[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Publié le par Maldoror68

WIZARDRY 1, 2 et 3, THE STORY OF LLYLGAMYN
SUPPORT (pour la saga) : Apple II, Commodore 64, DOS, Macintosh, MSX, MSX 2, NEC PC-9801, Nes, PC booter, PC Engine, Game Boy Color, Super Famicom, Playstation 1 2 3, Saturn, PC, PSP, PSVita, Wonderswan Color, etc…
VERSION TESTEE : SNES (Wizardry 1,2,3 The Story of Llylgamyn) sortie en 1999 au japon, traduction anglaise “Aeon Genesis” en 2000, rebalancing mod “Jeff Ludwig” 2012
EDITEUR : Sir-Tech Software (ASCII / Mediafactory pour la version Snes)
ANNEE: 1981 à 2001 pour la saga, 1999 (J) pour la version Snes.

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Un vieux magicien, aux vêtements usés par les donjons et troués par les combats, s’approche de votre table, au fond de l’auberge, et s’affale, épuisé, sur une chaise vide à vos côtés.

Il se penche à vos oreilles et vous murmure :

« Ce test n’a qu’une vocation, qu’une fois arrivé à la fin, vous faire jouer à ce jeu, et l’apprécier comme je l’ai apprécié. S’il n’y a qu’un test écrit de ma plume à retenir, je souhaite du plus profond de mon être que ce soit celui-ci.

Je sais, tous et toutes que vous rencontrez là même problématique, à savoir le temps de jeu. Vous avez des piles et des piles de jeux à finir, et si peu de temps de loisir qui vous reste.

Mais si j’arrive à vous faire jouer à ce titre, balayer d’un revers de la main la pile poussiéreuse de jeux que vous vous êtes assigné à terminer, et remplacer un autre candidat potentiel par ce titre, à insérer Wizardry dans votre « to do list » , et lui consacrer quelques 50h ou 100h de jeu, alors j’aurai réussi.

Chaque mot, chaque phrase doit être pesé, je joue gros sur chaque expression, qui au lieu de vous rapprocher de ce titre, risque à tort de vous en éloigner.

Il arrive parfois, dans la vie d’un joueur, de tomber sur un titre qui va singulièrement changer votre existence. Moi ce fut Wizardry 1-2-3 sur Snes, en 2016.

Pourtant je roule ma bosse de joueur et ai terminé de nombreux jeux depuis les années 80, comme je regrette de n’avoir découvert ce titre que sur le tard. »

Introduction

Wizardry, c’est le père de tous les RPG.

Tout ce que vous jouez ou avez joué, les codes du genre, les petites fenêtres de dialogues des RPG japonais, tout ce que vous connaissez de nos jours, en découle. Sans prétention, mais d’un point de vue historique, de Final Fantasy à Diablo, de Ultima à Dragon Quest, en passant par Phantasy Star, de Demon’s Souls  aux Elder Scrolls, une partie de l’ADN de ces titres lui est emprunté.

(Note : je vous redirige vers l'article sur les « Mystery Dungeon 3DS » écrit par un autre barbu sur Gamopat)

Wizardry, ce n’est pas qu’un jeu. C’est une saga de 8 épisodes (si l’on exclut les spin-off japonais), appelés « scénarios ». Ici je consacre un test uniquement aux 3 premiers épisodes (sortis sur une seule et même cartouche Snes) histoire de vous mettre le pied à l’étrier, mais cette saga souffre de problème de langue, de support et de durée.

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Historique :

- Problème de support :

Oui, le jeu est principalement exclusif au support micro et Apple, et l’est resté de 1981 à 1998 (date de sortie des versions PS1 et Saturn) si l’on excepte les épisodes 1 et 2 sortis sur Nes et exclusifs aux USA. Puis le titre s’est démocratisé et est trouvable sur quelques supports dépourvus de claviers, principalement au pays du soleil levant. N’étant pas trop micro, je suis honteusement passé à côté des premières versions.

