[RETROGAMING] Dragon Ball Z Super Butoden / Snes

Publié le par Ouais_supère

DRAGON BALL Z SUPER BUTODEN
Support : Super Nintendo
Editeur: Bandaï
Développeur: Bandaï
Sortie: 1993

bdz-butoden-titre.jpg

C'est l'histoire d'un jeu cristallisant en une cartouche seule tous les désirs les plus fous d'une jeunesse férue de jeux de bagarre et qui découvrait les manga, et qui ne pouvait avoir d'autre destinée que celle d'un Best Seller absolu, j'ai nommé Dragon Ball Z Super Butoden, sur Super Nintendo, dont la qualité, c'est le moins que l'on puisse dire, fut sujette à controverse. Avec le recul, ce jeu mérite-t-il pourtant d'être encore aujourd'hui voué aux gémonies des rétro-joueurs ? Plaidoyer :

Les passions ont ceci de déraisonnable que le plus sûr moyen de passer outre l'une d'elles est de se jeter dans les bras d'une autre. Je l'ai dit, ne revenons pas là-dessus, au collège, ma passion, c'était les jeux vidéo sur consoles Sega. Enfin... Après les filles, bien sûr, mais lorsque l'on s'engage sur les chemins tortueux et solitaires du geekisme, n'est-ce pas, chacune de nos prestations en cours d'EPS nous rappelle que c'est pas pour tout de suite et que la concurrence sera rude. Pour l'heure, ce serait Sega, donc. Il aurait fallu me payer cher pour passer à l'ennemi. Oh, je ne dis pas, il s'en était fallu de peu pour que je bascule, mais puisque nous allions notamment pouvoir insérer notre Street Fighter II' dans notre Perle Noire (quoi ?), non, vraiment, je n'avais plus aucune raison d'envier quoi que ce soit du côté de la firme au plombier. Aucune chance. Et pourtant, les poches pleines des centaines de francs reçus pour Noël en cette belle, superbe année 1993, les joues rosies par l'excitation, je poserais une Super Nintendo (pack Pilotwing) sur le tapis roulant noir d'une caisse quelconque du supermarché l'Univers à Onet-le-Chateau (12).

dbz-butoden-001.jpg

C'est que, quelques mois plus tôt, il y avait eu ces quelques photos... De mémoire sur Console +. Une « Preview » me semble-t-il... Ce personnage, aux cheveux bruns ébouriffés, cette tunique orangée, et soudain cette goutte de sueur glacée roulant le long de mon échine : « Oh putain, y a un Dragon Ball Z qui va sortir sur Super Nintendo. » Cette fois-ci était celle de trop. Parce qu'au début des années 90, lorsqu'on est un petit mec en devenir, on a, tous, un point commun : c'est l'adoration jusqu'à la folie pure d'un dessin animé (je ne suis même pas sûr que j'appelais ça « manga », à l'époque) généreusement prodigué par Sainte Dorothée et sa tripotée de débiles mentaux assumés (no offense, j'assume totalement cette époque-là, respect, mais le moins que l'on puisse dire c'est que ça ne tirait pas vers le haut), dessin animé dont le héros se nommait Son Goku. Cette fois, je renonçais, et rendais les armes : il me le fallait, ce jeu. Et puisque cela passait par l'emplette de la 16 bits de Nintendo, eh bien, tant pis, j'allais m'y résigner.

dbz-budoten-002.jpg

Et pourtant, les critiques dans la presse n'étaient même pas bonnes, loin de là. Il était question d'un jeu bâclé, il y avait consensus autour du fait que vraiment, Bandaï ne se foulait pas, fournissait le minimum syndical en appuyant de tout le poids de cette « hénaurme » licence sur les plus solides des réticences. Et puis le prix : on parle de 549F, cette foutue barre symbolique des 500 boules une nouvelle fois allègrement franchie. Autant de raisons qui auraient pu, et même dû faire reculer tout acheteur potentiel. Non mais pour qui nous prenaient-ils, ils pensaient vraiment qu'il suffisait d'écrire Dragon Ball Z sur une boîte en carton pour qu'on fasse sauter la tirelire ? Hein ? Vous croyez vraiment qu'on peut me faire ce genre de coup, à moi ? … Bon, je l'ai acheté. Oui, oh, ça va, j'avais 13 ans, quoi ! Genre, vous l'avez pas acheté, vous, à l'époque ? Tsss. Ainsi, quelques jours après l'achat de la console, mes étrennes complétées, je filais en courant au Jouet Club de Rodez (12), cautionner cette bien triste entreprise d'exploitation du fanatisme enfantin qu'on appelait (et qu'on appelle toujours, d'ailleurs) Bandaï, et repartais avec celui qu'on appelait encore parfois Dragon Ball Z 2, puisqu'un jeu de rôle existait déjà sur ce support (Dragon Ball Z : Super Saiya Densetsu).

