RICHARD GARRIOTT ET LA SERIE ULTIMA

Publié le par Dr Floyd



Richarg Garriott
est le créateur de la série culte Ultima, la licence de jeux de rôle référence dans les années 80.

En 1979 le petit Richard bosse durant l'été dans un magasin informatique. Pendant son temps libre il programme sur place en basic sur Apple 2 (la machine de rêve de l'époque !). Il finit par proposer à son patron de vendre un jeu programmé par lui-même : Akalabeth : World of Doom. Petit succès dans le magasin : 8 exemplaires vendus (le début de la gloire!) 

> Akalabeth, le jeu

California Pacific remarque alors le jeu et va signer un contrat avec le jeune programmeur : 30 000 exemplaires seront vendus. Richard passe alors à la vitesse supérieure et développe pour California Pacific le fameux ULTIMA.

Richard Garriott prendra le pseudonyme de "Lord British", surnom qu'il avait eu à l'université pour son parlé "so british".


Historique de la série ULTIMA :

1979
Akalabeth / ou "ultima 0"


Franchement, moi ça me fait rêver ! (sérieusement)

1980
Ultima I
 (publié par California Pacific)


Le programme est toujours écrit en basic. Le graphisme est sommaire, mais suffisant pour l'époque, et quasiment toutes les touches du clavier ont une fonction (un peu galère pour se souvenir de tout !). Ce système "barbare" sera repris jusqu'au 5e épisode.

1983
Ultima II: Revenge of the Enchantress(publié par Sierra-On-Line)
(Sur Apple 2 puis Atari 800, PC et C64 plus tard)
Suite à un désaccord avec l'éditeur du 1er épisode Richard ira chez voir du coté de chez Sierra-On-Line. Cette fois ci il passe à l'assembleur (quand même !). Les graphismes s'améliorent, avec zoom lorsque vous rentrez dans un lieu.  Le jeu sera publié avec une carte en tissus.

Richard fonde alors sa propre société Origin Systems, on est jamais mieux servi que par soi-même.

Il sait même jongler ! Trop fort !


Ultima III: Exodus(1er jeu de Origin Systems)
(Apple 2 puis C64, PC, Amiga, NES, Sega Master System)
Le joueur contrôle cette fois ci un groupe de 4 personnages ayant chacun ses propres caractéristiques. Le système de combat est revu pour l'occasion avec un zoom sur les personnages.

1984
Origin signe un contrat de distribution avec Electronic Arts (déjà là eux!)
Ultima IV: Quest of the Avatar
(Apple 2 puis C64, PC, Amiga, ST, NES, Sega Master System)
C'est l'apparition des vertus et la possibilité de parler aux "non joueurs. Un épisode fantastique et complet.

1988
Ultima V: Warriors of Destiny
(Apple 2, Commodore 64, Commodore AMIGA, ST, NES, Commodore 128, PC, Sharp X68000)

Dernier Ultima programmé directement par Richard Garriott, et aussi dernière version pour Apple 2. C'est la plus belle version 2D : améliorations graphiques, apparition du cycles jour/nuit, interactivité avec les objets, les "non joueurs" ont une activité propre...


Dès lors Richard ne participera plus à la programmation des jeux, les 8 bits et 68000 sont abandonnés au profit des grosses configs PC, le style graphique va alors fortement évoluer, faisant disparaitre le charme des versions précédentes. Des épisodes parallèles vont même être produits (comme Martian Dreams où l'on se retrouve propulsé sur Mars ! Richard est également fan de l'exploration spatiale, il possède chez lui un petit engin lunaire acheté aux enchères).

Voici un resumé des principales suites :


1990
Ultima VI: The False Prophet.
Premier Ultima en "fausse 3D" isométrique.

Grosse évolution graphique pour le 6e épisode

1992
Ultima Underworld
: un épisode à part qui ne rentre pas dans la série. Un jeu de Role/FPS : un donjon 3D texturé à explorer, révolutionnaire à l'époque (avant Doom !)

1992
Ultima VII: The Black Gate
(+add-on
Forge of Virtue)

1993
Ultima VII Part Two: Serpent Isle
(+add-on Silver Seed)
Ultima7 marque la possibilité de jouer au jeu entièrement à la souris.

1994
Ultima VIII: Pagan.

1997
Ultima Online.
Ultima débarque sur internet pour un jeu multi-joueurs

1999
Ultima IX: Ascension

Le dernier jeu de la série qui passe en "full 3D". hélas le jeu n'est fini à sa sortie, a cause d'un différent avec Electronic Arts sur la date de sortie...
  Résultat un jeu raté et buggé ! Vraiment dommage, nous attendions tant du 1er Ultima en vraie 3D !


RICHARD VECUT DES JOURS HEUREUX...

Richard Garriott est un homme riche, il possède 2 châteaux et se passionne pour le monde médiéval... Hélas la saga Ultima semble belle et bien terminée. Nous ne pouvons que déplorer l'envahissement du marché par les "RPG", jeux de rôle simplistes et enfantins venus du Japon pour gamers boutonneux, et qui n'ont vraiment plus rien à voir avec les vrais jeux de role comme Ultima et leur ambiance "Dungeons & Dragons". Il nous reste cependant encore la série Elder Scrollqui est le digne héritier des jeux de Richard Garriott.

En 2007 il tente un retour dans le monde du jeu vidéo avec Tabula Rasa, un MMORPG réalisé pour le compte de NCsoft, un bide commercial total. Il sera aussitôt remercié.

richard-garriott-space.jpg

En 2008 il se paye un voyage dans l'espace à bord de Soyouz TMA-13 pour devenir le 6e touriste de l'espace. Prix du caprice : 30 millions de dollars ! L'aventure spatiale semble être désormais la préoccupation principale de Richard Garriott.

Publié dans LES IDOLES

Commenter cet article