- Problème de langue :

Wizardry est typiquement le jeu qui est :
- soit jouable sur micro en anglais
ou
- soit jouable sur console en japonais (+/- traduit à 50% en anglais).

En effet, la plupart des versions consoles officielles disposent dans le menu « option » d’un choix de langue japonais / anglais, mais ne traduit que partiellement le jeu, les objets et menus restant en jap.

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Il n’existe à ce jour aucune version console officielle 100% anglaise pour les premiers épisodes de la saga (sauf les versions USA de la Nes pour les épisodes 1 et 2), nous devrons donc, pour les "consoleux", passer par des patchs (j’en parle un peu plus bas dans le paragraphe « choix de la version »)

Ne comprenant pas le japonais, et peu satisfait des versions traduites partiellement, cela explique aussi ma tardive découverte.

Les versions 4 à 6 sur SNes sont sorties en anglais, seule la rom de cartouche du 1+2+3 (Super Famicom) a dû attendre 2000 pour être traduite dans la langue de Shakespeare.

- Problème de durée :

Wizardry est une saga fleuve, pourvue de trop nombreux épisodes dont la patine, le style graphique, voir le gameplay s’est modifié avec les avances techniques, styles de jeux et autres changements de supports.

Faute à la durée (1981 à 2001), personnellement je trouve que les épisodes 7 et 8 sont trop différents graphiquement et sur le gameplay pour se forcer à les faire, d’autant plus que les épisodes 1 à 6 sont sur Snes et que l’on ne va pas s’amuser à changer de support en cours de chemin ! Bref, 1 à 6 c’est déjà beaucoup et ça suffit en centaines d’heures de jeu ! Un reproche donc pour l’écart entre les premiers et derniers épisodes.

Sans parler des nombreux spin-of japonais en cours de traduction (comme le Wizardry Gaiden 1 sur Gameboy traduit en 2013 et le Gaiden 2 et Gaiden 3 traduits en 2014, toujours sur Gameboy noir et blanc)

il ne faut pas oublier que Wizardry a généré au moins trois fois plus de jeux au Japon que sur ses terres d’origine – les États-Unis.

Wizardry 8, bien différent...

Wizardry 8, bien différent...

Choix de la version jouée

Pourquoi pas les versions micro ?

Les versions micro sont intéressantes car elles permettent d’exporter vos personnages de chaque épisode vers la disquette de l’épisode suivant. Il est appréciable de pouvoir retrouver sa compagnie sauvée d’une mort définitive (je vous parlerai du fameux système de sauvegarde plus bas) dans de nouvelles aventures.

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Néanmoins, étant un vieux barbu, je ne suis pas allergique aux graphismes désuets, mais là malheureusement ça pique un peu quand même, les couloirs ont de simples traits blancs, sans parler des pertes plausibles de sauvegardes lié au support magnétique, qui découragerai n’importe quel joueur en cas de perte. Mais libre à vous de le faire sur micro, les épisodes 1 à 5 sont faisables sur Apple 2, le 6 sur Amiga ou MSDOS ou MacOS.

Par contre apparemment certains épisodes (les 1, 2 et 3) micros existeraient en Français depuis les années 80, ce qui peut être une piste pour vous, et le 6 viens d’être traduit en français en juin 2017.

Les versions françaises Apple

Les versions françaises Apple

Pourquoi pas les 2 épisodes Nes ?

Les 2 premiers épisodes Nes peuvent être une belle entrée dans la saga, graphiquement corrects, l’épisode 1 « Proving Grounds of the Mad Overlord » et l’épisode 2 « The Knight of Diamonds », néanmoins, subsistent 2 défauts :

- Pas d’épisode 3. Si vous êtes un fan de Big N vous devriez, officiellement (si la traduction de la version snes japonaise n’existait pas) faire le 1 et 2 sur Nes us, puis enquiller avec le 4, 5 et 6 sur super Nintendo US.

