[RETROGAMING] Asterix / Master System

Publié le par Sylesis

ASTERIX
Support : Master System
Éditeur : Sega
Développeur : Sega
Nombre de joueurs : 1 joueur, 2 joueurs en alternés
Genre : Action/plateforme
Sortie : 1991

[RETROGAMING] Asterix / Master System

Nous sommes en -10 av GC*, Nintendo semble avoir conquis toute l'Europe. Toute ? Non, car une poignée d'irréductibles joueurs persistent encore et toujours à utiliser leur Master System. Et ça tombe bien, par Toutatis, car voici un jeu pour eux.
* avant la Gamecube, soit 1991 après JC.

Asterix est une adaptation de la série de bandes-dessinées éponyme créée par René Goscinny et Albert Uderzo. Les albums racontent les aventures du petit Gaulois Asterix dont le village résiste encore et toujours à l'envahisseur romain grâce à la potion magique de son druide. Asterix n'est jamais seul, et est toujours accompagné de son fidèle ami Obélix, et du petit chien de celui-ci : Idefix.

[RETROGAMING] Asterix / Master System

Dans cet épisode, le druide Panoramix a été enlevé par les forces de César alors qu'il cueillait des herbes dans la forêt. Sans hésiter, les trois héros se lancent à sa recherche, un périple qui les emmènera à travers huit rounds, chacun comportant trois niveaux hormis le premier et le dernier.

Petite description de l'interface de jeu, de gauche à droite :
- la tête d'Asterix : le nombre de vies restantes
- en dessous, le compteur d'os récoltés
- life : la barre de santé du héros. Vous commencez avec trois carrés, mais pourrez en acquérir jusqu'à six.
- score : plus qu'un moyen de vous vanter, gagner des points est utile car vous recevez une vie tous les 10 000 points.
- l’icône suivant représente l'objet actif de votre personnage : j'en parlerai plus loin.
- enfin la dernière case vide indique si vous avez trouvé la clé nécessaire à ouvrir la porte de fin du niveau. Tous les niveaux n'ont pas besoin d'une clé, mais c'est le cas pour un certain nombre d'entre eux.

Les commandes quant à elles sont relativement simples : un pavé de direction, un bouton de coup de poing, un bouton de saut. En faisant Haut+1 , on lancera l'objet actif. En appuyant sur Bas+1, on le jettera aux pieds du personnages. Il est également possible de jeter un objet après avoir pris un peu d'élan, permettant ainsi de l'envoyer plus loin.

[RETROGAMING] Asterix / Master System

A l'écran titre, le jeu vous proposera le choix de la langue entre l'anglais et le français, et vous demandera le nombre de joueurs. Entre chaque round, le jeu montre une image des héros dans le lieu qu'ils viennent de rejoindre, ainsi qu'un commentaire de l'un d'eux.
Si vous jouez à deux, le premier joueur contrôlera Asterix, le deuxième Obelix, et vous jouez alternativement chaque niveau jusqu'à épuisement des stocks de vie. Si vous jouez seul, vous devrez choisir avant chaque niveau quel héros incarner, hormis durant le premier round. Le premier round vous impose de commencer par Asterix, qui devra battre un boss sanglier pour l'offrir à Obelix que vous jouerez alors durant un niveau avant enfin de pouvoir choisir votre héros.

Ces deux niveaux servent en quelque sorte de tutoriel, en vous permettant de découvrir les spécificités de chacun pendant au moins un niveau :
- Asterix est petit et rapide, mais manque de force, car il ne dispose plus de la potion magique de Panoramix. Il peut toutefois trouver d'autres potions comme la potion explosive (permet de détruire des blocs de pierre, de créer des colonnes d'eau ou d'éliminer des ennemis), de feu (pour éclairer dans le noir) ou de plateforme, pour pouvoir créer des chemins sur la lave ou l'eau.
- Obelix est plus grand et gros bas de poitrine que son ami. Il n'a pas besoin de potion explosive parce qu'il est tombé dans la marmite quand il était petit (gnagnagna : oui, on sait !) et peut casser les blocs à main nue. Il peut par contre utiliser les potions de feu et de plateforme, mais également des menhirs pour créer des colonnes d'eau et assommer ses ennemis.

[RETROGAMING] Asterix / Master System

Les particularités des deux héros sont telles que chaque round est différent selon qui vous jouez. Et ça, ça veut dire une durée de vie doublée : après avoir fini le jeu, refaite-le en changeant de personnage et vous aurez une expérience totalement nouvelle. Certains niveaux sont communs aux deux héros, mais les différences de gameplay leur font emprunter des chemins différents avant de retrouver la sortie commune.

