[RETROGAMING] KICK OFF

Publié le par Fifa1

(Test réalisé sur « Kick Off Extra Time », à l’aide d’un émulateur pour les screenshots)

Attention ce jeu est un HIT : élu Gamopat d'or dans Gamopat Magazine, 99% dans Gamopat+, 6 étoiles dans Gamopilt... C’est en 1989 que Kick Off a déboulé sur Atari ST, et ce jeu a tout simplement révolutionné le monde du jeu de Football grâce à sa rapidité et sa maniabilité inédite.



La maniabilité


Dans n’importe quel autre jeu de football, lorsque l’on déplace la croix directionnelle ou le stick analogique pour changer de direction, le programme considère que le sprite ou le modèle en trois dimensions sensé représenter le footballeur dans le jeu, est suffisamment habile de ses pieds pour ne pas perdre le ballon. Le ballon suit donc le mouvement appliqué à l’avatar et part dans la direction qu’a décidé de prendre le joueur. On imagine effectivement mal aujourd’hui dans des jeux à grosse licence, Zinedine Zidane changer de direction en oubliant le ballon.

Kick Off part du principe inverse et c’est là son principal atout. Contrairement à tous les autres jeux de Football de l’époque et d’aujourd’hui, c’est le seul jeu ou l’on « pousse » le ballon comme dans la réalité. En tant que joueur, vous êtes virtuellement footballeur, et vous devez être suffisamment habile du joystick pour emmener le ballon ou vous l’avez décidé. Vous ne dirigez donc pas un binôme indissociable constitué du joueur et du ballon, mais un footballeur qui doit se battre pour réussir sa conduite de balle, en appliquant au ballon des impulsions du côté opposé à la direction qu’il souhaite lui faire prendre (imaginez une simulation de billard pour mieux comprendre cette phrase). Le jeu est raisonnablement simple à prendre en main lorsque l’on joue en mode facile car la vitesse du jeu est réduite. Il devient extrêmement pointu en mode difficile. Les différents modes de difficulté du jeu ne sont d’ailleurs basés que sur la rapidité : plus le jeu est rapide, plus la balle est difficile à contrôler et plus vous devez être habiles du joystick. La rapidité est réglable selon 5 niveaux de difficultés aussi bien pour votre équipe que pour l’équipe adverse.

La deuxième grosse originalité dans le gameplay de Kick Off vient du fait que toutes les actions sont réalisables à l’aide du stick et d’un seul bouton… Effectivement avec un simple bouton et un joystick, on est capable de réaliser des passes, frappes, lobs, têtes, reprises, tacles et de mettre le pied sur le ballon. Toute la panoplie du footballeur est là, à l’exception des passements de jambes, grigris et autres retournés acrobatiques. Il est même possible après des années d’entraînement de réaliser des grands ponts. 


Graphismes, animation, sons…

Les graphismes sont le gros point faible du jeu, et encore… Des bandes vertes (deux verts différents) pour représenter la pelouse et pour avoir l’impression d’avancer, des lignes blanches pour les limites du champ de jeu, un point blanc représentant le ballon, et deux parallélépipédiques rectangles filaires vus de haut depuis une verticale presque parfaite mais très légèrement isométrique pour représenter deux buts avec des filets invisibles… Les joueurs sont vus de haut et on voit surtout leurs épaules et leurs crânes ainsi que de petits bouts de membres lorsqu’ils courent. On notera toutefois que les joueurs et le ballon ont des ombres, ce qui est bien pratique pour juger de l’altitude du ballon dans une vue aérienne. Sans être vraiment moches, les graphismes sont réduits au minimum vital pour assurer la jouabilité mais restent très correctes pour l’époque : pas de publique, pas de banderoles, pas de banc de touche, pas de sponsors sur les maillots, le néant… le terrain semble planté là au milieu de nulle part. 
 

 

 
 
(Et non… c’est sur la barre, dommage)

 

L’animation est elle le deuxième gros point fort du jeu après la maniabilité. C’est rapide, très rapide en mode « International », voir trop rapide pour certains. C’est fluide, très fluide (moyennant quelques ralentissements lorsque la surface de réparation est pleine de monde), et malgré des graphismes minimalistes, les animations des joueurs sont crédibles et relativement bien faites, même si elles ne se résument qu’à courir, sauter et tacler (pas de passements de jambes ou de feintes de corps). La physique du ballon est elle plus que crédible. Les frappes partent vite, les lobs partent haut, les rebonds sur les poteaux sont impressionnants de réalismes, les collisions sont plutôt bien gérées (moyennant quelques superpositions de sprites aux heures de pointe dans la surface de réparation), l’animation du filet virtuel lorsque le ballon pénètre dans le but est excellente, bref c’est du très fort pour un jeu qui tient sur une disquette de 360 ko et qui tourne sur un processeur cadencé à 8Mhz !