- Pas de version PAL. Le jeu n’existe qu’en cartouche ntsc, l’europe est une fois de plus lésée, Sir Tech étant une boite fondée par des étudiants américains.

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Quant à La version Nec Super-CD Rom (wizardry 1+2) elle peut être recalée du fait elle n’est pas anglaise à 100% dans les textes.


Et les épisodes 32bit ?

Les épisodes 32 bits PS1 et Saturn sont quasiment équivalents à la version Super Famicom non traduite (avec un peu de 3D en plus) mais en 100% Jap, ou 50% Jap (menu options), donc à nouveau un problème de langue.

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Au final la version Super Nintendo

Merci le heureux hasard qui m’a fait mettre cette version traduite, patchée, et rééquilibrée (accrochez-vous) dans ma Snes !

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Les graphismes sont homogènes de l’épisode 1 à 6, de la belle 2D et du pixel art magnifiquement travaillé (statique certes), et les épisodes 1 à 3 sont regroupés sur une même cartouche. Chaque ennemi est redessiné, il y a des effets de transparence, bref classe.

En plus je suis attaché a cette version 1+2+3 dans sa version Snes car tout a été fait pour qu’elle ne parvienne pas jusqu’à nous, occidentaux. En effet, la vraie cartouche Super Famicom, sortie en 1999 sur la fin de vie de la machine, c’est ça :

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Hééé oui, le jeu n’est sorti que sur « Nintendo Power », des cartouches flash que l’on pouvait recharger au distributeur / kiosque dédié du coin. Un système uniquement sorti au japon.

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Vous pouvez toujours avec un peu de chance trouver sur la baie ou Yahoo-auction des cartouches Nintendo Power ,mais le prix prohibitif va vous refroidir (300$) !

De plus il faut que le bon jeu soit dedans (Wizardry), les kiosques n’existant plus à ce jour, et au final vous vous retrouverez avec la version « 50% jap / anglais » ce qui n'est pas top. De plus aucune idée sur la durée de vie de ces cartouches flash officielles Nintendo...


Au final la version Super Nintendo traduite

Vous le savez, de nombreux jeux Snes sont patchés par des groupes de traduction (fort heureusement !). Sauvés ! en 2000, grâce au groupe de trad "Aeon Genesis" nous avons droit à notre traduction de Wizardry 1+2+ 3 Snes en full english !

Avant patch (japonais 50% anglais 50%) :

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes


Après patch (anglais 100%) :

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Mais Wizardry est difficile et parfois bugué. Voilà pourquoi nous allons nous diriger vers (c'est pas fini !)…


...Au final la version Super Nintendo traduite et rééquilibrée !
 

Il faudra attendrr 2012 pour qu’un bidouilleur, Jeff Ludwig sorte un patch nommé « rebalancing mod » pour cette rom Wizardry 1+2+3 Snes. Ce patch perfectionne la traduction et surtout corrige quelques bugs et facilite le jeu (mais pas trop, on passe de impossible à hardcore) ce titre qualifié de difficile. Je vous assure, après avoir testé les 2 versions (non-équilibrée et équilibrée) que la version équilibrée reste ardue, et ne trahi pas les pièges et difficultés de la version originale.

Si vous voulez connaitre les détails qu’apporte la version "équilibrée", je vous invite à vos rendre sur la (les) page(s) de l’auteur sur ce lien (un fichier .txt est fourni avec le patch et explique les "modifications")

Grosso modo, sans vous spoiler :
- Les sorts sont traduits en anglais (fini les noms abracadabrants comme MALOR et autres DIOS etc…)
- Les membres 4, 5 et 6 de la compagnie peuvent attaquer,
- Modification du sort "return" qui était très punitif avant,
plus d’autres modifications à découvrir...

Donc oui, Wizardry sur son Everdrive ça se mérite, prenez la rom Jap, patchez la dans un premier temps en anglais, puis patchez une seconde fois avec le Rebalancing Mod (ouf ! vous êtes toujours là ?) et savourez !!!

