[TEST] Paper Mario Color Splash / Wii U

Publié le par goomba_powaa

Paper Mario Color Splash
Support : Wii U
Développeur : Intelligent Systems
Editeur : Nintendo
Sortie : 7 Octobre 2016

[TEST] Paper Mario Color Splash / Wii U
Voici venu le dernier épisode en date de la série Paper Mario, censé redorer le blason de la saga après un épisode 3DS à base d'autocollants assez décevant et manquant de profondeur (mais pouvait-il en être autrement lorsque l'on tente d'adapter le concept des Paper Mario au format portable?).

Suscitant l'attente de nombreux fans, ces derniers étaient légitimement en droit d'être inquiets malgré tout, car très vite, Big N a tenu à clarifier les choses en insistant sur le fait que définitivement, l'aspect RPG allait s'effacer considérablement de l'esprit des nouveaux opus Paper Mario, au profit de l'exploration. Laissant donc cet aspect RPG plus poussé aux mains de son autre série "Mario & Luigi". Au moins c'est clair, les nostalgiques des opus N64, Gamecube et dans une moindre mesure de l'opus Wii devront se faire une raison tôt ou tard, la chasse aux XP c'est fini. Alors, faut-il faire la fine bouche et rejeter d'office ce Paper Mario Color Splash, même en ces temps de disette sur Wii U? Le plus simple, c'est de lancer la galette... Here we go !

L'histoire débute lorsque Mario, Peach et Toad arrivent sur l'île Barbouille, et découvrent que cette dernière a perdu ses couleurs. Mario a donc pour mission de redonner à l'archipel toute sa splendeur en mettant la main sur 6 grandes étoiles de peintures volées par Bowser et ses sbires (Maskass et cie), en fouillant toutes les régions de l'île (30 niveaux desservis par une map façon SMB3). Dans la foulée, Peach va rapidement se faire capturer par Qui-vous-savez, et vous serez alors affublé d'un marteau magique vous permettant de frapper et surtout d'éclabousser (Splash ! Splatoon est passé par là?!) les environs de grandes gerbes de peinture. Ce marteau magique est équipé d'un réservoir avec 3 jauges correspondantes aux 3 couleurs primaires, rechargeable et améliorable. Enfin, vous ferez équipe avec un petit pot de peinture du nom de Peinturion, qui sera votre guide tout au long de votre périple.

[TEST] Paper Mario Color Splash / Wii U
Nos premiers pas se font donc à Port Barbouille, la place centrale de l'île, fortement (trop?) peuplée de PNJ d'un même type, les Toads ! Ils vous seront d'une aide continue tout au long de l'aventure (conseils, achats, collection, etc.). Ce qui marque immédiatement lorsque l'on commence à évoluer sur l'île et ses premières régions, ce sont les graphismes, et la direction artistique prises par les développeurs. Aucun opus de la saga n'a autant mérité son préfixe de "Paper". Tout ou presque est conçu autour du thème du carton, du papier, du collage, du découpage, du collage, etc.. Les décors regorgent d'inventivité, de détails et de paysages hautement colorés et chatoyants du meilleur goût, avec une gestion de la 2D / 3D jamais prise en défaut. Vive la HD made in Nintendo! C'est simple tous les niveaux que vous traverserez auront au moins une bonne idée qui vous fera dire Waouh! régulièrement. Sur ce point c'est sûr, Big N et surtout Intelligent Systems ont soigné leur dernier-né. Les régions, malgré leurs thèmes parfois connus (plage, forêt, canyon, temple, bateau pirate, hôtel hanté, arène de gladiateurs...) sont variées et renouvellent la façon de découvrir l'univers du moustachu, un petit tour de force en soi. Petites curiosité situées entre certaines régions, l'emplacement de temples Pierre Feuille Ciseau qui, sous la forme d'un mini show à l'américaine vous permettront après 3 rounds gagnants de ce célèbre jeu d'empocher pas mal de pièces d'or et même une carte spéciale (nous y reviendront plus bas), facilitant parfois votre progression.
 