Ceci pour le contexte, maintenant, le fond des choses. Dragon Ball Z Super Butoden, donc, est un jeu de combat à un contre un pour un ou deux joueurs, relatant les aventures de Son Goku et ses amis (et anciens ennemis) sur une assez large période s'étalant de la finale du 23ème Tenkaichi Budokai (qui, s'il faut être précis, est un événement de Dragon Ball tout court, sans Z) jusqu'à la mort de Cell. Au menu, donc, huit personnages, tous jouables, auxquels viendront s'ajouter les versions Super Saiyajin de Goku et Vegeta, Gohan, Trunks, ainsi que la forme parfaite de Cell. Un casting somme toute impeccable. Ces derniers personnages ne sont pas à proprement parler « cachés », mais se débloquent au fur et à mesure de votre progression lors du mode Histoire.

dbz-butoden-003.jpg

Car, c'est là la première originalité de ce DBZ vis-à-vis de ses concurrents, le déroulement ne suivra pas une trame classique « choix du perso, puis combat de chacun des ennemis un à un », mais vous proposera de revivre comme si vous en aviez les commandes le scénario de la célèbre saga. Si vous n'aurez de prime abord pas d'autre choix que d'affronter Piccolo avec Goku, par la suite vous reviendra la décision d'abattre votre adversaire avec tel ou tel personnage jusqu'à la mort éventuelle et surtout irréversible (du moins, jusqu'au « Continue ») de chacun d'eux. Ainsi, s'il vous vient la lubie de démonter Freezer avec Piccolo, et plus tard Cell avec Vegeta afin d'inventer une version de la réalité débarrassée de la famille Son (que vous aurez pris soin de laisser claquer sadiquement au préalable) que même Toriyama via Trunks du futur n'aurait pu imaginer, eh bien faites donc, c'est vous qui voyez (y en a qui ont essayé). J'insiste : c'est quelque chose qui peut paraître absolument anecdotique aujourd'hui, mais on touchait là un imaginaire extrêmement sensible et débordant de passion. Voilà que non seulement l'on pouvait revivre une aventure sur laquelle on avait vibré chaque mercredi matin, mais en plus il nous était devenu possible de la recréer à notre façon, subtilement mais concrètement. Nos héros, jusqu'ici impalpables, faisaient là, à peu près, dans nos mains, ce que l'on avait décidé. Bon sang, comment, je vous le demande, comment aurait-on pu ne pas (vouloir) acheter ce jeu, à l'époque ?

Hors le mode Histoire, on trouve un mode Combat, et un mode Championnat. Le premier propose, comme son nom l'indique, des combats, vous contre l'Ordinateur, vous contre un amis à vous, ou même, et je crois qu'on touche là à la substantifique moelle de l'inutilité, l'Ordinateur contre lui-même. Oui. Alors déjà, regarder des gens jouer, c'est chiant, quand bien même vous les aimez beaucoup. Mais une intelligence artificielle... Et qu'on ne me dise pas que cela permet d'apprendre des techniques : si l'on veut apprendre, soit on met la difficulté au minimum et on se jette dans le bain, soit on se met en mode deux joueurs et on fait des essais, mais on ne regarde pas un ordinateur qui ne vous explique même pas, le fumier, comment il fait quoi que ce soit, pendant des plombes. Le Mode Championnat, enfin, propose de participer au Tenkaichi Budokai, ce qui est une excellente idée, et ce, en conviant jusqu'à huit joueurs humains aux festivités, ce qui est encore plus excellent. Si on a des amis. Les joueurs choisissent donc un personnage chacun, et l'IA complète le tableau, si besoin. Il est à noter que vous n'aurez pas à vous cogner les éventuels affrontements Ordi Vs Ordi, et que ça, c'est une sacrée bonne nouvelle. Par contre, vous avez la possibilité, accrochez-vous, de ne choisir aucun personnage, auquel cas vous aurez le loisir de contempler... l'Ordinateur tirer au sort un vainqueur à chaque match... Oh, non, pas de question, je ne veux pas savoir. Ah, et il faut aussi noter que, dans la série « les programmeurs ont vraiment les fils qui se touchent dans les boyaux de la tête », si le joueur humain est désigné, au tirage au sort, après son adversaire artificiel, il devra, impérativement, utiliser la deuxième manette. Deux pads pour du « One Player », splendide. Mais je chipote, et au fond, je crois que je trouve tout cela plutôt drôle. Enfin, avec le recul.

