[RETROGAMING] Dragon Quest III / Game Boy Color

Publié le par Evola

Dragon Quest III (Dragon Warrior III aux USA)
Support : Game Boy Color

Existe également sur Nes, Super Famicom
Editeur : Enix
Développeur : TOSE
Sortie :
8 décembre 2000 (Japon)

[à lire : La génèse de Dragon Quest]

[RETROGAMING] Dragon Quest III / Game Boy Color[RETROGAMING] Dragon Quest III / Game Boy Color

Dragon Quest 3 est la préquelle de Dragon Quest 1 et 2 nous proposant de jouer la geste du héros légendaire Roto partant venger son père tué par le démon et accessoirement sauver le monde . Dragon Quest 3 se rattache aux deux premiers épisodes en nous proposant de jouer à la fin du jeu dans le monde d'Alefgard, le monde où prenait lieu l'action de Dragon Quest 1 et 2.

Tout comme le manga Dragonball l'aventure est le prétexte à une quête initiatique à travers un univers pétri de fantaisie et d'humour Torriyamesque. Au lieu de partir à la recherche des boules de cristal comme dans Dragon ball on va chercher les clés, les orbes et tous les objets essentiels de l'aventure occasionnant toutes sortes de situations cocasses et de péripéties dans un monde imaginaire qui s'inspire du vrai. En effet les continents du monde de Dragon Quest sont identiques au notre et même la toponymie des lieux est ressemblante. Tous les continents comme l'Afrique, l'Europe, l'Amérique, etc... existent dans Dragon Quest III. Par exemple une ville qu'on peut assimiler à Edimbourg en Ecosse s'appelle dans DQ3 Eginbear, les villes portent des noms comme Ashalam ou Isis (où le donjon est une pyramide dans un désert) au Moyen-Orient et en Afrique du Nord tandis que le peuple qui réside dans le continent d'Amérique du Nord s'appelle les Sioux (dans la région de Soo), et que le Japon s'appelle Zipangu, etc... Seul le continent de départ où se trouve la ville d'Aliahan n'existe pas dans la réalité vraie et se situe quelque part entre l'Amérique du Sud et l'Australie (sans doute inspiré par l'Atlantide ou une référence au continent perdu de Mu).

[RETROGAMING] Dragon Quest III / Game Boy Color

Dans Dragon Quest 3 le personnage principal va grandir en expérience et en puissance afin de rencontrer sa destinée de héros au fil de ses pérégrinations à pied, en bateau ou à dos de Lamia un Phénix géant, dans un univers délirant. On a par exemple, à un moment donné du jeu la possibilité de devenir le roi d'un pays à la place du roi. Mais comme on s'ennuie à périr (il n'y a rien à faire) on finit par renoncer à notre tour au trône pour reprendre la quête et accomplir la prophétie. Toute la trame de l'aventure est amenée de main de maître grâce à une narration très maîtrisée par un orfèvre en la matière puisque Yuji HORII diplômé de lettres est un amoureux des mots et les dialogues où les énigmes ne manquent pas de saveur.

[RETROGAMING] Dragon Quest III / Game Boy Color

Classes et personnalités des personnages.

Les occidentaux se moquent souvent de la personnalité terne du héros de Dragon Quest 3 soulignant juste que la seule originalité de Dragon Quest 3 réside dans un système de métier repompé sur Final Fantasy. Et en effet le gameplay de Dragon Quest 3 est ultra classique : combats au tour par tour, système Porte Monstre Trésor à outrance, rencontres aléatoires incessantes pour monter en niveau etc...

Enix a corrigé le défaut des personnages joués inconsistants dans les remakes sur Super Famicom et Game boy color. Il a été rajouté un système de métier et de personnalité des héros qui est beaucoup plus complexe et fin qu'il n'y paraît au premier abord. La personnalité va avoir des effets en fonction du niveau, du sexe et de la classe des personnages . En tout début de jeu le héros va subir un test psychologique qui va le placer dans une des 30 personnalités disponibles au départ (agile, heureux, chanceux, romantique, etc...). Les personnages recrutés quant à eux ont une personnalité sur la base de leurs statistiques de départ, leur sexe et leur classe de métier. Ces personnalités peuvent être modifiés au cours du jeu avec l'utilisation de livres et/ou en équipant certains objets. Il y a un total de 45 personnalités possibles (certaines ne sont accessibles qu'à certaines classes ou uniquement aux femmes). La personnalité sexy par exemple est souvent considérée comme la meilleure en raison de son bonus de 70 % sur les statistiques mais n'est accessible qu'aux persos féminins. La personnalité ne modifie pas le cours du scénario mais modifie les statistiques globales et les capacités du joueur ce qui permet d'équiper certains objets ou d'apprendre certains sorts de magie.

Les classes de personnages sont: héros (uniquement pour le personnage principal), Soldat, Clerc, Magicien, Guerrier, marchand, Bouffon ou voleur . Une dernière classe vient s'ajouter à partir du moment où on va en Inde dans la ville de Dharma. Après une initiation on peut choisir la classe de "Sage" ou changer de classe.