[TEST] Paper Mario Color Splash / Wii U
Lors de vos explorations, vous serez amené dans chaque niveau à combler certaines tâches blanches avec la peinture contenue dans votre marteau, ceci afin de compléter la quête annexe des "100% du niveau coloré". Petit bonus, en comblant ces tâches, vous en ferez ressortir parfois des pièces d'or, des recharges de peinture mais aussi des cartes.
Des cartes me direz-vous? à quoi peuvent-elles bien servir? à combattre, principalement. Et oui nous voilà arrivés au moment critique du test, le système de combat, pas fameux lors des précédents opus 3DS et Wii. Concernant Color Splash, on a connu mieux, on a connu pire. Les cartes, récoltées à la boutique de cartes du Toad de Port Barbouille ou en battant des ennemis, se divisent en 2 catégories. Les cartes classiques et les cartes Truc. Lorsque vous entrez en combat avec un ennemi, vous l'action se transfère sur votre Gamepad, qui se transforme en votre main de cartes (max. 99 cartes). Selon votre progression dans le jeu, vous pourrez choisir 1 à 3 cartes par tour pour combattre votre adversaire.
[TEST] Paper Mario Color Splash / Wii U
Vous aurez le choix parmi de nombreux items connus des fans de la série, parmi les bottes de saut, le saut ressort, les carapaces, la queue Tanuki, les alliés ennemis, les boules de feu, de glace, et toutes les variantes de marteau possibles, et bien d'autres encore. Vous sélectionnez donc la ou les cartes désirées, vous les peignez en partie ou intégralement (plus vous les peignez plus elles seront puissantes mais assurez-vous d'avoir encore assez de peinture en stock pour finir le combat correctement) et vous les validez. Certaines cartes demanderont de votre part un bon timing afin d'être utilisées de manière optimale et d'infliger un max de dégâts. Lors du tour d'attaque de votre adversaire, vous pourrez toujours tenter de vous défendre plus efficacement en appuyant au bon moment de l'impact sur Mario  sur le bouton A pour amoindrir vos dégâts subis. 
 
Parlons des cartes "Truc", l'aspect le plus WTF du jeu! Ce sont des cartes à dénicher dans les niveaux, causant beaucoup de dégâts lorsque bien utilisées contre le bon ennemi. Elles sont parfois obligatoires pour battre un boss et avancer dans l'histoire. Les cartes "Truc" prennent la forme d'objets du quotidien chez nous les humains (APN, bassine, os, ventilateur, théière, statue chat, tirelire cochon, etc.). Même si leur mise en scène pour faire agoniser votre ennemi prête souvent à sourire, certains objets sont trop réalistes et dénotent avec l'aspect imaginaire que l'on se fait du monde de Mario. Pour résumer, via ce système de cartes, les combats manquent souvent de rythme, du fait du côté rébarbatif des actions à effectuer plein de fois lors d'un même combat (choisir cartes, parfois parmi 99 / peindre cartes / valider cartes). D'autant plus que le niveau de difficulté des ennemis oscille souvent entre faible et moyen, certains combats inévitables sur votre route (contre par exemple une meute d'ennemis faiblards vous barrant le chemin) auront des airs de véritable supplice et de perte de temps, car gagnés d'avance mais obligatoires. Veuillez noter que Nintendo, dans sa grande mansuétude et dans sa volonté de plaire au plus grand nombre (de ne pas décourager les casuals diront les mauvaises langues), met à votre disposition lors des combats une roulette, qui fait office de dépannage de luxe lorsque vous êtes à court de cartes de combat. Vous pouvez payer 10 pièces pour l'utiliser et obtenir au hasard de la roulette une carte, déjà peinte qui plus est. Mais si vous le désirez, vous pouvez payer encore en plus 10 pièce d'or afin de ralentir la roulette et ainsi avoir plus de chance d'obtenir la carte de combat désirée. Les pièces d'or pleuvant par centaines dans le jeu, l'utilisation de cette roulette n'en sera que plus facilitée et tentante...
[TEST] Paper Mario Color Splash / Wii U