dbz-butoden-004.jpg

La seconde originalité, et qui fera la singularité des DBZ sur console, et ce pendant encore plusieurs années, c'est l'utilisation d'un écran splitté lorsque les deux adversaires s'éloignent l'un de l'autre, faisant ainsi (et pour la première fois à ma connaissance, mais je compte sur les Gamopat pour me détromper le cas échéant) exploser le carcan représenté par les limites de l'écran dans un jeu de combat. Une idée lumineuse car permettant encore une fois la recréation totale de l'ambiance du dessin animé, où il est fréquent que les combattants s'arrosent à grande distance de boules d'énergies et autres effets pyrotechniques. Vous pourrez donc vous éloigner latéralement, mais également verticalement, puisqu'un bouton vous permet de vous envoler si vous étiez au sol, ou d'y revenir si vous étiez en l'air. Du coup, afin d'estimer l'espace qui vous sépare de l'adversaire, un radar est mis à votre disposition. Détail, certes, mais détail qui tue : les cyborgs y sont indétectables, comme dans le manga, puisque n'ayant pas de Ki. Le genre de truc qui me faisait glousser de bonheur à l'époque (je sais, je sais...).

Concernant les boules d'énergies et autre Kamehameha, si Ryu et Ken pouvaient balancer du Hadoken comme on enfile les perles sans jamais se soucier d'y laisser des plumes, ça n'est pas le cas de nos héros : afin de porter une attaque de ce type, il faudra d'abord avoir patienté suffisamment de temps pour que la barre de Ki (indépendante de la barre de santé) le permette, ou bien s'attendre à ce que votre personnage se retrouve totalement essoufflé. Et patienter n'est pas un vain mot tant celle-ci se remplit lentement. Il est néanmoins possible d'accélérer ce processus en appuyant sur bas alors que vous êtes en l'air, ou bien en parant les coups adverses, mais c'est un pis-aller, comment les programmeurs ont-ils pu négliger cet aspect pourtant fondamental de la série qu'est le chargement volontaire du Ki à grand renfort d'étincelles (événement hélas si peu rare dans le dessin animé, et qui pouvait durer à peu près le temps d'une traversée de terrain de foot dans Olive et Tom) ? Impardonnable, c'est, à mon sens, le défaut majeur de ce Super Butoden. Oui, bien avant tout le reste, que nous évoquerons plus tard. Pardon ? Là, maintenant ? Bon...

dbz-butoden-005.jpg

Lorsque l'on évoque la série des Super Butoden sur Super Nintendo, la réponse cliché est en effet celle-ci : « ah ouais, le premier était nul, mais le deuxième était énorme ».

En cause, tout d'abord, le gameplay. Car, il faut l'admettre, ce qui frappe de prime abord est que ce jeu est un peu lent, offre une sensation de lourdeur, d'inertie dans ses commandes, notamment pour les sauts, à la distance mal gérée, et qui manquent clairement de vivacité autant dans la prise de hauteur que lors de l'atterrissage, comme en apesanteur. Pour autant, si l'on y regarde de près aujourd'hui, c'est un reproche que l'on peut, évidemment dans une moindre mesure, adresser également à Street Fighter II, pourtant une sacré référence, qui, je maintiens, jetez-moi toutes les pierres que vous voudrez, est un peu pataud sur la 16 bits de Nintendo. Qui plus est, ce défaut disparaît à peu près complètement lorsque l'on a accepté que l'esprit de ces deux jeux diffère totalement. Alors que dans les « SF2-like » le saut a une importance fondamentale dans la mesure où il conditionne un travail au corps à corps en deux coups maximum, et nécessite donc une précision absolue, les DBZ misent bien davantage sur une arrivée frontale en course (« en vol » serait plus exact) suivi d'un enchaînement puis d'une retraite rapide. Soit un jeu « latéral » où le saut n'est souvent qu'anecdotique puisque, quitte à prendre de la hauteur, on lui préférera carrément l'envol. Il faut néanmoins admettre que, du coup, le jeu est spontanément moins agréable car nécessitant un délais de déshabituation/réhabituation, le temps de passer d'un standard de gameplay à un autre. Mais une fois le pli pris, on se rend compte que ce Super Butoden est agréable, pas moins répétitif que n'importe quel autre jeu de baston (où, reconnaissez-le, vous vous battez toujours de la même façon, une fois votre style trouvé), et oblige à des combats patients, empreints de sang-froid en attendant le moment opportun pour passer à l'attaque.