[RETROGAMING] Dragon Quest III / Game Boy Color

A noter que la classe de bouffon est particulièrement inutile (mais très amusante) puisque ses stats sont mauvaises dans tous les domaines et que le seul sort de magie qu'il connaisse « whistle » siffle les monstres qui rappliquent totalement déchainés... Le personnage féminin du bouffon fait penser au personnage de Bulma dans Dragonball quand elle est vêtue de portes jarretelles d'un juste au corps et d'oreilles de lapin.

[RETROGAMING] Dragon Quest III / Game Boy Color

Un jeu à l'atmosphère singulière.

L'une des particularités de Dragon Quest 3 c'est l'alternance de jour et de nuit. Certains lieux ne sont visitables ou certains événements ne surviennent que le jour ou la nuit.

Outre l'atmosphère délirante ce qui fait que Dragon Quest est unique c'est la patte d'Akira TORIYAMA . Ceux qui aiment le premier Dragonball, lorsque Sangoku est encore un enfant, ne seront pas dépaysés. Le bestiaire, les tours, les caves, les villes et les PNJ semblent tout droit sortis du manga.

Exemple de scène Toriyamesque à laquelle le héros sera confronté. Ainsi à Ashalam, ville de plaisir la nuit s'il en est, une danseuse sexy vient racoler le héros pour lui proposer un « powder puff massage ». Après avoir demandé aux personnages de monter un par un dans la chambre, la danseuse demande au héros de s'étendre sur le lit puis éteint la lumière. Après moults soupirs et témoignages de plaisir de la part du héros, la lumière se rallume et près du lit il y a une sorte de catcheur en habit sado-maso. La danseuse déclare alors « Papa est un expert en powder puff massages Mouhahaha ».

Autres éléments proche de l'univers de TORIYAMA ce sont le jeu de Pachisi sorte de jeu de l'oie inspiré des jeux de plateaux, la possibilité de parier de l'argent dans des arènes de combats de monstres peuplées d'ouvreuses sexy.

Autre élément qui fait de Dragon Quest une série à part c'est la musique de Koichi SUGIYAMA, remarquable, avec de véritables morceaux de bravoures comme lorsque le héros visite des châteaux celui-ci est accompagné par une musique inspirée de BACH. Toutefois même si la musique est sublime, comme d'habitude dans un Dragon Quest, elle reste à mon goût en dessous de celle de Dragon Quest 2 que je place au dessus de toutes les autres.

Mais si Dragon Quest III a un univers singulier il cède également à la facilité de la mode en s'inspirant de la Pokemon mania et incite à la collectionnite au moins dans sa version Game Boy Color. Ainsi on peut découvrir dans les éléments du décor des « Tiny medals » qui donneront la possibilité de débloquer de nouvelles armes dans les sous-sols de la ville d'Aliahan lorsqu'on en a collecté un certain nombre. De même les monstres délivrent parfois, quand on les a vaincus, de grosses médailles que l'on collectionne dans un album virtuel.

[RETROGAMING] Dragon Quest III / Game Boy Color

Différence entre la version Famicom et la version Game Boy Color.

La différence sautant aux yeux est graphique. La version Game Boy Color bénéficie de graphismes améliorés qui collent remarquablement au support avec des monstres et des persos Super Deformed splendides. En outre la version Game Boy Color ajoute, par rapport à la version Famicom des origines, une classe supplémentaire (la classe de voleur), plus de 80 armes et armures nouvelles, 2 donjons bonus supplémentaires avec de nouveaux monstres et boss, le jeu de Pachisi, le système des personnalités, la possibilité de collectionner des médailles que laissent tomber les monstres, les « Tiny medals », la possibilité de chercher des objets dans des éléments du décor tels que les bibliothèques, les pots, les barrils, etc... la possibilité de descendre dans les puits (où se cachent parfois des choses bien curieuses), le nom des personnages peut être changé dans la ville de Dharma…

Conclusion la version Game Boy Color est sublime, elle est la plus complète et constitue quasiment un nouveau jeu par rapport à la version Famicom… Par ailleurs par rapport à la version super Famicom la version GBC dispose d'un donjon supplémentaire et de la possibilité de collectionner les médailles .

Si le jeu avait été commercialisé sur Nes en France du temps du club Do et de l'engouement autour de DragonBall le jeu aurait fait un tabac... On aurait rêvé que des créateurs français ou européen eussent été capables de s'emparer de l'univers symbolique et légendaire européen pour créer de tels jeux aussi brillants avec un univers aussi humoristique.

SUPPOS : 6/6

suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Commenter cet article

Evola 22/08/2014 14:21

Mes sources

Ouvrages consultés:

Game Museum : articles sur la Famicom et la Wonderswan .
RPG : le jeu de rôle: du papier au pixel (Hors série IG mag)
IG mag n°4: article « la narration dans Dragon Quest »
IG mag n°26: articles « Du plateau dans mon jeu vidéo » et « RPG l'histoire d'une méprise ».

Sites consultés:

Wikipedia english et japonais : article Dragon quest
StrategyWiki