[TEST] Dragon Quest 8 / PS2 & 3DS

Publié le par FK-corporation

DRAGON QUEST 8 : L'ODYSSEE DU ROI MAUDIT
Support : PS2 et 3DS
Développeur : Level-5
Editeur : Square Enix
Sortie : 13 avril 2006 sur PS2 et 20 janvier 2017 sur 3DS

[TEST] Dragon Quest 8 / PS2 & 3DS[TEST] Dragon Quest 8 / PS2 & 3DS

Dragon Quest, cette série de RPG aussi mythique au Japon que les Final Fantasy mais assez boudée chez nous. Il a fallu attendre 2006 pour qu'un Dragon Quest arrive chez nous en Français et comme beaucoup d'entre vous, j'ai découvert cette série avec cet épisode, Dragon Quest 8 : L'odyssée du roi maudit. Ce titre aguicheur et ce design d'Akira Toryama nous donne vraiment envie de nous plonger dans cet univers mais la vraie question est là, est-ce un bon RPG ? La série jouit de sa popularité mais sincèrement, ça vaut quoi comme RPG un Dragon Quest ?

Le pitch de départ : Le roi Trode subit une terrible malédiction par un sorcier nommée Dhoulmagus, ce fou comme tout le monde l'appelle s'est introduit dans le château du Roi pour lui voler son bâton magique. Par cet acte, le roi sera transformé en crapaud et sa fille, la princesse Medea sera transformée en jument. Le royaume entier sera pétrifié mais seul un soldat, le héros, échappera à cette terrible malédiction. Le scénario est lambda, on a connu pire, on a connu mieux, reste à savoir comment cette histoire va évoluer. C'est bien la le premier défaut du jeu car le scénario n'avance pas. On se retrouve à courir à travers le monde entier après Dhoulmagus en rencontrant différent PNJ et en les aidant pour qu'ils puissent nous aider en retour à continuer notre voyage. Très bonne idée sur le papier, mauvaise dans les faits tant les PNJ sont fades, il n'y a aucun attachement à eux. Leur sort ne nous importe peu voire pas du tout.

Le scénario de départ est le même durant les ¾ de l'aventure, ce qui n'est pas une mauvaise chose en soi si il y a des rebondissements mais là, les quêtes font plutôt office de remplissage. Un exemple flagrant : On arrive dans la ville de Pickam, la ville natale de Yangus et on se fait voler notre cheval. On apprend que le cheval a été revendu à une voleuse qui habite à l'autre bout de la map. On part chez cette voleuse qui accepte de nous rendre le cheval si on va lui chercher une pierre précieuse dans une grotte. 4 heures de jeux plus loin, on ramène cette pierre et on récupère notre cheval. Voilà comment remplir des heures de jeux avec du vent scénaristique et c'est comme cela dans toute l'aventure, il ne se passe pas grand chose d'intéressant, seulement des minis quêtes voire des minis sous-quêtes qui ne font pas avancer le schmilblick.

Le ton du jeu est léger, il a toujours le cul entre deux chaises entre l'humour ou le sérieux de son scénario. Dans certains jeux comme Shadow Hearts Covenant, la référence PS2 en matière de RPG, le mélange humour et tristesse fonctionne à merveille. Ici on ne prend rien au sérieux, tout est dit sur le ton de la rigolade et celui nuit énormément à l'immersion. Du coup on se marre et surtout on s'en cogne royalement que le Roi Trode soit transformé en crapaud et sa fille en jument, le jeu ne parvient jamais à nous créer un sentiment d'empathie envers les PNJ, dommage.

Bien sûr le jeu est calibré pour nous forcer à effectuer des séances de levelling intensif, encore une astuce pour gonfler artificiellement la durée du vie. Cela me fait bien rire quand certains mettent en valeur la durée de vie gigantesque du jeu car il faut au moins 50 heures en ligne droite pour le faire sachant qu'il y a au moins 20 heures de levelling... Non Dragon Quest n'est pas long, il est rempli d'éléments remplissant artificiellement la durée de vie comme le nombre de rencontres aléatoires et la lenteur des combats. Mon dieu que c'est mou du genoux et surtout que la répétition des combats aléatoires est énervantes.

Dhoulmagus le méchant du jeu, imitation low cost de Kefka de FF6

Dhoulmagus le méchant du jeu, imitation low cost de Kefka de FF6

Après avoir tapé sur les points noirs de ce jeu, je vais maintenant expliquer pourquoi il est bon malgré tout.

