[RETROGAMING] Ghosts'n Goblins / Amstrad CPC

Publié le par Ouais_Supere

GHOSTS'N GOBLINS
Support : Amstrad CPC
Existe également sur Arcade, C16, C64, ZX Spectrum, Amiga, Atari ST, PC, Sharp X68000, FM-7, NES, Game Boy Color
Développeurs : N.Alderton, S.Pickford, D.Whittaker, D.Hartley
Éditeur : ELITE SYSTEMS
Date : 1986





Ghosts'n Goblins est un jeu qu'on ne présente plus. Capcom, Arthur, armure, caleçon, squelette, ouh la la ! comme c'était dur, machin, bidule, tout ça. Mais, sur micro-ordinateur, on ne peut faire l'économie de préciser, tout de même, que ce n'était pas Capcom soi-même mais Elite qui se chargeait de la "conversion" ("réinterprétation" est un mot qui conviendrait davantage, voire "variation sur le thème", si l'on est amateur de sarcasme). Et c'est peut-être ce qui fait toute la différence.


Chapitre où je raconte ma vie





J'ai déjà raconté brièvement dans ma chronique de Tecmo World Cup 90 à quel point cette borne d'arcade, ainsi que celle de Final Lap et de Ghosts'n Goblins constituent un traumatisme originel, une sorte de Sainte Trinité devant laquelle, aujourd'hui encore, je serais un peu tenté de m'incliner, presque sans le vouloir. Et peut-être qu'au fond, ce sont toujours ces petits monuments que je recherche en chacun des jeux qui me tombent dans les mains en 2013. En ayant toutefois globalement fait le deuil des retrouvailles avec ce bouleversement primal, et c'est heureux, parce qu'à 33 balais bien serrés dans mon fondement, il y aurait de quoi s'inquiéter d'en être encore là.

Mais à l'époque, c'était tout autre chose. En ce qui concernait le football, je pouvais me sustenter avec Match Day II, sur CPC, et j'y trouvais mon compte, largement. Final Lap ne pouvait être reproduit à l'identique sur les consoles et micro de l'époque, il n'y avait donc pas de frustration, je ne pouvais tout simplement pas en retrouver les sensations (celles-ci n'allaient pas sans le siège, le pommeau de vitesse, le volant), personne ne le pouvait, pensais-je. Mais Ghosts'n Goblins... Il existait, lui. Je le savais, parce que j'avais vu passer son nom sur une de ces vieilles revues dédiées à l'Amstrad (Amstrad 100% ? Amstrad Magazine?) que j'avais eue avec ma bécane. Mais à l'époque, en Aveyron, et à mon âge, un jeu se trouvait en magasin, s'il venait de sortir, ou bien se rêvait, si son tour était passé. Et pendant un bon moment... Il m'avait fallu le rêver. Super fort, comme si la pression exercée sur mon imaginaire allait, par quelque tour de magie micro-informatique, le matérialiser devant moi, en vrai. Jusqu'à cette compil'. "15 Mega Stars". Tout un programme !

15 Mega Stars était l'une des ces compilations tardives, du début des années 90, vouées à écouler les derniers stocks tout en donnant une sensation d'actualité aux nouveaux acheteurs de CPC+. D'ailleurs le mensonge ne courrait pas plus loin que l'ouverture de la boîte : il s'agissait tout bêtement d'un vulgaire reconditionnement de la compilation Frank Bruno's Big Box, amputée de... Frank Bruno's Boxing mais augmentée de Exolon, Navy Move, et quelques autres trucs. Mon Dieu, il fallait vraiment que je le veuille, que je le guette, ce foutu Ghosts'n Goblins, pour que mes yeux, de la (faible) hauteur où ils se trouvaient, avec une boîte vaguement de profil et ombragée par une autre, parviennent à en reconnaître la jaquette miniature dessinée en couverture, le tout derrière une vitrine. La puissance de la volonté. La suite, vous la connaissez : séduction, argumentation, et hop ! À la caisse de Confo.




"Non mais on s'en fout : le JEU, il est bien ?"

Attendez, j'y viens. Je parlais de puissance de la volonté, oui, mais surtout, puissance de l'imaginaire. Parce que ce bon sang de bonsoir de jeu, je l'avais tellement regardé en arcade, puis tellement rêvé, tellement imaginé, que, quelle que puisse être son apparence réelle sur Amstrad CPC, une sorte de filtre rétinien tamisait la crasse et ne laissait passer que le beau. Moi, quand je jouais à Ghosts'n Goblins sur mon 6128, j'avais, vraiment, l'impression de jouer à la borne d'arcade. Enfin, non, pas vraiment... Je n'étais pas totalement stupide, je voyais bien le grand écart, "je savais", au fond de moi. Oui mais, je m'en fichais, je réalisais un fantasme, et je voulais tellement que ce soit bien, que, au final, eh bien ça l'était, bien, et même sacrément.