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Attention, je ne sais pas si le fait vient du jeu originel ou du patch, mais au choix de l’épisode 1 2 et 3, il y a inversion entre les épisodes 2 et 3 sur le menu (voir screenshot ci+dessus). Legacy of llylgamyn est l'épisode 3.

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Après au niveau du système de jeu c’est du classique, une compagnie de 6 personnages, des combats au tour par tour, des souterrains, plus on descend plus les ennemis sont forts, des objets générés au hasard et à identifier… (ce pionnier à tout inventé je vous dis !)

Mais je m’égare, je m’égare, Wizardry c’est avant tout un système de permadeath bien sâle et bien piquant. Sur micro le jeu écrit constamment sur la disquette, sur Snes et Nes, hé bien le jeu écrit avant et après chaque combat le statut de la partie dans la pile de sauvegarde. Et Wizardry est un jeu difficile.

Et d'ailleurs sans le sort ou avec le sort qui permet d’afficher la carte du jeux, voilà quand même a quoi ressemble mon salon en ce moment :

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Passionnant... Mais difficile.

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Votre meilleur ami :

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Une solution, qui permet d’éviter qu’en fin de combat, la console écrive votre échec et un game-over dans la console, consiste à claquer le bouton « reset » en plein combat. On redémarre le jeu et l’on retrouve son équipe face à un nouveau combat random, sur la même case que précédemment...

Le hic c’est que sur une case non-random type boss, vous êtes plutôt condamné…. à rester sur le même combat pour toujours sans possibilité de le gagner si vous êtes trop faible. C’est une solution sauvage, certes, mais j’avoue l’avoir bien pratiqué une dizaine de fois, sans quoi je n’aurai jamais vu la fin du premier épisode...

Car vous avez beau monter de niveau, et toujours mieux vous équiper, sans regarder la solution du jeu, outre les ennemis random, il reste des pièges fixes et des boss fixes, et la courbe de difficulté est bien délicate. De plus le jeu est parfois cruel (mais réaliste). Exemple : vous rencontrerez vos premiers ninjas, sachez que ceux-ci ont la probabilité (faible mais existante) de décapiter un de vos joueurs d'un seul coup !

Ah cette faculté de mettre toujours des ninjas partout....

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

MURMUR-CHANT-PRAY... une phrase bien classique malheureusement !

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Perdre un personnage ou deux (sur 6) n’est pas dramatique dans Wizardry (mais ça va quand même vous donner les mains moites). Vous pouvez toujours retourner en ville avec votre équipe blessée, et ramener tous les cadavres au temple pour tenter (contre BEAUCOUP d’or) une résurrection. Par contre une fois votre équipe décimée à 100 % tout est perdu.

Bon ça va, on peut faire revivre ses personnages alors ?

Hééé non ! ce n’est pas si simple, vous avez quand même pas mal de chances de perdre vos personnages ! En effet, quand un personnage est mort, il apparait en rouge dans votre liste avec l’attribut DEAD. Vous pouvez tenter une résurrection (au temple, ou si vous avez un prêtre ou un magicien dans l’équipe qui connait le bon sort), mais grosso modo une fois sur 2 ou une fois sur 3, la résurrection va… louper. Oui, louper, et votre perso va passer de DEAD à ASHED. En gros vous n’avez plus un corps, mais un tas de cendres (et la vous avez les mains de plus en plus moites sur votre pad).

En effet, tenter une résurrection (pareil, soit au temple de Cant, soit avec un sort de vos personnages) avec un perso de statut ASHED peut vous le ramener en vie (à 1 PV généralement), ou à LOST en cas de nouvel échec de résurrection.

Ces lettres, LOST, en blanc sur fond noir, par tous les dieux des RPG, il n’y a que Wizardry pour nous faire ça ! C’est plus qu’un game-over, c’est une humiliation ! Jamais un jeu ne m’avais laissé un goût comme ça dans la bouche.

