[RETROGAMING] Demon's Crest / Super Nintendo

Publié le par Elodiebo

DEMON'S CREST
Plate-forme
: Super Nintendo

Editeur : Capcom
Genre : Plates-formes
Sortie : 1994


demon-crest-boite-gamopat.jpg

 

Que se passe-t-il lorsque Capcom décide de prendre une vieille licence, d’y ajouter de nouveaux ingrédients et de secouer tout ça ? On obtient soit Megaman X, soit Demon’s Crest, c’est à dire des chefs d’œuvres !

Demon’s Crest n’est pas issu de nulle part… Non, il est le troisième et dernier volet d’une excellente série de Capcom axée sur les péripéties de Firebrand, la gargouille qui a fait criser de nombreux joueurs dans Ghosts’n Goblins. Pourtant, même s’il se base sur de nombreux éléments des Gargoyle’s Quest, on peut dire que Demon’s Crest se veut unique en son genre.

Le scénario est plutôt développé et nous met tout de suite dans l’ambiance avec une succession de screens bien sombres nous détaillant l’histoire. Le monde des démons, parallèle au monde des humains, possède six pierres (les « crests ») aux pouvoirs immenses, permettant de contrôler les éléments sur les deux royaumes. Seul un démon en récupéra cinq suite à de nombreuses années de guerre civile : Firebrand, le démon rouge. Il ne lui restait plus qu’à combattre un démon-dragon, pour obtenir la dernière. Mais Firebrand fut gravement blessé et Phalanx, un autre adversaire attendant son heure, réussit à le déposséder de ses pierres, et emprisonna notre héros. Sauf qu’il n’a pas dit son dernier mot et va tout faire pour récupérer les crests… Quoi de plus jouissif que d’incarner les forces du mal prêts à régner en maitres sur nous, pauvres humains ?

 

demon-crest-001.png 

 

Dès l’intro, on perçoit très bien que Capcom a soigné l’ambiance de Demon’s Crest, tant par les graphismes que par les musiques. Le jeu commence par un écran start mémorable, où le titre apparaît entre les flammes sur une musique gothique à souhait. J’en ai des frissons rien que d’y penser ! Et la scène d’intro, absolument mythique voit Firebrand s’enfuir de sa prison (et oui, assoiffé de pouvoir, il n’a qu’une envie, se barrer et manger du démon tout cru), poursuivi par un dragon zombie plutôt impressionnant ! Tous les joueurs ayant fait ce jeu ne peuvent oublier ce début !!!

 

 demon-crest-002.png

 

Firebrand part donc plutôt handicapé puisqu’il ne possède alors que ses pouvoirs de base : tirer des boules de feu, grimper aux murs et planer un peu. Au fur et à mesure de la récupération des Crest, Firebrand va pouvoir se transformer en gargouille élémentaire avec des pouvoirs spéciaux comme briser de gros blocs de pierre, voler, se déplacer dans l’eau…

 

 demon-crest-003.png

 

L’ensemble des mondes est accessible dès le début du jeu, ou presque, et laisse ainsi une grande liberté au joueur dans le déroulement du jeu. On peut même combattre Phalanx dès le début, et déclencher ainsi l’une des mauvaises fins (où ironie de l’histoire, le royaume des démons tombe dans l’anarchie, aboutissant à une situation encore pire que sous les ordres de Phalanx). Le level design se rapproche des Castlevania 2D seconde génération, en rendant certaines parties des niveaux accessibles qu’avec certaines crests, donc qu’à certains moments du jeu. Le nombre de niveaux en soit est assez faiblard, mais ils se divisent en réalité en plusieurs sous-niveaux vu ce système…


L’un des atouts de Demon’s Crest est le nombre de boss à combattre ! Chaque niveau et sous-niveau en comporte bien évidemment un, sans compter les mi-boss… Et je dois dire que c’est plutôt appréciable, surtout qu’ils sont plutôt impressionnants et assez coriaces !

 demon-crest-004.png

 

La difficulté notamment du dernier boss et du boss caché est justement démoniaque, c’est le cas de le dire… On ne se retrouve pas du tout face à un boss à la Gradius, et ce challenge est assez motivant ! Ils participent intégralement à l’ambiance extraordinaire de Demon’s Crest… Son atmosphère est l’une des plus lugubres de la Super Nes, voire même au delà, dépassant allègrement celle des Castlevania (série dont je suis pourtant fan) ! Demon’s Crest présente un souci du détail tant au niveau du character design, que des décors avec des arrières plans absolument superbes, remplis de gargouilles, de ruines...