Dragon Quest 8 possède un charme fou avec ses graphismes en cel-shadding et ses personnages ressemblant à ceux de Dragon Ball. Le héros ressemble à Goku, Angelo ressemble à Trunks et Morry ressemble à Hercule/Mr Satan . Le monde est vaste et ouvert, on se ballade de village en village et on peut prendre le temps de flâner pour récupérer plein d'items différents. Si vous aimez prendre votre temps pour rentrer dans la maison des PNJ et fouiller leurs placards vous allez être servi, il y a des centaines d'objets à récupérer.

L'équipe lambda par excellence

L'équipe lambda par excellence

Système de combat : C'est du classique mais du bon classique, un bon RPG à l'ancienne avec du tour par tour. En tant que fan de RPG, je suis toujours très friand de ce style de jeu. On peut nuancer la lenteur des combats sur la version PS2 mais ce défaut est corrigé sur la version 3DS. On peut aussi regretter la faible évolution des personnages, c'est un choix mais on ne ressent pas la montée en puissance de nos héros avec la prise de niveau. A chaque level up, nous pouvons choisir de dépenser des points de compétence dans un arbre de compétence, classique mais efficace, j'aime beaucoup ce style d'évolution.

Le jeu sur 3DS : Il faut bien avouer que certains défauts ont été corrigés sur cette version et non des moindre. Cela rend l'expérience beaucoup plus agréable pour les jeux qui n'ont plus de patience comme moi. En effet, les ennemis apparaissent aléatoirement sur la map, on peut donc les esquiver si on le souhaite et surtout, on peut augmenter la vitesse des combats. Alléluia seigneur ! Deux personnages supplémentaires sont jouables et un donjon bonus a été rajouté, toujours bon à prendre. Dommage que cette version 3ds n'ait pas conservé les musiques symphoniques de la version PS2 Européenne. J'ai l'impression que la difficulté de cette version a été revue à la baisse, je ne galère pas autant que sur PS2, je me souviens en avoir chié à l'époque. Est-ce juste une impression ou une réalité ? Je ne sais pas.

Les ennemis sont désormais visibles sur la carte (3DS)

Les ennemis sont désormais visibles sur la carte (3DS)

Les + : Graphiquement très beau, monde ouvert très vaste, la durée de vie conséquente 
Les - :  Scénario anecdotique, casting de héros oubliable, trop de levelling

Conclusion : Dragon Quest 8 L'Odyssée du Roi Maudit est-il un grand jeu ? Pour moi, fan de RPG depuis ma plus tendre enfance, c'est non. Le scénario est trop classique, les personnages sont trop caricaturaux, l'écriture des dialogues, de l'histoire n'est pas assez poussé pour aspirer de l'empathie. La sensation de remplissage pour augmenter artificiellement la durée de vie est très désagréable, le jeu aurait gagné en intensité avec un scénario et des rebondissements mieux foutus. Néanmoins, le jeu possède un truc, un style qui le range dans la catégorie des bons RPG. Son style de jeu à l'ancienne, ses graphismes colorés tout en cel-shading et ses jolies musiques en font un jeu agréable, surtout sur 3DS qui corrige certains défauts de la version PS2.

SUPPOS PS2 : 4/6
SUPPOS 3DS : 4,5/6

Publié dans TESTS

Commenter cet article

killmeplease 16/02/2017 17:09

Globalement les tests ont l'air de dire que la version 3DS est une superior version de part ses ajouts qui rendent l'avancée dans le jeu plus agréable.
Perso pour avoir vue une vidéo comparative PS2/3DS j'ai quand même trouvé qu'il y avait un sacré downgrade graphique. Je ne sais pas si on avait déjà droit à du vomi de chien en guise de texture sur PS2 mais ça me dérange tout de même un peu ces jeux qui ressortent plusieurs années après (et là en l'occurence un paquet d'années) mais dans des versions pas clairement et nettement superior.
Ce jeu aurait clairement plus mérité un remaster sur Switch, tout comme Xenoblade Chronicles. Là au moins tout le monde aurait été d'accord.

klaoui 15/02/2017 18:28

Sérieux en 2017 on nous sort un jeu avec des textures qui ressemblent à du vomis de chien (voir dernière photo) .... ça a du mal a passé !