Votre personnage est donc définitivement perdu.

Vous pouvez récupérer son équipement, mais ses sorts et son XP, ses blagues au coin du feu, son attachement, sa personnalité, bref, tout est fini.

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Oui mais ça peut pas être pire ?

Ben si. Vous serez amené assez vite à vous téléporter (soit par sort appris par vos personnages, soit par anneau magique) pour éviter de vous retaper à pied les montées et descentes pénibles et périlleuses dans les étages. (vous devrez même obligatoirement vous téléporter dans wizardry 2, pour ceux qui savent : pas de spoil merci)

Là ou le jeu est encore plus fun, c’est que cette notion de téléportation est bien réelle et logique en un sens, si vous vous téléportez sur une case pleine (entendez là un mur, de la roche, etc...) en plaçant mal votre curseur sur la map, c’en est fini !

Vous m'excusez c'est un screen de la version Nes et pas Snes :

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Eh oui, vos 6 compagnons se matérialisent dans la pierre et meurent instantanément. et vu qu'ils sont emmurées impossible de les ramener au temple. Et non, les programmeurs n’ont pas voulu mettre une ligne de code « vous ne pouvez pas vous téléportez là ». Quel talent ces programmeurs !

Merci les gars !!!

Merci les gars !!!

Non, le jeu fait ce vous lui dites de faire. Je n’ose imaginer les crises d’hystéries des premiers joueurs micro découvrant de jeu dans les débuts des années 80. Imaginez ?!? Pas de walkthrough, pas d’internet, pas de soluce, juste vous, la peur ,et la machine impitoyable et sa permadeath… Folie. 90% des morts seront dues a votre imprudence ou votre inattention.

Jouez a jeun, ne tremblez pas, dormez beaucoup, mettez un onduleur avant votre console, fermez les volets, débranchez le téléphone. Mangez des truc sains, faites du sport. Réfléchissez. Progressez à tâtons. Chaque case de dessinée au crayon, c’est une petite victoire de plus. Si vous avez un animal de compagnie enfermez le. Si vous avez une copine, pareil. C'est du serious gaming ici.

Wizardry est un challenge. Tellement gratifiant mais tellement abrupte. Il y a 6 mois je ne connaissais pas ce titre, ni cette saga, il est maintenant quasiment devenu un de mes titre préféré.

Mais j'ai pas envie d'y jouer à ton jeu maso-maso !

En fait si, car tout y est rationnel. En étant méticuleux, vous avancerez, et surtout vous passerez du temps devant votre console. Vous serez emporté, car, en terme d’heures de jeu, Wizardry est tout ce qu’un joueur peut attendre. Des heures et des heures de jeu.

Et c’est après tout le mal que l’on se souhaite, entre l’acquisition d’un titre et le pincement au cœur de l’avoir fini, avouez le meilleur moment dans un jeu vidéo c'est le "pendant". Bref, je n’échangerai aucune de mes nuits blanches sur ce titre. Pas une seconde.

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Ramasser, identifier.

Une des grandes force de ce jeu, c’est que la plupart des bons items du jeux ne se trouvent pas dans la seule et unique boutique en ville, mais bien dans les donjons, dropés par les ennemis.

Oui, c’est courant de nos jours, mais n’oubliez pas, certes nous jouons à un jeu de 1999 sur Snes (oui c’est un peu paradoxal je le reconnais, excusez ma DeLaurean garée en double file) qui est un remake d’un jeu du début des années 80 ! donc c’est un pionnier.

Donc on prend le pli, on sait que certains ennemis n’apparaissent qu’a certains étages, et que ces ennemis sont susceptibles de dropper tel ou tel objet… On se farci donc 254 combat du même type en espérant le drop miraculeux (genre des anneaux qui montent l’armure ou qui téléportent).

