d'affronter le boss final. Les habitués remarqueront que nombres de mécanismes s’inspirent de ceux de son prédécesseur : dans le cas des boss, il faut trouver leur point faible et l’exploiter jusqu’au bout.

Pour venir à bout de tous ces obstacles, votre personnage doit se contrôler au doigt et à l’œil. Le contrôle de Link est simple à la base mais offre beaucoup de possibilités : Vous êtes équipé d’une épée et d’un bouclier dont l’utilisation est aisée. Cela est rendu possible par la « visée Z ». Lorsque vous vous approchez d’un ennemi, votre fée Navi le désigne et il vous suffit d’appuyer sur Z pour verrouiller votre cible. Ainsi vos déplacements se feront de manière à toujours garder l’adversaire en face de soi. Vous pourrez vous défendre sans approximation et surtout attaquer avec précision. Simplicité aussi pour les actions contextuelles (parler, ouvrir une porte), toutes ramenées au bouton A.


zelda-ocarina-visee.jpg
La visée Z

Vous aurez aussi à utiliser plusieurs objets via trois touches C. Vous devez manier l’arc, le grappin, le boomerang ou encore les bombes. L’objet le plus important dans tout cela reste quand même l’Ocarina du temps. Une fois activé, vous devrez vous-même jouer les mélodies que vous avez apprises. Mais pas de panique, chaque morceau s’apprend très vite et le nombre de notes se limite à 5 (les 4 touches C et A). L’Ocarina est indispensable pour beaucoup d’actions spécifiques : la résolution d’énigmes mais surtout la téléportation.

Il faut ajouter à tout cela un cycle jour/nuit qui fait son apparition, certaines actions ne seront possibles qu’à certaines heures (il faut prendre en compte les emplois du temps). Dans la seconde partie du jeu, il vous sera possible d’effectuer vos déplacements extérieurs à cheval  avec Epona.


zelda-ocarina-ocarina.jpg
L'Ocarina du Temps


Un autre point fondamental du jeu, celui ci joue sur la dualité : à l’instar de A link to the Past et de ses deux mondes jumeaux, ici vous devrez explorer Hyrule à deux époques : présent et avenir. Vous contrôlerez un Link enfant puis un Link adulte, chacun ayant certains objets spécifiques et des possibilités propres. Certaines actions dans le présent auront bien sûr des répercussions dans l’avenir, ce point sera souvent la clé de nombreuses énigmes.

Durant votre aventure, vous visiterez des contrées très contrastées peuplées d'habitants appartenant aux différents peuples d’Hyrule : Les Gorons, le peuple de pierres qui vit au pied de la montagne du péril, les Zoras, le peuple aquatique qui veuille sur la source Zora et sur l’immense et paisible lac Hylia ou encore les fières Gerudos, les femmes du désert. Au passage, un petit aparté sur les grandes fées. Si les petites fées comme Navi sont de jolies petites lucioles ailées, les grandes fées sont de grandes hystériques (cri de folle à l’appui !) portant des tenues indécentes, déconcertant !


zelda-ocarina-fee.jpg
Une des grandes fées, hum...

Venons-en à la réalisation. Elle est tout simplement incroyable, la Nintendo 64 est exploitée à fond. Tout a été travaillé au moindre détail pour coller parfaitement à l’ambiance de chaque lieu. Seuls des jeux utilisant l’Expansion Pack arriveront à afficher de meilleurs graphismes.

Les personnages avec qui vous dialoguez sont très vite attachants. Chacun profite d'un design très caractéristique (voir caricatural pour forcer le trait humoristique). Les dialogues manient souvent un humour bon enfant (les deux sorcières du temple de l’esprit sont hilarantes). Quant aux ennemis, on retrouve beaucoup de créatures ayant œuvré en 2D. Ici, ils sont profondément remaniés pour s’adapter à la 3D.

On voit que les développeurs ont pensé à chaque détail et le travail est minutieux. Ce travail a permis de rendre les extérieurs souvent idylliques. Ce souci du détail se retrouve surtout dans les donjons. Le level design est extrêmement travaillé, tous est pensé pour exploiter au mieux le passage à la 3D.

