[TEST] ODDWORLD LA FUREUR DE L'ETRANGER / XBOX

Publié le par Devilcastor

Editeur : Electronic Arts
Date de sortie : 3 Mars 2005
Support : Xbox


Il y a des personnages qui auront marqué l'histoire d'une console. Mario pour Nintendo, Sonic pour Sega, et je pense sincèrement que cet Etranger aura marqué de son empreinte la console de Microsoft. Un univers absolument fantastique, un humour décapant, empressons nous vite de se jeter dans la fureur de l'Etranger...

Nous arrivons d'entrée dans un monde tout droit sorti du croisement entre l'Amérique du Far West et l'univers déjanté d'Oddworld. On incarne l'Etranger, personnage qui porte bien son nom puisque l'on ne connaît absolument rien de lui au début du jeu. On sait seulement que c'est un chasseur de primes qui veut récolter un maximum d'argent pour se payer une mystérieuse opération chirurgicale. Il doit alors retrouver des truands locaux pour se remplir les poches.

Pénétrons alors dans un paysage à la fois impressionnant et grandiose. La qualité graphique du titre est telle que l'immersion se fait instantanément. Les capacités de la Xbox ont été repoussées dans leurs derniers retranchements, et on a bien là entre nos mains un petit bijou. Jamais un soft ne vous aura autant scotché devant l'ecran. L'Etranger jouit d'une animation tout aussi remarquable, et l'on a plaisir à galoper (le mot n'est pas de trop) dans cet univers fascinant. La gestion du milieu aquatique est sensationnelle, le champ de vision est quasiment sans limites, les textures sablonneuses et "canyonesque" sont admirables. Les adjectifs manquent pour qualifier la claque que nous inflige Oddworld. La diversité des lieux visités donne au joueur l'impression de ne jamais faire la même chose, et de plus, le titre se paye le luxe de changer d'orientation dans l'univers graphique grâce à une pirouette scénaristique forte intéressante.



Me demandez pas comment des poulets dégénérés ont amené l'électricité jusque là !

Mais là n'est pas le seul faire valoir de l'Etranger. En temps que chasseur de prime, il se doit d'avoir un arsenal conséquent. Ici, ce n'est pas vraiment le cas. En effet, une seule arme est à sa disposition, une sorte d'arbalète. Mais la réelle innovation vient du fait que ce sont les munitions que l'on enclenche sur cette arbalète qui vont faire de cette seule arme un arsenal redoutable. Et quelles munitions ! Notre ami se sert uniquement d'animaux ou d'insectes qu'il va devoir chercher dans la nature ! Au programme : araignées, abeilles, écureuils enragés, autant de créatures qui possèdent des spécificités qui permettront a l'Etranger de capturer ses ennemis. Et pour cela, le gameplay passe habilement de la vue à la troisième à la vue FPS ! Les commandes deviennent alors extrêmement précises, et les ennemis n'auront aucune chance une fois l'art des munitions maîtrisé. A vous de rapporter les truands morts ou vifs, selon les techniques que vous aurez utilisé, sachant que la récompense sera beaucoup plus forte si vous les ramenez vifs.


Ca va péter ! Oops, trop tard...


Le scénario nous réservant beaucoup de surprises et étant plutôt conséquent, la durée de vie est plus que raisonnable pour un jeu d'aventure de ce type. Comptez une vingtaine d'heure pour arriver à la fin de l'aventure. De plus, a mi-chemin du scénario, l'orientation du jeu change complètement, ce qui donne l'impression de jouer à un autre jeu, prolongeant ainsi la sensation de découvrir un nouvelle expérience.

Que serait un tel soft sans une bande-son qui tienne la route ? Et bien nous ne le serons jamais, car la Fureur de l'Etranger peut se targuer d'avoir une réalisation musicale tonitruante. C'est Michael Bross, déja récompensé par une médaille d'or au festival de New York pour son travail sur la bande originale de Munch's Oddysee, qui a composé les thèmes de l'Etranger. Autant dire que nos oreilles sont ravies d'écouter de telles mélodies. Pour ce qui est des bruitages et des doublages VF, c'est du tout bon également. Les protagonistes bénéficient dès lors d'une grand personnalité, ce qui ne gâchent rien au plaisir et ne fait que renforcer notre attachement envers eux.



Il a pas la classe notre Etranger, hein ?