Ah, au fait petit détail, une fois l’objet identifié, il n’y a AUCUNE description de celui-ci. Le seul moyen de savoir si c’est un bon objet ou pas c’est de l’équiper. Il y a bien entendu des objets maudits, peu courants heureusement.

Mais qu’il est satisfaisant de trouver une belle armure, de l’équiper, de prendre son papier et stylo et de vérifier une à une les stats de son perso…

« -Force, ça à pas bougé … armure, oui elle est mieux que la précédente… mais si j’échange l’armure de X avec Y ? oui mais le mage ne regagnera plus de point de vie… argh ! »

Bref, planificateurs, joueurs raisonnés, vous allez adorer comme moi, noter, échafauder des plans et des stratégies.

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Good, Neutral, or Evil ?

Tout est pensé dans Wizardry. Je me souviens de mes débuts, j’avais fait une équipe plutôt neutre et good, niveau alignement, je jouais, et l’alignement de certains de mes personnages avait changé suite à mes actions. Je ne m’en était point rendu compte, mais certains étaient devenus Evil

Je démarre donc la console, débranche le téléphone, et me rends dans la taverne ou l’on « constitue » ou « recrute » sa compagnie avant d’aller au donjon. Je les sélectionne, et là paf, j’en ai 5 dans ma team, mais le 6ème reste désespérément grisé et non sélectionnable ! Panique totale !

Est-il empoisonné ? Non.
est-il maudit ? Non.
Est-il paralysé ? Non.

Je cherche, je cherche. Et là mes yeux se posent sur une petite lettre.

Un E., oui juste là entre « El » (Elfe) et « BIS » (Bishop), le E de Evil.

Cet imbécile d’elfe a changé d’alignement en cours de partie ! Et il refuse de bosser avec les autres ! Logique, un Good ne peut pas être enrôlé dans la même équipe qu’un Evil. Logique rationnelle du jeu !

Rhaaaaaa ! *lancé de manettes*. Bon on reste calme.

*refait une seconde équipe bidon neutre de 5 personnes, rajoute l’elfe Bishop Evil dedans*

*retourne se bastonner, refait passer le Bishop de Evil à neutre*

*redégage les 5 persos bidons, reprends les 5 persos d’origine, et remet l’elfe Bishop neutre avec.*

Wizardry va vous amener à faire des stratégies de fou pour sauver vos persos ! Car vous y tenez à vos personnages, ils ont tellement souffert, vous avez tellement galéré pour les leveller et les équiper ! Bref, dans un attachement total avec ceux-ci vous ferez tout. Et là vous vous rendez compte que vous avez passé une nouvelle nuit blanche là-dessus.

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Profondeur de jeu

Un grand atout de ce titre c’est sa profondeur, entre les « dark-zone » (zone ou la magie de lumière ne fonctionne pas, ou vous devrez compter vos pas et dessiner un plan), les pièges, les ennemis retords qui vous endorment, paralysent, la gestion des points de magie, les équipement, il y a de quoi écrire un grimoire….

Je me perds même dans l’écriture de ce dossier… Ah oui ! je voulais vous parler du multi-classe.

Wizardry vous permet de changer la classe de votre personnage, et il existe des classes « bâtardes » comme le Bishop (Mage + Prêtre) qui est la seule classe qui permette d’identifier les objets, ou le Lord (Guerrier + Prêtre).

L’intérêt du multi-classe, c’est que les sorts appris dans la classe actuelle-avant-reclassement sont conservés. Certes, votre perso repasse obligatoirement level 1 en changent de classe (bah oui) mais garde ses sorts déjà appris.

Imaginons, vous jouez un prêtre. Il apprend des sorts de prêtre de lvl 1, des sorts de prêtres de lvl2, etc… Vous le reclasser en mage. Il perd ses niveaux (argh), ses attributs diminuent (argh) mais il garde son max de PV (ouf) ; il ne peut plus s’équiper de ses objets spécifiques à la classe prêtre (re-argh) mais garde ses sorts de prêtre.

