[RETROGAMING] Lylat Wars / Nintendo 64

Publié le par Bigfootmanu

Lylat Wars
Support : Nintendo 64
Développeur : Nintendo
Editeur : Nintendo
Année : 1997

Le jeu était disponible en bundle avec le désormais célèbre Rumble Pak ou en version Players' Choice

Le jeu était disponible en bundle avec le désormais célèbre Rumble Pak ou en version Players' Choice

Lylat Wars... Donnez ce titre à un néophyte et il ne comprendra pas votre enthousiasme. Star Fox 64 ? Oui là on y est, là on a les poils qui se hérissent, on vole en Arwing et on part sauver la galaxie. Tout comme pour Star Wing sur SNES, Nintendo ne pourra pas utiliser le nom de la fameuse série en Europe pour son opus N64 en raison de problème de marque. Star Fox ne s'appellera donc Star Fox qu'à partir de la Gamecube (Star Fox Assault & Star Fox Adventures). Mais ça c'est une autre histoire.

Revenons à Lylat Wars, digne successeur de Star Wing en tant que rail shooter vedette de Big N mettant en avant son renard star accompagné de ses fidèles compagnons à poils et à plumes. Andross menace le système Lylat ? Une mission pour la Star Fox Team.

Le renard volant à la rescousse !

Le renard volant à la rescousse !

Le casting

Star Fox Team

Les gentils, les héros, les sauveurs de l'univers : un renard, un oiseau, un lapin et une grenouille... Ok ça ne respire pas la testostérone tout ça, mais honnêtement ça fonctionne quand même grâce à une psychologie certes caricaturale mais toujours amusante de tous les personnages.
Fox McCloud est le leader de la bande, le véritable héros, fils de feu James McCloud, lui aussi "aviateur" avant lui. C'est lui que vous incarnerez durant le jeu.
Falco Lombardi, qui est donc un faucon comme son nom l'indique et qui est un véritable casse-couilles limite arrogant. En même temps c'est le meilleur pilote de vos trois compagnons et donc celui qui criera le moins souvent à l'aide (même s'il commence fort à Corneria).
Peppy Hare, le vieux de la vieille, qui a connu le père de Fox et qui passe son temps à donner des conseils (sic) à celui-ci pour qu'il améliore son pilotage.
Slippy Toad, aka le loser, la quatrième roue du tricycle, le nullard, la grenouille casse-coui****, le batracien qui sert à rien. Toujours à se faire prendre par derrière (...) et à demander de l'aide.

Star Wolf Team
La version "evil" de la Star Fox Team. Vous les croiserez une ou deux fois selon le chemin que vous suivrez.
Wolf O'Donnell est le meneur de cette escouade, rival de Fox. On a donc un renard écossais dans le camp des gentils contre un loup irlandais chez les méchants... s'il y a une référence historique ma culture n'est pas assez étendue pour la saisir...
Pigma Dengar, un cochon vraiment moche pour le coup. Petite particularité, il faisait partie de Star Fox et a trahi les gentils. Il en fallait un et c'est donc le porc qui est un traître. 
Andrew Oikonny, un singe, neveu du grand méchant de l'histoire Andross (oui comme les compotes mais avec deux "s").
Leon Powalski, une sorte de caméléon qui se la pète, c'est tout.

Le grand méchant loup singe
Le méchant de l'histoire est un singe géant du nom d'Andross qui veut conquérir le système Lylat (d'où le titre du jeu, c'est bien vous suivez). C'est une sorte de scientifique / génie du mal qui est parti de sa planète Venom pour contrôler tout le système. Vous vous doutez que ce personnage constituera un boss final des plus évidents !

Les "guests" les plus marquants
Katt Monroe, une chatte rose... Oui le seul personnage féminin est une chatte, quelqu'un a l'esprit mal tourné ? Elle viendra vous "aider" sur certaines missions. Elle et Falco ont une relation ambigüe, je dirais qu'ils sont sex-friends mais je sur-interprète certainement... 
ROB est le robot qui gère le Great Fox (vaisseau-mère de l'escouade) quand les quatre membres de la Star Fox Team sont en bataille. Et là je me dis : ROB... Nintendo... robot... clin d'oeil NES ou juste un manque d'imagination cruel ? (je table sur la seconde option même si le petit enfant en moi espère que la première hypothèse est la bonne).

Comme dit plus haut, tous ces personnages ne sont pas des exemples de caractères complexes et profonds possédant moults secrets innatendus. Non. Ils sont juste sympatoches, et disposent, chose non négligeable, de véritables phrases cultes qui vous feront sans doute franchement marrer.

Qui n'a jamais insulté Peppy vous conseillant le désormais incontournable "Do a barrell roll" ??? D'ailleurs faites un test, allez sur google et tapez "do a barrell roll" (sans les guillemets...). Sérieux, j'étais plié...

Autre exemple, qui n'a pas shooté sur Falco juste pour l'entendre dire "Hey Einstein, I'm on your side" ? Hé hé, bien fait pour sa g*****.