La musique, indispensable à l’ambiance, ne souffre d’aucune fausse note. Elle colle parfaitement à chaque lieu. On peut prendre comme exemple le thème héroïque de la plaine d’Hyrule, la musique d’outre tombe du temple de l’ombre ou encore celle inquiétant du temple de la forêt. Koji Kondo s’est donné beaucoup de mal pour nous offrir des thèmes de qualité.

Avec tout çà quelle est la durée de vie du jeu ? Et bien, déjà la quête principale vous prendra pas mal de temps : sachez que vous avez à explorer 8 donjons auxquels il faut ajouter 2 donjons secondaires et l’ultime donjon. Viennent se greffer de nombreuses quêtes secondaires (ajoutez dans le tas un donjon facultatif) afin de compléter son équipement mais surtout de trouver les nombreux quarts de cœur qui parsème le jeu. Cela va du petit truc simple au parcours du combattant afin de décrocher chaque fragment de cœur. On y passe vraiment du temps à découvrir tous les secrets du jeu ! Votre capacité à résoudre les énigmes (certains n’aiment pas trop cogiter) fera varier la durée de vie. Malgré tout, celle-ci reste énorme.


Personne ne peut le nier, Ocarina of Time est devenu un jeu mythique. Beaucoup de choses ont été dites sur ce jeu. D’un point de purement statistique, il cumule les records du jeu le plus vendu de la saga et aussi du jeu le mieux noté de l’histoire du jeu vidéo. Dernier Zelda réalisé par Miyamoto, il marquera profondément la série. A tel point qu’il laisse encore des traces sur ses successeurs (certains disent qu’il est difficile de faire mieux que la perfection). Mais gardons les pieds sur terre, devant tous ces superlatifs, le mieux reste de se forger son propre avis en y jouant (si ce n’est pas déjà fait !). Mais pour moi, la note est sans appel…

SUPPOS : 6/6
testé par Jayetbobfr
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg








Link et la princesse Zelda (les jeux portent son nom mais c'est toujours ce pauvre Link qui se tape tout le boulot !)



Notes complémentaires :
Master Quest

A l’origine Ocarina of Time devait sortir pour le module additionnel de la Nintendo 64 : le 64DD. Devant le retard de celui-ci, le jeu a été reporté sur la N64. Par la suite, un projet de contenu additionnel sur 64DD pour Ocarina of Time fut entrepris : Ura Zelda. Mais celui-ci fut abandonné. L’idée d’Ura Zelda sera reprise pour un disque promotionnel sur Gamecube qui contenait 2 jeux : Ocarina of Time et sa version appelée Master Quest.

zelda-ocarina-master-quest.jpg

Ce disque pouvait être obtenu en précommandant The Wind Waker au Japon et aux Etats-Unis. En Europe, il était inclus dans la version collector de The Wind Waker. Mais qui a-t-il de différent dans Master Quest ? Eh bien, à première vue tout semble identique à un point près : les donjons. Les salles sont toujours les mêmes mais la progression est modifié. La place des ennemis est changée et surtout les énigmes sont différentes. Celle-ci sont beaucoup plus ardues voire tordues (j’en connais qui s’arracheront les cheveux). Master Quest représente donc un défi pour tout ceux qui ont fini de fond en comble Ocarina of Time.

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

Galickgun 30/07/2011 01:15


bien dit pyramide-roug, ce ne sont que de petit joueur ridicule qui ne savent pas de quoi ils parlent...Ocarina of time est le jeu le mieux fait de tout les temps à cette époque et grace à sont
système de visé révolutionnaire qu'on n'utilise dans presque tout les jeux du genre, le jeu video a été réinventé depuis...longue vie a ocarina of time...


Pyramid-Roug 18/08/2010 14:30



Moi je l'ai découvert en 2008 et c'est pour moi le meilleur des Zelda 3D.


Choderlos t'es qu'un p'tit joueur et 68000 t'y connaît rien.



chronos1172 17/06/2010 16:49



Je relance les commentaires ^^


Peut etre le jeu qui m'a le plus scotché,le plus éblouie...J'ai eu des frissons a de nombreux frissons,notamment avec la scène du puits au village,ou Sheik se fait démonter alors que je
m'imaginer qu'il etait surpuissant ^^


Vivement ce remake legendaire!!!



