[TEST] Tales of Zestiria / PS4

Publié le par Myrage

Tales of Zestiria
Support : PS4

Existe également sur PS3
Développeur : Namco Bandai
Editeur : Namco Bandai
Année : 2015

[TEST] Tales of Zestiria / PS4

Tales of, cette saga phare du RPG Japonais créée par Namco, nous propose dans ce nouvel opus l'histoire d'un humain communiquant avec des divinités et ayant pour quête de libérer le monde du mal... On ne peut plus classique. Ce 15ème opus (oui déjà !) est-il quand même plaisant à jouer ?

Pour commencer je vais attaquer les points qui "fâchent". Avant tout n'oublions pas que le jeu est sorti également sur PS3, la technique et le graphisme s'en ressentent, et même sur PS3 on imagine bien que la machine ne crache pas ses entrailles... On a l'impression d'un jeu Wii "HD-isé" avec des décors assez vide, tant en exploration qu'en combat. Pour la technique pure, on déplorera une caméra régulièrement hors-sujet, et parfois même quelques chutes de framerate quand l'action est trop soutenue. Cependant la DA certes très manga (marque de fabrique de la saga) est loin d'être déplaisante et séduit rapidement par sa variété de lieux, le style des personnages, et ce "je ne sais quoi" qui vient vous chercher l'air de rien et qui vous lâche plus... Certainement dû à certains éléments de jeu faisant penser aux dessins-animés de nos chères années 90 (j'y reviendrais plus en détail).

[TEST] Tales of Zestiria / PS4

Comme nous le savons et nous le revendiquons sur Gamopat, le graphisme ne fait pas tout, et c'est d'autant plus vrai lorsque l'on parle de RPG, c'est un ensemble qui donne âme et corps au titre. Alors parlons du scénario qui tombe un peu dans le cliché : Vous êtes un "élu"( qui ne le sait pas au début forcément) qui doit vaincre le seigneur des ténèbres ici appelé Seigneur des Calamités, le tout sur fond d'un conflit entre deux nations... Voilà les grandes lignes.

Mais c'est bien construit, très bien amené et par conséquent on se laisse porter, car nos pérégrinations deviennent très vite intéressantes, ceci étant dû au fait que l'on s'attache aux personnages qui savent se montrer aussi graves qu'amusants... Nous avons le héros Sorey, qui est le seul humain vivant parmi les Séraphins (des êtres divins) que seuls ceux au cœur pur peuvent voir et entendre. Sorey est explorateur de ruines et féru de l'ancienne histoire de son monde. Cette exploration de temples sera un des fils conducteurs du jeu. Sorey deviendra très vite "le berger" guidant le peuple vers un nouvel espoir. Viendront se joindre à lui deux humaines, Alisha et Rose, dont je vous laisse découvrir leur rôle. Puis divers Séraphins viendront prêter main forte à notre sauveur du monde en herbe.

[TEST] Tales of Zestiria / PS4

Les Séraphins joueront donc un rôle important au niveau du gameplay, chacun aura son utilité lors des combats afin d'exploiter les faiblesses élémentaires de chaque monstre et boss. Cependant vous ne pouvez pas emmener au combat toute cette joyeuse bande, vous ne pourrez que combattre à 4 (2 humains + 1 Séraphin chacun). C'est là que çà devient très intéressant car vous apprendrez très vite le secret de l'armatisation, fusion entre humain et Séraphin, donnant un look d'armure d'or digne des Chevaliers du Zodiaque et une grosse puissance. Mais pour cela vous devrez posséder au moins une jauge de puissance (JP) pleine, à savoir que si vous tombez au combat c'est au risque de perdre parfois les 2 persos fusionnés... Si à contrario votre héros tombe mais que son Séraphins possède au moins une JP, vous pourrez ressusciter via cette fusion.

Cette jauge est ce que vous aurez le plus à l'œil lors des combats (en temps réel), car elle vous sert à tout : Armatisation, attaques spéciales, soins, le tout consommant 1 JP à chaque fois. Voilà ce que je peux dire sur cette phase, mais les JP vous serviront aussi en mode normal puisque si vous en cumuler 3 mini, vous pourrez lancer un combo dévastateur avec votre humain. Mais comment remplir cette jauge ??? Tout simplement en frappant et se protégeant, ou en utilisant un objet les rechargeant.

[TEST] Tales of Zestiria / PS4

Qui dit objets dit inventaire. Vous ne pourrez transporter que 15 objets de même type, mais vous avez accès au fil du jeu à des recettes de cuisine, et diverses herbes, permettant de booster un peu vos persos avant un combat (impossible une fois celui lancé). On nous propose un système de craft sommaire mais efficace, il vous faut juste posséder deux objets identiques pour les fusionner moyennant finance évidement. Vous pourrez également améliorer vos objets en leur attribuant un Mormin... un quoi ??? Un Mormin, c'est un petit être faisant penser un peu à un Kupo, et possédant chacun un soutien propre ( + de défense, + d'attaque...). Et Il y a encore plein d'autres choses que je vous laisse découvrir au fil de vos aventures, qui vous mèneront dans des villages, des grottes, des plaines et autres temples dont quatre sont dédiés à une force élémentaire bien spécifique, des lieux qui ne sont pas sans rappeler un certains héros en tenue verte...

En conclusion, cette histoire de berger luttant contre la malveillance vous propose une aventure principale d'une quarantaine d'heures, voire plus pour tout faire, sans compter le DLC. C'est une histoire assez mature et parfois sombre qui nous est contée ici, apportant des touches d'humour et un certain attachement aux divers protagonistes (même PNJ). On se sent intégré à l'équipe, et la copie rendue tient la route mais reste perfectible (on attendra un épisode dédié next-gen pour cela). Un bon J-RPG mélangeant tradition et modernité.

SUPPOS : 4,5/6

Publié dans TESTS, UNE

Commenter cet article

Neek-2 10/12/2015 14:47

Un DLc téléchargeable entre deux dates d'un mois d'intervalles déjà dépassées et c'est la quête en plus, mais les petites merdes du 2e DLC elles sont téléchargeables...jusqu'en 2025 !