Certains sorts sont multiclasses (prêtres et mages) d’autres sorts sont uniquement mages ou uniquement prêtres.

Plus vicieux, certaines multi classes ne sont obtenables qu’après un certains nombres de points dans certains attributs. C’est-à-dire pas en début de partie, car même en plaçant le max de points ici et là vous n’en aurez pas assez.

A vous de pousser vos persos pour devenir Ninja, Lord ou Samurai, les 3 classes « de haut niveau »… Brefs, des heures à tester des trucs…

Mais avant de commencer, sans vous spoiler, prenez au moins dans votre équipe de base sur les 6 personnages :
-1 bishop, pour identifier les objets. Sinon vous devrez les faire identifier en ville au prix de leur valeur de revente (c’est-à-dire zéro bénéfice),
-1 voleur, pour pouvoir crocheter les coffres,
-1 prêtre, pour les sorts de soins et de protection, le bannissement des morts vivants, et en fin de partie les gros sorts de résurrection,
-1 mage, pour les sorts de dégâts, et en fin de partie la téléportation et gros sorts qui dévastent.

Pour le reste de la compagnie et du recrutement, je vous laisse maitre de votre destin… :)

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Du contenu, encore du contenu...

J’ai envie de vous parler de petits détails comme les différentes portées des sorts de lumière, des portes à sens unique, des plaques tournantes, mais non, restons concis et simples.

Je ne vous ai même pas parlé du menu principal du jeu :

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Gilgamesh tavern = le lieu ou vous constituez votre compagnie. On peut rajouter, enlever un perso, partager l’argent, échanger des objets entre les personnages, etc…

Adventure’s Inn =  l’auberge. Bien pour dormir et récupérer ses points de vie.
Je vous conseille pour des histoires de pièces d’or de ne prendre que l’étable et de faire des siestes. La sieste ne redonne que les PM et pas les PV, mais il suffit d’aller dans la première case du donjon pour se soigner avec ses PM.

Boltac’s Trading Post = l’unique shop du jeu, pire qu’un easy-cash-converter, avec peu d’or à se faire à la revente, mais par contre préparez-vous à casquer pour acheter des trucs.
Permet aussi l’identification si vous n’avez pas de bishop.

Temple of Cant = le temple ou vous allez payer très cher un prêtre pour vous guérir de la paralysie, du poison, tenter des résurrections.

Edge of town = voir ci-dessous

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Le «  edge of town » regroupe un sous-menu :

Maze = l’entrée du donjon…

Restart an OUT party = permet de « récupérer /reprendre» après une coupure de courant (ou un reset volontaire – rayez les mentions inutiles…) votre compagnie dans un donjon en cours.

Training grounds = c’est ici que vous pouvez créer, effacer, renommer, changer la classe d’un personnage, faire du multiclasse, etc…

Turbo files = apparemment permettrai d’exporter les sauvegardes. Le « Turbo file » serai un accessoire japonais pour snes fabriqué par ASCII. A vérifier sur le net. Je doute que ce menu soit exploitable sur Everdrive.....

Leave game = permet de SAUVEGARDER votre partie.

Scenario change = permet de quitter un des 3 Wizardry et de revenir au choix de l’épisode.

Return to Castle = rebascule sur le premier menu (taverne, shop etc…)

[RETROGAMING] Wizardry I, II, III The Story of Llylgamyn / Snes

Derniers conseils

Je vous invite à tenter le jeu sans les soluces et autres walkthrough du net. Ne lisez pas les soluces, ne consultez pas les cartes en ligne. Papier. Crayon ! Dans un comble de luxe, vous pouvez télécharger et imprimer des cartes vierges avec ce lien.

Si vraiment vous êtes perdu, le mieux est de se cantonner éventuellement aux pages web de Jeff Ludwig qui sont fort pratiques et où l’on retrouve une description des armes, armures, objets, sorts, et ennemis (avec des menus déroulants permettant le tri par classe, fort pratique).