Les sons sont discrets, et se résument aux bruits du ballon, aux coups de sifflet de l’arbitre, et à la foule en délire lorsque l’on marque (il n’y a ni musiques, ni chants le reste du temps). Quelques voient pseudo digitalisées annoncent les fautes et les penalties, et la musique d’introduction (la seule du jeu) reprend les chants des supporter suivi d’un « beat » effréné en qualité MIDI. 


Modes de jeux, options, réalisme

Les modes de jeux sont faibles comparés aux productions actuelles, suffisants pour un jeu de foot de l’époque, et largement suffisants pour s’amuser puisque le plaisir de Kick Off réside dans le simple fait de pousser le ballon. On peut s’entraîner seul face à personne, s’entraîner à tirer des penalties, faire un match simple ou une saison complète. Personnellement, quinze ans après j’arrive à m’amuser sur ce jeu en ne faisant que des matchs simples (les bleus contre les rouges). Au niveau des paramètres du jeu, en plus de la difficulté, on peut régler la vitesse du vent, la gestion des frappes et l’état du terrain (sec, humide, détrempé…) mais honnêtement je n’y ai jamais touché.

 

Question réalisme il y a du bon et du moins bon. La maniabilité du ballon est clairement réaliste, unique, révolutionnaire, les joueurs se poussent épaule contre épaule, les tacles sont très bien gérés (ils demandent un bon timing), on sent réellement les différences de rapidité et de frappe d’un joueur à l’autre (l’avant-centre est rapide, le numéro 10 a une frappe précise), les possibilités de gestion tactique au niveau de la composition de l’équipe permettent de trouver des solutions face à certains adversaires, le radar permet de garder un œil sur le positionnement de son équipe de mieux attaquer et de bien défendre.

Au niveau des points négatifs, on peut noter que l’IA de l’ordinateur est relativement scriptée, puisqu’il a tendance à toujours tenter le même débordement et le même centre, et que l’on arrive dans certaines situations bien précises à toujours marquer le même but (à condition de réussir à manier le joueur suffisamment bien pour se mettre en situation). Les tacles sont un peu long (une quinzaine de mètres dans certains cas
) et les plongeons des gardiens sont clairement exagérés, voir aberrent : Il arrive fréquemment de voir le gardien de but plonger du milieu de son but hors de la surface de réparation avec le ballon (soit une bonne vingtaine de mètres), sans même que l’arbitre ne siffle une faute de main. On peut noter l’absence des hors-jeu (apparus à ma connaissance pour la première fois en 1994 dans FIFA International Soccer sur Megadrive) et l’impossibilité de faire un changement tactique au milieu d’une mi-temps, ou même un changement de joueur (de toute façon il n’y a pas de blessures). L’IA de l’arbitre est aléatoire, il est capable de sortir 6 cartons rouges dans un match et aucun lors d’un autre… On peut également dire qu’en niveau International les joueurs sont presque trop rapides par rapport à la réalité. 


Les suites

Les suites les plus notables sur Atari ST sont :
1989 - Kick Off Extra Time
1990 - Kick Off 2 
1991 - Kick Off 2 Final Whistle 
? - Player Manager 

Kick Off Extra Time apporte quatre formations supplémentaires et c’est à peu près tout… Kick Off 2 apporte un certain nombre de nouveautés intéressantes, notamment la possibilité de créer son propre Maillot, de faire des changements pendant le match, de jouer à deux dans la même équipe, et de regarder ses buts au ralenti ! Kick Off 2 est malheureusement un peu moins rapide que son aîné (je dirais de 5 à 10 % plus lent). Enfin, Player Manager est l’une des premières simulations de gestion de club façon Championship Manager, avec la possibilité de jouer les matchs avec le moteur de jeu de Kick Off. Il est certes beaucoup moins abouti que les productions actuelles dans ce domaine, mais il permet de changer du traditionnel « Single Game » de Kick Off, et on se prend vite au jeu.

Plusieurs autres dérivés de Kick Off sont sorties sur PC, Master System, Megadrive (Dino Dini's Soccer) et j'en oublie certainement… Elles bénéficiaient toutes d’améliorations graphiques dues à ces supports, mais souffraient de la difficulté de jouer à Kick Off au paddle. A ce sujet, je préconise la manette « Competition Pro 5000 » pour apprécier Kick Off à sa juste valeur, car le stick a un faible débattement qui permet d’effectuer des mouvements très rapides et des conduites de balle phénoménales, le tout sur une base stable : le bureau.





Kick Off est un jeu culte pour tous les fans de foot. Il garde à l’heure actuelle l’exclusivité d’une maniabilité jamais égalée… On lui pardonnera facilement les graphismes, les quelques bugs et incohérences, en se contentant d’apprécier le jeu balle au pied. 
 

SUPPOS : 5,5/6
(car la perfection n’est pas de ce monde)

 

 

 

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article