Une petite dernière, je suis sûr que vous avez ressenti cette joie enfantine, inutile mais tellement agréable en entendant Andrew, neveu d'Andross, hurler "You'll never defeat Androooossss" au moment où vous l'achevez. Arff et que dire du clichissime (oui ça existe... dans mon vocabulaire perso) "Don't ever give up my son"...

30 Millions d'amis volants

30 Millions d'amis volants

La mécanique de jeu

Votre aventure débute sur Corneria (wink SNES) et vous devrez vous frayer un chemin sur différentes planètes afin de repousser l'assaut des forces d'Andross (et ça c'est fort de fruits) jusqu'à le débusquer sur Venom.

Le déroulé d'une mission
Une mission suit généralement un fil classique, à savoir :

1) Le briefing
Le général Pepper (un chien) vous informe de l'objectif de votre mission. Ce court briefing est généralement illustratif mais donne cependant quelques indications sur l'environnement sur lequel vous allez évoluer (i.e. votre prochaine planète).

Ouais, t'as raison Fox, on est les gentils et on va tuer le méchant...

Ouais, t'as raison Fox, on est les gentils et on va tuer le méchant...

2) La mission

Vous progressez sur la planète en "scrolling forcé". Vous pouvez cependant ralentir un petit peu de façon ponctuelle ou faire un looping si besoin. L'environnement est très différent selon les planètes visitées. Ma préférée ? Solar est pas mal...

Solar : une planète "hot"

Solar : une planète "hot"

3) Le boss de mission
Là encore des profils différents, parfois un duel en espace clos, parfois un face à face évolutif. A vous de vous débrouiller pour trouver les points faibles des boss même si ce relou de Peppy vous aide. A noter que c'est Slippy qui vous permet de voir l'évolution de la barre de vie donc si jamais vous le perdez en route vous ne verrez pas la barre de vie du boss (et donc ne saurez pas forcément si vous touchez juste).

Le boss du niveau 1... plutôt un des deux boss possibles du niveau 1 (Corneria)

Le boss du niveau 1... plutôt un des deux boss possibles du niveau 1 (Corneria)

4) Le bilan de la mission
Une fois votre mission "finie" ou "accomplie" (voir ci-dessous pour plus de détails), vous avez le compte de vos ennemis abattus et un état des lieux de vos compagnons.

Dommage... pas loin du badge...

Dommage... pas loin du badge...

Différents chemins en fonction de votre réussite
Aspect intéressant de l'aventure, la plupart des missions proposent deux fins, l'une pouvant être considérée comme complètement réussie (Mission Accomplie) et l'autre comme juste réalisée (Fin de mission).

[RETROGAMING] Lylat Wars / Nintendo 64[RETROGAMING] Lylat Wars / Nintendo 64

En fonction de la qualité de votre performance ou de la réussite de certains objectifs intra-mission, vous parviendrez à "accomplir" la mission et donc à pouvoir choisir votre prochaine destination. Une "mission accomplie" permet ainsi de reprendre un chemin à la difficulté plus élevée.

Les différents chemins possibles, source : Nintendo Magazine n°2, décembre/janvier 98

Les différents chemins possibles, source : Nintendo Magazine n°2, décembre/janvier 98

Star Fox vole (normal), Star Fox roule (really?), Star Fox nage (WTF?)
(Trop ?) grosse originalité de cet opus, la présence de deux missions où l'on n'utilise pas notre Arwing ! La mission MacBeth nécessitera en effet une intervention au sol grâce à un tank. Cette mission de poursuite d'un train est vraiment un pur plaisir et la jouabilité est aussi agréable qu'en vol, avec en plus quelques spécificités.

La deuxième originalité de contexte a lieu sur la planète Aquas, qui, comme son nom l'indique, est recouverte d'un gigantesque océan. Il vous faudra donc prendre place à bord d'un sous-marin pour cette mission. Si l'expérience au sol est réussie, celle dans l'océan est bien plus mitigée. Certes les effets de l'eau ne sont pas moches pour une N64 mais c'est très sombre, il y a parfois des lags (grrr) et le niveau est au final un des plus difficiles. Pour être honnête j'ai fini par l'apprécier mais c'était pour moi un cauchemar quand j'étais plus jeune...

Roule ma poule... euh non... roule mon renard...

Roule ma poule... euh non... roule mon renard...

Shoot'em All
Un système de badge existe pour chaque mission/planète. Lorsque vous dépassez un certain nombre d'ennemis abattus et que vous accomplissez la mission sans perdre de coéquipiers, alors vous recevrez un badge. Une fois tous les badges reçus (pas évident pour certaines missions), alors vous débloquerez certaines choses plus ou moins utiles (non je ne spoilerai pas).