Autre point positif avec l'aventure : les niveaux sont très variés et aucun ne se ressemble (ok, le 3-3 et le 7-3 ont des points communs mais pas plus) : chacun a sa propre atmosphère et certains sont véritablement mémorables, comme le niveau 4-2 que vous devrez traverser propulsé par des canons !

Asterix met beaucoup en avant l'action (les ennemis et les quelques boss) et la plateforme (certains passages vous demanderont de la précision), mais également l'exploration. En effet les passages secrets sont légions dans le jeu, et contiennent un grand nombre de vies, mais aussi parfois des amphores spéciales crachant plusieurs bonus aléatoires.
Certains passages vous emmènent également dans une zone bonus à scrolling défilant où une amphore volante crachera des bonus en faisant des aller-retour au dessus de votre position à l'écran. Ces zones comportent également un ennemi invincible tirant des éclairs, dont le but est de vous gêner dans votre récolte. Attention aussi à sortir de la zone sans vous faire écraser par le scrolling : ce serait dommage de perdre une vie après en avoir gagné une, non ?

[RETROGAMING] Asterix / Master System

Je ne pourrais pas terminer ce test sans mentionner le fidèle Idefix, qui donne un coup de main, enfin de patte, aux héros, à sa manière. Idefix interviendra à la fin de chaque niveau où vous avez obtenu cinquante os pour le motiver, et vous recevrez un niveau spécial. Avant de le débuter, un mini-jeu déterminera la difficulté de ce que vous allez aborder, entre Easy Medium et Hard.

Dans le niveau bonux, vous contrôlez le petit chien, et son but sera d'éclater des bulles de différentes couleurs tandis que le scrolling avancera automatiquement : les rouges demandent un saut, les jaunes deux, les vertes trois. En fonction de la difficulté, les bulles seront placées de manières difficile à atteindre, et le sol pourra comporter des piques : Idefix ne peut pas mourir, mais chaque blessure fait perdre de précieuses secondes par rapport au scrolling.

A la fin du niveau, vous recevez un nombre de points en fonction des bulles éclatées. Un sans-faute permet de remporter 7000 points, + 3000 de bonus pour le perfect. 7000+3000=10 000 : si vous vous rappelez ce que j'ai dit plus haut, ça fait une vie supplémentaire. Ainsi, en plus de faire une coupure agréable, ces niveaux peuvent être très utiles, donc n'oubliez pas de garder un œil sur les os durant votre aventure.

Au niveau technique, le jeu est une franche réussite :

* les graphismes sont fins et exploitent toute l'étendue de la palette graphique de la console. Les personnages sont bien dans l'esprit de la série dessinée et font honneur à la console.
* l'animation est très réussie et fluide malgré quelques ralentissements dans certaines zones. Les personnages eux-même disposent de beaucoup d'animations, comme les ailes du casque d'Asterix qui bougent en fonction de ses mouvements.
* la maniabilité est exemplaire, et les personnages répondent rapidement aux commandes. Le lancer de potions/menhir demande de l'entrainement pour être précis mais rien d'insurmontable.
* enfin, la bande-son : variée et de qualité, elle accompagne bien les niveaux.

Enfin je terminerai sur la durée de vie du titre qui est très importante. Non seulement pour la rejouabilité avec le deuxième personnage, mais aussi pour le challenge. Terminer le jeu n'est pas aussi insurmontable qu'un Ninja Gaiden, mais certains niveaux demanderont de l'entrainement. Par exemple le 6-3 qui m'a longtemps bloqué, mais que je passe à présent sans trop de souffrance. Et même si vous avez terminé le jeu, vous pouvez continuer de chercher les innombrables secrets : on en trouve toujours, croyez moi !

Avec Asterix, Sega a développé un jeu culte pour la Master System, à la fois beau, varié et long. Les graphismes sont très attrayants et on retrouve bien l'humour de la bd à travers les personnages et leurs expressions. Même plus de vingt ans après sa sortie, ce titre reste agréable à jouer et on y revient très facilement pour voir si on arrive encore à le finir.

SUPPOS : 6/6

suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg
 

Publié dans RETROGAMING, UNE

Commenter cet article

Nost@ 14/03/2014 22:24

Très bon article et bien rédigé .
Je me souviens très bien de ce jeu ,
jeu auquel j'ai joué très souvent + jeune .

Une valeur sûre .