Et pourtant, il avait fallu l'avaler, LA déception : comment Nigel Alderton (programmateur freelance, ça se faisait pas mal, chez Elite), pourtant pas un mauvais bougre puisqu'on lui doit Commando sur la même machine, Steve Pickford (aux graphismes, freelance aussi, 15 ans à l'époque, figurez-vous, et payé 50£ pour ce boulot) et Dan Hartley (je ne sais pas) ont-ils pu négliger LE gimmick de Ghosts'n Goblins, ce qui fait quasiment son identité, et 90% de son charme, à savoir le passage à la mode caleçon de notre personnage lorsqu'il est touché ? Incompréhensible. Inadmissible. J'imagine que le challenge n'était pas suffisamment relevé à leur goût, et qu'il fallait corser l'affaire en n'autorisant plus le moindre contact avec l'ennemi. Ils avaient déjà enlevé les « continues », vous concédant cinq vies point barre, ils n'allaient pas s'arrêter en si bon chemin. A moins qu'ils n'aient eu la fainéantise de créer un nouveau sprite ? Au passage, on admire la mythomanie absolue de Philippe Bernard, testeur pour Amstrad Magazine, qui eut le front d'écrire à l'époque, je cite : "Si l'un d'eux vous attrape, vous perdez votre armure : premier avertissement." Bravo, en quelques mots il admet ne pas y avoir joué avant d'en rédiger le test, qui est paru tout de même sans que personne ne bronche, comme quoi tout n'était pas mieux avant (aujourd'hui, les éditeurs ont le tact d'inviter les journalistes à jouer vraiment au jeu, avant de les forcer à en dire du bien, mais pardon, je m'égare).

Faisons fi de cette cruelle déception, et reprenons les choses du début. Ce qui frappe de prime abord, c'est l'écran titre. Directement inspiré du flyer original de la borne d'arcade, il est fin, coloré, magnifique, et possède cette capacité presque magique à mettre instantanément à l'aise et de bonne humeur l'utilisateur échaudé de CPC, qui a certes déjà vu de très bonnes conversions sur sa bécane mais se souvient également du cas Double Dragon, et qui vient de taper, en guise de sésame, les mots magiques RUN"GOBLINS. En tout cas, chapeau Steve Pickford (c'est lui qui l'a dessiné sur son Amstrad, cet écran, et, pour l'anecdote, on le lui a piquée pour la version C64, ce pour quoi il n'a évidemment jamais touché le moindre sou, arnaquer un gamin de 15 piges, belle mentalité, bravo).



Ce qui frappe ensuite, peut-être encore plus fort, mais directement au niveau des tympans, c'est la musique. Si à la lecture de ces mots, vous avez lancé le jeu, mais oublié de baisser le son, il est probable que du sang s'échappe actuellement de vos oreilles, et vous devrez désormais vous habituer au sifflement, ça s'appelle des acouphènes. Il n'empêche, plaisanterie mise à part, cette musique (oui, il n'y en a qu'une) est un tube. On sent que David Whittaker a poussé tous les potards à 11 dans le triste processeur sonore du CPC, et s'est fait plaisir en proposant cette sorte de remix technoïde du célèbre jingle d'introduction de chaque niveau de la borne originelle. Concédons toutefois que cette bande son n'a rien de consensuel, on peut l'adorer comme en être totalement horripilé, d'autant plus qu'elle verse dans le répétitif et qu'en dehors de celle-ci... le néant. Pas le moindre bruit, rien. Un oubli, sans doute ?

Graphiquement, il faut admettre que l'on est dans un registre CPC du milieu des années 80. Je veux dire par là que l'ensemble ne vole pas très haut en comparaison de ce que cette machine montrera par la suite. Pour autant, le dessin n'est pas désagréable, et si le trait est grossier, simplifié, au moins est-il clair, ainsi qu'un brin naïf (on croirait parfois que c'était un enfant -et c'en était pratiquement un-, aux crayons, mais n'est-ce pas là le charme rétro ?). Les sprites sont, en tout cas, bien plus réussis que ceux de Ghouls'n Ghosts, la suite, sortie trois ans plus tard mais littéralement massacrée par US Gold, grands spécialistes de l'exercice (du massacre comme de la conversion), via SOFTware Creations. L'esprit originel, à savoir un univers a priori sombre mais caricatural donc amusant, est ici respecté, ce qui était une intention louable et un pari réussi.