 

 demon-crest-005.png

 

Capcom a su utiliser l’ensemble des possibilités techniques de la Super Nes avec l’utlisation du mode 7 pour les déplacements sur la carte, des effets visuels de distorsion et de transparence pour nous rendre une copie sur le plan graphique parfaite, car il n’y a pas d’autre mot !
Coté animation, là aussi, rien à redire : notre héros saute, s’agrippe et combat à merveille ! Même sa mort où il se décharne complètement bénéficie de tous les talents de Capcom !
Musicalement, là également c’est une note parfaite ! Elles sont suffisamment lugubres et mélancoliques pour nous plonger en immersion totale dans ce royaume des démons, si ce n’était déjà fait avec les graphismes…

Mais, car il y a un mais, Capcom s’est manqué complètement sur la durée de vie du soft… 8 heures suffiront pour l’explorer de fond en comble, car le jeu est relativement abordable sur le plan de la difficulté, même si certains passages où boss vous agaceront (dont le niveau entièrement dans la pénombre où les lampes doivent être maintenues allumées grâce au tir de Firebrand).

Alors, oui, il y a les différents chemins dans les niveaux ; oui, cet épisode est beaucoup plus abordable du point de vue de la difficulté que les épisodes précédents (eux étaient absolument atroces !) ; oui on a droit à un nombre incalculable de fins différentes ; mais cela ne suffit pas à remplir sa durée de vie. Et pour un jeu d’une telle qualité où l’on a qu’une envie, continuer, cette faiblesse devient une faute majeure, limite un carton rouge ! Et rajoutez à cela un système de mot de passe qui peut vous faire perdre vos nerfs si vous ne l’avez pas noté juste avant de déclencher l’une des fins…

Demon’s Crest aurait pu être LE jeu parfait, mais il reste bien trop court à mon goût pour prétendre à ce titre. Cependant, son ambiance absolument géniale et unique, son gameplay, et ses musiques inoubliables méritent le détour ! Et nous ne pouvons que regretter que cette série s’arrête sur ce chef d’œuvre…


SUPPOS : 5.5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg 

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

zred 28/09/2010



Aie aie aie que d'erreur dans l'histoire. Premièrement les six pierres n'appartient pas au royaumes des démons mais sont "tombé" dedans. ensuite c'est le dragon Somulo que firebrand affronte pour
obtenir la dernière pierre. phalanx profite du fait que firebrand est blessé pour lui voler les six pierres. Voila quelque corrections à apporter.



mimix 28/09/2010



si quelqu'un a le jeu en boite pal, ça serais bien de m'envoyer un visuel du dos et des tranches afin de finir la retouche de la boite. c'est pour npes...



elgregou 28/09/2010



Ouch ! En effet, faudrait peut-être vérifier les sources avant d'inventer une histoire ! La version donnée par zred est effectivement la bonne. Ca fait tache et donne l'impression que l'auteur de
l'article ne s'est pas documenté sur le jeu avant de donner son avis. M'enfin bon...


Sinon, c'est bien beau de parler de la carte et du mode 7... sauf que cela ne sert strictement à rien dans le jeu et que c'est, en fin de compte, un défaut, puisque les aller-retours entre les
niveaux, utilisant ces voyages sur la map, deviendront tout juste rébarbatifs de par leur inutilité.


 


Un très bon jeu cela dit, mais je crois qu'il jouit un peu trop facilement d'une notoriété de super-hit grâce à sa rareté. C'est un des jeux les plus rares et côtés de la console, alors
effectivement quand on l'obtient au prix de nombreux billets, il devient difficile de le critiquer comme il se doit...



zebassprophet 28/09/2010



sympa ce resumé


et combien il cote ce jeu ;)



BigB 28/09/2010



oh dans les 40-50 € facile, et très dur a trouver en plus ... a partir de 60-70 € trouvable plus aisement ;)


Ca c'est ce que je constate , certains delirent sur 120 € et plus ...



zebassprophet 28/09/2010



bon bah, je vais ressortir Zsnes je crois ^^



thread 28/09/2010



un jeu cher ? Pour les débilos qui le cherchent en PAL  en effet, mais en US, il ne coûte quasiment rien !


Un excellent jeu, mais pas le bijou ultime faut pas pousser. A coup sûr en tout cas un des meilleurs jeux snes (et dieu sait s'il y en a, pas comme sur cette merde de MD) mais aussi un jeu au
replay value assuré tant il est plaisant !



baracouda 28/09/2010



J'ai pas fait celui là mais j'avais adoré le Gargoyles quest de la gameboy !!!


 


C'est la suite je crois ?



Lord British 28/09/2010



Sublime test de Elodiebo, très bon rédacteur(trice?) sur Gamopat. Les screenshots font diablement envie.



Osvald 28/09/2010



Demon's Crest ou comment Capcom vient marcher sur les plates-bandes du Castelvania de Konami.



reloas 28/09/2010



les musiques etaient magnifiques !!!!



TheLastMetroid 28/09/2010



C'est le jeu qui m'a coûté le plus cher dans ma collection, mais je ne regrette pas une seconde mes 60€. Un excellent jeu avec une ambiance et des musiques inégalables.



Tadeka 28/09/2010



On peut facilement l'émuler pour qui n'est pas collectionneur .


Rien à redire jeu excellentissime .