BOBBY 30/07/2008 05:15

Le Zelda 3D! Avec Majora's Mask! Jeu qui reste encore trés plaisant à jouer aujpord'hui...Excellentisme! :D

47 28/07/2008 16:36

Pour ceux que ca interesse il existe un pack cell shading pour jouer sur emulateur.
On est loin du niveau de windwaker mais ca rend le tout nettement plus agréable avec des texture HR.
Avant de me faire insulter par tout le monde moi non plus j'ai pas super accroché sur le style de windwaker mais force est de constater que ca redonne un coup de jeune a OOT
Le pack ce nomme "celda pack"

davidou 28/07/2008 13:43

Ne pas se fier aux captures d'écran, celles-ci ont dû être faites sur emulateur, ce qui n'est pas top pour les graphismes...

indask8 28/07/2008 13:31

Moi qui ai acheté une 64 il y à deux mois, j'ai pas regretté ce jeu...

Parfait en tout points, je comprend parfaitement que malgré les années, il reste l'un des jeux les mieux notés au monde.

Senbei 17/09/2007 03:45

Un jeu incroyable pour l'epoque et en avance sur lson temps, comme Mario 64 ou la serie des Shenmue , des jeux innimitables meme aujourd'hui , comme quoi la puissance d'une machine ne fait pas tout. 6 suppos bien mérités !PS:Choderlos t'es vraiment le boulet de service !

Choderlos 14/09/2007 13:05

peuh!regardez-moi cest graphisme cubiques et aliasés, bien content d'être à l'heure de la HD, les jeux ils sont mieux.

eric 10/09/2007 12:20

Zelda OOT, l'un des derniers grands jeux de nintendo.J'adorerai trop qu'ils le refassent sur NDS, comme mario 64 en son temps.

XBMC 10/09/2007 11:21

"c'est un hommage au dernier album d'asterix"   MDR Uderzo avec son délire goldorak c'est d'un goût ..  genre je tilte 20 ans en retard, réac et gateux à la fois.

Zodiac35 10/09/2007 09:20

J'ai toujours pas compris pourquoi les concepteurs ont donné un aspect science fiction au jeu (cf les portails et les monstres avec des néons bleux, on se croirait dans metroid). Ils ont fumé un gros pétard c'est pas possible...ou bien c'est un hommage au dernier album d'asterix. 

DBZ3 10/09/2007 08:45

en 1998 ok pour lui mettre 6 suppos, mais pas pour Twilight Princess en 2006 qui n'apporte rien.

68000 10/09/2007 01:15

6 suppos a un zelda en plus sur n64 rien qui m'étonne

XBMC 09/09/2007 22:29

La pirouette à l'étouffée "Twilight Princess",  je l'avais aussi estimée  maussade, pour avoir si peu au final :  un zelda fast food au fumet d'entubage.  Heureusement que phantom hourglass sors sur DS pour redresser la barre...ET ocarina of time restera un grand jeu qui marque le passage à la trouadé comme Mario 64 l'avait fait.

guishooo 09/09/2007 22:12

Zelda sur wii est juste EXTRAORDINAIRE,et ocarina of time sur n64 est excellent,bref...bravo Nintendo!

olivic 09/09/2007 21:57

Personnellement, je trouve que Master Quest est un jeux vraiment loin d'être fini au niveau du level design. J'ai vraiment détester les donjons. De plus, ceux-ci comportent un grand nombre d'incohérence au niveau des énigmes.

Yakobee 09/09/2007 21:56

Exactement! Repousser le jeu d'un an juste pour viser avec l'arc et agiter l'épée avec un son bien saturé dans le haut parleur de la télécommande. quelle ringuardise! Ne parlons même pas des donjons encore plus  linéaires qu'une voie férée, du village Cocorico dénaturé, de la maison du yéti qui ridiculise bien le jeu.... 

DBZ3 09/09/2007 21:34

une blague commerciale pour vendre la wii : ca a marché !

Pulsar 09/09/2007 21:26

Le Zelda qui m'a le plus fait frémir. en tout cas beaucoup plus en son temps que Twilight Princess lors du dernier Noel...quelle blague ce jeu!