Le problème majeur de ce Ghosts'n Goblins version CPC, à mon sens, est à situer du côté de l'animation. Celle-ci est... succincte, pour le moins, en ce qui concerne notre personnage. Arthur perd ici sa démarche si caractéristique et ne conserve qu'un jeu de jambes et de bras un peu ridicule qui lui donne l'air plutôt crispé que courant vaillamment à la recherche de sa belle. Certes, une armure, en réalité, ça pèse son poids et tout s'explique, mais il n'était besoin de nul réalisme à ce niveau. Et que dire des sauts ? Les programmeurs ne se sont pas donnés la peine de dessiner un nouveau sprite : lorsque Arthur saute, ses jambes et ses bras conservent la dernière position qu'ils avaient lors de la marche, c'est à dire que, par exemple, s'il avait les jambes serrées au moment du saut, eh bien il sautera pieds joints, et inversement si ses jambes étaient écartées avant l'envol, sans jamais que l'on sente un effort, une impulsion de sa part. Non, on lui dit de sauter, son sprite s'élève tel qu'il est, c'est tout, comme si l'on jouait avec un Playmobil suspendu à un fil. L'effet obtenu, c’est une amère sensation de travail bâclé. Mince, quoi, si c'était faisable sur Spectrum, ça l'était ici, que je sache, non ? Dans la même lignée de reproches, les dagues (oui, exit la lance, ainsi que les autres armes, vous n'aurez que la dague) s'échappent de notre héros plus qu'il ne les projette, là encore rien ne donne la sensation que ce personnage est actif, vivant. Si, en fait, une chose, un détail : lorsqu'il se déplace, le casque d'Arthur sautille, rebondit sur sa tête. En voilà une belle idée, et qui fonctionne à merveille, quel dommage de s'être arrêtés là. Bon, pour être complet, il faudrait parler du scrolling... Nous sommes sur CPC, est-il besoin d'en dire davantage ? Armez-vous d'une aspirine ou d'un médoc contre la cinétose, débrouillez-vous pour limiter les allées-venues, et ne collez pas votre pif à l'écran, ça devrait suffire.

Mais, finalement, aurez-vous seulement le temps de vous attarder sur tous ces détails ? Ce n'est pas certain, parce que ce jeu ne vous laissera que peu de répit. Et ce, dès le début, dans le fameux cimetière. A ce stade, ce n'est même plus du "respawn" d'ennemi, mais une véritable diarrhée continue et gastro-entéritique de pales zombies, lesquels se trouvent être, en sus, diablement rapides sans même courir, vous savez, comme dans ces films d'horreur où l'héroïne s'enfuit au pas de course mais est systématiquement rattrapée par le méchant qui marche doucement. Il serait toutefois malvenu de s'en plaindre, puisque la difficulté constitue une bonne partie du cahier des charges d'un Makaimura, et celle-ci s'avère finalement assez constante dans sa moyenne haute. Ce qui est plus agaçant, c'est que le masque de collision semble excéder votre sprite, sauf pour ses pieds. En effet, ce soft est affublé de ce pénible défaut qui veut que vous mourriez sans toucher votre adversaire mais que vous tombiez en touchant pourtant une plate-forme. Sur ce dernier point, gare à vous, car Arthur ne saute ni très haut ni très loin, et la distance qu'il vous est parfois demandé de parcourir en sautant est parfois quasiment égale à celle dont votre personnage est capable à son maximum. Et inutile de prendre de l'élan, ça ne sert à rien. Le jeu n'est cependant pas infaisable, d'autant qu'il est assez court : petit, arrivé à la toute fin du deuxième niveau, j'étais loin de me douter à quel point l'issue était proche puisque le jeu n'en compte que trois. En effet, le dragon est le boss final. Affrontez-le, après quoi le jeu recommence. "Ah ok, et ensuite, comme dans Ghouls'n Ghosts, une fois terminé une deuxième fois on a le vrai boss, c'est ça ?" Hum... Non. Le jeu recommence, encore. Et encore. Et encore. Et encore. Et si vous en êtes à cet "encore" là c'est que vous avez déjà perdu votre temps, vous n'en aurez pas d'avantage, Satan est un dragon, en fait. Étonnant, non ?