dbz-butoden-006.jpg

Le second défaut concerne les graphismes, auxquels on reprochera une pauvreté certaine, ainsi qu'une qualité fort moyenne. Sur ce dernier point, il n'y a rien à réfuter, la machine avait déjà prouvé ses capacités, il était possible de faire tellement mieux que les regrets s'imposent d'eux-mêmes. Mais, vraiment, le jeu n'est pas laid. Quitte à jouer une nouvelle fois les sacrilèges, je trouve même son parti-pris graphique plus pertinent que celui de ses deux suites. En effet, ce premier Super Butoden possède un style bien plus proche du dessin animé. Si on y regarde de près, les personnages sont vraiment jolis, leurs visages plus expressifs, là où les opus ultérieurs adopteront un autre style, plus lissé, mais qu'à titre personnel je trouve moins esthétique et moins ressemblant au modèle. Et puis, n'importe quel combat sur le tatamis en caillasse (drôle d'idée, quand même) du Tenkaichi Budokai, un lieu « urbain » et limité en longueur qui du coup ne souffre pas de la sensation de vide suscitée par les scènes extérieures, vous convaincra mieux qu'un long discours, c'est indubitablement joli.

Enfin, il faut, au crédit de ce Dragon Ball Z, ajouter les musiques, qui sont parmi les meilleures tous jeux de bagarre confondus. Pêchues, entraînantes, restituant finement l'ambiance du dessin animé, pour moi c'est le sans-faute, et sur ce point cette cartouche enfonce littéralement son pourtant renommé successeur aux thèmes mous du genou. Ce sont des musiques dont, des années après avoir rejoué ma dernière partie, je me souvenais encore parfaitement, et des musiques qui se fredonnent, qui donnent de l'entrain bien après la console éteinte. De même, le joueur de goût qui ne conçoit de regarder le dessin animé que dans sa version japonaise sous-titrée (ou pas d'ailleurs) aura le plaisir de retrouver, mais c’est à ma connaissance le cas pour tous les DBZ vidéoludiques, les véritables voix digitalisées des doubleurs originaux. Tous ceux qui ont subi leur enfance durant le doublage français au je-m'en-foutisme avéré concernant la fidélité et la conviction des acteurs (je n'évoque même pas les traductions approximatives ou carrément fausses provoquant parfois des incohérences majeures dans le récit) savent le plaisir immersif et le confort que ce genre de détail représente.

Dragon Ball Z n'est pas un jeu raté. Rien de ce qui s'y trouve ne sera omis par sa suite, preuve s'il était nécessaire que tout était déjà là ou presque. Sa suite ne fera que lécher quelque peu l'ensemble pour lui donner un aspect plus brillant et changer les personnages. Pour ma part, je n'hésite pas une seconde à affirmer que ce Super Butoden est un must-have dans la logithèque de la Super Nintendo et qu'il représente un véritable tournant pour tous les gens de ma génération qui se sont vus pour la première fois proposer d'incarner de façon palpable les héros de cette série animée, dans un jeu d'action. J'irai même jusqu'à émettre la supposition que le jeu vidéo s'est employé à perpétuer un engouement pour ce manga, même durant les longues périodes où ce dernier n'avait plus la moindre actualité. Parlerait-on encore aujourd'hui de cette série, aurait-elle même été mise à jour (Dragon Ball Kai), si durant des années des jeux toujours plus fidèles étaient sortis pour nous rappeler à son bon souvenir ? Je n'en suis pas convaincu, et Dragon Ball Z Super Butoden est une pierre angulaire du culte érigé à l'édifice de Toriyama. Une pierre aux aspérités parfois un peu regrettables, mais qui remplit fort bien son office, et avec tout le respect attendu pour une telle licence.

Note technique : 5/10

Note artistique : 8/10

Gameplay : 7/10

Replay Value : 9/10
29/40
SUPPOS : 4,5/6
(Appréciation personnelle)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

Ouais_supère 20/06/2011 19:59


@Hebus12: je parle de ton vrai nom, puisque Onet n'était pas si grand, peut-être nous sommes-nous croisés en vrai, au collège ou lycée, mais je comprends que tu ne veuilles pas le donner en
public.

@Al Kasil: tu es le Al Kasil de F1 Express? Sinon, tu as raison, GT a pas mal contribué à maintenir DBZ à la lumière, mais surtout la diffusion tardive aux Etats Unis a eu son importance, je le
savais, pourtant, mais l'avais oublié, merci pour le rappel.