Voilà le nombre d'ennemis à abattre par mission, source : Nintendo Magazine n°2, décembre/janvier 98

Voilà le nombre d'ennemis à abattre par mission, source : Nintendo Magazine n°2, décembre/janvier 98

Les commandes

Du classique, du bon, du facile à prendre en main.
En plus le tutorial disponible dans le menu est plutôt bien fait.
Quelques commandes (liste non exhaustive) :
- A : tir simple si simple pression, laissez appuyé et ré-appuyez et cela devient un tir à visée automatique
- B : bombes, moyennement précises mais dévastatrices. Elles sont distribuées assez régulièrement.
- L/R : se pencher à gauche/droite pour notamment faire des virages serrés
- C gauche : accélérer si appuyé seul, ajouter "haut" et c'est le looping
- C bas : freiner

Les classiques d'un bon shoot :
- Tuez plus d'un ennemi d'un seul tir et vous aurez un bonus hit
- Votre laser est upgradable (bouh le vilain anglicisme, :-p) passant de base à un tir vert, puis deux tirs verts et enfin le double tir bleu qui pique
- Les anneaux argentés remplissent légèrement votre barre de vie
- Trois anneaux dorés et votre barre de vie est agrandie et remplie de nouveau.

Deux ennemis tués d'un coup : Hit +1

Deux ennemis tués d'un coup : Hit +1

Le Rumble Pak, le premier jouet vibrant autorisé aux moins de 18 ans

Lylat Wars est connu pour avoir été le jeu de lancement d'un accessoire qui est devenu par la suite une norme insérée dans toute manette : le Rumble Pak. Ce bloc bizarre qui s'insérait sur la manette permettait en effet de ressentir pour la première fois des vibrations selon ce qui arrivait à l'écran. Le joueur pouvait donc "ressentir" physiquement ce qu'il se passait à l'écran. Une première.

Ce "Rumble Pak" ou "kit de vibrations" en français (non chérie on ne parle pas de mes attributs personnels) était d'abord vendu en bundle avec le jeu dans une grosse boîte carton (et là les collectionneurs salivent). Il a ensuite été vendu seul et a été jouable avec de nombreux autres jeux de la console, de Diddy Kong Racing à Perfect Dark. Son seul inconvénient ? Pas possible de brancher à la fois un kit vibrations et une carte mémoire... d'où des manips parfois sur certains jeux...

oonnn, RUMBLE pas GRUMBLE... Il est con...

oonnn, RUMBLE pas GRUMBLE... Il est con...

Le mode combat (multijoueurs)

Lylat Wars dispose d'un mode multijoueurs jouable à quatre en écran splité.
Si l'idée est bonne, il faut avouer qu'on tourne vite en rond (c'est le cas de le dire).
Des cartes peu fournies (même plutôt vides) et des combats entre humains qui finissent vite en "tournez manège"... A noter néanmoins le petit add-on sympathique si on obtient tous les badges (je dis ça je dis rien).

La durée de vie

Infinie ? Oui on peut le dire. Car certes il vous faudra un peu plus d'une heure pour effectuer le voyage de Corneria à Venom si vous êtes efficaces mais la rejouabilité est colossale. Ce jeu est un véritable jeu de scoring. Vous aurez ainsi le détail par planète et au global de votre aventure de votre nombre d'ennemis abattus.
Et là le virus s'installe en vous : "ah mer** j'ai laissé passez un petit groupe de trois à ce moment-là", "pfff quel nul je me suis raté sur cette planète et foutu en l'air mon record global"... les remarques classiques.
Tenez après trois parties complètes voici quelques-uns de mes scores, si ça peut en motiver certains. Mais attention, je vais forcément faire mieux la prochaine fois !
Solar : 116 / Corneria : 157 / Fortuna : 70 / MacBeth : 166

Lylat Wars est un indispensable, un must-have et un must-do de la Nintendo 64. C'est selon moi un jeu "Nintendo" pur jus car certes les personnages et l'ambiance sont parfois ponctués de clichés (le gentil ténébreux, le génie scientifique maléfique, etc) mais la jouabilité, la rejouabilité, le fun (bordel le fun quoi, le vrai), la gestion de la difficulté et même l'aspect visuel sont très soignés. En plus pour les "adultes" (lol) que nous sommes, une heure suffit pour se faire une session complète from Corneria to Venom, donc pas d'excuse pour ne pas y revenir régulièrement. Rajoutez à ça une notion de scoring et vous avez un vrai bon jeu vidéo, et c'est tout ce qu'on demande.

SUPPOS : 6/6

Publié dans RETROGAMING, UNE

Commenter cet article

DK 27/07/2016 12:48

Test sympa , un vrai bon jeu .
Je l'ai refait il y'a peu sur 3DS et le plaisir reste intact , la notion de scorring rend le jeu très addictif .

zred 01/08/2015 22:33

une seule erreur Andrew cri"Uncle andross "quand il meurt^^ c'est le boss"caché" de Corneria qui dit la phrase"you never defeat andross"

Anonyman 24/02/2015 19:02

Super jeu, mais totalement obsolète au vu du sublime remake 3DS.

taggle 26/02/2015 11:36

Carrément!
J'y rejoue de temps en temps

vivement le prochain opus sur wiiU

pilou 23/02/2015 18:36

Super test, super jeu !!!

jb35 23/02/2015 10:35

Bizarre que l'on ne parle jamais comme ça du 1er Uncharted ?