C’est amplement suffisant. Bon jeu, amusez-vous autant que moi !

Difficile de conclure sur ce titre, c’est un coup de cœur vous l’avez deviné. Une claque, une tuerie, un jeu qui m'a captivé. Inconnu pour moi il y a peu, il est passé dans mon top personnel de manière fulgurante, je suis déçu de l’avoir découvert si tard( 30 ans de perdu), alors que de vieux barbus doivent y jouer devant leur micro depuis les eighties.

On va se consoler avec cette superbe version Snes qui compile le 1, 2 et 3, graphiquement bien propre, avec le confort d’un canapé et d’une manette (et qui vous ouvre le 4.5.6 sur Snes aussi juste derrière). Sans parler de ces rebondissements rocambolesques de cette version 1+2+3, un jeu sorti en ultra-fin de vie de la Snes, en téléchargement au japon dans des kiosques bizarres, puis traduit (improbable), puis patché (encore plus improbable !), et enfin remis et confié dans vos mains…

C’est un jeu difficile, mais pas tant que ça, de plus ce n’est pas un jeu d’action, c’est du tour par tour, vous avez le temps de prendre les bonnes décisions.

Nous arrivons à la fin de ce dossier, si j’ai réussi à vous convaincre de jeter un œil à Wizardry, voir d’y jouer, hé bien tant mieux, sinon tant pis. Moi en attendant je retourne crocheter des coffres, en me maudissant d’avoir fait l’histoire vidéo-ludique à l’envers et d’avoir d’abord découvert les RPG descendants de ce titre, avant son père fondateur.

SUPPOS : 6/6

Publié dans RETROGAMING

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rhod 29/08/2017 18:36

Effectivement, c'est sorti sur Apple II en VF
Je possède le 1 et le 3

Dr Floyd 29/08/2017 08:13

Drôle de sensation que tu as là... même Ultima existe sur Console.

Le râleur 30/08/2017 20:09

Non, faut pas déconner, les portages console d'Ultima étaient des jeux différents, adaptés pour un public japonais. Les "vrais" Ultima sont bel et bien sortis sur Apple II avant d'être adaptés à l'identique sur les micros 8 et 16 bits, puis sur PC.

Mais sinon, oui, ma sensation peut paraître étrange, parce que forcément subjective. Ayant connu (même sans y avoir joué) ces jeux, Wizardy et Ultima, à l'époque de leur sortie, je les associe forcément à leur plateforme d'origine, et les portages consoles... bah je trouve ça bizarre. Mais bon, peu importe.

Le râleur 28/08/2017 15:41

Wizardry est pour moi l'un des symboles du jeu de rôle sur ordinateur, et j'associe cette série à l'Apple II.
Je n'avais pas d'Apple II, et je n'ai jamais joué à Wizardry. À l'époque, j'avais un C64 mais Wizardry, je le voyais dans les boutiques, je lisais des tests dans la presse papier de l'époque (le magazine Tilt, donc), et ce jeu, comme les Ultima, est fortement associé aux Apple II.
Je découvre aujourd'hui son existence sur consoles, et j'ai comme une sensation d'hérésie... Cette découverte souille le souvenir élitiste que j'en ai.
C'est idiot et irrationnel, mais c'est comme ça.
Enfin bon, au moins ces jeux ressemblaient plus à du jeu de rôle que les soit-disant "JRPG" que tant de gens encensent aujourd'hui mais qui n'ont de RPG que le nom. Oui, Final Fantasy, c'est à toi que je pense. Saga pourrie de A à Z dont le seul intérêt est la beauté de ses cinématiques, mais au scénario indigent digne d'un manga pour enfants de 8 ans.

Bon, bravo tout de même à l'auteur de l'article dont on sent bien toute la passion qui l'anime pour ce jeu, et qui a à coeur de nous livrer un bon test