@Malak: j'ignorais ce détail, merci!

@Thread: m'enfin, je viens de tester Super Butoden premier du nom, les personnages des OAV ne furent disponibles que dans le deuxième, tu es sûr que tu m'as lu?

Sinon, merci à tous pour vos commentaires!


Thread 20/06/2011 09:38


Oulah, l'enrobage est trop long, mais je suis d'accord avec toi sur tous les points. A noter que LE gros point fort du soft -que tu ne mentionne pas- et qui a fait triper TOUS les fans de DBZ,
c'est de pouvoir jouer avec les persos des OAV et films INEDITS comme les pirates et surtout Broly ! Purée on ne savait même pas qui c'était à la sortie du jeu ! Mais qu'est-ce qu'il étaient
balèzes ! A noter que je m'étais fendu de 700 boulettes pour le jeu en import ! Et oui le fanboyisme même au sodasec ! (Idem pour fatal fury special, samshow et ranma IV, hop 700 boulettes merci
les boutiques d'import maintenant reconverties en sex-shop où là aussi on vend de quoi dilater des anus).


makak 20/06/2011 09:24


très bel article, que de souvenirs. Mais en revanche jusqu'à l'an dernier à peu près DBZ était le 2ème dessin animé le plus diffusé dans le monde après les simpson ^^


Zurg AHAH 19/06/2011 22:54


me suis régalé avec ton test , super


MeRToN 19/06/2011 20:15


La claque que j'ai pris avec mes potes quand ont a reçu ce jeux en import à l'époque! Nous séchions les cours pour faire des sessions endiablées sur ce titre.


Al Kasil 19/06/2011 18:13


Très intéressant cet article. Pas seulement pour le test du jeu, mais aussi pour l'idée que finalement, DBZ a survécu alors que l'anime et le manga ont cessé d'être diffusé, tout ça grâce aux
jeux.
Je ne pense pas que ce soit la seule explication. On peut aussi parler du fait que les Américains ont découvert Dragon Ball très tard, au début des années 2000, ce qui a contribué aussi au revival
de la licence. De même, il y a eu, pendant un petit moment, Dragon Ball GT qui assurait - très mal mais bon... - une certaine continuité et qui faisait survivre ces personnages.
Mais clairement les jeux vidéo - sur Playstation, puis GBA, puis PS2 - ont joué un rôle majeur et ont contribué au fait que Dragon Ball est toujours populaire alors que la série remonte quand même
à 1986 pour ses débuts. Presque 30 ans bordel...
C'est quelque chose qui fait d'ailleurs toujours halluciner mes élèves quand je leur dis que j'étais fan d'un truc qu'ils considèrent aujourd'hui presque comme la dernière nouveauté. Je ne connais
pas d'autres licences qui aujourd'hui échappe toujours autant à son âge.
Quant à ce jeu, je ne l'ai malheureusement pas connu, même s'il faisait triper beaucoup de fans de la série. Je n'ai connu que sa suite, en achetant une Super Nes. Une suite qui avait aussi sa
petite réputation puisqu'il y avait Broly dans le roster. Et Broly, c'était juste LE personnage des gros fans de l'époque, avec l'OAV qui circulait sous le manteau en VHS pirate de Hong-Kong. Toute
une époque...


Profiterol 19/06/2011 16:52


Il y a une petite faute sur Ryu dans le texte: "si Ruy et Ken pouvaient balancer du Hadoken"
Pas de quoi. ^^


Hebus12 19/06/2011 13:39


Sur le net? Je me prénomme Vincent R


Alex 19/06/2011 13:20


whaouuu top le test, tres, meme trop complet!


Ouais_supère 19/06/2011 12:24


T'es sérieux? Oserais-je te demander ton nom, des fois qu'on se connaîtrait?


Hebus12 19/06/2011 12:04


C'est marrant le monde, moi aussi j'ai acheté ma super Nintendo a l'univers a o net le château, et a la même époque !

Je croise donc des gamopates anonymes à Rodez ...


sebk 19/06/2011 11:04


bien rédigé et c'est le même sentiment que j'en ai eu à l'poque sauf qu'on me l'avait prété en japonais.
il demandait une certaine pratique surtout pour les esquives et renvois de pouvoirs vers l'adversaire.


mimix 19/06/2011 09:48


je sui d'accord avec la conclusion. DBZ a pas mal perduré dans le temp grace aux jeux, qui étaient finalement le fantasme de tout fan : incarner les persos le plus fidèlement possible ! et
forcément, pas ça génère encore d'autres fans quand les jeux sont réussis.