Ce qui sauve alors Paper Mario Color Splash, ce sont ses musiques ET son humour, les 2 autres véritables points forts de cet opus. L'humour est omniprésent tout au long de votre quête, grâce aussi à une traduction Française au poil, il faut le signaler. Même si certaines boutades ne sont pas à proprement parler hilarante, elles font toujours mouche. Jamais lourdes, elles égayent encore un peu plus l'aventure et le sentiment de vacances et de détente de cette île Barbouille. Certaines situations sont rocambolesques et surprennent le joueur par leur légèreté. En effet, Nintendo n'hésite pas à se tourner en autodérision, par exemple concernant le scénario redondant de la princesse capturée par Bowser. Vous ne pourrez pas vous empêcher de sourire lorsqu'un Toad vous dira, très sérieusement, qu'il n'arrive pas à croire que ça soit l'infâme Bowser qui ai capturé Peach. Les Toads justement, même s'ils sont très présents (mais en même temps, qu'il y a-t-il comme PNJ gentils en dehors du Big Four Mario Luigi Peach et Yoshi?), sont quasiment érigés en stars de cet opus, et comme ils sont divisés en plusieurs groupes et genres, cela passe très bien côté redondance, enfin pour ma part. A vrai dire, ils feraient presque passer notre plombier moustachu au second plan! Après avoir percé dans Super Mario 3D World, après avoir eu leur jeu dédié Captain Toad, les Toads sont définitivement la révélation de la Wii U ! à noter aussi les boss qui gardent les grandes étoiles de couleur (incarnés par les Koopalings) eux aussi assez loufoques! Mention spéciale à Ludwig Von Koopa, et son sous-marin impressionnant devant mais pas finià l'arrière, on le prend tout de suite moins au sérieux :). Certains Guests comme Birdo sont aussi de la partie, totalement dans leur élément !

[TEST] Paper Mario Color Splash / Wii U

utre point fort également donc, la B.O. : Dès l'écran titre, on est accueilli avec une petite musique aux airs jazzy bien cuivrés qui mettent tout de suite dans l'ambiance, et les compositions de qualité s'enchaînent au fur et à mesure des niveaux. Entre classiques revisités en discrète musique de fond ou nouvelles créations, on à affaire à du travail de grande qualité et bien adapté, et ce du début à la fin. Dès le départ de votre périple, le thème de la vallée Marmelade ou de la Route Ecarlate vous donnerons un bon aperçu de ce que savent faire les compositeurs attitrés de Big N avec leurs trompettes, saxo, violons, trombones, flûtes, contrebasses, clarinettes, etc.

[TEST] Paper Mario Color Splash / Wii U

Dernier point, la durée de vie. Le jeu est donné un peu partout pour 30H de jeu pour compléter la trame principale, mais à un moment donné j'en étais à 17h de jeu à la 4ème grande étoile de couleur en ayant trainé un peu, contemplé pas mal, tenté de colorer certains niveaux à 100%, et tenté de aussi de compléter le musée de Port Barbouille en faisant don de certaines de mes cartes classique et Truc qui m'auraient été plus utiles en combat qu'au Musée :) Vous le voyez, les quêtes annexes peuvent encore vous occuper un petit moment après la fin du jeu, si vous voulez prolonger votre séjour sur cette belle île ! A noter un seul slot de sauvegarde disponible, mais cela devrait s'arranger si vous créez / changez de compte ID Network au démarrage de votre Wii U.

[TEST] Paper Mario Color Splash / Wii U
En conclusion, ce Paper Mario Color Splash est un jeu très bien fini, pas fait à la va-vite comme certains le penseraient. Big N s'est investi encore une (dernière?) fois pour sa malheureuse Wii U, et cela se ressent : Graphismes HD qui donnent une bonne leçon stylistique, level-design on ne peut plus varié, OST du tonnerre, ambiance détonante, tout y est. Presque. Les 2 seuls points négatifs sont peut-être le manque de PNJ qui auraient pu être plus variés (quoique), mais surtout ce système de combat manquant de profondeur, sans alliés mais aussi un peu pataud et mal optimisé car pensé surtout pour utiliser la feature du Gamepad. Ceci dit, Color Splash est avant tout un jeu qui se joue de façon cool, sans pression, permettant de sauvegarder souvent. La trame et la progression sont si fluides que vous pourrez y revenir régulièrement sans être perdu dans votre progression. On écarquille les yeux, on éclabousse tout, et on se marre, c'est du Nintendo dans toute sa splendeur !

SUPPOS : 4,5/6

Publié dans TESTS

Commenter cet article

klaoui 16/12/2016 08:11

Depuis quand un jeu casu s'apelle maintenant un jeu " cool, sans pression, permettant de sauvegarder souvent."

Avouez le sérieux, c'est l'ombre de ce que faisait Nintendo ! ils ont fait un jeu pour faire un jeu ... passé inaperçu, vendu au rabais ... plus personne n'en veut ... peut on vraiment leur en vouloir ?

à vouloir trop tirer sur la corde .....

la seule chose qui nous fait kiffer c'est de revoir mario, oui on l'aime mario, mais il faut se réveiller un moment !

*-* 16/12/2016 12:35

Toi par contre...