Conclusion

Au royaume des aveugles, il paraît que les borgnes sont rois, mais ce n'est certainement pas sous prétexte qu'il n'existe nulle très bonne (con)version de Ghosts'n Goblins sur micro (encore que les versions C64 et même Spectrum appellent au respect) qu'il s'agit de se forcer à dire du bien de celle-ci. Mais si l'on y songe, au fond, cette question de la qualité du portage "arcade vers CPC" n'est pas la bonne, puisqu'en plus d'être inique étant données les spécificités techniques respectives de ces deux machines, elle discrédite strictement une disquette (ou une cassette) qui ne le mérite vraiment pas. En effet, non, Ghosts'n Goblins sur Amstrad n'est pas un bon Ghosts'n Goblins, oui, mais Ghosts'n Goblins sur Amstrad est, clairement, un bon jeu. Il propose une action soutenue, des contrôles tout à fait dans la moyenne acceptable de l'époque, et un challenge relevé au milieu d'un décor adorablement glauque, le tout agrémenté d'un véritable tube en guise de bande son. En lui-même, il demeure, aujourd'hui encore, un soft à essayer pour quiconque souhaite découvrir ou redécouvrir le monde du CPC. Et tant pis pour le calbute.

SUPPOS : 4/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

Esperluette 12/05/2014 09:42

Un jeu que j'ai adoré et détesté à la fois à l'époque, j'en garde quand même un souvenir ému...

Atlantis 17/03/2014 17:41

Merci pour ce super article.
Le jeu sur lequel j'ai dépensé un max d'oseille dans les cafés..
Un must !!

Grebz 17/03/2014 10:33

Excellent test, une vraie petite tranche de vécu de vieux briscard de la micro-informatique.
Si vous êtes intéressé, cliquez sur mon pseudo sur mon pseudo pour aller voir mon test de la version Commodore 64, qui apportait la même frustration, à savoir que le jeu n'est pas complet non plus et qu'il s'arrête au dragon. Mais la musique est super :-)

Chess_art 16/03/2014 15:11

Un raspberry et retropie, et on a la version arcade a la maison maintenant. Ceci dit, la version pc engine est pas mal dans le genre conversion

oshibwee 21/07/2013 11:13

Bon etant plus jeune que la majoriter des patient ici, je nai seulement connu que "Ghouls'n Ghosts" au Genesis (Megadrive) qui etais deja a mon souvenir penible a completer (Jamais fini dailleur
-_-) Celui ci je dois absolument essayer lolll

youki 19/07/2013 22:27

LE jeu qui m'a fait detester le CPC.

MF 19/07/2013 13:46

Et oui, Philippe Bernard! Même 23 ans après, votre négligence refait surface! Une belle leçon de vie pour les patients de cet hopital.

bibiloute 19/07/2013 09:56

Damned! Je ne savais pas qu'il y'avait une version arcade. Pour moi aussi l'un des premiers jeux sur CPC 464 (et les mythiques minutes d'attente à regarder la boite de jeu et s'imaginer jouer).

curlfix 19/07/2013 06:59

C'est le 1er jeu que j'ai eu sur mon CPC 464, en version cassette. Après 25-30 minutes à regarder l'écran titre charger en affichant ligne après ligne, je me rappelle que j'avais galéré parce que
l'amstrad (en tout cas dans mes souvenirs de gamin) ne comprenait pas quand on appuyait simultanément sur 2 touches, du coup j'ai cru un moment qu'il n'y avait rien au-delà de la première tombe par
dessus laquelle il fallait sauter (flèche haut + flèche bas ne fonctionnait pas). et un jour, j'ai fait l'acquisition d'un joystick 8 directions, et après avoir sauté par dessus ladite tombe, j'ai
juste halluciné de la difficulté...

Elpianistero 19/07/2013 00:36

Par contre le Ghouls'n Ghosts est quant à lui excellent sur Asmtrad CPC...

ReNKaNaaN FTBM 19/07/2013 00:24

Ce jeu est le jeu qui m'a fait racheté une borne d'arcade...
Que de bons souvenirs sur arcade...
En revanche, quelle déception sur Amstrad quand j'ai testé le jeu à l'époque...
Je suis retourné direct le lendemain sur la borne...

J'avais adoré Green Beret ou Gryzor... Mais ce ghosts'n Gobelins sur Amstrad... Non merci !!!

Minder One 18/07/2013 23:04

J'ai découvert le jeu de la même manière, via une compilation (Top 30 ou je ne sais combien) qui contenait plusieurs disquettes dont celle de Frank Bruno's Big Box! Ce qui m'a permis de découvrir
Commando, Bombjack 1 et 2, Saboteur 1 et 2, Scooby-Doo, et l'atroce Airwolf!

davipaldi 18/07/2013 19:04

Excellent Test retranscrivant exactement ce que j'ai ressenti, à mes dix ans, en jouant à ce jeu... La musique du jeu, après un décès m'est revenu immédiatement lorsque j'ai vu la pochette...