Depuis le premier épisode : L'odyssée d'Abe sorti sur Ps1, l'humour est une chose omniprésente dans les réalisations des studios Oddworld Inhabitants. L'Etranger n'échappe pas à la règle, et même si le scénario est un peu plus profond que d'habitude, des larges sourires s'afficheront néanmoins sur votre visage. Les villageois, qui ne sont que des poulets dégénérés, sont hilarants, et certaines situations sont d'un pure comique. La force du jeu se situe aussi dans les contrastes qu'il peut y avoir au niveau de l'histoire, certains passages vous feront réfléchir et vous poser des questions sur l'environnement, les rapports entre êtres-vivants, bien plus qu'un simple jeu en définitif...



Le village, c 'est aussi des commerces accueillants et chatoyants.

En conclusion, vous aurez vite compris qu'il s'agit là d'un indispensable sur Xbox, et il est donc vivement conseillé de vous le procurer afin de vivre une aventure sensationnelle en compagnie de l'Etranger. Une réalisation irréprochable, un gameplay presque parfait, un scénario accrocheur, une bande son mélodieuse font de ce titre une petite merveille à ne manquer sous aucun prétexte. Un quasi sans faute pour ce qui est à coup sûr l'un des 3 meilleurs jeux de la Xbox ! Certes il a quelques défauts, mais l'humour contrebalance largement. Pour cette raison, il mérite largement la note de 5 suppos et demi.

SUPPOS : 5,5 / 6

 

 

Publié dans TESTS

Commenter cet article

pubpub 14/01/2016 18:55

rarement un jeu m'a autant plongé dans son univers,
oddworld est il définitivement mort?
ou y a t il un espoir de voir ressortir un jour autre chose qu'un remake?

Docteur Worms 14/01/2016 13:21

Test ressorti des cartons ! Mais ce jeu, qui est tombé sous les foudres des nombreux remakes HD d'après 2010, est toujours aussi excellent aujourd'hui !

CoolBap 02/11/2008 16:20

Jeu vraiment EXTRAORDINAIRE =D !!!

L'Etranger 13/05/2008 11:46

bon bah super test, mon best game sur Xbox première du nom, d'ou mon pseudo. A mon avis le meilleur jeu de Oddworld Inhabitants.

dormin 12/05/2008 19:05

Plus de retrocompatibilié... mais vous en faites oas, vous pourrez surement le racheter contre 1000 point MS.
Sans notice ni boite

Tozman 12/05/2008 16:18

Un vrai bon jeu comme on en fait plus !

Celui là est vraiment génial !

goomba_powaa 12/05/2008 16:08

je veux y jouer! microsoft réactualisez la liste de sjeux retrocompatibles svp!

indask8 12/05/2008 13:22

Bon en fait il à pas été repoussé...

En réalité je confondait avec Munch's odyssey

Sortie effectivement au lancement (ou presque) le 14 mars 2002.

Encore désolée pour la confusion. :P

indask8 12/05/2008 13:11

Désolée effectivement je me suis trompé. ^^

C'est parce que le jeu était annoncé au lancement, mais il à été retardé maintes fois.

shakaan 12/05/2008 12:59

Ouiii ^^ je l'ai, il est génial! c'est du oddworld pur et dur, de l'humour, un univers incroyablement depaysant et violent, et surtout des caricatures du monde réel parfois plus qu'explicite... Quasiment mon premier FPS console qui m'a réconcilié avec le genre (j'etais un extremiste du clavier/souris avant..), ce jeu est hallucinant. Un truc qui m'a frappé etait la finition extreme apportée au jeu avec notamment une traduction des textures: ce qui est ecrit sur des ecrans, des panneaux, l'est en français pour la version fr, pas besoin d'appuyer sur un bouton devant un panneau illisible pour voir apparaitre son contenu dans un popup, la, il suffit juste de se rapprocher!

goomba_powaa 12/05/2008 11:11

Oui, ce jeu est sorti lors de la fin de la console, un beau cadeau d'adieu!

quelqu'un sait s'il est compatible xbox360?

ILY 12/05/2008 09:52

Le début de la xBox? n'importe quoi. Ce jeu date de mars de 2005 et la xBox première du nom est sorti fin 2001.
Pour info, la xBox 360 est sorti en tout fin 2005, soit presque 8 mois après ce jeu.

indask8 12/05/2008 09:31

Et dire que ça date du tout début de la xbox...

Quel graphismes!

Et en prime un jeu original, ce qui manqua un peu par la suite.